En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 2 min 24 sec
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 1 heure 7 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 2 heures 14 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 2 heures 47 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 3 heures 46 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 4 heures 5 min
décryptage > Social
La réforme venait du froid

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

il y a 4 heures 31 min
décryptage > Santé
Journée “hôpital mort”

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

il y a 5 heures 18 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L'Express voit Macron paralysé; Rachida Dati fait face à ses ennemis; Ségolène Royal veut faire taire les siens, et le PS qu'elle arrête de détourner son temps de parole; Retraite: plus les Français sont âgés, plus ils la souhaitent tardive
il y a 5 heures 55 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 20 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 10 min 9 sec
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 1 heure 33 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 2 heures 35 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 3 heures 22 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 3 heures 59 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?
il y a 4 heures 13 min
décryptage > Economie
BCE

"En finir avec une politique monétaire insensée ?" Petite démolition argumentée d’un raisonnement 100% faussé

il y a 4 heures 48 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’offensive de Disney, Amazon, Google et Apple, les chaînes de télé et le cinéma risquent d’être définitivement dépassés

il y a 5 heures 44 min
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 18 heures 6 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 20 heures 48 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Les "énarques sur étagère" ou comment la Caisse des dépôts offre parmi les plus beaux placards dorés de la République

Publié le 07 janvier 2017
C'est votre argent. Des dizaines de milliards d'euros qu'ils gèrent avec le souci constant... de leur propre intérêt. Notes de frais, voitures de fonction, salaires ahurissants, primes en tous genres, honoraires mirobolants... Et quand ce n'est pas directement eux, ce sont les amis du régime qui en profitent. Eux, ce sont les responsables de la Caisse des Dépôts et Consignations, le dernier trésor de la République. Extrait de "La Caisse. Enquête sur le coffre-fort des Français" de Sophie Coignard et Romain Gubert, aux Editions du Seuil (1/2).
Sophie Coignard, journaliste au Point, est l'auteur de nombreux ouvrages dont L'omerta française ou Michelle Obama, l'icône fragile.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Romain Gubart est journaliste au Point, et l'auteur de nombreux ouvrages dont L'omerta française ou Michelle Obama, l'icône fragile.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie Coignard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie Coignard, journaliste au Point, est l'auteur de nombreux ouvrages dont L'omerta française ou Michelle Obama, l'icône fragile.
Voir la bio
Romain Gubert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Romain Gubart est journaliste au Point, et l'auteur de nombreux ouvrages dont L'omerta française ou Michelle Obama, l'icône fragile.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C'est votre argent. Des dizaines de milliards d'euros qu'ils gèrent avec le souci constant... de leur propre intérêt. Notes de frais, voitures de fonction, salaires ahurissants, primes en tous genres, honoraires mirobolants... Et quand ce n'est pas directement eux, ce sont les amis du régime qui en profitent. Eux, ce sont les responsables de la Caisse des Dépôts et Consignations, le dernier trésor de la République. Extrait de "La Caisse. Enquête sur le coffre-fort des Français" de Sophie Coignard et Romain Gubert, aux Editions du Seuil (1/2).

Comme dans toutes les bonnes maisons, il existe des placards. Ordinaires, pour le tout-venant. Et dorés, pour les « énarques sur étagère ». Énarques sur étagère ? Quelle drôle d’expression ! Elle désigne, dans le langage codé de la Caisse, ces hauts fonctionnaires que l’institution ne sait pas comment employer, et qui sont donc payés à ne rien faire. Ils sont sans affectation, comme certains ambassadeurs ou certains préfets rémunérés pour rester chez eux parce que aucun poste correspondant à leur niveau ne s’est libéré, ou encore parce que leurs incli­nations politiques sont incompatibles avec la majorité du moment. À la Caisse, pendant des années, ils ont été jusqu’à plus d’une cinquantaine dans ce cas.

L’un d’entre eux raconte le chemin qui mène à l’étagère : « En sortant de l’ENA, je suis entré à la Caisse, comme environ trois personnes par promotion, plutôt en milieu de classement, après les grands corps, la préfectorale et le Quai d’Orsay. J’y croyais, au début. Je pensais être dans une institution flexible, tournée vers l’intérêt général, destinée à accompagner les mutations économiques et sociales. Jusqu’au jour où j’ai écrit un mémo dans lequel j’émettais une critique sur un point précis de la stratégie. » La scène se passe il y a près de trente ans. Mais cet énarque ne l’a pas oubliée : « Mon chef de service me convoque et me dit : “Tu as raison, mais tu vas perdre beaucoup en faisant cela. Tu ne seras jamais sous-directeur.” Sous-directeur, voilà l’objectif ultime qui exige que l’on courbe l’échine, que l’on ne touche surtout à rien, que l’on perçoive en silence sa rémunération ! »

Cette ambiance à la Courteline n’est pas des plus stimulantes pour les jeunes énarques. Certains cherchent rapidement une issue, tel Jean-François Copé, entré à la Caisse après l’ENA en 1989 et qui trouve le moyen de bifurquer deux ans plus tard vers une de ses filiales, le Crédit local de France qui deviendra Dexia. D’autres se renferment dans leur coquille… Au siège de la Caisse, au 56 rue de Lille, certains mauvais esprits ont même baptisé « le couloir de la mort » une aile de la maison où quelques-uns de ces « énarques sur étagère » ont été logés, pas trop mal puisque leurs fenêtres donnent sur la rue du Bac.

Déranger l’institution est, pour un énarque, le plus sûr moyen de finir sur une étagère. « Quand Francis Mayer, énarque atypique, arrive, avec une autre culture, une volonté autoproclamée de secouer la vieille maison, je prends rendez-vous avec lui, raconte notre interlocuteur. Il s’en fout complètement et me lance un “Démerdez-vous…” qui veut tout dire. Je suis donc retourné dans mon placard. C’était en 2003. Je n’en suis toujours pas sorti. Je passe voir le DRH deux fois par an pour une visite de courtoisie. Entre-temps, je reçois ma fiche de paie, je profite des avantages du comité d’entreprise et j’ai tout le temps de lire le journal interne du groupe, que les plus espiègles – ils ne sont pas très nombreux ici – appellent la Pravda. » Et ce quinquagénaire qui rêvait sûrement d’une autre vie professionnelle d’ajouter, résigné : « Beaucoup de gens restent à la Caisse des dépôts parce que c’est un des territoires de l’État où l’on gagne bien sa vie, sans compter les avantages en tout genre. » Paul Pény, le DRHde cette maison aux innombrables placards, n’aime pas parler de ce sujet. Il assure avoir remis presque tous les énarques sur étagère au travail depuis son arrivée dans le sillage de Pierre-René Lemas fin mai 2014. Presque tous ? On est prié de le croire sur parole.

Extrait de "La Caisse. Enquête sur le coffre-fort des Français" de Sophie Coignard et Romain Gubert, aux Editions du Seuil.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 08/01/2017 - 14:20
Ah, s'il n'y avait que la caisse des dépôts!....
Le Front National dénoncera tous ces scandales en cascades de l'état-providence-pour-soi gauchiste (sens large), et c'est cela qui leur fait peur...Lorsque les Français auront élu quelques dizaines de patriotes à l'Assemblée, commenceront les révélations: et c'est dans quatre mois, tic-tac, tic-tac..
pale rider
- 08/01/2017 - 10:13
je les plains ces enarques , ils sont prisonniers
de leur prison dorée . Relire la parabole du jeune homme riche , c'est exactement cela . Une vie de mort vivant .
DESVESSIESPOURDESLANTERNES
- 07/01/2017 - 22:35
RASSUREZ VOUS
ils voteront politiquement correct et si la roue tourne ils obtiendront quelque beau poste sur-indicié ,à fiscalité réduite si possible,hors échelle et bien sur toujours hors sol et sans production de valeur
A quand la décroissance et l'écrétage sévère de leurs salaires et surtout leurs multi-retraites bien grasses a plus de 10 k€/mois