En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

07.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 7 min 28 sec
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 2 heures 7 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 3 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 3 heures 48 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 5 heures 11 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 5 heures 32 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 6 heures 4 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 6 heures 17 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 6 heures 46 min
décryptage > Politique
LREM

Islamisme : Emmanuel Macron peut-il faire changer la peur de camp sans changer... sa majorité ?

il y a 7 heures 21 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 56 min 6 sec
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 2 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 3 heures 33 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 4 heures 31 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 5 heures 16 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 5 heures 47 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 6 heures 11 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 6 heures 46 min
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 7 heures 8 min
pépites > Terrorisme
Hommage
Samuel Paty recevra la Légion d'honneur posthume et sera fait Commandeur des palmes académiques annonce le ministre de l'Education
il y a 7 heures 51 min
La campagne, ça vous gagne

Le vote des agriculteurs peut-il basculer à l'extrême droite ?

Publié le 25 février 2012
Le Salon de l'agriculture débute ce week-end. Si leur vote ne pèse guère en termes de volume, les agriculteurs continuent de représenter un symbole dans le paysage électoral français. Et leur vote a évolué depuis ces dernières années...
Joël Gombin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joël Gombin est doctorant en science politique au CURAPP (Université de Picardie-Jules Verne – CNRS).Ses travaux portent  notamment sur le vote en faveur du Front national et sur les comportements politiques des mondes agricoles.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Salon de l'agriculture débute ce week-end. Si leur vote ne pèse guère en termes de volume, les agriculteurs continuent de représenter un symbole dans le paysage électoral français. Et leur vote a évolué depuis ces dernières années...

Atlantico : Les candidats à la présidentielle vont défiler au Salon de l'agriculture ce week-end. A-t-on des éléments sur les intentions de vote de cette profession qui reste en proie à d’importantes difficultés ?

Joël Gombin : Il reste très compliqué d’évaluer les intentions de vote des agriculteurs. Non seulement la prévision électorale est un exercice compliqué mais il l’est encore plus pour cette population. Au vu du faible poids qu’ils représentent au sein des Français, ils ne sont même plus pris en compte comme une catégorie à part dans les sondages classiques.

On sait qu’en France, il y a une tradition historique depuis les années 1960 chez les agriculteurs vers un vote plutôt orienté à droite. Il y a peu de chances que cette tendance évolue de manière violente. Par contre, il faut bien comprendre qu’au-delà de cette constante, le vote des agriculteurs est beaucoup plus hétérogène qu’on ne veut le croire. Il subsiste des fractions significatives du monde agricole qui votent à gauche.

On sait qu’en 2007, les agriculteurs avaient voté majoritairement pour Nicolas Sarkozy mais dans une proportion moindre qu’au cours de précédents scrutins, notamment en faveur de Jacques Chirac. Nicolas Sarkozy s’est très largement désintéressé des agriculteurs, aussi bien au cours de sa première campagne qu’au cours de son mandat. Il est un urbain qui s’assume comme tel et qui n’a jamais cherché, contrairement à d’autres politiques, à se rapprocher de cet univers.

Dans un contexte où les dernières années ont été difficiles pour de nombreuses branches du monde agricole, Nicolas Sarkozy risque de ne pas être plébiscité. Un décalage des votes vers la droite de la droite est une possibilité. Dans le nord-est de la France, c’est une tendance remarquée. Mais François Hollande incarne une gauche qui a un lien traditionnel réel avec le monde agricole. Il est élu en Corrèze, département à forte tendance agricole. Le candidat socialiste connaît mieux ces enjeux que Nicolas Sarkozy et il devrait avoir une certaine audience. D’autant plus qu’il mène une campagne qui reste peu orientée sur les questions environnementales.

 

Pour les candidats, le vote agricole est-il encore un enjeu ?

D’un point de vue strictement quantitatif, ce n’est pas un enjeu. A moins d’être dans une campagne extrêmement serrée, mais les candidats ne sont pas encore à la chasse du point qui fait la différence. La population agricole ne représente plus qu’une fraction minime de l’électorat. Néanmoins, c’est un enjeu symbolique. Le poids symbolique du monde agricole et rural dans l’imaginaire politique français est largement supérieur à son poids démographique réel.

Enfin, le vote agricole devient un enjeu beaucoup plus concret lorsque l’on parle des élections législatives et territoriales. Dans ces scrutins, la population agricole devient déterminante dans certaines circonscriptions et ne peut pas être négligée. Or ces résultats sont importants pour affirmer ou infirmer le choix de la présidentielle. Il ne faut pas négliger le fait qu’en 2014, il va y avoir un grand renouvellement des élus à tous les échelons, depuis les communes jusqu’au Sénat.

 

Qu’attendent les agriculteurs des candidats à la présidentielle ?

Ce qui me frappe, c’est que pour l’instant, les questions relatives à l’agriculture d’une part et à la ruralité d’autre part, sont complètement absentes de la campagne électorale. Cette tendance est encore plus marquée qu’au cours des scrutins précédents. Par le passé, des candidats avaient même fait de la ruralité leur cheval de bataille. Tous, dans tous les cas, avaient été obligés d’aborder le sujet.

C’est d’autant plus étonnant que nous sommes à la veille d’échéances  majeures pour le monde agricole (réforme de la Politique agricole commune...). Les porteurs traditionnels de cette thématique ont totalement disparu des radars.

Il y a pourtant des enjeux économiques majeurs. Une part importante du monde agricole éprouve de réelles difficultés à s’en sortir économiquement et financièrement. Au-delà, les agriculteurs aimeraient voir leur contribution à la vie sociale, en nourrissant la population, davantage reconnue.

Propos recueillis par Romain Mielcarek

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Marckox
- 25/02/2012 - 17:22
Agriculteurs.
Cessez de croire en l'UMPS.
amanite
- 25/02/2012 - 12:24
Marine
le Pen sera présente au second tour,si c'est contre Hollande elle à toutes ses chances, contre Sarkosy ou Bayrou aucune chance ...L'agriculture est vitale pour la France, et tous ceux qui font passer les banlieues avant nos campagnes sont perdus...