En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Flickr/Bart Fields
Festivement stressé
Coup de déprime d’après-Noël: souffrez-vous du syndrome de jet-lag familial ?
Publié le 27 décembre 2016
Les fêtes de Noël en famille sont souvent une source de stress intarissable, cela peut même avoir des conséquences sur notre santé. Ces injonctions au bonheur familial obligatoire peuvent nous fatiguer plus que de raison : c'est le jet lag familial.
Christophe Bagot est médecin psychiatre et psychothérapeute. Il exerce à Paris.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bagot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bagot est médecin psychiatre et psychothérapeute. Il exerce à Paris.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les fêtes de Noël en famille sont souvent une source de stress intarissable, cela peut même avoir des conséquences sur notre santé. Ces injonctions au bonheur familial obligatoire peuvent nous fatiguer plus que de raison : c'est le jet lag familial.

Atlantico : Plusieurs psychologues mettent en garde contre ce qui peut être appelé le "jet-lag familial", soit une intense fatigue survenant après les fêtes de fin d'année passées en famille, à cause du stress notamment que ces dernières suscitent. Quels sont les facteurs propres à cette période du calendrier qui génèrent la fatigue et le stress à l'origine de ce syndrome post-Noël ? A quel point l'envie de perfection liée à ces fêtes est-elle néfaste ?

Christophe Bagot : Les fêtes de Noël sont devenues un stress à la hauteur des injonctions fixées par le consumérisme. Ainsi chacun va peu ou prou essayer de remplir la tâche qui lui est prescrite : faire la fête et être heureux en famille, autour d’une table, en s’échangeant des cadeaux, dans un décorum particulier. L’aspect religieux est rarement stressant, les églises prêchent la simplicité : mais elles sont peu écoutées, même par leurs fidèles. Le stress de Noël débute juste après la Toussaint : début novembre commencent les préoccupations d’organisation qui reflètent les obligations familiales. Noël est une fête de famille et il ne faut laisser personne seule ! Or, dans une société de plus en plus individualiste, les relations peuvent être tendues. Se réunir devient un exercice inhabituel et non parfois sans raison… Il n’est  pas aisé d’organiser un événement qui convienne à tout le monde, tout peut être l’occasion de discussions sinon de conflits : horaires, type de nourriture, cadeaux, personnes invitées. Passer un long moment à table peut être inconfortable pour des beaux-frères sans affinités, quand chez d’autres cela devient un calvaire de se sentir "emprisonnés" : chez certaines personnes qui souffrent de troubles anxieux mais aussi chez des "pièces rapportées" dont la culture n’impose pas ces longs repas (une belle sœur américaine par exemple). L’obligation d’ingurgiter une grosse quantité de nourriture est un cauchemar chez les participants obsédés par leur taille de vêtement comme par leur performance au prochain marathon… Si l’alcool peut apaiser les conflits, il peut aussi les enflammer… Les cadeaux feront plaisir ou non, ils révèlent si on connaît bien ou mal le destinataire : autant de tests… Sans noircir le tableau, beaucoup de maîtresses et de maîtres de maisons auront des raisons d’être soulagés, le sentiment du devoir accompli, le lendemain du réveillon : sous réserve, bien sûr, de la perspective d’un parcours du combattant pour visiter les oncles, tantes et autres proches "obligatoires" le jour suivant. Noël fonctionne pour beaucoup en "mode projet" selon une "check-list" pour éviter les erreurs diplomatiques pouvant ternir les relations familiales le reste de l’année. Pensons aussi aux "personnes isolées" qui se sentiront d’autant plus isolées de n’être visitées que le jour de Noël !

Quel impact sur notre santé peuvent avoir ce stress et cette fatigue accumulées au cours des célébrations de Noël passées en famille ?

Je ne crois pas que Noël puisse poser de véritables problèmes de santé. Bien sûr, on mange plus et on boit plus. On se rencontre et on fait la fête. De tous temps l’humanité a connu de telles traditions comme les très célèbres bacchanales antiques et Noël ce ne sont pas des bacchanales ! Il faut, à mon avis, arrêter de poser cette question de l’impact sur la santé à tout bout de champ : souhaite-t-on une société puritaine où tout soit réfléchi en fonction de l’impact sur la santé ? Un jour nous fera-t-on le coup de chiffrer du coût de Noël infligé aux assurances de santé ?!  Cela ne marchera pas et au contraire les débordements n’en seront que plus grands et plus imprévisibles ! Pourquoi culpabiliser les gens à tout bout de champs? Le désir de fête est trop grand, comme la nécessité saine de laisser de côté le raisonnable à certains moments ! On mange plus, on dépense plus : c’est la fête et c’est la vie !

Quelles sont les solutions à mettre en place pour éviter de souffrir de ce "jet-lag familial" ? 

Pour minimiser le stress de Noël, il faut s’approprier cette fête, minimiser les injonctions qui ne nous concernent pas, particulièrement en provenance du consumérisme. Difficile d’y réchapper, on sait que l’image actuelle du Père Noël a été créée par une marque célèbre de soda ! Pour s’approprier cette fête, il faudrait avant tout répondre à cette question : pourquoi se réunit-on ? Ok, c’est Noël, mais qu’est-ce que c’est pour moi et mes proches, cette fête de Noël ? Qu’est-ce que j’ai envie de fêter et sous quelle forme ? Alors tout deviendrait plus clair et le stress inutile sera évité !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
02.
Après les trottinettes électriques, la prochaine mode pourrait bien être le bâton sauteur
03.
Colis piégé à Lyon : pourquoi la menace terroriste ne parviendra pas à prendre cette élection en otage
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
07.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 27/12/2016 - 14:09
Noël c'est triste
quand les parents ne sont plus là..

On le sait plus tard. Alors ceux qui la chance de les avoir encore profitez profitez.
DESVESSIESPOURDESLANTERNES
- 27/12/2016 - 09:09
Noel dans les familles "décomposées"
C'est mieux et multiplié par 2 .Chloe et Iris ont 4 grands-mères et 4 grands pères (dont 2 nouveaux + l'autre tête de c...le géniteur en général non-inviité !)
Bastien et Eloi sont contents du drône offert par Henri le nouveau mec de maman ... ouiiiiiiiiiii très chère !
C'est aussi ça noel ! tout bénef ....