En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

03.

Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro

04.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

05.

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

06.

L’onde de choc : les gauches radicales françaises et américaines face à l’effondrement Corbyn

07.

Face à l’Iran ce qui manque à l’Amérique n’est pas la capacité militaire mais la crédibilité

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

05.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

06.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Si je t'oublie" de Morgan Sportès : le captif amoureux

il y a 2 heures 31 sec
décryptage > France
Wiki Agri

Le Sénat se penche (enfin) sur le suicide des agriculteurs

il y a 2 heures 57 min
décryptage > International
Bras de fer

Face à l’Iran ce qui manque à l’Amérique n’est pas la capacité militaire mais la crédibilité

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Culture
N’oublie pas leurs petits souliers

Petit (riche) papa Noël : mais au fait, que rapportent les tubes de Noël chaque année à leurs auteurs ?

il y a 4 heures 26 min
décryptage > Europe
"Get Brexit Done"

4 ans pour une révolution : comment Boris Johnson a transformé radicalement le Royaume-Uni

il y a 5 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Jeune homme à la Mule" : quand Michel Orcel chausse la lorgnette de Stendhal…

il y a 15 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Raymonda" de Rudolf Noureev d'après Marius Petipa : la perfection classique pendant trois heures d’horloge… Et on en redemanderait…

il y a 16 heures 1 min
pépite vidéo > Religion
Huit mois après
Chantier de Notre-Dame de Paris : France 2 dévoile des images de l'intérieur de la cathédrale
il y a 17 heures 47 min
pépites > France
Fortes perturbations
Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro
il y a 21 heures 35 min
light > France
Mauvaise camaraderie ?
Miss France 2020 : les ultimes heures de la compétition avant le sacre auraient été marquées par des tensions entre les candidates
il y a 22 heures 49 min
décryptage > Politique
Et maintenant le "Jewxit" !

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

il y a 2 heures 32 min
décryptage > Economie
Sommet

Sous les BRICS, la Chine

il y a 3 heures 22 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que les modifications de nos régimes et de nos modes de production alimentaires peuvent changer pour la planète. Ou pas
il y a 4 heures 12 min
décryptage > Politique
Discours de l’anti-méthode

L’onde de choc : les gauches radicales françaises et américaines face à l’effondrement Corbyn

il y a 5 heures 20 min
décryptage > France
Usual Suspects

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

il y a 6 heures 56 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le roman des Goscinny, naissance d'un gaulois" de Catel Muller : un parcours tendre et souriant aux sources de l'inspiration du père d'Astérix et Obélix

il y a 15 heures 50 min
pépites > Défense
Solidarité et soutien envers nos soldats
Emmanuel Macron sera avec les militaires français en Côte d’Ivoire pour les fêtes de fin d’année
il y a 17 heures 15 min
light > France
"Nipple Gate"
Miss France 2020 : aucune caméra ne permettra de voir les coulisses afin d’éviter un incident en direct
il y a 18 heures 44 min
pépites > Politique
Confiance
Edouard Philippe considère que la "bonne foi" de Jean-Paul Delevoye est "totale"
il y a 22 heures 10 min
pépite vidéo > Sport
Valeurs du sport bafouées
Roxana Maracineanu, ministre des Sports, a été huée et menacée par des supporters lors d'un match du Red Star
il y a 1 jour 12 min
© Reuters
© Reuters
Chant du Cygne ?

Le feu d'artifice de l'économie britannique post-Brexit peut-il encore durer ?

Publié le 06 janvier 2017
Après les records du secteur manufacturier, c'est au tour de celui des services d'afficher une santé indécente dans une économie qui était pourtant promise à l'apocalypse. Mais au delà des bons résultats 2016, le Royaume Uni pourrait ne pas avoir encore totalement écarté les risques posés par une sortie de l'Union européenne.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après les records du secteur manufacturier, c'est au tour de celui des services d'afficher une santé indécente dans une économie qui était pourtant promise à l'apocalypse. Mais au delà des bons résultats 2016, le Royaume Uni pourrait ne pas avoir encore totalement écarté les risques posés par une sortie de l'Union européenne.

Atlantico : une nouvelle fois, en opposition totale avec les prévisions économiques, les dernières données en provenance du Royaume Uni, relatives au secteur des services, laissent présager une forte croissance pour le dernier trimestre 2016, et ce, malgré le vote en faveur du Brexit. Quelle est la réalité de la situation au Royaume Uni ?

Nicolas Goetzmann : l'activité économique britannique est à son niveau le plus élevé depuis 17 mois, selon les derniers indicateurs en provenance des directeurs d'achat (PMI), ce qui correspond à une croissance de 0.5% pour le seul dernier trimestre 2016. Cette croissance touche l'ensemble des secteurs, les services, le manufacturier, la construction. Le secteur manufacturier vient de toucher un plus haut de 2 ans et demi lors du mois de décembre. De ce fait, les créations d'emplois repartent également à la hausse avec un sommet de 14 mois constaté dans le courant du mois de décembre, et ce, alors même que le taux de chômage du pays est déjà faible, à 4.8%. Le taux d'emploi du pays affiche quant à lui un niveau record historique. Cette importante progression de l'activité se remarque également au travers de la hausse des prix, qui est en train de suivre une tendance ascendante, ce qui est également la conséquence de la baisse de la livre, post Brexit. Il peut également être noté que l'activité sur le continent européen est également en hausse, alors que l'économie américaine affiche également des chiffres positifs. Ainsi, le Royaume Uni combine une forte demande intérieure et une demande mondiale en progrès, ce qui pousse à la hausse l'ensemble des activités du pays. Une autre statistique importante annonce un plus haut concernant les crédits à la consommation, au plus haut depuis 2005. Nous sommes donc très loin de l'apocalypse annoncé. Le Royaume devrait afficher la plus forte croissance des pays du G7 pour l'année 2016, comme l'avait annoncé le FMI dès le mois d'octobre dernier.

Les bons chiffres peuvent-ils durer ? La résilience de l'économie britannique est-elle réellement durable, ou s'agit-il d'un chant du cygne ?

Le fait est que si le vote Brexit a eu lieu, le Brexit lui, est toujours en suspens. Puisque l'article 50, qui est la clause de retrait, n'a toujours pas été enclenché, la sortie du Royaume Uni de l'Union européenne ne s'est toujours pas matérialisée. Les risques existent donc encore, mais la tendance actuelle démontre quand même que le niveau d'inquiétude a pu être surestimé.

Cependant, Andy Haldane, chef économiste de la Banque d'Angleterre déclarait le 5 janvier, "le risque a plus été repoussé qu'il n'a été écarté". "Il y a eu plus de résilience chez les consommateurs et dans le domaine de la construction que nous ne l'avions anticipé. Cela a-t-il fondamentalement modifié notre perception de l'économie pour les prochaines années ? Pas vraiment. Cela est plus une question de "timing" que d'une réévaluation fondamentale de l'économie"

Haldane redoute une ponction sur le pouvoir d'achat en raison de la pression à la hausse sur les prix. De la même façon, le FMI indiquait en octobre qu'un ralentissement économique se produirait dans le courant de l'année 2017, avec une croissance attendue de 1.1%, ce qui est quand même assez loin d'une dépression, surtout dans un pays qui ne compte que 4.8% de chômeurs.

Ce qui est clair, c'est que la Banque d'Angleterre a correctement géré les évènements post Brexit. Elle aurait pu lutter contre la chute de la livre en remontant ses taux, ce qui aurait provoqué un ralentissement sévère, et lui aurait donné raison par rapport à ses prévisions. Mais le travail a été fait correctement, et si la politique monétaire est correctement menée dans le courant des prochaines années, l'impact du Brexit pourra au moins être absorbé en partie. L'économie du Royaume connaîtra un ralentissement de sa croissance réelle en raison de l'inflation, mais cela aurait pu être bien pire avec une Banque centrale moins "tolérante".

Le gouvernement britannique devra également faire face à quelques menaces budgétaires. En effet, alors que certaines dépenses relatives aux Universités, ou à l'agirculture, prises en charge précédemment par l'Union, seront dorénavant prises en charge par Londres. Il est possible que le gouvernement se trouve également contraint de faire quelques "cadeaux" pour compenser l'impact du Brexit dans certains secteurs d'activités, on peut penser au 1.8 milliards de financement européen destiné à la recherche et développement. 

Comment expliquer les erreurs commises, qui laissaient entendre que le Brexit serait désastreux pour l'économie du pays ?

Il y a plusieurs aspects. Le premier est politique, il s'agissait de faire peur aux électeurs sur des bases qui sous estimaient largement les capacités de réaction d'une Banque centrale compétente. Il est évident que les perspectives les plus sombres ont été accentuées au maximum par ceux qui souhaitaient rester au sein de l'UE. Ce n'est pas une nouveauté, mais cela pose quand même de sérieuses questions sur la crédibilité du discours. Entre le Brexit et Donald Trump, les électeurs des démocraties libérales seront maintenant plus difficiles à convaincre. Ensuite, il ne faut pas non plus négliger le fait que le Brexit n'a pas eu lieu, et que ses conditions ne sont pas encore fixées. Les incertitudes sont donc encore nombreuses, notamment pour les entreprises qui attendent de voir. Et il est tout à fait clair que la sortie du Royaume Uni du marché commun aura un impact. Tout dépendra de comment celui-ci sera géré.

Mais clairement, ce qui a été sous-estimé depuis le départ, c'est le pouvoir de la monnaie. Alors que les discours classiques laissent entendre que les Banques centrales sont au bout de ce qu'elles peuvent faire, que leurs limites sont atteintes etc…la Banque d'Angleterre a pu démontrer qu'elle avait encore les moyens d'agir. Elle a abaissé ses taux en août 2016, passant de 0.5% à 0.25%, et ce, alors même que la livre était en chute libre, c’est-à-dire qu'elle a accompagné cette chute. Cette décision a permis de soutenir la demande intérieure au moment du choc, et l'économie du pays a pu profiter de la faiblesse de sa monnaie. Et depuis le début du mois de novembre, la livre a refait une partie de son retard sur l'euro, reprenant 6% sur la monnaie unique. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

03.

Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro

04.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

05.

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

06.

L’onde de choc : les gauches radicales françaises et américaines face à l’effondrement Corbyn

07.

Face à l’Iran ce qui manque à l’Amérique n’est pas la capacité militaire mais la crédibilité

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

05.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

06.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jardinier
- 06/01/2017 - 19:26
Bien sur qu'il va durer,
Ils vont conclure des accords commerciaux, finaliseront le brexit en bon démocrate, et à moins de crise générale, s'en sortiront bien mieux que nous. Et ils seront libres et indépendants.
Anguerrand
- 06/01/2017 - 16:00
Brexit, mais quel Brexit ?
Pour l'instant la GB est toujours dans l'Europe. Il faudra un vote du Parlement britannique pour qu'il soit effectif, ce qui n'est pas le cas avant des mois,voire des années, voire jamais. Les anglais ont de suite regretté leur vote quand ils ont compris les effets à long terme. S'ils quittent l'Europe La GB devriendra un pays étranger ou leurs produits deviendront taxable comme Trump l'a menacé pour GM, Ford et un constructeur asiatique. Autant dire que le Mexique va s'appauvrir, et la GB sera dans un cas si le Brexit se réalise réellement. Alors ceux qui tirent des conclusions sur le Brexit non encore appliqué sont des donc des charlots.
SOMUA
- 06/01/2017 - 10:57
qui croire ?
ce jour dans le Monde
Lord Simon Wolfson est l’un des rares hommes d’affaires britanniques à avoir soutenu le Brexit. Pourtant, mercredi 4 janvier, six mois après la victoire de son camp, le directeur général de Next, une enseigne vestimentaire, a annoncé que les ventes de Noël avaient été très décevantes, provoquant dans la foulée une chute de 13 % du cours de Bourse. Principale explication, selon lui : les incertitudes économiques et la chute de la livre sterling liées… au Brexit.