En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
L’édito de Jean-Marc Sylvestre
2017, l’année de tous les dangers pour la France : sauf à relever ces trois défis… mais qui pourra le faire ?
Publié le 31 décembre 2016
L'année 2017 se présente mal parce que la France n'est pas solide. Sauf à considérer que les risques sont autant d'opportunités.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'année 2017 se présente mal parce que la France n'est pas solide. Sauf à considérer que les risques sont autant d'opportunités.

Demain est un autre jour et l'autre jour est sombre. La France n'a, en cinq ans, pas réussi à surmonter la plupart de ses difficultés. L'année 2017 est l'année où le pays va tourner la page et se doter d'une nouvelle gouvernance.

L'époque est marquée par le pessimisme, le déclinasse, le défaitisme presque. D'où la confusion politique, à droite comme à gauche. D'où la perte de repères idéologiques. Certains fuient, d'autres se replient et s'enferment dans leurs petites certitudes.

Tout va dépendre de la capacité des gouvernants à conjurer les risques qui nous privent d'oxygène et d'espoir.

Il va falloir beaucoup de courage pour forcer le destin et relever les défis qui s'imposent a nous. Qu'on le veuille ou non, il y a des contraintes auxquelles on n'échappe pas. On réussit à les gérer ou alors elles nous submergent et il est trop tard pour réagir. Il faut payer la facture.

Les chinois considèrent que toutes les crises, tous les défis sont porteurs de danger, mais ils sont aussi porteurs d'opportunités.

Les hommes politiques, les décideurs et finalement tous les acteurs de la société ont, chacun à leur place, trois séries de défis à relever.

1° Le défi du populisme. La crise économique mondiale a déstructuré les sociétés démocratiques, elle a alimenté des offres de gouvernances fondées sur le nationalisme, le protectionnisme, le repliement et le sentiment que les élites ont été incapables d'apporter des remèdes aux difficultés. Ce qui n'est pas faux. Cela dit les promesses faites sont souvent chimériques, et les offres alternatives sont rarement réalisables. Elles ouvrent les portes d'accès au pouvoir, elles ne permettent pas l'exercice de ce pouvoir. On ne pourra pas sortir de l'euro, on ne pourra pas vivre en autarcie avec des frontières fermées, sauf à créer des conditions de vie qui seraient rapidement insupportables. En 2016, le vote d'un Brexit en GB, l'élection de Donald Trump aux USA, ou l'éviction de Matteo Renzi en Italie sont des manifestations de ce populisme rampant partout dans le monde occidental. Mais ces évènements montrent aussi le besoin d'expression et d'interpellation du peuple. Les dirigeants politiques vont devoir revenir dans le champ du possible et de la responsabilité. C'est sans doute ce que Theresa May ou Donald Trump vont faire. Ils peuvent saisir cette opportunité de réagir.

Ce qui est intéressant, c'est que tous ces mouvements manifestent une formidable demande de liberté, liberté d'expression, liberté d'entreprendre, d'inventer, de créer, de s'enrichir aussi. Mais paradoxalement ces mouvements expriment aussi un besoin de protection contre tous les dangers de la société. Il faut donc répondre à cette double demande qui peut être contradictoire. Mais les hommes politiques peuvent avoir du talent. Il y en a quelques-uns à droite comme à gauche.

2° Le défi digital. L'invention de l'Internet a provoqué une révolution aussi importante que la découverte de l'électricité dans l'organisation de la vie en société. Tout est en voie de bouleversement. L'Internet, les réseaux sociaux, les applications collaboratives, l'ubérisation et déjà la robotisation remettent en cause tous les modèles économiques (production, distribution, commerce, finance), mais transforment aussi les organisations sociales, les rapports entre les hommes, les entreprises et les administrations. Cette révolution technologique est très déstabilisante parce qu'elle accélère l'obsolescence de ce qui existe depuis un demi-siècle. Nous sommes au cœur du processus décrit par Schumpeter de la "destruction créatrice" donc ça fait peur. Sauf si on sait en profiter pour créer de la croissance et du progrès. Sauf si on sait gérer la période transitoire. Mais on sait mal le faire, surtout en France.

Or, on n'a sans doute pas le choix. Et c'est tant mieux.

3° Le défi d'installer un Etat libéral. Tous les responsables politiques y pensent, mais c'est évidemment le défi le plus compliqué à relever. Un Etat libéral c'est un Etat qui devrait d'un côté laisser le maximum de liberté et d'initiatives à ses acteurs intérieurs, tout en renforçant ses fonctions régaliennes de défense, de justice et de régulation. Mais là où la mutation est compliquée sur le continent européen c'est que les Etats ont aussi l'obligation de renforcer leurs solidarités. La construction européenne est sans doute le plus beau projet de l'après guerre, l'euro et la libre circulation sont incontestablement des succès. Mais au bout d'un demi siècle de mutation, il faut reconnaître que la gestion de cette Europe dans un espace mondialisé est un échec. Les risques peuvent venir de partout, y compris de l'intérieur. L'année 2016 a été terrible. Il faudra passer à autre chose en terme d'organisation, plus de fédéralisme mais plus d'identité. Politiquement c'est un peu la quadrature du cercle. Du coup, la tentation de la dislocation est grande. La majorité des candidats à la présidence de la république sont étrangement discrets sur le dossier européen. A droite, François Fillon s'en inquiète mais il est presque le seul. A gauche, Emmanuel Macron s'en préoccupe, mais est-il encore à gauche ?

Compte tenu des enjeux, cette discrétion est tout aussi honteuse que dangereuse.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
05.
Cet autre mea culpa que devrait envisager Emmanuel Macron pour préserver la fin de son quinquennat
06.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
07.
L'association WWF accusée de stériliser des populations aux abords de parcs nationaux en Afrique et en Inde
01.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
06.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Gilets jaunes, six mois déjà et ces questions restées sans réponse sur les défis auxquels fait face notre démocratie
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Fran6
- 01/01/2017 - 08:50
les musulmans?
EN FAIT, ILS SONT :
HEUREUX DANS TOUS LES PAYS QUI NE SONT PAS MUSULMANS
ET MALHEUREUX DANS TOUS LES PAYS QUI LE SONT !
ET QUI BLÂMENT-ILS POUR LEURS MALHEURS ?
Pas l 'Islam.
Pas leurs chefs spirituels.
Pas eux-mêmes
ILS BLÂMENT TOUJOURS LES PAYS OÙ ILS SONT HEUREUX !
ET ENSUITE, ILS VEULENT CHANGER CES PAYS POUR QU'ILS DEVIENNENT COMME LES PAYS D'OÙ ILS VIENNENT ET OÙ ILS ÉTAIENT MALHEUREUX
Excusez-moi, mais la question mérite d'être posée:
COMMENT PEUT-ON ÊTRE AUSSI SOT ?
Semper Fi
- 31/12/2016 - 21:48
La liberté de circulation...
Quelle détestable habitude que de systématiquement assimiler le rétablissement des contrôles aux frontières à un repli sur soi. Désolé M. Sylvestre, mais il y 30 ans, avant Schengen, il est possible de voyager en Europe de l'Ouest, à la seule condition de pouvoir présenter des papiers en règles aux postes frontières... jamais je n'ai senti ma liberté de circulation entravée. Les frontières contrôlées sont la norme dans le monde : pour autant que je n'ai pas l'impression que tous ces pays "normaux" (stricto sensu) vivent repliés sur eux-mêmes en autarcie. A vous lire, évoquer la remise en place de contrôles aux frontières revient à vouloir transformer la France en Corée du Nord.... Laisser croire cela est un mensonge !!!
Paulquiroulenamassepasmousse
- 31/12/2016 - 19:11
Perdons pas de temps.......
.......et passons tout de suite à la question suivante.... Parce qu'aucun candidat n'aura le courage d'installer un état libéral... Pas même Fillon et malgré son discours il n'aura pas les cou....s d'aller contre les syndicats et gôchos de touts bords planqués en embuscade dans l'administration...