En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Reuters
Alors que la Chine est devenue un nouvel acteur de l'espace, où en est l'exploration lunaire ?
Mission sur la Lune
Objectif Lune: Europe 1, Etats-Unis 0, Chine 0,5
Publié le 30 décembre 2016
Les Etats-Unis, qui ont fait de l'exploration de Mars la priorité de leur programme spatial, ont quelque peu délaissé l'exploration lunaire. A l'inverse, l'Europe et la Chine, conscientes du potentiel stratégique et scientifique de la Lune, continuent d'y mener des missions.
Le Général de brigade aérienne Jean-Vincent Brisset est directeur de recherche à l’IRIS. Diplômé de l'Ecole supérieure de Guerre aérienne, il a écrit plusieurs ouvrages sur la Chine, et participe à la rubrique défense dans L’Année stratégique.Il est l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Vincent Brisset
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Général de brigade aérienne Jean-Vincent Brisset est directeur de recherche à l’IRIS. Diplômé de l'Ecole supérieure de Guerre aérienne, il a écrit plusieurs ouvrages sur la Chine, et participe à la rubrique défense dans L’Année stratégique.Il est l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Etats-Unis, qui ont fait de l'exploration de Mars la priorité de leur programme spatial, ont quelque peu délaissé l'exploration lunaire. A l'inverse, l'Europe et la Chine, conscientes du potentiel stratégique et scientifique de la Lune, continuent d'y mener des missions.

Atlantico : Les Etats-Unis, qui ont fait de l'exploration de Mars la priorité de leur programme spatial, ont effectué leur dernière mission sur la Lune en 1972. De leur côté, des nations comme le Japon, la Chine et la Russie ont occupé ce "vide d'exploration" laissé par les Américains. En concentrant leurs efforts sur l'exploration de Mars, les Etats-Unis n'ont-ils pas commis une erreur ? Quel est l'intérêt commercial, scientifique et stratégique des missions sur la Lune ? 

Jean-Vincent Brisset : Il ne faut pas voir les missions sur la Lune comme pouvant avoir une "rentabilité" directe et immédiate. L’idée de trouver sur notre satellite des minéraux rares, de les exploiter et de les ramener sur Terre a été quelquefois présentée. Il ne semble pas qu’il existe de telles réserves dont, de plus, la rentabilisation économique paraît inaccessible. On a aussi pensé à la création d’une base permanente habitée qui ferait fonctionner des mini-usines. Celles-ci, en profitant de la très faible pesanteur et de quelques autres particularités du contexte lunaire (température, pression…) pourraient procéder à quelques fabrications commercialisables. Là aussi, la rentabilité paraît inaccessible.

Construire une base permanente sur la Lune serait davantage à même de présenter un intérêt scientifique, en y implantant un observatoire qui, dégagé des contraintes liées - entre autres - à l’atmosphère terrestre, pourrait permettre de mieux étudier l’univers. L’apport des instruments d’observation basé dans l’espace est déjà très important, mais la construction d’une structure lunaire permettrait de s’affranchir des contraintes liées à l’utilisation d’un satellite artificiel. La Lune pourrait aussi servir comme base de lancement pour d’autres missions d’exploration plus lointaines.

Si les Etats Unis ont effectivement abandonné les vols habités vers la Lune, ils ne s’en sont pas désintéressés pour autant. Le Projet Constellation, lancé en 2004, prévoyait le développement de moyens spécifiques pour permettre des vols habités de longue durée à partir de 2020. Il est rentré en concurrence avec les projets d’exploration martienne. Etant donné les limitations du budget de la NASA et de certains problèmes techniques, le Président Obama a procédé à un arbitrage et terminé ce programme en 2010. Il en reste quand même le vaisseau Orion, qui redonnera aux Etats-Unis un successeur des navettes spatiales, capable de transporter et d’héberger pendant trois semaines un équipage de quatre personnes au-delà des orbites terrestres basses. Le premier vol avec un équipage devrait avoir lieu en 2020. L’arbitrage d’Obama laisse le champ libre à la concurrence sur la Lune, mais il serait facile d’y revenir et, d’ailleurs, la NASA continue d’envoyer de temps en temps des orbiteurs autour de notre satellite. Mais la quasi exclusivité donnée à Mars permet surtout, en économisant les moyens, de laisser les Etats Unis en tête dans la prestigieuse course à l’espace, en effectuant la première mission habitée en direction d’une autre planète.  

A lire également sur notre site : Levez les yeux, les Chinois seront bientôt au-dessus de nous : Pékin annonce ses objectifs ambitieux de conquête spatiale

Comment se déclinent les efforts de l'Union européenne en matière d'exploration de la Lune ?

L’Union européenne n’est pas le moteur de la politique spatiale en Europe. Celle-ci est principalement confiée à l’Agence spatiale Européenne, qui comprend actuellement 22 pays, dont 2 (Norvège et Suisse) ne font pas partie de l’Union. Les grandes priorités de l’Agence, telles qu’elles sont officiellement définies, sont le programme Copernicus d’observation de la Terre (28% du budget) et Galileo (et son complément Egnos) de positionnement par satellite. L’UE, de son côté, est plus directement responsable de l'Organisation européenne pour l'exploitation des satellites météorologiques (EUMETSAT). 

Les Etats-Unis pourraient-ils reconsidérer leurs priorités dans le domaine du spatial ? Une association entre le "village sur la lune" de l'Agence spatiale européenne et la Nasa pourrait-elle voir le jour ? Quels en seraient les bénéfices ? 

L’idée de construire un "village sur la Lune" a été émise en mars 2016 par le directeur de l’Agence spatiale européenne. A ce jour, ce n’est qu’une piste de réflexion, qui n’a pas encore reçu de financements conséquents. Un tel village pourrait remplacer,  dans beaucoup de ses fonctions, la Station Spatiale internationale. Il n’aurait cependant de viabilité que s’il était le fruit d’une coopération entre tous les grands acteurs de la conquête de l’Espace. Pour le moment, les coopérations avec les Etats-Unis sont surtout orientées vers Mars, qui demeure la priorité de la NASA. Les Européens sont impliqués dans diverses recherches, en particulier sur les robots explorateurs et sur les modules de service qui feront partie des missions américaines vers Mars. Ces recherches seront mises à profit dans les prochaines années pour des missions dont la vocation première est la préparation des missions martiennes, mais qui auront lieu autour et sur la Lune. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
04.
A l’insu de son plein gré : le « nouveau monde » finira-t-il par faire basculer la France dans une nouvelle culture démocratique « grâce » à ses vieux travers ?
05.
Mont Everest : la fonte des glaces fait apparaître de nombreux corps d'alpinistes
06.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
07.
Vous ne croyez pas au choc des civilisations ? Intéressez vous alors au sort de l'iranienne Nasrin Sotoudeh!
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Révolution silencieuse ? Un groupe de physiciens armés d’ordinateurs quantiques a réussi (en quelque sorte) à remonter dans le temps
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Carlsag
- 30/12/2016 - 06:31
abc
Vous être vachement convaincant pour sortir une pareille ânerie avec comme référence l'opinion d'Allègre Personne de réellement sérieux en sciences n'accorde la moindre importance à ce que peut dire un Allègre qui a maintes fois démontré que son incompétence allait de pair avec sa GG Quand on est scientifique et qu'on se ridiculise dans une polémique avec un journal sur une notion élémentaire de physique (chute des corps) on devrait se taire et rentrer dans le rang Et ça c'est juste l' exemple le plus frappant , il y en a eu d'autres
ikaris
- 28/12/2016 - 11:10
Fantaisies spaciales
utilisons les faibles moyens de recherche de l'Europe à des choses plus utiles que ces chimères spatiales ! La station spatiale était une fumisterie qu'avait à l'époque dénoncé Claude Allègre : un moyen de divertir les budgets européens sur des trucs inutiles au lieu de perfectionner nos lanceurs ou de développer des petits frères à concorde.