En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

06.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

07.

Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 6 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 8 heures 4 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 9 heures 31 sec
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 9 heures 56 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 11 heures 37 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 14 heures 12 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 14 heures 56 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 15 heures 33 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 16 heures 9 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 16 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 7 heures 53 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 8 heures 38 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 9 heures 22 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 10 heures 52 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 14 heures 4 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 14 heures 39 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 15 heures 22 sec
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 15 heures 54 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 16 heures 37 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 17 heures 25 min
© Reuters
© Reuters
Bactéries mutantes

Ces "bactéries cauchemar" qui commencent sérieusement à inquiéter les médecins

Publié le 20 janvier 2017
Une patiente est décédée dans un hôpital en septembre dernier aux Etats-Unis. Aucun des quatorze antibiotiques prescrits par les médecins n'avait suffi pour endiguer l'infection. Ce fait de société remet en avant ces molécules présentes dans les antibiotiques qui ne suffisent plus à vaincre des infections et inquiète les médecins
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une patiente est décédée dans un hôpital en septembre dernier aux Etats-Unis. Aucun des quatorze antibiotiques prescrits par les médecins n'avait suffi pour endiguer l'infection. Ce fait de société remet en avant ces molécules présentes dans les antibiotiques qui ne suffisent plus à vaincre des infections et inquiète les médecins

Atlantico : Cela fait longtemps que l'on connaît le problème des bactéries qui résistent aux antibiotiques. Ces molécules ne parviennent plus aussi bien à vaincre ces bactéries. Où en est-on de cette situation aujourd'hui ? 

Stephane Gayet : Premièrement, aucun antibiotique n’est et n’a jamais été efficace sur toutes les bactéries pathogènes ou potentiellement pathogènes pour le corps humain et c’est heureux. Ainsi, toute espèce bactérienne est naturellement résistante à un ou plusieurs antibiotiques, c’est la résistance naturelle ou innée, cela sans n’avoir jamais rencontré le moindre antibactérien (niveau 0). Cette résistance naturelle, innée, génétique, caractérise les souches « sauvages ». À un degré de plus (niveau 1), il existe la résistance habituelle : elle est un peu plus élevée que la précédente, mais ne présente pas de difficulté thérapeutique lorsqu’il existe une infection ; elle varie bien sûr au cours des années. À un degré de plus (niveau 2), on trouve la multirésistance, propriété pour une souche bactérienne de ne plus être sensible qu’à un petit nombre d’antibiotiques habituellement utilisés (bactéries multirésistantes ou BMR) ; il est alors difficile de traiter une personne infectée.

Au-dessus (niveau 3), on trouve les bactéries dites hautement résistantes ou BHR : elles ne sont plus sensibles qu’à très peu d’antibiotiques et il est très difficile de traiter un sujet infecté. Les BHRe sont des BHR émergentes qui constituent un très préoccupant problème de santé publique (BHR qui sont commensales du tube digestif, dont certaines entérobactéries, qui se transmettent facilement d’un sujet à l’autre et peuvent transmettre à d’autres bactéries leur pouvoir de résister). Le niveau 4 est un 2 niveau submaximal : il s’agit des bactéries ultra résistantes (BUR) qui ne sont plus sensibles qu’à un voire deux antibiotiques. Le niveau 5 est le niveau maximal : bactéries dites toto résistantes ou BTR ; elles sont résistantes à tous les antibiotiques et il n’existe plus de médicament efficace pour traiter une infection. On l’aura compris, le niveau 0 est naturel, inné, alors que les niveaux 1 à 5 sont acquis, adaptatifs.

Les bactéries résistantes parmi les plus préoccupantes aujourd’hui à l’échelle mondiale sont les entérobactéries productrices de carbapénémase ou EPC. Les entérobactéries vivent dans l’intestin de l’homme ou des animaux. Le suffixe « ase » désigne une activité enzymatique : une carbapénémase est une enzyme (produite par une bactérie) capable de rendre inactif un antibiotique du groupe des carbapénèmes. Pour situer les choses, il existe une petite quinzaine de familles d’antibiotiques ; parmi elles, la famille des bêtalactamines est majeure : historique (pénicilline), stratégique (action sur la paroi bactérienne, principale arme de défense passive), très vaste, puissante, rapide et bien tolérée ; au sein des bêtalactamines, il y a encore 4 groupes (les pénams ou pénicillines avec 6 sous-groupes ; les céphems ou céphalosporines avec 3 sous-groupes ; les monobactams ; les pénems ou carbapénèmes). Les carbapénèmes sont des antibiotiques à très large spectre, haut de gamme. Une personne infectée (donc malade) par une EPC est vraiment difficile à traiter (trouver un antibiotique encore efficace et utilisable). C’est le cas de cette personne récemment décédée (BTR).

Attention à bien faire la différence entre une personne infectée, donc malade (exemple : infection urinaire) et une personne simplement colonisée (la bactérie est dans l’intestin, mais l’individu n’en est pas malade, car la bactérie est inactive). Qu’en est-il donc de la répartition géographique de la multi résistance bactérienne ? En matière d’EPC, point n’est besoin d’aller très loin : une carte publiée en 2013 dans la revue Lancet, sans indiquer de fréquence, situe le 3 phénomène EPC dans les différents pays du Monde. On y apprend que le sud de l’Europe est déjà très touché, particulièrement la Grèce et l’Italie, où la fréquence est très largement supérieure à celle de la France, encore fort heureusement très peu concernée. La Roumanie et la Hongrie sont également des pays à risque élevé, de même que, plus au nord de l’Europe, la Pologne, mais aussi un peu étonnamment le Royaume-Uni. Aux frontières de l’Europe, la Turquie est un pays à haut risque. Sur d’autres continents, les pays les plus touchés sont, sur le continent américain : les États-Unis d’Amérique, la Colombie, le Brésil et l’Argentine ; sur le continent asiatique : la Chine, l’Inde et le Pakistan. Mais il faut être conscient du fait que les données sont très difficiles à obtenir : il s’agit d’estimations qui reposent sur des signalements effectués, notamment à partir de voyageurs de retour dans leur pays. Heureusement, 95 % des personnes colonisées éliminent d’eux-mêmes la bactérie multi résistante « intruse » dans les trois mois qui suivent leur retour : c’est rassurant concernant les voyageurs.

Où en est-on dans la recherche ? Malgré les sommes investies, pourquoi est-il aussi compliqué de vaincre ces bactéries ? Qu'est-ce qui bloque ? 

La recherche sur les antibiotiques stagne un peu actuellement, et cela depuis des années. La plupart des antibiotiques proviennent de bactéries qui se battent les unes contre les autres avec cette arme chimique, ainsi que de champignons. En continuant à chercher dans cette voie, on a beaucoup de mal à trouver une nouvelle famille d’antibiotiques, une famille radicalement différente de celles que nous connaissons depuis des décennies. Il faudrait en effet que l’on trouve une autre source de substances chimiques ayant un effet antibactérien, en dehors des sources classiques, bactériennes et fongiques (champignons). C’est ce qui semble nous manquer aujourd’hui pour espérer un progrès décisif en matière d’antibiotiques.

On a commencé à chercher du côté des insectes et l’on a déjà isolé chez certaines espèces des protéines antibactériennes qui sont un moyen naturel de défense antibactérienne de ces 4 insectes. Ces peptides (protéines) ont une efficacité certaine, mais ceux qui ont déjà été trouvés ne sont pas utilisables en thérapeutique, car mal tolérés ou bien facilement inactivés. Certes, d’importants moyens sont utilisés dans cette recherche, mais la recherche médicale a beaucoup d’autres priorités que la mise au point de nouveaux antibiotiques radicalement différents de ceux dont on dispose déjà. On se demande s’il faut continuer à investir autant dans la recherche sur les antibiotiques, alors que d’autres voies sont porteuses d’espoir, comme la vaccination et les virus antibactériens (virus phagiques : phagothérapie). Car maintenant que l’on connaît le fort potentiel de résistance des bactéries, on peut craindre que tout nouvel antibiotique soit voué à l’échec en quelques années. Il est possible que les antibiotiques soient des médicaments du passé, dans l’espoir de mettre au point des armes radicalement nouvelles contre les bactéries. En outre, il faut rappeler le contexte aujourd’hui difficile de la recherche pharmacologique : elle est devenue très réglementée, très contraignante et extrêmement coûteuse.

En quoi cette situation change le rapport du patient à l'infection ? Y-a-t-il un reflux de l'espoir de vaincre certaines d'entre elles ?  

Ce cas rapporté est un cas extrême : le décès d’une personne atteinte d’une infection liée à une bactérie totalement résistance. C’est heureusement une situation exceptionnelle, mais il y en a déjà eu et il y en aura d’autres assurément. En effet, le rapport du patient avec l’infection est en train de se transformer. Dans les années 70 et 80, l’infection bactérienne ne faisait pas peur, car on avait tout ce qu’il fallait en matière d’antibiotiques pour la juguler. Aujourd’hui, on peut mourir d’infection bactérienne, même dans un pays à très haut niveau de vie et ayant accès à tous les moyens modernes de traitement. Cette modification du risque va nous obliger à revoir notre prévention, c’est-à- dire l’hygiène microbienne.
 
Longtemps rassurés par un luxe de possibilités curatives des infections, nous avons en effet négligé la prévention. Il va falloir 5 réapprendre l’hygiène, si tant est qu’on l’ait vraiment appliquée comme il le fallait dans le passé. Il n’est pas excessif de dire qu’il faut à présent trouver mieux que les antibiotiques. Nous nous dirigeons sans doute petit à petit vers une nouvelle ère, l’ère post-antibiotique. Car on a un peu tué ces médicaments par une surutilisation, tant médicale que vétérinaire et agroalimentaire. Mais quand arrivera cette nouvelle arme antibactérienne tant attendue ? Ce n’est pas pour maintenant, semble-t- il.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
POLITQ
- 21/01/2017 - 18:59
Arme biologique?
Je sais où j'aimerais l'utiliser …… Avant d'être complètement "infecté" avec autre chose venant de ces "zones"….. Nos "médecins" utilisent des "pincettes" pour parler de ces chancres purulents qui nous pourrissent de + en + la vie depuis une cinquantaine d'années ….. Mais surtout ne faire qu'en "parler". Surtout pas "traiter" ….