En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

02.

L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette

03.

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

06.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

07.

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

02.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

03.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Indicateurs positifs
Edouard Philippe a dévoilé les nouvelles mesures pour la phase 2 du déconfinement
il y a 50 min 44 sec
pépites > Politique
Elections municipales
Gérard Collomb retire sa candidature pour la présidence de la métropole de Lyon dans le cadre d’une alliance avec le candidat LR François-Noël Buffet
il y a 1 heure 45 min
pépites > International
Emprise
Le Parlement chinois a adopté la mesure controversée sur la sécurité nationale à Hong Kong
il y a 3 heures 8 min
light > Science
Sage décision
Le premier lancement habité de SpaceX a été reporté à samedi en raison du mauvais temps
il y a 4 heures 15 min
pépites > Politique
Disparition
Claude Goasguen, député LR de Paris, est mort d'un arrêt cardiaque après avoir été atteint par le Covid-19
il y a 5 heures 36 min
décryptage > International
Tensions

Pourquoi Trump s’en prend à l’OMS ?

il y a 6 heures 29 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette
il y a 7 heures 6 min
décryptage > Défense
"Opération dignité"

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

il y a 7 heures 27 min
décryptage > Société
Vertige de l'amour

Si la Covid-19 a congelé votre libido, vous n’êtes pas le seul

il y a 8 heures 12 min
décryptage > Politique
Baudruche ?

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

il y a 9 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La naissance du vaccin, entre utopie et rejets" de Yves-Marie Bercé : avant Pasteur, la vaccination préventive n'était pas un long chemin tranquille !

il y a 1 heure 30 min
pépites > High-tech
Portrait flatteur
Les administrateurs de Wikipédia traquent les contenus promotionnels publiés par des agences de communication
il y a 2 heures 20 min
pépites > Economie
Forte augmentation
Impact du coronavirus : le chômage atteint en France son plus haut niveau depuis 1996
il y a 3 heures 49 min
pépite vidéo > Santé
Assurance maladie
Brigades Covid-19 : les enquêteurs ont débuté leur mission pour retracer les cas contacts
il y a 4 heures 47 min
décryptage > Politique
Remaniement

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

il y a 6 heures 16 min
décryptage > International
Relations internationales

Coronavirus : deux leçons géopolitiques majeures

il y a 6 heures 42 min
décryptage > France
Elle est toujours vivante

Vous avez aimé la "France périphérique" de Christophe Guilluy. Raymond Depardon, le plus grand photographe français vivant, l’a mise en image

il y a 7 heures 14 min
décryptage > Europe
Prix de la pandémie

750 milliards d’euros pour la relance européenne : attention à ne pas oublier les PME

il y a 7 heures 38 min
décryptage > High-tech
Censure par algorithme

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

il y a 9 heures 8 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Angela Merkel va réussir la fin de son mandat en déboulonnant les dogmes politiques auxquels les Allemands étaient si attachés

il y a 9 heures 37 min
© SEBASTIEN BOZON / AFP
© SEBASTIEN BOZON / AFP
De l’homme d’avenir au tout sauf Valls

Mais comment Manuel Valls en est arrivé à ce destin à la Sarkozy sans être passé à l’Elysée

Publié le 20 janvier 2017
Ligne politique autoritaire face à une gauche Terra Nova, lois impopulaires comme la déchéance de nationalité ou loi Macron, les raisons ne manquent pas pour expliquer la baisse de popularité de Manuel Valls qui est passé du statut d'Homme providentiel pour réinventer la gauche à l'enfariné de service.
Olivier Rouquan est docteur en science politique. Il est chargé de cours au Centre National de la Fonction Publique Territoriale, et à l’Institut Supérieur de Management Public et Politique.  Il a publié en 2010 Culture Territoriale chez Gualino Editeur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Rouquan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Rouquan est docteur en science politique. Il est chargé de cours au Centre National de la Fonction Publique Territoriale, et à l’Institut Supérieur de Management Public et Politique.  Il a publié en 2010 Culture Territoriale chez Gualino Editeur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ligne politique autoritaire face à une gauche Terra Nova, lois impopulaires comme la déchéance de nationalité ou loi Macron, les raisons ne manquent pas pour expliquer la baisse de popularité de Manuel Valls qui est passé du statut d'Homme providentiel pour réinventer la gauche à l'enfariné de service.

Atlantico : Le candidat Manuel Valls a subi une flagrante baisse de popularité. Mais pourquoi ? Est-ce son positionnement autoritaire contre une gauche type terra nova ? L'absence de résultats sur les questions sécuritaires ou de chômage,  des lois impopulaires comme la déchéance de nationalité…  Quelles sont les raisons de ce déclin ?

Oulivier Rouquan : Premier point, l’image de Manuel Valls n’est pas exécrable. Il y a 6 mois, 44% des enquêtés sympathisants de gauche en gardaient une bonne appréciation (Viavoice, Libération, juin 2016). Il restait en novembre, le premier classé par les sympathisants de gauche pour incarner la fonction présidentielle – après… Alain Juppé (Louis Harris, novembre 2016). Son dynamisme, ses convictions, son honnêteté, sa détermination sont bien évalués (OpinionWay, janvier 2017). Il est vrai cependant que la loi El-Khomri d’une part, l’épisode de la déchéance d’autre part, ont coûté à l’ancien Premier ministre, surtout auprès des sympathisants de la gauche.

Second point, l’usure du pouvoir n’épargne pas un chef de Gouvernement sortant ; la règle vaut depuis très longtemps : Lionel Jospin en dépit d’un bilan jugé très honorable a rapidement perdu en « popularité » entre 2001 et 2002. Il s’agit d’une « mécanique » institutionnelle : la position de sortant rend comptable d’un bilan, qui grève une campagne. Elle éloigne des citoyens et va à l’encontre d’un sentiment de proximité… Manuel Valls n’a donc pas laissé suffisamment de temps, entre son départ de Matignon et le début de la primaire, temps qui lui aurait été utile pour entreprendre une régénération par l’ascèse.

Contrairement à Emmanuel Macron, l'ancien chef de gouvernement n'a pas observé de temps de césure dans la vie politique entre son départ de Matignon et sa candidature à l'élection présidentielle. Est-ce que cela a pu lui porter préjudice ?

 Ce point est complémentaire du précédent. Manuel Valls, n’assumant pas une sorte de traversée du désert, n’a pas travaillé un projet clairement distinct de son action gouvernementale. Dans les enquêtes d’opinion sur la primaire, il est attractif auprès des sympathisants PS et de gauche pour sa personnalité et son aptitude à gagner, mais moins pour l’originalité de ses propositions. Les débats de la primaire lui auront peut-être permis de renforcer ce point.

Si la comparaison avec Emmanuel Macron est faite, remarquons que ce dernier, parti plus tôt de la gestion des affaires pour se préparer, essuie pourtant la critique sur le flou de ses propositions… L’installation de sa pré-campagne a été fondée sur quelques « saillances » et un art certain de la figuration, mais moins jusqu’à aujourd’hui, sur la présentation d’un projet cohérent d’action. Cependant, son départ du Gouvernement a libéré l’ancien ministre de l’économie et inspirateur de la loi El-Khomri, de la charge publique et de l’imputation de responsabilité qui est son corollaire…

Est-ce que, au final, on ne reproche pas à Manuel Valls la même chose que l'on reprochait à Sarkozy, à savoir sa personnalité et non pas ses idées ou sa ligne politique ?

Comme dit plus haut, sa personnalité ne suscite pas dans l’opinion publique un rejet de même nature et de même niveau que Nicolas Sarkozy au sortir du pouvoir. Manuel Valls a débuté sa campagne en apparaissant très tendu ; peu à peu, il figure comme étant légèrement plus serein. A l’instar de tout un chacun, il a les défauts de ses qualités : ainsi en fonction du trend dominant de commentaires, Manuel Valls peut paraître « ferme et déterminé » … ou « autoritaire et nerveux » ! Avec Lionel Jospin en quelques mois, l’on était passé de « sérieux et efficace »… à « ennuyeux et austère ». La circulation médiatique de ces perceptions indique à quel point la bulle de la communication politique est affaire d’influences et d’impositions d’effets de cadrage. A cet égard, est diffusée depuis plusieurs années, l’idée que Manuel Valls serait un « Sarkozy de gauche », comme vous le rappelez. En fait, cette comparaison est bien sûr un handicap pour le candidat à la primaire ; elle est donc établie avec des arrière-pensées.

Sur le fond, Manuel Valls en se basant sur la perception des attentes et de l’opinion, nourri de sa gestion de la crise terroriste et donc de son expérience gouvernementale, insiste sur l’enjeu de la laïcité et de la sécurité. Il livre une conception assez verticale et homogène du pacte Républicain. Cette vision ne rassemble pas l’ensemble de la gauche… Mais lors des débats de la primaire, les candidats ne se sont pas trop écharpés sur ce thème. Si bien que Manuel Valls a neutralisé pour l’instant, une figuration clivante de cet enjeu. Elle l’eût fait apparaître comme trop autoritaire à une grande partie de l’électorat de gauche. Pour autant, la trace de son style gouvernemental qui a pu être considéré comme brutal n’est pas effacée…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

02.

L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette

03.

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

06.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

07.

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

02.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

03.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 20/01/2017 - 16:11
Le système politico-médiatique français est un laminoir
Si tu est direct, tu es mort ! Sarkozy avait lui-même parlé trop franchement, trop directement. Devant le peuple français, il faut mentir car ce peuple est habitué aux paroles fallacieuses et aux promesses qu'il sait lui-même qu'elles ne seront pas tenues ! La Gauche, depuis des décennies, a bien tortionné les pauvres cervelles du pays.
Liberdom
- 20/01/2017 - 14:54
Plus simplement encore
Avec le temps qui passe, il devient de plus en plus en évident que les "expériences" de gauche ont montré de façon plus qu'évidente leur ineptie et surtout, ont fait un mal fou à tous les "sans dents" de ce pays. Socialiste est devenu synonyme de créateur de pauvreté.
Citoyen Ordinaire
- 20/01/2017 - 14:10
Plus simplement...
Disons qu'être de Gauche et faire des politiques contre les populations, un moment c'est difficile !