En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
Sauver Auschwitz ?
A Auschwitz il y a une vie après Auschwitz … On n'est pas obligé de la trouver belle !
Publié le 23 janvier 2017
C’est le plus grand cimetière du monde. Et ils sont nombreux là-bas à marcher sur les tombes, ce que révèle un documentaire diffusé cette semaine sur Arte.
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C’est le plus grand cimetière du monde. Et ils sont nombreux là-bas à marcher sur les tombes, ce que révèle un documentaire diffusé cette semaine sur Arte.

Nous avons tous vu les images des baraquements. Nous avons tous vu l’entrée du camp avec son répugnant “Arbeit macht frei”. Nous avons vu les wagons. Les rails. Les vêtements d’enfants. Les tas de petites chaussures. Nous n’avons pas tout vu.

Dans le documentaire de Jonathan Hayoun* d’autres images font irruption dans ce décor tristement connu et répertorié. Celles des vivants venus s’installer non pas avec les morts mais sur les morts. Des tombes qu’on piétine. Des morts qu’on assassine une deuxième fois. Certes on ne peut pas empêcher la vie d’être la vie et les vivants de vivre.

Comment interdire aux bouleaux de pousser en lisière du camp ? Peut-on dire “halte-là !” aux fleurs épanouies dans les champs qui jouxtent Auschwitz et même l’envahissent ? Mais les maisonnettes, les pavillons coquets avec leurs jardins ? Ils frôlent Auschwitz et pour une partie d’entre eux, sont dans le camp même, son périmètre initial ayant été mal délimité par les autorités polonaises.

Les gens qui les habitent se plaignent. Du va-et-vient des visiteurs du camp : ça nuit à leur tranquillité. Des cars remplis de touristes venus voir le plus grand cimetière du monde : ils ont réussi à les interdire. Ceux qui sont interviewés dans le documentaire ont tous bonne conscience. Ils ont construit ici. C’est à eux. C’est chez eux. Ils n’entendent pas les gémissements qui montent des entrailles de la terre. Ils mangent, ils dorment, font l’amour sur des fosses communes.

Est-ce ainsi que des hommes vivent ? Ici, une image d’un jardin avec une balançoire d’enfant à quelques mètres d’un wagon où s’entassaient les enfants juifs promis à la chambre à gaz. Là celle d’un coquet pavillon construit sur l'emplacement du Bunker 1, la première chambre à gaz du camp… Richard Prasquier, qui fut président du Crif, a bataillé pendant des années pour racheter ce pavillon, le faire détruire et rendre l’emplacement aux morts qui y sont enfouis… Un Juif plutôt riche mettant la main à la poche pour que les siens - dont toute l’humanité et en premier lieu la Pologne devrait s’occuper - puissent reposer en paix. Qui peut refuser de voir ce que cette image a de triste et de pathétique ?

Interrogé dans le documentaire, le maire d’Oswiecim (le nom polonais d’Auschwitz) relativise. L’occupation allemande, dit-il, n’a duré que quelques années : “un battement de cil dans l’histoire de notre pays”. Impossible de demander aux enfants juifs assassinés ce qu’ils ont pensé de ce “battement de cil”. Impossible non plus de ne pas avoir envie de vomir. Ce brave homme de maire prend soin de ses administrés. Il comprend qu’ils aient manifesté en nombre contre l’interdiction faite par l’Unesco (qui a placé Auschwitz au patrimoine de l’humanité) de construire un centre commercial dans la zone. C’est vrai ça : c’est quand même pénible d’être em…… par des cadavres juifs ! On ajoutera que, bien sûr, la Pologne n’est pas responsable du choix des nazis de placer Auschwitz sur son territoire. On se demandera aussi pourquoi le camp n’a pas été construit en France, en Belgique, en Grèce ou en Yougoslavie. La réponse à cette question tient en deux parties.

La première, c’est qu’en Pologne il y avait des millions de Juifs à tuer. La deuxième est que là-bas, les nazis étaient assurés de la neutralité d’une grande partie de la population locale. Le film montre qu’après la guerre, des centaines de Polonais se sont rués à Auschwitz pour y fouiller la terre et les cendres pour piller, pour récupérer quelques objets de valeur, des bijoux, des montres qui avaient échappé à la vigilance des SS. Car, selon une leçon apprise là-bas depuis des générations, “là où il y a des Juifs il y a de l’or”. Les pilleurs furent appelés “les hyènes”. Elles furent nombreuses. On s'arrêtera là.

*Sauver Auschwitz ?” diffusé le mardi 24 janvier à 22h35 sur Arte.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
02.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
03.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
Un Américain a passé un an à ne manger que des aliments aux dates de péremption dépassées, voilà les leçons qu’on peut en tirer
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
07.
Arabie saoudite : mais pourquoi la France ferme-t-elle les yeux sur la condamnation à mort d’un jeune militant arrêté à 13 ans pour une manifestation à vélo ?
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
04.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
05.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
06.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jasmin84
- 28/01/2017 - 11:27
J'y suis allé et j'ai
J'y suis allé et j'ai effectivement été très choquée par ces maisons construites en lisiere du camp.
Çe qui est choquant çe n'est la présence de vivants à proximité des morts. Il y a parfois des maisons qui jouxtent des cimetières.
Mais il s'agit là d'un lieu spécifique qui illustre une entreprise de mort industrielle. Une usine de morts. La réalisation d'un projet de destruction d'une population à grande échelle. La volonté d'anéantissement d'un peuple avec l'objectif qu'il ne reste plus un seul juif à la surface du globe.
C'est la banalisation de ce lieu symbolisé par la présence de ces pavillons bien proprets qui provoque la colère et l'incompréhension.
BLOND
- 25/01/2017 - 08:24
Triste humanité !
Un documentaire terrible qui démontre encore une fois que la banalité du mal est toujours aussi présente ! Un documentaire effrayant parce que la réalité n'est pas l'oubli mais l'indifférence. En effet, pourquoi pas de liste de noms, de photos, qui montrent que tous ces morts ne sont pas uniquement des numéros ? A voir et revoir. Merci ARTE.
Marie-E
- 24/01/2017 - 20:25
@Cloette
j'ai vu Amen que j'apprécie beaucoup mais je n'ai pas vu le choix de Sophie. Je m'y intéresserai quand je le pourrai.