En direct
Best of
Best of du 2 au 8 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

04.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

Emmanuel Macron, victime d’impuissance ?

07.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

06.

Comment basculer vos groupes de conversations WhatsApp sur Signal

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

06.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 heure 18 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 3 heures 10 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 4 heures 7 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 4 heures 40 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 5 heures 15 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 5 heures 56 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 6 heures 10 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 7 heures 5 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 7 heures 14 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 7 heures 36 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 2 heures 57 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 3 heures 46 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 4 heures 23 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 5 heures 1 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 5 heures 38 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 6 heures 7 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 6 heures 47 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 7 heures 8 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 7 heures 34 min
décryptage > Politique
Stratégie du gouvernement

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

il y a 7 heures 51 min
© Flickr / Martin Fisch
© Flickr / Martin Fisch
Enfin une bonne nouvelle pour cette fin d'année ?

Première baisse du chômage pour trois mois consécutifs depuis 2008 : la grande crise est-elle enfin derrière nous ?

Publié le 30 décembre 2016
En dépit d'une accélération de l'amélioration sur le front du chômage en France, les politiques d'emploi mises en oeuvre jusqu'à présent, nécessaires à une sortie de crise durable, ne sont pasappliquées. A la différence de l'économie américaine dont la reprise est avérée depuis 2009, l'économie française n'a toujours pas su intégrer et combiner à la fois la révolution technologique en cours, liée à la communication, et les effets de la globalisation.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En dépit d'une accélération de l'amélioration sur le front du chômage en France, les politiques d'emploi mises en oeuvre jusqu'à présent, nécessaires à une sortie de crise durable, ne sont pasappliquées. A la différence de l'économie américaine dont la reprise est avérée depuis 2009, l'économie française n'a toujours pas su intégrer et combiner à la fois la révolution technologique en cours, liée à la communication, et les effets de la globalisation.

Atlantico: Pour le troisième mois consécutif, le chômage est à la baisse en France, une première depuis 2008. S'agit-il là d'une tendance durable ? Pourrait-on considérer la crise de 2008 enfin derrière nous ? 

Jean-Paul Betbèze: De fait, les indicateurs d’emploi se redressent en France, mais lentement et tardivement. Ainsi, fin novembre 2016 en France métropolitaine, le nombre de demandeurs d’emploi tenus de rechercher un emploi et sans activité (dits de "catégorie A") s’établit-il à 3 447 000. Ce nombre diminue de 109 800 personnes sur trois mois, soit de 3,1 %. Mieux, il recule de 31 800 personnes sur un mois (-0,9 %) et de 122 600 personnes sur un an (–3,4 %). Ceci indique, non seulement une amélioration continue, mais plus encore une accélération. Cette amélioration se retrouve surtout pour les jeunes : - 8,8 % pour les moins de 25 ans sur trois mois, un peu moins (- 3,2 %) pour ceux entre 25 à 49 ans. En revanche, le nombre de chômeurs augmente de 0,4 %, pour ceux âgés de 50 ans et plus.

Il y a donc une amélioration récente, mais l’indicateur le plus sûr, celui du BIT, calculé chaque trimestre par l’Insee, vient de remonter légèrement de 0,1%, à 10% au troisième trimestre 2016. Si l’on peut penser qu’il va rebaisser lors de la prochaine enquête, il reste que la France est, parmi les premières économies du monde, celle qui a un taux de chômage double des autres (4,9% aux Etats-Unis et 4,2% en Allemagne). Si l’on peut dire que la situation s’améliore en France, elle est donc radicalement différente de celle des autres grandes économies. La crise de 2008 n’est pas "derrière nous" car les politiques d’emploi pour la régler ne sont pas mises en place. Nous sommes dans des soutiens, plus classiques et plus conjoncturels, avec des résultats modestes et coûteux.

A LIRE AUSSI - Pourquoi la baisse du chômage ne doit pas faire oublier la catastrophe économique et humaine du nombre record de chômeurs de longue durée

Voilà près de sept ans que l'économie américaine est repartie à la hausse. Comment expliquer la longévité de la reprise américaine ? Pourquoi ce qui pourrait apparaître comme une potentielle reprise française, au regard des chiffres du chômage communiqués ce lundi, ne survient que maintenant ? 

L’économie américaine est en train de connaître une reprise depuis plusieurs années. Elle est la première à être tombée en récession (c’est même elle qui est à son origine) et la première à en sortir. Pour autant, cette reprise, si longue par rapport aux moyennes américaines, est aussi la plus lente. Tout simplement parce que la crise que nous vivons n’est pas une crise conjoncturelle classique, mais une crise structurelle. Elle combine à la fois la révolution technologique liée à la communication et les effets de la globalisation. En quelque sorte, c’est Apple que multiplie Chine !

Aux Etats-Unis, pour sortir d’affaire, il ne faut pas oublier que cette économie est plus souple que d’autres, qu’elle a réduit sa population active (elle vient à peine de retrouver son niveau), tout en menant une politique monétaire extrêmement agressive (baisses des taux d’intérêt à court et à long termes), et qu'elle se trouve être l’épicentre de la nouvelle révolution en cours (Californie). Mais, même avec toutes ces aides et ces points forts, la croissance américaine est en moyenne de 2%, contre 4% pour des reprises traditionnelles. Pour que l’économie américaine aille plus vite, elle attend la Trump Economy. Nous verrons bien.

Nous ne sommes donc pas du tout, en France, dans une reprise à l’américaine, où une bonne part de la révolution en cours est digérée. Nous vivons les effets bénéfiques de la baisse de l’euro, de la baisse du pétrole, de la baisse des charges (CICE), de la modération salariale, sans oublier, bien sûr, toutes les politiques menées en matière d’emploi, qu’il s’agisse de formation ou de contrats aidés. Bref, nous ne sommes pas sortis de l’auberge. 

Au regard du contexte actuel global, une prochaine crise est-elle à craindre bientôt ? Quel impact aurait-elle sur l'économie française ? 

Il ne faut surtout pas sous-estimer les difficultés actuelles. Cette sortie suppose, plus que jamais, de la formation initiale et continue pour maîtriser les nouvelles technologies. En même temps, la nouvelle compétitivité, qui passe par plus de capital humain, passe également par plus de recherche et d’investissements -immatériels et matériels-, et donc par plus de marge. Ce n’est pas trahir un secret de dire que ceci n’est pas compris en France et est à peine en train de naître. L’excédent brut d’exploitation par rapport à la valeur ajoutée atteint 30% en France (grâce au CICE) contre 37% en Allemagne, tandis que nos résultats PISA ne sont pas comparables. Une prochaine crise est toujours à craindre, cette fois plus géopolitique et sociale qu’économique, populiste, si la sortie avec les efforts qu’elle implique (formation et marge) n’est pas expliquée, comprise ou acceptée. L’économie française entrerait alors dans une voie italienne, dont on mesure aujourd’hui les risques. L’Italie ne tient, en réalité, que par son insertion dans la zone euro. Mais on comprend que cette même zone ne pourrait soutenir une économie française chancelante.

Au total, il est à attendre des programmes politiques qui se présentent pour 2017 qu’ils prennent à bras le corps la réalité de la crise que nous vivons -révolution technologique et mondialisation- pour avancer des solutions durables et globales. Rien ne sera possible sans formation, contre le chômage qui reste de masse, et pour la croissance, en réduisant le déficit extérieur, qui, chaque fois nous plombe. Comme on le voit, cette stratégie de sortie de crise n’est pas omniprésente dans les programmes ! Il faudra qu’elle le soit si l’on ne veut pas rester dans un taux de chômage qui deviendra économiquement, puis politiquement, insupportable. C’est là notre vrai risque : ne pas avoir la stratégie qu’il faut, faute du courage pour la mener.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 27/12/2016 - 22:20
La crise ne peut tout expliquer......
Une mauvaise gouvernance depuis 40 ans nous a enfoncé dans un déclin chronique. Gangrenée par un socle communiste mis en place entre 1945 et 1947 et ensuite par le socialisme, la France n'en finit pas sa descente aux enfers. Pour s'en sortir, pas de recettes miracles, seulement faire ce qui marche dans les pays voisins.
Anouman
- 27/12/2016 - 19:54
Fin de la crise
Quand ça baissera depuis trois ans on pourra dire que ça va mieux...
Quant à la crise, depuis les années 70 le chômage n'a cessé d'augmenter. Si c'est un marqueur de la crise alors on est en crise depuis 45 ans. Quant à la formation c'est sans doute la solution. Si on a besoin d'ingénieurs et qu'on a un stock de techniciens de surface au chômage il suffit de les former non?
Anguerrand
- 27/12/2016 - 18:32
Baisse du chômage, vraiment ?
Et tous les chômeurs planquées en fonctionnaires, formation ( 500.000 rien que ça), emplois aidés, DOM oubliés, chômeurs mais non inscrits a pôle emploi et 1,5 millions de RSA payé à rester à la maison. Tous ces chômeurs planqués par l'état et qui nous coûtent des milliards. Ceux qui sont en travail partiel B, C, etc non pris en compte, on nous prend donc pour des C... .Il faut aussi se omparer aux autres pays d'Europe dont le taux de chômage est moitié du notre. Alors Hollande t'as tout raté, c'est PAS la peine de plastronner.