En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Chine : des marchés d’animaux sauvages auraient réouvert

03.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

04.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

07.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Ennemi intérieur
Attaque à Romans-sur-Isère : trois Soudanais en garde à vue
il y a 18 min 54 sec
décryptage > Terrorisme
Opportunisme

Attaque islamiste de Romans-sur-Isère : la pandémie n'arrêtera pas les attentats... bien au contraire

il y a 1 heure 29 min
décryptage > France
C'est quand même bien loin du Soudan

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

il y a 2 heures 1 min
décryptage > International
Et pendant ce temps-là...

Syrie : Rapports conflictuels entre la Turquie et les rebelles à Idlib

il y a 2 heures 17 min
décryptage > International
L’étrange virus

Covid-19 : de la catastrophe à la crise

il y a 2 heures 30 min
décryptage > Société
Lourde casquette

Pourquoi qualifier les médecins et autres travailleurs du « front » de héros n’est pas forcément leur rendre service

il y a 2 heures 51 min
décryptage > Europe
Exemple historique

Eurobonds et survie de l’Europe : cette vieille histoire américaine que l’UE ferait bien de sérieusement méditer

il y a 3 heures 4 min
pépites > Politique
Défiance
Covid-19 : une majorité de Français jugent que le gouvernement gère mal l'épidémie
il y a 20 heures 8 min
light > Media
Solidarité
Le groupe Canal+ va reverser ses recettes publicitaires de 20h à la Fondation de France
il y a 21 heures 30 min
pépite vidéo > International
Le monde d'avant
Coronavirus : en Suède, sans confinement, la vie continue comme si de rien n'était
il y a 22 heures 31 sec
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX vient de dévoiler le guide d'utilisation du Starship ; Mars Helicopter : la genèse du premier engin volant dans l'atmosphère de Mars
il y a 1 heure 14 min
décryptage > France
Libertés publiques

Pourquoi le préfet de police de Paris ferait mieux d’organiser les déplacements utiles plutôt que de menacer les Français

il y a 1 heure 47 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

​Voué aux chats

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Economie
Ne rien cacher

La bourse ou la vie-rus ?

il y a 2 heures 22 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Le Coronavirus grippe (aussi) les énergies renouvelables
il y a 2 heures 42 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Heurs et malheurs du guerrier au crépuscule du Moyen Age

il y a 3 heures 2 min
pépites > Sport
Machisme
Clémentine Sarlat dénonce le harcèlement moral et les remarques sexistes qu'elle a subies à "Stade 2"
il y a 19 heures 12 min
décryptage > Politique
La voix de son maître

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

il y a 20 heures 46 min
light > Culture
Industrie à l'arrêt
Disney repousse une douzaine de films Marvel à cause de l'épidémie
il y a 21 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire populaire du football" : Populaire et subversif : vive le foot !

il y a 23 heures 31 min
France d'en haut

Le directeur de Sciences Po cible d'une élite française accro au statu quo

Publié le 24 février 2012
Depuis quelques semaines, le directeur de Sciences-Po est attaqué de toutes parts, notamment sur son salaire. Et si c'était avant tout sa personnalité et sa volonté de faire bouger les lignes qui dérangeaient la "France d'en haut" ?
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis quelques semaines, le directeur de Sciences-Po est attaqué de toutes parts, notamment sur son salaire. Et si c'était avant tout sa personnalité et sa volonté de faire bouger les lignes qui dérangeaient la "France d'en haut" ?

Depuis quelques semaines, Richard Descoings, le directeur de Sciences-po, est attaqué de toutes parts. Au cœur de la polémique, ses revenus font débat : révélée par Mediapart, l’affaire se concentre sur le salaire (élevé) du directeur. Le Monde a consacré plusieurs pages à cette actualité brûlante (On lira notamment les articles Sciences-po : le mandat de trop de Richard Decoings ?, les points de vue de Laurent Batsch, de Jean-Claude Casanvo et Michel Pébereau défendant le bilan de l’école, ainsi que d’autres disponibles sur une page "spéciale" du site du quotidien). Récemment, dans Libération, des étudiants ont signé une tribune exigeant des explications. E il y a plusieurs semaines, un email piraté annonçait même son départ. Débat purement germanopratin direz-vous ? Il est vrai qu’au plein cœur d’une crise économique d’une gravité rare et pendant une campagne présidentielle aux enjeux importants, le sujet ne semble pas d’une urgence pressante… 

Et pourtant ! Le débat sur le salaire de Richard Descoings est un prétexte pour attaquer plus profondément ses réformes de Sciences-po. Il gagne beaucoup d’argent – certainement. Il aurait dû être plus transparent – sans aucun doute. Mais toutes ces attaques semblent cacher une entreprise plus ambitieuse, dans lequel s’affrontent des visions divergentes de l’enseignement supérieur. Ce qui s’exprime de plus profond dans ce débat, c’est le malaise des élites françaises face à un personnage réformateur et dont la personnalité détonne ; c’est le conservatisme des élites françaises et leur capacité rare à se mobiliser pour défendre leurs monopoles. Ce que révèle cette polémique, c’est à quel point la société française est sclérosée et combien les défenseurs du statu quo sont efficaces et prêts à se battre. Ce que tout cela démontre, c’est que le principal obstacle au changement en France n’est peut être pas le « peuple ».

Bien sûr, on pourra reprocher à Monsieur Descoings un goût de la provocation qui dépasse parfois son sens de la communication. On regrettera, à juste titre, que ses arguments sur le coût de la scolarité oublient que ceux qui paient leurs études paient déjà, par ailleurs, des impôts exagérément élevés. Mais le nœud du problème est ailleurs.

Le fond du sujet est de savoir si, en dépit de quelques inconvénients et ratés, le constat de Richard Descoings est le bon. Ce constat, c’est celui qu’en France, l’ascenseur social est un mythe bien fatigué. Ce constat est aussi celui d’un enseignement supérieur français las, impotent, inexistant dans la compétition internationale, rétif au dynamisme et ignorant du monde du travail et de l’économie réelle.

Sur ces éléments de diagnostic, Richard Descoings a raison. L’Education nationale a échoué dans sa mission de promotion des talents. Elle doit être réformée profondément. En attendant, la France ne peut pas se priver des jeunes doués venus des quartiers populaires. Elle ne peut pas non plus se permettre de rester en dehors de l’enseignement supérieur mondial : nos universités ont des bâtiments prestigieux, mais cela ne suffit pas à assurer la qualité de leur rayonnement.

Reste à savoir si les solutions proposées par Sciences-po sont aussi les bonnes ?

Car c’est précisément là que se nouent les conflits : sur la solution des conventions CEP, adoptées il y a maintenant 10 ans (!) par l’Institut d’études politiques de Paris. Cette solution part du principe qu’il faut diversifier les voies de recrutement. Pas recruter au rabais, mais recruter autrement. Les élèves issus des conventions ont beaucoup de talent et un bon niveau académique. Ils passent des épreuves qui sont difficiles et auxquelles beaucoup de ceux recrutés par d’autres voies échoueraient. Au demeurant, bien évidemment, ils ne sont pas choisis parce qu’ils sont pauvres ou immigrés !, mais parce qu’ils sont très simplement bons et travailleurs ! L’important est de savoir recruter les meilleurs d’où qu’ils viennent, en fonction de leur talent : tout cela est finalement très méritocratique.

Cette solution des conventions CEP n’est pas parfaite ? Certainement. Elle pourrait aussi se tourner plus vers les milieux ruraux, où les jeunes souffrent aussi des difficultés d’accès à la réussite. Mais elle a le mérite d’ouvrir l’accès de filières prestigieuses à des jeunes qui en étaient exclus. Elle a l’efficacité d’introduire des nouveaux entrants venus contester un monopole social parfaitement injustifié.

Quant à la suppression de l’épreuve de culture générale, que de bruit pour rien ! L’épreuve en question consiste en la rédaction d’une dissertation dont l’évaluation est fondée non sur la connaissance des "Classiques", mais sur un conformisme intellectuel, social et surtout très parisien. On ne peut pas dénoncer en même temps le formatage des élites et vanter les prétendus bienfaits de cette épreuve ! Par contre, Sciences-po devraient renforcer, par la suite, les connaissances de ses élèves, souvent lacunaires. Mais l’IEP ne peut être tenu responsable de l’échec de l’Education nationale !

Le système scolaire bénéficie aujourd’hui aux jeunes qui ont accès à la bonne information et à la bonne formation, c'est-à-dire aux « initiés » : les "fils de profs" (leurs parents sont le système et peuvent les aider) et les "gosses de riches" (leurs parents peuvent financer les aides qu’ils ne connaissent pas). En soi, ce n’est pas choquant : il est normal de faire profiter ses enfants de sa réussite. Ce qui est anormal, c’est qu’on refuse que les autres aient ces mêmes chances ; c’est qu’on s’organise de manière à écarter des jeunes qui pourraient, par leur travail, leur mérite et leur talent, contester le confort douillet des rentiers de notre société.

Richard Descoings a beaucoup fait évoluer son école. De cette profusion de réformes, il ressort parfois un sentiment de fuite en avant qui déstabilise jusqu’à ses partisans. Il n’en reste pas moins qu’aujourd’hui, l’IEP est toujours couru de tous les bons élèves de France, qu’il a développé des partenariats avec les meilleures universités mondiales, qu’il publie et recrute, qu’il innove et propose. Bien sûr, il est toujours possible de faire autrement. Bien sûr, les modifications du programme semblent parfois trop fréquentes et pas systématiquement bienvenues. Mais au moins, au moins !, Richard Descoings fait bouger son école là où tant d’autres établissements français dorment sur des lauriers acquis il y a des dizaines d’années !

Ce qui déplait tant chez Richard Descoings, c’est qu’il fait bouger les lignes, qu’il s’attaque aux scléroses, qu’il conteste les monopoles et qu’il oblige des castes à se remettre en question. Bref, il réforme. C’est si rare que ce seul fait mérite d’être salué.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Chine : des marchés d’animaux sauvages auraient réouvert

03.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

04.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

07.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
bobocleaner
- 27/02/2012 - 01:33
cirer les pompes de son directeur
ca s apprend aussi toujours a Sciences Po ouf au moins une tradition respectée

oublie pas de voter PS aussi . mdr;
YOYO
- 26/02/2012 - 01:52
L'hypocrisie à l'état brute...
Pourquoi ne pas avoir indiquer (au passage...) le montant du salaire en question: 24 000 euros mensuel soit... près de 1000 euros par jour tout de même. Sans parler de la prime dont on ne connaît tout simplement pas le montant.
Et cela pour le directeur d'une Grande Ecole qui se targue d'inaugurer aux yeux du monde entier un système d'intégration plus juste des étudiants issus de milieux défavorisés.
Alors je veux bien croire que Mr Le Noan (enseignant à Sciences-po qui plus est) ne désire pas bousculer le système en place mais ne serait-il pas plus utile de consacrer toute cette énergie à mettre un terme définitif à cette répugnante hypocrisie.
J'ai 20 ans cette année et en ai assez de voir cet état d'esprit souiller l'instauration de réformes indispensables au fonctionnement d'une démocratie digne de ce nom! Un pays qui ne sait pas se réformer est un pays qui se meurt lentement mais surement.
Faute d'attendre des engagements concrets, je compte m'exiler à l'étranger dans les mois qui suivent.
Je souhaite en tout cas beaucoup de courage et de patience à tout ceux et à toutes celles qui luttent au quotidien pour que ce genre d'abus régressent fautes de disparaître...
julesh
- 25/02/2012 - 17:14
Le bilan n'est pas une justification de l'opacité!
M. Le Noan,
Avez-vous lu la tribune des étudiants de SciencesPo que vous citez pourtant? Si oui, vous auriez bien vu que notre critique se portait sur l'opacité des bonus et la réaction de Descoings à ce propos. Nous rappelons, à de maintes reprises, que nous jugeons très bon le bilan de Descoings. Pour autant, cela ne justifie en rien le manque de transparence. Si M. DEscoings veut réformer à ce point et engager une vraie culture de la performance au sein de ScPo, alors il doit le faire en rendant publics les bonus et les critères de leur attribution.