En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

04.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

07.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

04.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

05.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

06.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

01.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

02.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Conceptuel

Le populisme, phénomène bien plus fondamental que le simple fruit de l’épuisement de la démocratie représentative ou de l’hystérisation des classes moyennes

il y a 1 min 4 sec
décryptage > Economie
Courage!

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

il y a 36 min 19 sec
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

il y a 46 min 4 sec
décryptage > Politique
Lourde tâche

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

il y a 1 heure 11 min
light > People
Carnet rose
Nabilla a accouché d’un petit garçon
il y a 17 heures 5 min
pépites > Environnement
Pas désintéressés
A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine
il y a 17 heures 34 min
pépite vidéo > Politique
Islam
L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demander à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté
il y a 18 heures 43 min
pépite vidéo > Histoire
Historique
Israël : découverte d'une grande cité vieille de 5.000 ans
il y a 19 heures 12 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
On ne migrera pas vers d'autres planètes selon Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019 ; Sur Mars, Curiosity découvre les traces des dernières étendues d’eau ; Saturne a plus de lunes que Jupiter : découverte de 20 nouveaux satellites naturels
il y a 20 heures 9 min
décryptage > Santé
Perte de chance

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

il y a 23 heures 24 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Stadia : Google mise sur la latence négative pour s’imposer dans l’univers des jeux vidéos. Décisif ou moufte aux yeux ?
il y a 6 min 6 sec
décryptage > Economie
Incompréhension

L’étrange capacité du capitalisme financiarisé à perdurer envers et contre tout

il y a 40 min 27 sec
décryptage > International
Opération "printemps de la paix"

Syrie : multi jeux de dupes autour des Kurdes (et des djihadistes de Daesh)

il y a 57 min 2 sec
pépites > Europe
A contre courant
Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe
il y a 16 heures 52 min
pépites > Education
Urgence
Violence scolaire : "entre 20 et 30 incidents graves" chaque jour, selon Jean-Michel Blanquer
il y a 17 heures 22 min
pépites > International
Danger
Syrie : 800 proches de djihadistes se seraient échappés d'un camp
il y a 18 heures 15 min
pépite vidéo > International
Catastrophe
Japon : images de désolation après le passage du typhon Hagibis
il y a 19 heures 1 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 19 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

« Les sanglots longs », ou l’art et la manière de passer l’automne en compagnie des meilleurs esprits de ce temps

il y a 23 heures 14 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Connecter les habitats naturels : un véritable espoir pour sauver la biodiversité
il y a 23 heures 35 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

La retraite par capitalisation, le remède miracle à tous nos problèmes ? Niet, mais elle peut tout de même s'avérer bien utile et voici pourquoi

Publié le 22 janvier 2017
1930 : la IIIe République instaure un système obligatoire de retraites par capitalisation. 1941 : une loi de Vichy officialise sa transformation en un régime « par répartition » calqué sur les « chaînes d’argent » de l’escroc Charles Ponzi. Sous la Ve République, inégalités et rigidités bureaucratiques se durcissent. Aujourd’hui, notre système de retraite doit être non seulement réformé, mais restructuré, pour devenir viable, gouvernable et respectueux des choix individuels. Extrait de "La retraite en liberté" de Jacques Bichot, aux Editions cherche-midi (2/2).
Jacques Bichot est Professeur émérite d’économie de l’Université Jean Moulin (Lyon 3), et membre honoraire du Conseil économique et social.Ses derniers ouvrages parus sont : Le Labyrinthe aux éditions des Belles Lettres en 2015, Retraites : le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Bichot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Bichot est Professeur émérite d’économie de l’Université Jean Moulin (Lyon 3), et membre honoraire du Conseil économique et social.Ses derniers ouvrages parus sont : Le Labyrinthe aux éditions des Belles Lettres en 2015, Retraites : le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
1930 : la IIIe République instaure un système obligatoire de retraites par capitalisation. 1941 : une loi de Vichy officialise sa transformation en un régime « par répartition » calqué sur les « chaînes d’argent » de l’escroc Charles Ponzi. Sous la Ve République, inégalités et rigidités bureaucratiques se durcissent. Aujourd’hui, notre système de retraite doit être non seulement réformé, mais restructuré, pour devenir viable, gouvernable et respectueux des choix individuels. Extrait de "La retraite en liberté" de Jacques Bichot, aux Editions cherche-midi (2/2).

Comment vivre à votre aise quand vous aurez cessé de travailler ? Vous pouvez avoir recours à la capitalisation. Celle-ci peut être réalisée de multiples façons.

Certains préfèrent investir eux-mêmes, qui dans l’immobilier, qui dans sa propre entreprise, qui dans un portefeuille de valeurs mobilières, ou encore en utilisant l’assurance vie. Le moment venu, à moins que le patrimoine ainsi constitué soit suffisant pour que les revenus qu’il produit permettent à eux seuls de bien vivre, il faut alors vendre tout ou partie de ce patrimoine et apporter le produit de cette vente à un organisme d’assurance en échange d’une rente viagère.

D’autres utilisent un ou des « produits tunnels » tels que des « fonds de pension », des Perco (plan d’épargne retraite collectif, destiné à l’épargne salariale), des plans Madelin (pour les travailleurs indépendants), des Perp (plan d’épargne retraite populaire, ouvert à tous), etc.

Chacun de ces organismes joue deux rôles : dans un premier temps, il place les fonds qui lui sont confiés ; dans un second temps, il sert une rente viagère dont l’importance dépend des versements effectués et de la façon dont il les a fait fructifier. Le mot « tunnel » sert à caractériser ces organismes parce qu’ils ne permettent pas, sauf pour certaines raisons, de récupérer son investissement autrement que sous forme de rente viagère La capitalisation peut fonctionner sans difficulté dans un cadre concurrentiel, avec de multiples organismes et produits régis par le droit des contrats et particulièrement des droits de propriété et de créance : il n’y a aucun inconvénient à ce que diverses institutions du domaine de la finance et de l’assurance proposent simultanément leurs services.

C’est un grand avantage. En revanche, elle ne permet pas de servir des retraites suffisantes à la totalité de la population, surtout si les pensions sont liquidées un nombre d’années assez important avant l’âge moyen au décès.

Pourquoi cette impossibilité ? Tout simplement parce que la quantité de capital dont a besoin notre économie n’est pas suffisante. Si la retraite se prenait en moyenne cinq ou six ans avant le décès, cela irait. Mais les Français cessent majoritairement de travailler professionnellement plus de quinze ans avant leur mort. Le rapport du COR (Conseil d’orientation des retraites) de décembre 2015, intitulé « Les retraités : un état des lieux de leur situation en France », indique que « plus d’un résident français sur cinq est retraité de droit direct » et que le nombre total de retraités (de droit direct ou de droit dérivé – pensions de réversion) « s’élève à 16,7 millions, dont 15,1 millions de résidents, soit près de 23 % de la population française ». Pour financer une telle retraite, dont le montant total est d’environ 340 milliards d’euros (presque 14 % du PIB) en recourant exclusivement à la capitalisation, il faudrait que tous les biens fonciers, immobiliers et mobiliers fassent partie de l’épargne destinée à la retraite.

L’héritage, excepté celui provenant de personnes richissimes, disparaîtrait : les biens appartenant encore à des personnes physiques plutôt qu’à des fonds de pension et autres organismes de retraites par capitalisation devraient pour la plupart être cédés en échange d’une rente viagère lors de leur départ à la retraite.

Certains se disent qu’épargner l’argent actuellement consacré aux cotisations vieillesse suffirait à résoudre le problème. Mais ce n’est pas possible. D’abord parce que, comme il vient d’être dit, plus de 15 millions de personnes attendent leur pension mensuelle pour payer leurs dépenses courantes : voudrait-on nier les droits qui leur ont été accordés en vertu des lois de la République, et les condamner ainsi à mourir de faim ou à faire la manche ? Ensuite parce que le volume des investissements rentables et raisonnablement sûrs qui ne trouvent pas de financement dans l’état actuel des choses est modeste : l’économie n’a pas besoin d’une énorme épargne supplémentaire.

Enfin parce qu’à l’obligation de cotiser pour les personnes âgées succéderait l’obligation de cotiser à des plans d’épargne retraite, ce qui supprimerait un des trop rares espaces de liberté qui subsistent dans notre pays.

Tout cela sans compter que l’État verrait tout de suite le parti à tirer d’une masse d’épargne ne sachant pas où s’investir : il accroîtrait encore le déficit de son budget et celui de la Sécurité sociale, augmentant encore une dette publique déjà très excessive.

Prenons-en donc acte : il n’existe pas de baguette magique qui nous permettrait de remplacer rapidement la répartition par la capitalisation. On peut en revanche augmenter progressivement le recours à la capitalisation, et nous devrions le faire : cela dépend de chacun de nous, ce n’est pas l’État qui le fera à notre place.

Une autre difficulté encore vient limiter le recours à la capitalisation ; elle découle de l’inégale répartition des richesses, inégalité plus forte encore que celle des revenus. Beaucoup de personnes ne possèdent pas grand-chose, tandis que quelques-uns amassent cent fois ce qui est nécessaire pour prendre une retraite très confortable. Quand on vit avec le SMIC ou un peu plus, on ne met pas beaucoup d’argent de côté. Et, comme il vient d’être dit, l’idée de supprimer les cotisations vieillesse pour accroître la capacité d’épargne des personnes modestes est illusoire.

À moins de confier à l’État le soin de mettre tous les citoyens au même niveau – ce qui requiert un pouvoir totalitaire –, il y aura toujours des patrimoines imposants et d’autres très modestes – beaucoup plus nombreux. Si bien que les uns ont plus de fortune qu’il ne leur en faut pour couvrir leurs besoins de retraités, et les autres pas assez. Donc, pour que tout le monde ait la possibilité de prendre sa retraite à un âge convenable, sans pour autant confisquer la fortune des riches au profit de la pension des pauvres – ce qui produirait vite des effets économiques désastreux –, il est nécessaire que nous disposions, en sus de la capitalisation, d’une autre formule. Cette autre formule, c’est la répartition.

Extrait de La retraite en liberté de Jacques Bichot, aux Editions cherche-midi

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

04.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

07.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

04.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

05.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

06.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

01.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

02.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 22/01/2017 - 12:23
Répartition + capitalisation
En France les deux cumulées sont nécessaires. Il y a longtemps que le projet de capitalisation ( fond de pension ou assurance vie) sont nécessaires si l'on veut une retraite décente. L'idéal comme d'habitude est réservé aux fonctionnaites ces privilégiés avec leur Préfon , non imposable et par contre les assurances vies privées sont imposables .
Avec ces assurances vies le risque essentiel est le Franxit ou ( et) le retour au franc qui nous promet une perte d'un tiers de notre capital. Voir l'Angleterre, toujours sans que le Brexit soit effectif a perdu déjà 20% de la valeur de sa monnaie. Si certain comptent sur le revenu universel, rêvez toujours aucun pays du monde ne l'a fait sauf un essai partiel au Danemark. Coût de 45 à 450 milliards soit un 2 eme budget de l'état.