En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

03.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

04.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Consensus

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

il y a 35 min 31 sec
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 16 heures 23 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 17 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 20 heures 6 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 20 heures 28 min
décryptage > Social
Exercices de coloriage

Il est beaucoup question du "vieux mâle blanc". Mais pourquoi ne parle-t-on jamais du " vieux mâle noir" ?

il y a 21 heures 59 min
décryptage > Religion
Loi de 1905

Pourquoi la laïcité ne devrait pas être invoquée dans la lutte contre l’islamisme

il y a 22 heures 34 min
décryptage > Politique
Conceptuel

Le populisme, phénomène bien plus fondamental que le simple fruit de l’épuisement de la démocratie représentative ou de l’hystérisation des classes moyennes

il y a 23 heures 7 min
décryptage > Economie
Courage!

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

il y a 23 heures 43 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

il y a 23 heures 52 min
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 16 heures 4 min
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 17 heures 5 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 18 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 20 heures 16 min
décryptage > Culture
7ème art

Soubresauts, horreurs et beauté du monde à Saint-Jean de Luz

il y a 21 heures 50 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 13 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 3 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Cette semaine l’Europe joue son destin sur le Brexit

il y a 22 heures 41 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Stadia : Google mise sur la latence négative pour s’imposer dans l’univers des jeux vidéos. Décisif ou moufte aux yeux ?
il y a 23 heures 13 min
décryptage > Economie
Incompréhension

L’étrange capacité du capitalisme financiarisé à perdurer envers et contre tout

il y a 23 heures 47 min
décryptage > International
Opération "printemps de la paix"

Syrie : multi jeux de dupes autour des Kurdes (et des djihadistes de Daesh)

il y a 1 jour 3 min
© Reuters
© Reuters
Méluch, nous voilà !

Les 144 engagements de Marine Le Pen : à gauche toute !

Publié le 10 février 2017
Ce week-end constitue un temps fort de la campagne de Marine Le Pen puisque ont lieu à Lyon des "assises présidentielles", qui offre l'occasion à la candidate FN de dévoiler ses "144 engagements" pour son quinquennat.
Dominique Reynié est professeur des Universités en science politique à l’Institut d’études politiques de Paris et directeur général de la Fondation pour l'innovation politique (Fondapol).Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont Populismes : la pente...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Reynié
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Reynié est professeur des Universités en science politique à l’Institut d’études politiques de Paris et directeur général de la Fondation pour l'innovation politique (Fondapol).Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont Populismes : la pente...
Voir la bio
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce week-end constitue un temps fort de la campagne de Marine Le Pen puisque ont lieu à Lyon des "assises présidentielles", qui offre l'occasion à la candidate FN de dévoiler ses "144 engagements" pour son quinquennat.

Atlantico : D'une manière générale, quel regard peut-on porter sur les 144 "engagements" de Marine Le Pen pour la présidentielle de 2017 (voir ici) ? 

Dominique Reynié : A première vue, le programme du Front national pour l’élection présidentielle de 2017 s’apparente à celui d’un parti confortablement installé dans un système autrefois vilipendé. On en retrouve les principales caractéristiques générales : une longue série de 144 "engagements" destinés à satisfaire les différentes clientèles électorales supposées, sans souci de cohérence et avec la prudence nécessaire pour ne pas, ne plus, heurter. Puis, une lecture plus attentive révèle une sorte de légèreté, une certaine désinvolture, compte tenu des incohérences de quelques promesses dont les conséquences ne semblent pas avoir été envisagées, comme si cela n’avait pas d’importance.

Demeurent ces références qui font du Front national un parti à part sur l’échiquier politique, affirmant ostensiblement un nationalisme ethnicisant. Pourtant, à y regarder de plus près, cela semble plus obscur. Ainsi, la promesse numéro 1 est de rendre à la France la "liberté" et la "maîtrise de son destin" en retrouvant "sa souveraineté monétaire, législative, territoriale, économique".  Un référendum sur l’appartenance à l’Union est programmé. Pour autant, on ne dit rien de ce qui est prévu si les Français décident de rester dans l’Union, alors que la sortie de Schengen est annoncée, de même que le retour au franc. Le retrait du commandement militaire intégré de l’Otan est la promesse numéro 118 qui accompagne la promesse d’assurer "une capacité de Défense autonome dans tous les domaines". Voilà autant de signes de la grande désinvolture avec laquelle ce programme a été rédigé.  

De même, la promesse numéro 27 annonce la fin du droit du sol. La nationalité française s’acquerra par la filiation. Mais il est dit aussi dans le même programme que la nationalité s’acquerra par la naturalisation. Or, qu’est-ce que la naturalisation sinon une sorte de "droit du sol lent". De plus, la suppression de "la double nationalité extra-européenne" annoncée semble autoriser la double nationalité intra-européenne. Tout le reste est présenté en des termes aussi vagues et à l’aide de ces généralités qui n’engagent à rien.

On le voit, ce programme de promesses procède d’une inspiration de droite, conforme aux origines et à l’histoire du Front national. Mais, là est la marque de Marine Le Pen depuis 2011 et de son bras gauche, Florian Philippot, le catalogue des "engagements" s’inspire tout autant des idées socialistes. Ainsi, promesse est faite d’accroitre significativement le contrôle étatique de l’économie, de ramener l’âge de la retraite à 60 ans, avec 40 années de cotisations, ou encore de mettre fin à la suppression des postes dans la fonction publique. La partie écologiste du programme conduit à des promesses d’une grande banalité, telle qu’un vaste plan d’isolation de l’habitat présenté comme une "priorité budgétaire du quinquennat"…

Le plus frappant est sans aucun doute la longue série de dépenses supplémentaires contenue dans ce programme. Pas de moins de 21 promesses correspondent à d’importantes augmentations de la dépense publique : du recrutement "massif" des forces de l’ordre à la construction d’un nouveau porte avions, en passant par le recrutement de 6 000 douaniers, la revalorisation du minimum vieillesse, de l’Allocation aux adultes handicapés, la revalorisation de 25% des APL, la création d’une "prime de pouvoir d’achat" financée par une "contribution sociale" sur les importations de 3%, qui devrait renchérir les prix à la consommation et conséquemment altérer le pouvoir d’achat, en particulier des plus modestes ; citons encore l’augmentation de 25% du budget alloué à l’entretien du patrimoine, l’augmentation du budget de la Défense, son équipement – là, il est même écrit : "davantage d’avions, de navires, de blindés", sans souci pour la moindre précision…–, le dégel et la revalorisation du point d’indice pour les fonctionnaires, etc. Point culminant, l’augmentation considérable, mais non chiffrée, de la dépense publique est censée s’opérer dans le retour au franc, sous la règle d’une économie plus fermée aux échanges et… dans le cadre d’une baisse de l’impôt sur le revenu.

Le texte de Marine Le Pen ne peut pas être pris au sérieux sur le plan économique. Il procède d’un manifeste politique qui s’efforce de tirer partie aussi vite que possible de l’effondrement de la droite et de la gauche de gouvernement, rédigeant une liste à la va-vite de promesses, sachant que les électeurs ne les liront pas ou les oublieront, à la différence de quelques images d’Epinal. 

Philippe Crevel : Il s’agit d’un programme qui fait la grande synthèse de la droite, de la gauche, voire du centre, sur les thèmes économiques et sociaux. Cela ressemble un peu au grand marché de la proposition où chacun va pouvoir y trouver son compte. Le problème, c’est que le compte final risque de ne pas être celui que souhaite Marine Le Pen. En effet, comment rééquilibrer les finances publiques en promettant tant, à travers toutes ses propositions ? On remarque d’ailleurs qu’elle ne détaille pas les modes et moyens pour arriver à l’équilibre des finances publiques.

Concernant ses "engagements" économiques, on note un chemin de voie plus que hasardeux, à savoir la sortie de l’euro, et plus globalement de l’Union européenne même si cela n’est pas dit explicitement. Avec la sortie de l’euro, c’est bien évidemment un nouveau monde qui s’ouvre à la France, et qui suppose qu’on règle le problème du contrôle des changes ; de même, le gel des avoirs bancaires et de l’épargne auraient nécessairement lieu dans ce contexte de sortie de l’euro. Or là-dessus, elle est en contradiction avec ce qu’elle dit en voulant supprimer la loi Sapin II. Ce nouveau monde découlant d’une sortie de l’euro, lui non plus, n’est pas détaillé.

Marine Le Pen propose de revenir en arrière sur d’importantes réformes, proposant notamment l’annulation de la réforme des retraites. Or tout le monde sait aujourd’hui qu’il n’est pas crédible de remettre la retraite à 60 ans. Il s’agit là très clairement d’une proposition démagogique.

La mesure visant à supprimer la loi El Khomri est un geste d’ouverture vis-à-vis de la gauche de la gauche, sachant que cette loi ne constituait pas une révolution véritablement. D’ailleurs, Benoît Hamon pourrait tout à fait défendre une telle proposition, même s’il n’ose pas le dire.

On remarque également un certain nombre d’engagements d’inspiration trumpiste, notamment en matière de protectionnisme, mais aussi sur la réindustrialisation, points sur lesquels nous ne sommes pas loin de la proposition de principe à mon sens plutôt que sur des mesures concrètes et qui auraient un effet tangible.

Sur le pouvoir d’achat, on voit bien que la candidate du FN est sur la longueur d’ondes de la gauche, avec sa proposition d’un minimum vieillesse, d’une prime pouvoir d’achat, d’une baisse de 5% des tarifs réglementés, etc. Il en est de même également avec les 35 heures. On est loin de la Marine Le Pen libérale des années 1990. On pourrait qualifier son programme actuel de "corpo-social", pujadiste, mais certainement pas de libéral. Nous sommes donc assez éloignés des anciennes postures du Front national. On remarque cela depuis l’arrivée de Florian Philippot ; désormais, le cœur de business du Front national est situé à gauche de l’échiquier politique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

03.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

04.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

Commentaires (42)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kronfi
- 06/02/2017 - 18:43
melenchon....c'est
l,UEM....
l'Union Europeo-Magrebine,,,, l'espace mediterranee....
Bonjour les degats......
kronfi
- 06/02/2017 - 17:50
En contrepartie

La France se reindustrialise..rapatrie ses usines, pour produire francais et pour les exportateurs, c;est tout benef... non seulement ils recuperent leurs marges, mais exportent plus dans leurs produits d'excellence, des produits dont la devaluation aura ete salutaire. On remettra les banlieues au travail, au lieu de les voir gagner leur vie a dealer du shit, Notre agriculture sera plus competitive a l'export... et on aura pas besoin de fermes de 1000 vaches, pour assurer des revenus descents a ceux qui nous nourrissent. les 20 milliards d'euro donnes a l'UE, les taxes intelligentes a l'import, le blocage de tout immigration illegale, la fin des subventions aux associations aidant les illegaux, la fin des aides en toute sorte pour tout etranger venu illegalement en France, permettront de remettre le pays dans le droit chemin de la vertu, et des economies qu'il n'aurait jamais du quitter.

ou est un programme de gauche dans cette affaire?
kronfi
- 06/02/2017 - 17:49
Je n'arrive pas a comprendre

Ceux qui disent qu'une sortie de l'euro serait une catastrophe... energie : en France nous avons le nucleaire, pas besoin d'importer son electricite, petrole: seul 20 % du prix du petrole serait impacte sur le prix final, sans meme toucher aux taxes nationales, et a supposer que le franc devalue de 20% /dollar la hausse du prix de l'essence ne serait que de 4%. epargne : un franc =un euro ou est le probleme sauf ceux qui veulent s'acheter une villa au maroc pour leurs vieux jours, ou voyager aux USA. Combien de personnes cela touche? Logement: le credit au lieu d'etre en euro sera en francs, le loyer restera en franc, cela ne changera rien. construction : cout plus eleve dans la construction certe, mais sans doute pas plus que la devaluation du franc/dollar. En contrepartie plus de travailleurs francais sur les chantiers et meilleure remuneration de base. multimedia : Ah oui votre IPAD et autres Iphone vous coutera plus cher.... La belle affaire...sauf pour ceux qui peuvent DEJA se payer ces gadgets de luxe... textile : au lieu d'acheter du chinois , on fabriquera francais et de qualite, votre tricot vous le garderez 5 ans au lieu de 5 lavages...

Read