En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 5 heures 18 min
light > Culture
Secteur menacé par la crise ?
La fréquentation "s'écroule" au château de Versailles face à l’absence de touristes étrangers
il y a 5 heures 52 min
pépites > Politique
Nouvelle affectation ?
Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience
il y a 7 heures 43 min
light > Media
Nouvelle équipe
Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler
il y a 8 heures 52 min
pépites > Politique
Vice-présidente
Joe Biden choisit la sénatrice Kamala Harris comme colistière avant l’élection présidentielle face à Donald Trump
il y a 10 heures 2 min
décryptage > High-tech
Avenir

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

il y a 13 heures 31 min
décryptage > Santé
Course contre la montre

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

il y a 13 heures 59 min
décryptage > International
Idéologie

Communisme revisité : ces nouveaux penseurs dont s’inspire Xi Jinping pour diriger la Chine d’une main de fer

il y a 14 heures 17 min
décryptage > International
En même temps à risque

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

il y a 14 heures 42 min
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 1 jour 9 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 5 heures 24 min
pépites > Politique
Démocratie
Biélorussie : Emmanuel Macron exprime sa "très grande préoccupation"
il y a 6 heures 32 min
pépites > Santé
Impact de la catastrophe
Liban : plus de la moitié des hôpitaux de Beyrouth seraient "hors service" après l’explosion
il y a 8 heures 16 min
pépites > Europe
Accident ferroviaire
Un train de passagers déraille en Ecosse, les autorités redoutent un lourd bilan
il y a 9 heures 37 min
pépite vidéo > International
Violence de la catastrophe
Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti
il y a 10 heures 53 min
décryptage > Société
Tout nouveau tout beau

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

il y a 13 heures 51 min
décryptage > Science
Espace

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

il y a 14 heures 9 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Mata Hari : du mouvement Metoo au Bureau des Légendes

il y a 14 heures 30 min
décryptage > Société
Protection contre le virus

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

il y a 14 heures 52 min
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 1 jour 10 heures
© Reuters
© Reuters
Entretien

Hubert Védrine : “Face à Donald Trump, il est important que nous, Européens, cessions de trembler, de nous indigner.”

Publié le 27 janvier 2017
Après les déclarations chocs de Donald Trump cette semaine sur l'Europe, nous avons voulu faire réagir l'ancien ministre des Affaires étrangères, Hubert Védrine, sur la vision qu'a le nouveau président américain de notre continent.
Hubert Védrine
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hubert Védrine fut ministre des Affaires étrangères du gouvernement de Lionel Jospin de 1997 à 2002.Il fut également conseiller diplomatique de François Mitterrand et a créé en 2003 une société de conseil en stratégie géopolitique appelée Hubert Védrine...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après les déclarations chocs de Donald Trump cette semaine sur l'Europe, nous avons voulu faire réagir l'ancien ministre des Affaires étrangères, Hubert Védrine, sur la vision qu'a le nouveau président américain de notre continent.

Atlantico : Récemment, Manuel Valls a parlé de "déclaration de guerre de Donald Trump à l'Europe". Comment analysez-vous les réactions européennes à l'élection de Donald Trump ? Ne passe-t-on pas à côté du sujet en refusant de se confronter aux implications réelles de son élection? Quelles en sont les conséquences pour l'Europe des "valeurs" ?

Hubert Védrine : Donald Trump a été, et est choquant. Un président démocratiquement élu d'un grand pays ne devrait pas parler, ni se comporter ainsi surtout un des Etats-Unis, vu l'idée qu'ils se font d'eux-mêmes, ou alors il ne vaut pas mieux que le président philippin. Les mots blessent, dégradent et les conséquences de ce relâchement peuvent être mortifères. Pourquoi se comporte-il ainsi ? On ne sait pas. Et restera-t-il ainsi ? On n'en sait rien non plus. Une fois que l'on a dit cela, cela ne sert à rien d'en rester à la seule invocation de nos "valeurs": les Européens doivent dépasser la sidération, analyser froidement  les raisons de son élection, s'organiser sous cette pluie d'insultes, préparer la suite. 

Il a été avancé que l'approche de Donald Trump correspondait à la "Geoeconomics", soit une approche géopolitique découlant de facteurs essentiellement commerciaux, mettant en avant "l'Amérique, et non le globalisme". Sur cette base d'un Donald Trump "deal maker", ne peut-on pas  imaginer un équilibre Etats-Unis/Europe reposant sur des bases pragmatiques plus qu'idéologiques ?

Il y a bien longtemps que géopolitique et économie internationale sont liées! Pour le moment, on ne peut rien imaginer, surtout pas un équilibre quel qu'il soit entre Trump et qui que ce soit d'autre! Il faut l'observer, l'analyser, marquer nos positions (, c'est-à-dire nos intérêts). Il faut observer jusqu'où il peut aller dans son idée d' "América first" face à la Chine, les conséquences que cela aura pour les Etats-Unis et pour le commerce international, et l'effet d'aubaine pour la Chine (cf. le discours étonnant de M. Xi à Davos).

En attendant ce qui est important, c'est de cesser de trembler, de s'indigner, et de marquer clairement nos positions sur 1) la Cop et l'accord sur le climat ; 2) l'accord avec l'Iran ; 3) le commerce, notamment au niveau européen : 4) la Russie et Poutine.

Comment jugez-vous l'approche européenne des pays baltes ? L’Europe n'a-t-elle pas commis un péché d’orgueil au cours des années 1990 et 2000, en considérant un peu vite que la Russie était sortie de l'Histoire ? A cet effet, l'exemple ukrainien n'est-il pas révélateur ?

Les Occidentaux, Américains et Européens, ont eu tort de traiter la Russie avec désinvolture, voire mépris, depuis 1992 (comme l'a dit Henry Kissinger, aucun effort sérieux n'a été fait pour associer la Russie à l'organisation de la sécurité sur le continent européen), d'être souvent provocateurs (OTAN, anti-missiles, accord UE/Ukraine mal conçu). Ce qui ne disculpe pas la Russie pour autant de ses propres provocations, surtout depuis le troisième mandat de Poutine, et on peut comprendre l'inquiétude des Baltes et des Polonais. Cela dit, il faut sortir de cette impasse, d'une façon ou d'une autre.

L'Europe a-t-elle les moyens de contenir les ambitions de Vladimir Poutine, sans soutien américain ?

Je ne juge pas crédible l'hypothèse d'une menace militaire russe envers l'Europe à laquelle on ne pourrait répondre que grâce à un réengagement militaire américain, que Trump n'assumerait pas par égoïsme isolationniste. Néanmoins, il faut être avec les Russes à la fois plus coopératifs, et plus dissuasifs. Ce n'est pas impossible. Définissons une ligne européenne claire avant que Trump ne nous mette devant le fait accompli après une rencontre avec Poutine. Les Européens ne peuvent pas assumer les 70% du budget de l'Otan à la place des Etats-Unis, mais ils pourraient constituer et renforcer un "pilier européen" de l'alliance : c'est le moment. 

Finalement, Donald Trump n'est-il pas dans le vrai en désignant l'Europe en "véhicule de l'Allemagne" ? Comment expliquer cette position dominante allemande en Europe alors même que la France dispose d'un siège au Conseil de sécurité de l'Onu, de l'arme nucléaire, et d'une forte tradition "d'indépendance" géopolitique ?

L'analyse de Donald Trump est simpliste et je ne pense pas que les Européens la partagent. Cela dit, c'est vrai que grâce à Gorbatchev, l'Allemagne a pu se réunifier et est forte de 80 millions d'habitants. Grâce à Gérard Schroeder, et à ses réformes, elle a retrouvé le dynamisme et le leadership économique que l'on sait. Mais cela ne signifie pas pour autant que l' "Europe" a été conçue pour l'Allemagne. D'autre part, la France a continué à jouer, ces dernières années, un rôle important (par exemple, au Sahel) et ses capacités militaires et son armée impressionnent les Américains eux-mêmes mais c'est vrai aussi qu'elle est handicapée par le mal qu'elle a à se réformer … Tout cela peut se corriger.

Trump dit que l'Europe peut s'effondrer, précisant que d'autres pays suivront le Royaume-Uni.  Dans le contexte actuel d'un monde multipolaire, de quelle manière l'Union européenne devrait/pourrait-elle se renforcer ? 

Un Brexit raté sera terrible pour la Grande-Bretagne, un Brexit réussi dangereux pour l'Union européenne. Mais en fait, quelles que soient les affirmations catégoriques actuelles, personne ne sait comme cela va tourner vraiment d'ici un an ou deux …

Bien sûr, l'Europe devrait se renforcer mais cela suppose d'obtenir à nouveau le soutien des simples sceptiques, des déçus et des allergiques (à la réglementation à outrance), à défaut de pouvoir faire changer d'avis les vrais anti-européens. Il faut donc au préalable que le système européen se réforme de lui-même, ou soit réformé, par des gouvernements décidés à le faire. Et cela ne signifie pas automatiquement plus d'Europe, cela signifie même moins d'Europe dans certains domaines. Il faut clarifier les rôles et imposer une vraie subsidiarité, c’est-à-dire mettre un terme à la réglementation à outrance, redonner de l'oxygène démocratique.

A partir de là, on pourra parler de redressement de l'Europe. Faisons en sorte que l'agressivité de Donald Trump soit un aiguillon. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Citoyen Ordinaire
- 23/01/2017 - 15:08
Ceux qui nous ont coulés et vendus à l'UE....
viennent donner des leçons encore et encore...
Europe depuis 15 ans = +57% de chômeurs....
Alors arrêtez de donner la parole à ceux qui ont été complices de ce massacre...
edac44
- 23/01/2017 - 13:24
@ A M A
L'Europe, c'est ce qui reste de ceux qui n'ont pas osé, pas voulu ou pas pu émigrer de l'autre coté de l'Atlantique. La crainte du mal de mer sans doute !...
A M A
- 23/01/2017 - 10:42
C'est tout simplement du bon
C'est tout simplement du bon sens. L'Europe tremble devant l'Amérique; mais l'inverse n'est pas vrai. Au fait, l'Europe, c'est quoi?