En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Atlanti-culture

Une Grande Muraille qui ne tient pas vraiment la distance

Publié le 21 janvier 2017
Roland De Benoist est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland De Benoist pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland De Benoist est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»

CINEMA 
La Grande Muraille
De Zhang Yimou
Avec Matt Damon, Jing Tian, Pedro Pasca.

LE REALISATEUR

Zhang Yimou doit stopper ses études en 1966 lorsque la révolution culturelle chinoise éclate. Il passe alors quelques années à travailler de ses mains, d’abord dans une ferme puis dans un atelier de tissage. En parallèle, il devient amoureux de la photo et en fait rapidement son activité principale. Il est ainsi directeur de la photographie dans 3 films chinois. 

Par la suite, il est amené à jouer son 1er rôle au cinéma  dans ‘Le vieux puits’, ce qui lui vaut d’être nommé meilleur acteur au festival de Tokyo. Première récompense d’une longue série.  Il passe ensuite derrière la caméra où il va diriger sa femme (et muse) et remporter un lion d’argent et un lion d’or au Festival de Venise. 

A partir des années 2000 il alterne entre grosses productions et œuvres plus personnelles et confidentielles. Sa reconnaissance est alors planétaire. Il a notamment dans son brillant cartable ‘Hero’, film de sabre traditionnel; 'A women, a gun and a noddle shop’, remake de ’Sang pour sang’, le film des frères Coen; ou encore ’Sacrifice of War’, porté par Christian Bale. 

Dans son palmarès il y a également la réalisation de deux des films ayant rassemblé le plus gros budget de l’histoire du cinéma Chinois, le dernier étant justement ‘La grande Muraille'.   

THEME 

Deux commerçants / mercenaires occidentaux voyagent en Chine à la recherche de la poudre explosive, mais ils sont fait prisonniers par 'l’armée sans nom’. Cette armée protège la Grande Muraille des To Tei, monstres venus d’ailleurs, qui attaquent tous les 60 ans la Muraille et se nourrissent d’humains pour grandir et se reproduire.

William, un des deux mercenaires, montre son courage et ses talents d’archer en tuant, avec son acolyte, quelques To Tei. Mais les monstres reviennent, et les deux mercenaires doivent réussir à tuer la reine pour s’en débarrasser. Alors que l’un des acolytes et un autre mercenaire prisonnier depuis très longtemps veulent voler de la fameuse poudre noire et s’enfuir, William est partagé entre rejoindre ses amis pour suivre son destin de vagabond ou combattre pour s’associer à une digne cause… 

 

POINTS FORTS
 

- Les images et la réalisation sont spectaculaires, notamment grâce à la réalisation ultra-réaliste des affrontements et combats entre les monstres et 'l’Armée Sans Nom'. Cette armée a d'ailleurs pléthore de figurants, ce qui ajoute une dimension de grandeur colossale aux scènes de combats. 

 

- Ce film permet de découvrir tout un pan de la culture chinoise:’importance de l’honneur, de la hiérarchie et de la stratégie militaire etc... Par exemple, chaque personne reste bien à sa place, grâce à un uniforme correspondant à chaque grade. 

 

 

POINTS FAIBLES


- Malheureusement l’intrigue est un peu trop téléphonée et le spectateur devine assez facilement la suite de l'histoire. Le réalisateur nous en dit trop et nous ne sommes pas surpris par la fin. Il ne laisse pas suffisamment planer le doute. 

 - Le scénario qui doit sans doute s'appuyer sur de vraies légendes autour de la Grande Muraille manque cependant de souffle et de contenu. Le fait que Zhang Yimou soit passionné par la photo explique probablement le coté extrêmement esthétique du film, au détriment de l’histoire, un peu creuse.  

 

EN DEUX MOTS
 

Un film qui embarque tranquillement son public, mais plus pour le spectacle et l’esthétique que pour son histoire. 

 

UN EXTRAIT
 

« Comment sont les gens ? je ne suis jamais sorti de la muraille. Les puissants se servent et possèdent tout ! »

 

RECOMMANDATION : A LA RIGUEUR

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires