En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

07.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

01.

Vers une nouvelle crise alimentaire?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 8 heures 31 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 9 heures 40 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 10 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 13 heures 14 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 14 heures 11 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 15 heures 33 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 43 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 19 heures 35 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 19 heures 35 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 19 heures 36 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 9 heures 1 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 10 heures 10 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 11 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 13 heures 20 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 14 heures 56 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 16 heures 38 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 17 heures 18 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 19 heures 35 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 19 heures 36 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 19 heures 37 min
La campagne, ça vous gagne

Le vote des agriculteurs peut-il basculer à l'extrême droite ?

Publié le 25 février 2012
Le Salon de l'agriculture débute ce week-end. Si leur vote ne pèse guère en termes de volume, les agriculteurs continuent de représenter un symbole dans le paysage électoral français. Et leur vote a évolué depuis ces dernières années...
Joël Gombin est doctorant en science politique au CURAPP (Université de Picardie-Jules Verne – CNRS).Ses travaux portent  notamment sur le vote en faveur du Front national et sur les comportements politiques des mondes agricoles.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joël Gombin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joël Gombin est doctorant en science politique au CURAPP (Université de Picardie-Jules Verne – CNRS).Ses travaux portent  notamment sur le vote en faveur du Front national et sur les comportements politiques des mondes agricoles.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Salon de l'agriculture débute ce week-end. Si leur vote ne pèse guère en termes de volume, les agriculteurs continuent de représenter un symbole dans le paysage électoral français. Et leur vote a évolué depuis ces dernières années...

Atlantico : Les candidats à la présidentielle vont défiler au Salon de l'agriculture ce week-end. A-t-on des éléments sur les intentions de vote de cette profession qui reste en proie à d’importantes difficultés ?

Joël Gombin : Il reste très compliqué d’évaluer les intentions de vote des agriculteurs. Non seulement la prévision électorale est un exercice compliqué mais il l’est encore plus pour cette population. Au vu du faible poids qu’ils représentent au sein des Français, ils ne sont même plus pris en compte comme une catégorie à part dans les sondages classiques.

On sait qu’en France, il y a une tradition historique depuis les années 1960 chez les agriculteurs vers un vote plutôt orienté à droite. Il y a peu de chances que cette tendance évolue de manière violente. Par contre, il faut bien comprendre qu’au-delà de cette constante, le vote des agriculteurs est beaucoup plus hétérogène qu’on ne veut le croire. Il subsiste des fractions significatives du monde agricole qui votent à gauche.

On sait qu’en 2007, les agriculteurs avaient voté majoritairement pour Nicolas Sarkozy mais dans une proportion moindre qu’au cours de précédents scrutins, notamment en faveur de Jacques Chirac. Nicolas Sarkozy s’est très largement désintéressé des agriculteurs, aussi bien au cours de sa première campagne qu’au cours de son mandat. Il est un urbain qui s’assume comme tel et qui n’a jamais cherché, contrairement à d’autres politiques, à se rapprocher de cet univers.

Dans un contexte où les dernières années ont été difficiles pour de nombreuses branches du monde agricole, Nicolas Sarkozy risque de ne pas être plébiscité. Un décalage des votes vers la droite de la droite est une possibilité. Dans le nord-est de la France, c’est une tendance remarquée. Mais François Hollande incarne une gauche qui a un lien traditionnel réel avec le monde agricole. Il est élu en Corrèze, département à forte tendance agricole. Le candidat socialiste connaît mieux ces enjeux que Nicolas Sarkozy et il devrait avoir une certaine audience. D’autant plus qu’il mène une campagne qui reste peu orientée sur les questions environnementales.

 

Pour les candidats, le vote agricole est-il encore un enjeu ?

D’un point de vue strictement quantitatif, ce n’est pas un enjeu. A moins d’être dans une campagne extrêmement serrée, mais les candidats ne sont pas encore à la chasse du point qui fait la différence. La population agricole ne représente plus qu’une fraction minime de l’électorat. Néanmoins, c’est un enjeu symbolique. Le poids symbolique du monde agricole et rural dans l’imaginaire politique français est largement supérieur à son poids démographique réel.

Enfin, le vote agricole devient un enjeu beaucoup plus concret lorsque l’on parle des élections législatives et territoriales. Dans ces scrutins, la population agricole devient déterminante dans certaines circonscriptions et ne peut pas être négligée. Or ces résultats sont importants pour affirmer ou infirmer le choix de la présidentielle. Il ne faut pas négliger le fait qu’en 2014, il va y avoir un grand renouvellement des élus à tous les échelons, depuis les communes jusqu’au Sénat.

 

Qu’attendent les agriculteurs des candidats à la présidentielle ?

Ce qui me frappe, c’est que pour l’instant, les questions relatives à l’agriculture d’une part et à la ruralité d’autre part, sont complètement absentes de la campagne électorale. Cette tendance est encore plus marquée qu’au cours des scrutins précédents. Par le passé, des candidats avaient même fait de la ruralité leur cheval de bataille. Tous, dans tous les cas, avaient été obligés d’aborder le sujet.

C’est d’autant plus étonnant que nous sommes à la veille d’échéances  majeures pour le monde agricole (réforme de la Politique agricole commune...). Les porteurs traditionnels de cette thématique ont totalement disparu des radars.

Il y a pourtant des enjeux économiques majeurs. Une part importante du monde agricole éprouve de réelles difficultés à s’en sortir économiquement et financièrement. Au-delà, les agriculteurs aimeraient voir leur contribution à la vie sociale, en nourrissant la population, davantage reconnue.

Propos recueillis par Romain Mielcarek

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

07.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

01.

Vers une nouvelle crise alimentaire?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Marckox
- 25/02/2012 - 17:22
Agriculteurs.
Cessez de croire en l'UMPS.
amanite
- 25/02/2012 - 12:24
Marine
le Pen sera présente au second tour,si c'est contre Hollande elle à toutes ses chances, contre Sarkosy ou Bayrou aucune chance ...L'agriculture est vitale pour la France, et tous ceux qui font passer les banlieues avant nos campagnes sont perdus...