En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Débat sur l’immigration : un consternant surplace collectif

ça vient d'être publié
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 30 min 36 sec
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 1 heure 32 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 2 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 4 heures 42 min
décryptage > Culture
7ème art

Soubresauts, horreurs et beauté du monde à Saint-Jean de Luz

il y a 6 heures 17 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 13 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 30 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Cette semaine l’Europe joue son destin sur le Brexit

il y a 7 heures 8 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Stadia : Google mise sur la latence négative pour s’imposer dans l’univers des jeux vidéos. Décisif ou moufte aux yeux ?
il y a 7 heures 39 min
décryptage > Economie
Incompréhension

L’étrange capacité du capitalisme financiarisé à perdurer envers et contre tout

il y a 8 heures 13 min
décryptage > International
Opération "printemps de la paix"

Syrie : multi jeux de dupes autour des Kurdes (et des djihadistes de Daesh)

il y a 8 heures 30 min
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 50 min 29 sec
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 1 heure 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 4 heures 32 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 4 heures 54 min
décryptage > Social
Exercices de coloriage

Il est beaucoup question du "vieux mâle blanc". Mais pourquoi ne parle-t-on jamais du " vieux mâle noir" ?

il y a 6 heures 25 min
décryptage > Religion
Loi de 1905

Pourquoi la laïcité ne devrait pas être invoquée dans la lutte contre l’islamisme

il y a 7 heures 34 sec
décryptage > Politique
Conceptuel

Le populisme, phénomène bien plus fondamental que le simple fruit de l’épuisement de la démocratie représentative ou de l’hystérisation des classes moyennes

il y a 7 heures 34 min
décryptage > Economie
Courage!

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

il y a 8 heures 9 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

il y a 8 heures 19 min
décryptage > Politique
Lourde tâche

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

il y a 8 heures 44 min
© Reuters
© Reuters
Prédictions auto-réalisatrices

Made in Trump : mais quel intérêt les Etats Unis auraient-ils à voir l’euro "exploser" d’ici 12 à 18 mois comme le prévoit le (probable) futur ambassadeur américain auprès de l’Union européenne ?

Publié le 27 janvier 2017
Ted Malloch le probable futur ambassadeur américain pour l'Union Européenne est persuadé que l'euro va s'effondrer dans le 18 mois à venir. Si cette affirmation est relativement excessive, il est vrai que l'euro connait des difficultés contrairement à ce que Pierre Moscovici assène. Les Etats-Unis ont certainement un intérêt à voir une zone euro faible.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ted Malloch le probable futur ambassadeur américain pour l'Union Européenne est persuadé que l'euro va s'effondrer dans le 18 mois à venir. Si cette affirmation est relativement excessive, il est vrai que l'euro connait des difficultés contrairement à ce que Pierre Moscovici assène. Les Etats-Unis ont certainement un intérêt à voir une zone euro faible.

Atlantico : ”L’euro peut s’effondrer d’ici 12 à 18 mois” a affirmé Ted Malloch probable futur ambassadeur des Etats-Unis à Bruxelles pour l’administration Trump. Pierre Moscovici a quand à lui répondu que si la zone euro avait besoin d’être plus unifiée la monnaie est solide. Quel est l'intérêt concret pour Donald Trump de déstabiliser la zone euro ?

Edouard Husson : Ce qui est frappant, c'est que M. Moscovici tombe dans le piège qui lui est tendu: il répond sur l'euro, au lieu de répondre sur le nécessaire respect des règles par la Grande-Bretagne tant qu'elle n'est pas sortie de l'Union Européenne; elle doit s'abstenir de négocier des traités commerciaux de manière unilatérale. La déclaration de M. Malloch est à replacer dans ce contexte. Madame May et M. Trump vont vraisemblablement se concerter longuement sur la stratégie de Brexit. Et les Etats-Unis promettront, par la bouche de leur Président, de garantir la Grande-Bretagne. C'est le sens des propos tenus par M. Malloch à la BBC. Il envoie un message aux Européens: traitez bien la Grande-Bretagne, sinon vous vous trouverez face à un front anglo-américain uni. Evidemment, il pointe une des faiblesses de l'adversaire: la monnaie européenne est fragile, à la fois du fait des défauts de construction de l'euro mais aussi des crises à répétition déclenchées par la dette grecque depuis 2010. Ce propos relève d'une logique de dissuasion, pour forcer l'adversaire à venir à la table de négociation à un moment où beaucoup, à Bruxelles, continuent à penser que le Brexit ne se fera pas ou qu'il tournera mal pour Londres. On touche là du doigt la faiblesse des adversaires de Trump: ils le croient irrationnel et donc ils ne cherchent pas à décrypter son jeu. Ils pensent que la politique washingtonienne obéit à des impulsions erratiques, alors que tout est réfléchi. Malloch a évidemment été autorisé par Trump à faire une telle déclaration. À la veille de la rencontre que le président américain va avoir avec Madame May. Londres et Washington choisissent leurs positions en cas d'affrontement; et M. Moscovici montre que l'Europe continentale n'est pas très stratège. 

L’effondrement de l’euro dans l’année à venir est un scénario probable ? Quels sont ses points de fragilité, spécifiquement dans les 12-18 mois ? Quelles sont les fragilités de l’euro que Pierre Moscovici semble vouloir écarter et que Ted Malloch exacerbe ?

Je précise d'emblée que pour moi la notion de "souveraineté monétaire"  n'a aucun sens. La monnaie est une réalité internationale, mondiale, même. L'une de ses fonctions est de permettre l'échange entre les hommes, les entreprises, les groupes. Jusqu'en 1914, il y avait une monnaie unique mondiale, l'or, sur lequel étaient gagés la plupart des instruments de circulation monétaire dans le monde. Ce n'était sans doute pas le meilleur des systèmes car le système monétaire historique a été, jusque dans les années 1870, le plurimétallisme (dont l'or et l'argent). Même dans notre système de fiat currency, nous voyons bien que l'économie mondiale fonctionne avec un petit nombre de monnaies de réserve. Je ne fais donc pas partie de ceux qui défendent une monnaie nationale contre l'euro. Mais la monnaie européenne a été mal conçue: on a en gros étendu à l'Europe la conception allemande de la gestion des instruments de crédit ("monnaie unique") au lieu de créer un étalon monétaire assorti d'une décentralisation de la création de crédit pour être au plus près des besoisn de l'économie ("monnaie commune"). Le système est intenable parce qu'on ne gère pas un ensemble aussi immense que la zone euro, avec des sociétés aussi diverses et des besoins en crédit aussi hétérogènes. A part l'Allemagne, pour qui l'euro est un mark sous-évalué, la plupart des autres membres de la zone euro ont été soumis par la monnaie unique à des tensions économiques et sociales de plus en plus insupportables, débouchant sur du chômage, des délocalisations, un sous-investissement dramatique. La Grèce a été brisée par ce système. L'Italie est au bord de la rupture. La France connaît une lente et inexorable montée du Front National d'un côté et la radicalisation islamiste de l'autre etc....Depuis 2010, la zone euro tient grâce au quantitative easing (mais qui profite aux banques, non aux populations) et à la loi d'airain budgétaire imposée par les gouvernements de la zone euro à leurs sociétés. Ted Malloch n'a pas grand mérite à dire une évidence: la zone euro est fragile, plus fragile qu'elle n'en a l'air. 

Du point de vue du rapport de force entre nations, et entre grands ensembles, quels seraient les effets à terme d'une telle explosion?

L'Hôpital se moque de la Charité. Le système monétaire mondial instauré par Nixon en août 1971, celui du dollar comme monnaie de réserve du monde, a eu des effets profondément délétères sur les Etats-Unis. Ils ont vécu pendant 45 ans à crédit, et même à crédit illimité car le monde entier avait besoin de l'émission de bons du Trésor américain pour garantir la création internationale de moyens de paiement. L'Amérique désindustrialisée, rongée par les inégalités sociales, la criminalité et le racisme, parasitée par son complexe militaro-industriel, placée sous surveillance par un oligopole des entreprises du numérique est largement l'enfant de ce système monétaire destructeur. Si l'on veut défendre une économie ouverte face au néo-protectionnisme de Trump, il faut plaider pour la reconstitution d'un ordre monétaire international, les grandes régions du monde acceptant soit un étalon monétaire universel soit une limitation des fluctuations des grandes monnaies les unes par rapport aux autres. Sans doute la meilleure politique économique est-elle à un point d'équilibre entre régulation du commerce mondial pour corriger les distorisions de concurrence et ordre monétaire universel. Mais le monde dans lequel nous entrons semble devolir être caractérisé par un protectionnisme fort et un grand désordre monétaire international. On voit bien que face à la Chine - et ses réserves abondantes en or, en euros et en dollars - Trump pourrait avoir intérêt à jouer l'éclatement de l'euro pour que les Européens rachètent massivement du dollar et aident à stabiliser la monnaie américaine. Faire éclater la zone euro c'est aussi provoquer, mécaniquement, le renchérissement de la monnaie pour les Allemands et rendre leurs exportations moins compétitives. Mais, plus profondément, Trump va jouer la consolidation du dollar en même temps que la reconstitution d'une entente avec Moscou. Entre les trois puissances (USA, Royaume-Uni et Russie), l'Europe continentale éclatée rebasculerait de facto dans la zone dollar.  Trump joue l'Euramérique face au projet chinlois d'Eurasie. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Débat sur l’immigration : un consternant surplace collectif

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Citoyen Ordinaire
- 27/01/2017 - 23:27
Espérons !
Qu'on en sorte ainsi que les pays en difficultés comme la Grèce ou l'Italie.
L'Euro ne sert que l'Allemagne, drôle d'union européenne....
Et une même monnaie pour 28 pays si différents, même un enfant de CM2 peut comprendre que cela ne peut fonctionner.
vangog
- 27/01/2017 - 12:14
Excepté les éternelles fatwas anti-partis-souverainistes...
tout le reste est juste, et a été dénoncé, dès le début de l'Euro, par la plupart de ces partis souverainistes que vous haïssez! ces lanceurs d'alerte ont dénoncé le danger d'un Euromark surévalué pour les pays moins compétitifs d'Europe, le danger de manipulation de leurs monnaies par Américains et asiatiques, face à un euro rigide et bêtement vertueux, le danger de l'abandon de l'ECU, monnaie d'échange-étalon fluctuante, qui était parfaitement adaptée à l'UE, et aurait permis le ai rien des monnaies nationales, des souverainetés budgétaires et monétaires, indispensables pour amortir les différences de compétitivité...
J'accuse
- 27/01/2017 - 11:35
L'UE est déjà morte, mais elle ne le sait pas encore
Il n'y a pas que l'euro qui soit faible dans UE: tout l'est. L'Union n'existe plus que par des traités et des règles de moins en moins respectés, et sa gouvernance est déconnectée des réalités. La mise en œuvre effective du Brexit sonnera le glas de cet assemblage hétéroclite sans fondation solide et sans légitimité populaire.