En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

04.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

07.

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 2 heures 12 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 3 heures 51 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 6 heures 44 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 7 heures 52 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 8 heures 33 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 9 heures 5 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 9 heures 31 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 10 heures 47 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 10 heures 55 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 11 heures 19 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 2 heures 52 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 4 heures 6 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 6 heures 48 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 8 heures 10 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 8 heures 42 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 9 heures 23 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 10 heures 30 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 10 heures 54 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 11 heures 18 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 11 heures 20 min
© Reuters
La présidentielle de 2017 pourrait tout à fait réserver son lot de surprises.
© Reuters
La présidentielle de 2017 pourrait tout à fait réserver son lot de surprises.
Prévisions 2017

2017 : l'élection de tous les paradoxes

Publié le 28 décembre 2016
Alors que l'année 2016 touche à sa fin, Atlantico propose à ses lecteurs une série de prévisions pour le millésime 2017. Selon Bruno Cautrès, cette année électorale sera marquée par tous les paradoxes qui traversent la vie politique française de nos jours.
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'année 2016 touche à sa fin, Atlantico propose à ses lecteurs une série de prévisions pour le millésime 2017. Selon Bruno Cautrès, cette année électorale sera marquée par tous les paradoxes qui traversent la vie politique française de nos jours.

La prévision électorale est un exercice parfois risqué. L’année 2016 s’est terminée par un sérieux rappel à l’ordre pour tous ceux qui commentaient ou analysaient les sondages d’intentions de vote flatteurs dont Alain Juppé avait disposé pendant de longs mois avant la primaire. De manière plus générale, on constate dans les vies politiques contemporaines une modification du rapport des citoyens au vote et aux hommes politiques. L’année 2016 s’est ainsi soldée par la sortie de la vie politique de personnalités qui ont joué les premiers rôles sur une longue période : Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, François Hollande. Les primaires ont accompagné fortement cette tendance qui a également vu Cécile Duflot battue sèchement par les électeurs et sympathisants d’un parti qu’elle a dirigé.  

Dans ce contexte et cette ambiance, la présidentielle de 2017 pourrait tout à fait réserver son lot de surprises. On ne fera donc pas ici de prévision électorale ; il paraît à ce jour plus pertinent de souligner quelques paradoxes ou éléments de faiblesse des différents camps politiques dans la perspective de 2017. Ces paradoxes manifesteront leurs effets de manière plus ou moins fortes, se résorberont ou pas selon les candidats, mais ils ont toutes les chances de survivre à l’élection présidentielle et de continuer d’exister après.

L’éclatement de la gauche peut tout d’abord provoquer un "nouveau 21 avril" mais d’un nouveau genre : la non-présence de la gauche au second tour aura été une chronique tellement annoncée qu’elle en a perdu son pouvoir dissuasif sur les électeurs comme sur les candidats. Avertis de ce risque, électeurs et candidats de gauche semblent, pour le moment, pris par l’étrange logique que la défaite est belle car elle permet de se reconstruire et de trancher le nœud gordien sur le rapport de la gauche aux contraintes de l’économie globalisée. Paradoxe des paradoxes, tout se passe comme si la gauche partait divisée, affaiblie et défaitiste alors même que la primaire de la droite lui a "offert" le meilleur candidat de droite pour mobiliser la gauche.

Le candidat de la droite "et du centre", selon l’expression consacrée, semble dominateur tant sa victoire à la primaire a montré que son électorat était prêt pour le combat électoral et fortement mobilisé. François Fillon dispose en effet d’un très solide avantage qui avait profité en son temps à François Hollande : l’effet "catapulte" de la primaire qui met son vainqueur en orbite et crée la dynamique indispensable pour une campagne présidentielle réussie. Mais son écrasante victoire contre Alain Juppé cache elle aussi un paradoxe : il n’existe sans doute pas de majorité sociologique voire politique soutenant fortement la solution libérale telle qu’il l’a présentée. Si l’ancien Premier ministre a voulu se présenter comme s’inspirant de l’ancien chancelier allemand Gerhard Schröder, c’est bien l’ancien Premier ministre britannique Margaret Thatcher auquel il s’est d’abord comparé et auquel il sera tôt ou tard associé. Sa première inflexion sur la question de la sécurité sociale en dit long sur la difficulté de la posture de "Dame de fer" qu’il veut ou a voulu incarner lors de la primaire. Et l’adoption de mesures fortes par référendum ne lui donnerait pas nécessairement cette majorité sociologique sans laquelle les réformes ne passent pas. Si la question des déficits publics est devenue un enjeu nettement plus prioritaire qu’auparavant dans l’opinion, la question des causes et des solutions à ces mêmes déficits ne fait pas l’objet d’un consensus en France.

La candidate du Front national, quant à elle, solidement installée dans des intentions de vote assez stables (malgré un tassement en fin d’année), connaît elle aussi un paradoxe : sa progression en intentions de vote est incontestable, voire impressionnante, dans de nombreuses catégories de la population comme par exemple dans la fonction publique, mais elle est souvent cantonnée aux milieux sociaux qui souffrent le plus de la précarité voire de la pauvreté. Alors que tous les signaux semblent au vert pour sa candidate, le "plafond de verre" du FN ne cesse d’être repoussé plus haut mais il existe toujours néanmoins : les Français ne considèrent toujours pas le FN comme un parti "comme les autres" malgré les succès électoraux d’une "dédiabolisation" souvent plus dans les mots que dans les programmes du FN. De même, alors que l’Europe est en panne et que nous avons connu le Brexit, il n’y a pas en France de demande de l’opinion pour un "Frexit".

Tous ces paradoxes ne sont que les signes que la vie politique française est sous fortes tensions et dynamiques d’éclatement. Ces tensions résultent de multiples causes, mais 2017 montrera que l’une de ces causes pèse plus lourd que toutes les autres : les effets perturbateurs et déstabilisateurs de l’intégration économique de la France dans l’économie globale et internationale. 2017 verra se confirmer que les effets politiques de ce lent et inexorable processus d’intégration sont majeurs sur notre vie politique. Avec Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, l’élection de 2017 manifestera bien ces tensions. L’intégration ou la "démarcation" pour reprendre les termes du politiste suisse Hanspeter Kriesi, tel sera l’un des débats forts de la présidentielle : faut-il rentrer de plain-pied dans la mondialisation et tenter d’en proposer une "adaptation française" aux Français, la refuser en restaurant des frontières et des barrières nationales ou la considérer comme une chance pour bousculer une France qui serait figée dans les statuts et les "acquis" des Trente Glorieuses ?

Les divisions internes au PS (Manuel Valls vs Arnaud Montebourg ou Benoît Hamon) et à la droite (par exemple lors de la primaire les alternatives présentées par Nicolas Sarkozy, Alain Juppé et François Fillon) manifestent également le poids de cette "grande transformation". Si la question des frontières et des identités n’élimine pas, loin s’en faut, du tableau les questions de la redistribution, des inégalités et des injustices sociales, elle la concurrence sérieusement dans une vie politique en deux dimensions : à la traditionnelle dimension gauche-droite est venue s’ajouter la question de l’intégration ou du refus de l’intégration dans le monde global. On verra dans quelques mois, lors de la présidentielle, s’exprimer pleinement toutes ces tensions qui divisent, recomposent et perturbent notre vie politique depuis le début des années 1990. L’offre électorale de la présidentielle que l’on pensait reproduire à l’identique celle de 2012 sera davantage renouvelée et manifestera également qu’un tournant politique majeur est en train de se jouer en France. Le match de 2017 s’annonce en tous les cas comme l’un des plus intéressants à suivre : ultime paradoxe qui voit une France à la fois défiante vis-à-vis des hommes politiques mais très intéressée par les débats des primaires et ayant déjà un intérêt soutenu pour l’élection présidentielle. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ikaris
- 30/12/2016 - 11:43
Article plutôt intéressant vu sa provenance
certes l'auteur est payé pour produire de la pensée qui sied au pouvoir (le CNRS fait là où on lui dit de faire)... mais je le trouve un peu plus intéressant que ce que disent les premiers commentaires. Il y a une seule chose qui est (je pèse mes mots) une escroquerie : à chaque fois qu'un membre d'un parti politique de l'UMPS essaie de nous faire croire que nous allons juguler la mondialisation par décision politique c'est un mensonge de la pire espèce. Donc le soit disant affrontement qui est décrit à l'intérieur des deux succursales de l'UMPS est du flan complet : aucun des deux partis (ou assimilé) ne prendra de son propre chef des mesures de démondialisation ... sauf contraint et forcé pas l'effondrement ambiant (brexit, Trump qui adopterait une ligne plus protectionniste). On est sur de la rhétorique pure à ce niveau là.
vangog
- 29/12/2016 - 00:54
Refus de l'Intégration de le monde global?????
Ce petit activiste mondialiste n'a pas compris que le vieux clivage gauche-droite est mort, et que les partis modernes et jeunes qui émergent partout, incarnent une politique pragmatique, peu soucieuse des vieux dogmes gauchistes ou droitistes, totalement dépassés par la globalisation. Et ces partis modernes, proches du peuple, sont redoutés des technocrates et des idéologues passéistes, car ils menacent leurs constructions idéologiques bancales, leurs systèmes de corruption et de copinage consanguin type ENA...et ces partis sont les mieux adaptés à la globalisation, n'ayant pas peur des réformes, ni de l'avenir, contrairement aux vieux partis archaïques enfermés dans leur système alternatif moribond. Malgré leurs souhaits, la globalisation ne sera pas ultra-liberale et écolo-socialiste, car ces systèmes ont échoué à apporter la prospérité et la sauvegarde de la planète, mais la globalisation sera identitaire et libérale (dans le vrai sens du terme)...
Benvoyons
- 28/12/2016 - 09:36
Des gens écrivent sous le couvert de la recherche mais sont
des militants cachés et aux petits soins Socialistes. La transpiration de cette recherche est bien là :)::)) Le comble de cette recherche est la sollicitude faite au Socialisme mais qui alimente le Socialisme Nationalisme FN :)::)))=======================
Quand une croyance Socialiste, t’obsède à ce point, le choix pour tout ,est que l'Universelle Mort de ta Liberté et de ta Fraternité, qui en découle, sont les sommets, du charnier de l’Égalité.