En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Interférences
Un parlementaire américain exige une enquête sur les relations entre Marine Le Pen et Vladimir Poutine… mais au fait, comment les intérêts américains sont-ils eux aussi relayés dans la vie politique française ?
Publié le 23 décembre 2016
Si les supposées ingérences de la Russie de Vladimir Poutine sur la politique française font beaucoup parler ces derniers temps, les Etats-Unis ne sont pas en reste dans leur influence sur les dirigeants français.
François-Bernard Huyghe est directeur de recherches à l’Iris. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Bernard Huyghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Bernard Huyghe est directeur de recherches à l’Iris. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si les supposées ingérences de la Russie de Vladimir Poutine sur la politique française font beaucoup parler ces derniers temps, les Etats-Unis ne sont pas en reste dans leur influence sur les dirigeants français.

Atlantico : Si l'influence de la Russie dans les démocraties occidentales est au cœur de l'attention médiatique et politique de ces dernières semaines, comme en témoigne la volonté d'un parlementaire américain d'ouvrir une enquête sur les relations entre Marine Le Pen et Vladimir Poutine, les Etats-Unis n'interfèrent-ils pas eux aussi dans la vie politique française ? Quels sont les relais des intérêts américains dans les partis politiques français ?

François-Bernard Huyghe :  Tout d'abord, il y a en ce moment une paranoïa sur l'influence russe que l'on ne connaissait même pas au moment du Maccarthysme et de la Guerre froide. On voit émerger l'idée que Poutine manipulerait dans l'ombre les chefs d'Etat ou responsables politiques occidentaux (Trump, Marine Le Pen, etc.). Il me semble qu'il faudrait quelque peu modérer ces accusations...

Il y a eu deux grandes périodes dans les stratégies d'influence américaines.

Pendant la Guerre froide, la doctrine de diplomatie publique a été élaborée sous Eisenhower : l'idée était de créer des moyens d'influencer les peuples d'Europe de l'Est avec l'argent des contribuables. Des radios comme Voice of America émettaient ainsi en tchèque, en polonais, etc., et présentaient une image favorable de l'Occident. La diplomatie publique passait aussi par une action culturelle favorisant des expositions d'art, le cinéma, la traduction de certains livres, mais aussi des congrès d'intellectuels antitotalitaires. Enfin, des futurs dirigeants, des journalistes étaient invités aux Etats-Unis : on leur faisait visiter les institutions, des bourses dans les universités américaines étaient données aux éléments les plus prometteurs, des rencontres dans des think tanks étaient organisées... La politique de diplomatie publique était une stratégie ouvertement idéologique et centralisée, menée dans le but de contrer l'influence du communisme. Reagan disait que l'une des raisons pour lesquelles les Etats-Unis avaient gagné la Guerre froide était liée à l'efficacité de ces stratégies de diplomatie publique.

Quand l'URSS a disparu, les Etats-Unis ont moins utilisé les dispositifs de diplomatie publique et sont passés à l'option du soft power, c'est-à-dire l'influence du mode de vie, de la musique, du cinéma, mais aussi de la technologie. Une formule célèbre dit que le soft power, ce sont les deux M (le "M" de Macintosh et le "M" de Microsoft), et les deux H (le "H" de Harvard et le "H" de Hollywood).

L'opposition entre diplomatie publique et soft power n'est pas absolue et après le 11 septembre 2001, les Etats-Unis sont revenus en force dans l'action idéologique. Des formes d'influence plus directes ont ainsi été élaborées. Lorsqu'elle était au secrétariat d'Etat, Hillary Clinton avait relayé l'idée d'une e-diplomatie par laquelle les services diplomatiques américains s'adresseraient directement aux populations étrangères. Le programme Young Leaders est également un exemple de cette influence directe auprès des élites : François Hollande, Najat Vallaud-Belkacem, Marisol Touraine ont tous été reçus aux Etats-Unis. Ce programme est en quelque sorte un investissement dans des personnalités dont les Etats-Unis espèrent qu'ils comprendront la politique et les positions américaines. Par ailleurs, certains hommes politiques français fréquentent directement l'ambassade des Etats-Unis et ont des conversations pour le moins ouvertes avec l'ambassadeur américain : au moment du cable gate de Wikileaks, des dépêches diplomatiques américaines ont raconté comment l'ambassadeur américain parlait très librement de la politique française avec Dominique Strauss-Kahn.

Comment cette stratégie d'influence américaine dans la vie politique française se décline-t-elle ?

Des rencontres entre partis sont organisées à travers les groupes parlementaires. Des membres des Républicains ou du Parti socialiste sont reçus aux Etats-Unis dans le cadre de missions parlementaires, et de nombreuses associations favorisent ce genre de rencontres comme la French American Foundation, dont la fonction avouée est de favoriser les rencontres bilatérales.

Je ne saurais vous dire s'il existe un cercle plus discret et plus secret.

Concrètement, comment cela se traduit-il dans les décisions politiques, les prises de position de certains responsables en France ?  

Cela se traduit tout d'abord dans leur attitude personnelle : les dirigeants sont formatés, et ils ont tendance à penser que tout ce qui se fait aux Etats-Unis doit se faire en France avec quelques années de retard. Nicolas Sarkozy est le plus bel exemple d'un homme politique qui proclame sa formation culturelle par les Etats-Unis. En effet, lorsqu'il était allé aux Etats-Unis, il avait été reçu par un grand think tank et avait dit dans son discours tout ce que représentaient les Etats-Unis à ses yeux : les films d'Hollywood, Marilyn Monroe, Elvis Presley, la liberté, l'aventure. Il avait fait une véritable déclaration d'amour aux valeurs américaines sans aucune ambiguïté. François Hollande n'a pas fait des proclamations aussi spectaculaires, mais il aimait dans une attitude de communication s'afficher avec son ami Obama.

Le fait que l'armée calque certaines de ses règles et pratiques sur l'Otan illustre également ce phénomène : dans l'armée française, les normes, les modes de raisonnement de l'Otan sont adoptés et quelques bons officiers vont faire des missions à l'Otan.

Il me semble que l'influence américaine se manifeste beaucoup plus par le fait que les élites politiques fassent certaines études, adoptent certaines attitudes, certains modes de raisonnement. Cette influence est davantage diffuse que directe. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
04.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
05.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
06.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
07.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 23/12/2016 - 22:00
Et il n'y aurait pas chez nous.....
Le moindre parlementaire pour exiger une enquête sur les relations entre Obama et Al nostra..... Il est vrai qu'une fois de plus Hollande serait mouillé ! Puisqu'il les aide aussi contre Bachar et les Russes.
cloette
- 23/12/2016 - 18:50
On n'est pas redevable
Vis à vis de son banquier qui a prété à 8% ( par exemple), ce qu'on doit faire c'est le rembourser .
Anguerrand
- 23/12/2016 - 17:20
A vangog l'encarté FN
Vous êtes un vrai FN, c'est votre droit, de la à alimenter la " démocratie de gauche " de Philippot faut pas pousser. Si un rapprochement avec Poutine me semble intelligent pour l'Europe, et les guerres en cours, MLP sera redevable vis à vis de Poutine et elle qui veut se cloîtrer dans nos frontières françaises, ça me semble assez contradictoire.