En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

03.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

04.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

05.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

06.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

07.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 8 heures 56 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 11 heures 10 sec
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 11 heures 57 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 13 heures 40 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 14 heures 57 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 15 heures 56 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 16 heures 24 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 17 heures 12 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 17 heures 57 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 9 heures 43 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 11 heures 32 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 13 heures 18 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 13 heures 54 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 15 heures 41 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 16 heures 13 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 16 heures 55 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 17 heures 40 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 18 heures 21 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 1 jour 7 heures
© Reuters
© Reuters
Sauver Auschwitz ?

A Auschwitz il y a une vie après Auschwitz … On n'est pas obligé de la trouver belle !

Publié le 23 janvier 2017
C’est le plus grand cimetière du monde. Et ils sont nombreux là-bas à marcher sur les tombes, ce que révèle un documentaire diffusé cette semaine sur Arte.
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C’est le plus grand cimetière du monde. Et ils sont nombreux là-bas à marcher sur les tombes, ce que révèle un documentaire diffusé cette semaine sur Arte.

Nous avons tous vu les images des baraquements. Nous avons tous vu l’entrée du camp avec son répugnant “Arbeit macht frei”. Nous avons vu les wagons. Les rails. Les vêtements d’enfants. Les tas de petites chaussures. Nous n’avons pas tout vu.

Dans le documentaire de Jonathan Hayoun* d’autres images font irruption dans ce décor tristement connu et répertorié. Celles des vivants venus s’installer non pas avec les morts mais sur les morts. Des tombes qu’on piétine. Des morts qu’on assassine une deuxième fois. Certes on ne peut pas empêcher la vie d’être la vie et les vivants de vivre.

Comment interdire aux bouleaux de pousser en lisière du camp ? Peut-on dire “halte-là !” aux fleurs épanouies dans les champs qui jouxtent Auschwitz et même l’envahissent ? Mais les maisonnettes, les pavillons coquets avec leurs jardins ? Ils frôlent Auschwitz et pour une partie d’entre eux, sont dans le camp même, son périmètre initial ayant été mal délimité par les autorités polonaises.

Les gens qui les habitent se plaignent. Du va-et-vient des visiteurs du camp : ça nuit à leur tranquillité. Des cars remplis de touristes venus voir le plus grand cimetière du monde : ils ont réussi à les interdire. Ceux qui sont interviewés dans le documentaire ont tous bonne conscience. Ils ont construit ici. C’est à eux. C’est chez eux. Ils n’entendent pas les gémissements qui montent des entrailles de la terre. Ils mangent, ils dorment, font l’amour sur des fosses communes.

Est-ce ainsi que des hommes vivent ? Ici, une image d’un jardin avec une balançoire d’enfant à quelques mètres d’un wagon où s’entassaient les enfants juifs promis à la chambre à gaz. Là celle d’un coquet pavillon construit sur l'emplacement du Bunker 1, la première chambre à gaz du camp… Richard Prasquier, qui fut président du Crif, a bataillé pendant des années pour racheter ce pavillon, le faire détruire et rendre l’emplacement aux morts qui y sont enfouis… Un Juif plutôt riche mettant la main à la poche pour que les siens - dont toute l’humanité et en premier lieu la Pologne devrait s’occuper - puissent reposer en paix. Qui peut refuser de voir ce que cette image a de triste et de pathétique ?

Interrogé dans le documentaire, le maire d’Oswiecim (le nom polonais d’Auschwitz) relativise. L’occupation allemande, dit-il, n’a duré que quelques années : “un battement de cil dans l’histoire de notre pays”. Impossible de demander aux enfants juifs assassinés ce qu’ils ont pensé de ce “battement de cil”. Impossible non plus de ne pas avoir envie de vomir. Ce brave homme de maire prend soin de ses administrés. Il comprend qu’ils aient manifesté en nombre contre l’interdiction faite par l’Unesco (qui a placé Auschwitz au patrimoine de l’humanité) de construire un centre commercial dans la zone. C’est vrai ça : c’est quand même pénible d’être em…… par des cadavres juifs ! On ajoutera que, bien sûr, la Pologne n’est pas responsable du choix des nazis de placer Auschwitz sur son territoire. On se demandera aussi pourquoi le camp n’a pas été construit en France, en Belgique, en Grèce ou en Yougoslavie. La réponse à cette question tient en deux parties.

La première, c’est qu’en Pologne il y avait des millions de Juifs à tuer. La deuxième est que là-bas, les nazis étaient assurés de la neutralité d’une grande partie de la population locale. Le film montre qu’après la guerre, des centaines de Polonais se sont rués à Auschwitz pour y fouiller la terre et les cendres pour piller, pour récupérer quelques objets de valeur, des bijoux, des montres qui avaient échappé à la vigilance des SS. Car, selon une leçon apprise là-bas depuis des générations, “là où il y a des Juifs il y a de l’or”. Les pilleurs furent appelés “les hyènes”. Elles furent nombreuses. On s'arrêtera là.

*Sauver Auschwitz ?” diffusé le mardi 24 janvier à 22h35 sur Arte.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jasmin84
- 28/01/2017 - 11:27
J'y suis allé et j'ai
J'y suis allé et j'ai effectivement été très choquée par ces maisons construites en lisiere du camp.
Çe qui est choquant çe n'est la présence de vivants à proximité des morts. Il y a parfois des maisons qui jouxtent des cimetières.
Mais il s'agit là d'un lieu spécifique qui illustre une entreprise de mort industrielle. Une usine de morts. La réalisation d'un projet de destruction d'une population à grande échelle. La volonté d'anéantissement d'un peuple avec l'objectif qu'il ne reste plus un seul juif à la surface du globe.
C'est la banalisation de ce lieu symbolisé par la présence de ces pavillons bien proprets qui provoque la colère et l'incompréhension.
BLOND
- 25/01/2017 - 08:24
Triste humanité !
Un documentaire terrible qui démontre encore une fois que la banalité du mal est toujours aussi présente ! Un documentaire effrayant parce que la réalité n'est pas l'oubli mais l'indifférence. En effet, pourquoi pas de liste de noms, de photos, qui montrent que tous ces morts ne sont pas uniquement des numéros ? A voir et revoir. Merci ARTE.
Marie Esther
- 24/01/2017 - 20:25
@Cloette
j'ai vu Amen que j'apprécie beaucoup mais je n'ai pas vu le choix de Sophie. Je m'y intéresserai quand je le pourrai.