En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Pixabay
Yellow Submarine
“Tinder” pour ados : parents, accrochez vos ceintures, les sites qui surfent sur les pulsions sexuelles de vos enfants débarquent en France
Publié le 03 février 2017
L'application "Yellow" a été créée par des entrepreneurs français et rencontre un large succès chez les 12-17 ans, en France et à travers le monde. Cet outil de rencontre est assez vite devenu un moyen d'échange pornographique pour les adolescents, exposant ses jeunes utilisateurs à plusieurs risques.
Nathalie Nadaud-Albertini est docteure en sociologie de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et correspondante au Centre de Recherche sur les Médiations de l’Université de Lorraine.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Nadaud-Albertini
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Nadaud-Albertini est docteure en sociologie de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et correspondante au Centre de Recherche sur les Médiations de l’Université de Lorraine.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'application "Yellow" a été créée par des entrepreneurs français et rencontre un large succès chez les 12-17 ans, en France et à travers le monde. Cet outil de rencontre est assez vite devenu un moyen d'échange pornographique pour les adolescents, exposant ses jeunes utilisateurs à plusieurs risques.

Des entrepreneurs français ont créé l’application Yellow très populaire en Angleterre et qui gagne du terrain en France. Cet outil est un croisement entre Tinder et Snapchat réservé aux jeunes de 13 à 17 ans. Quels sont les risques liés à cette application (pédophilie, pornographie infantile…) Quelles conséquences chez les jeunes utilisateurs ?

Nathalie Nadaud-Albertini : Yellow expose les jeunes utilisateurs à plusieurs risques. Le premier est d’être confronté à des prédateurs sexuels qui créent des comptes mensongers (des « fakes »). En effet, rien n’empêche un adulte de créer un compte en mentant sur son âge. Aucune procédure ne vient s’assurer que ce sont bien des adolescents qui ouvrent des comptes et par la suite qui échangentvia cette application. Pour un adulte ayant des tendances pédophiles, il est très facile d’entrer en contact avec des adolescents en utilisant Yellow et de les inciter à poster des photos ou des vidéos où ils apparaissent dénudés.

Un deuxième risque concerne les usages par les jeunes eux-mêmes. C’est un espace numérique qui peut leur apparaître comme une sphère de socialisation juvénile, à l’abri du regard de leurs parents, où ils peuvent « jouer à être adultes », sans risques, notamment en se déclarant hétérosexuels, gays, lesbiennes, bi à un âge où peu ont une connaissance aussi nette de leur orientation sexuelle. Ou en échangeant des commentaires explicitement sexuels, qu’ils soient verbaux ou en images. Pour ce faire, ils ont développé un usage codé des émoticônes. Au-delà de la classique aubergine (qui symbolise le sexe masculin), d’autres sont plus cryptés, comme un chat avec une expression de surprise qui signifie que l’on veut voir son interlocuteur nu, ou l’émoji représentant un diable violet qui veut dire « échangeons des images et des photos ouvertement sexuelles ».

Le problème est qu’il ne s’agit pas d’un jeu, car cette sphère n’est pas uniquement virtuelle, elle est directement connectée à la réalité. C’est-à-dire que l’on n’est pas dans un cas de médias qui entraînent dans un univers fictionnel, comme le font les films ou les séries TV. Ce sont de vraies personnes qui sont derrière l’application, pas des représentations, pas des images, pas des acteurs. Et c’est soi que l’on engage, que l’on expose, que ce soit par les paroles ou les vidéos. Si des propos ou des images choquent, il n’est pas possible de prendre du recul et de déconstruire la représentation en disant que les comportements dans la « vraie vie » sont différents de ce que l’on voit à l’écran. On peut à la rigueur se dire que les paroles ou les images proviennent de personnes qui ont une vision déformée de la réalité, mais la prise de distance est plus difficile, car les jeunes sont personnellement engagés dans l’interaction. Et si on s’est exposé en acceptant d’être le support des fantasmes d’autrui et que l’on en est blessé, il est impossible de faire machine arrière. Au-delà des possibles utilisations pédophiles de Yellow, la conséquence majeure de cette application est donc de penser être apte à entrer dans une relation ouvertement sexuelle à un âge où on ne l’est pas.

Comment un média comme Yellow dont le but initial est la rencontre entre jeunes à si vite dévié en un outil de diffusion d’images pornographique ? Est-ce représentatif d’une nouvelle utilisation des réseaux sociaux par les adolescents ?

L’objectif initial de Yellow a dévié, à mon sens, parce que l’application permet de surinvestir un élément de l’apprentissage de la vie amoureuse, en éliminant totalement les autres dimensions. Je m’explique. Pour apprivoiser les relations sentimentales, les adolescents ont tendance à frimer entre eux, à afficher un usage expert de la sexualité qu’ils n’ont pas dans les faits. La plupart du temps, ces outrances restent verbales et de l’ordre de la représentation de soi au sein d’un entre-soi (garçons entre eux, filles entre elles). Sauf exception, quand ils sont en présence d’une personne avec qui ils sont susceptibles de s’engager dans une relation affective, ce genre de rodomontades cesse pour laisser place à un autre genre de relation qui relève bien moins d’un rapport instrumental à autrui. Ils entrent alors plus dans le domaine du sentiment. Ils se demandent ce que pense, ressent l’autre, comment interpréter tel ou tel propos, tel ou tel comportement, comment le/la « conquérir » etc. Mais Yellow efface le côté réel qu’implique la relation de face-à-face pour laisser place à un autrui que l’on réduit à une projection qui sert à se prouver que l’on est « grand «  puisque l’on sait « jouer le jeu » d’une sexualité explicite et réduite à un rapport instrumental à l’autre corps. Les ados se disent ceci : « c’est un Tinder pour adolescents, Tinder, c’est ouvertement sexuel, donc il faut savoir être ouvertement sexuel sur Yellow, comme ça je ferais comme les grands ». De plus, l’appli permet d’échanger des images et des vidéos éphémères comme sur Snapchat, de sorte qu’ils se disent qu’ils peuvent se « lâcher », parce que tout ce qui se passe sur Yellow est cantonné à l’éphémère, au virtuel, au jeu, sans conséquences. Sauf que la relation à autrui n’est jamais un jeu. 

En tant que parents comment pouvons nous encadrer l’utilisation de ce type d’application ? Selon vous les adultes doivent-ils censurer cet outil ? 

Oui, il me semble préférable d’encadrer cet outil en expliquant aux adolescents que l’espace numérique n’est pas une zone déconnectée du monde IRL (« In Real Life »), que c’est n’est pas un univers de fiction où l’on peut jouer à être grand. C’est un monde où les échanges, verbaux ou par le biais d’images exposent et impliquent de véritables personnes, où la relation à l’autre a des conséquences aussi réelles qu’en face-à-face dans le monde IRL. Il me semble également important de leur apprendre que n’importe où, on peut toujours refuser l’interaction que l’autre propose. C’est-à-dire que rien n’oblige à accepter d’être le support des fantasmes d’autrui, dans la vie numérique comme IRL.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Après les trottinettes électriques, la prochaine mode pourrait bien être le bâton sauteur
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
Ne l’appelez plus Shinzo Abe mais Abe Shinzo
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
07.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires