En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© Reuters
Economie de guerre

Mais où Vladimir Poutine trouve-t-il les milliards de roubles nécessaires à sa stratégie de renforcement de la puissance militaire russe ?

Publié le 30 décembre 2016
Ce jeudi 22 décembre, Vladimir Poutine a annoncé vouloir renforcer la force de frappe nucléaire russe afin de la rendre capable de percer tout bouclier antimissile. Alors que les sanctions occidentales et la baisse du cours du pétrole ont profondément affecté l'économie, la Russie fait des dépenses militaires l'une de ses priorités.
Florent Parmentier est maître de conférences à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié, aux Presses de Sciences Po, Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays entre Europe et Russie. Il est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est maître de conférences à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié, aux Presses de Sciences Po, Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays entre Europe et Russie. Il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce jeudi 22 décembre, Vladimir Poutine a annoncé vouloir renforcer la force de frappe nucléaire russe afin de la rendre capable de percer tout bouclier antimissile. Alors que les sanctions occidentales et la baisse du cours du pétrole ont profondément affecté l'économie, la Russie fait des dépenses militaires l'une de ses priorités.

Atlantico : Ce jeudi, Vladimir Poutine a ordonné le renforcement en 2017 de la force de frappe nucléaire russe, afin de la rendre capable de percer tout bouclier antimissile, comme celui que les Etats-Unis souhaitent déployer en Europe de l'Est. Alors que les sanctions occidentales et la chute du prix du pétrole ont affaibli l'économie russe,  comment la Russie peut-elle financer ces plans de modernisation nucléaire ? Au détriment de quel(s) secteur(s) ?

Florent Parmentier : L'annonce de Vladimir Poutine concernant le renforcement de la force de frappe nucléaire intervient à un moment où le budget militaire russe passe de la 4e à la 6e place mondiale. Le budget militaire russe global est lui-même en légère baisse, alors même que les dépenses militaires au niveau mondial ont significativement augmenté.

Les sanctions européennes à l'égard de la Russie ont dans un premier temps perturbé le développement de l'économie russe, mais il faut observer que les effets des sanctions tendent à se dissiper avec le temps. En effet, les stratégies de substitution sont progressivement mises en place par les acteurs économiques russes, ce qui est particulièrement le cas pour les productions agricoles. La chute du prix du pétrole est en outre un autre facteur conduisant à une certaine modération budgétaire en ce qui concerne les dépenses militaires.

Ceci étant,  la Russie a malgré tout fait des dépenses militaires l'une de ses priorités, quand bien même la structuration des dépenses militaires connaît des évolutions notables : la Russie a mis davantage l'accent sur le développement des forces spéciales, sur la cybersécurité ou sur les forces aériennes que sur les forces traditionnelles. C'est certainement dans ce cadre qu'il faut comprendre la réaffectation des dépenses militaires.

Par ailleurs il n'est pas nécessaire de prendre pour argent comptant la portée d'une telle déclaration : en effet, il peut s'agir d'une stratégie de négociation dans l’attente de l'inauguration de Donald Trump. Dans ce cas de figure, il serait nécessaire d'imposer un rapport de force pour ensuite être en position favorable de négociation. En montrant son désaccord avec la présence du bouclier antimissile en Europe centrale, Vladimir Poutine peut espérer un certain nombre de concessions. Cette stratégie de négociation s'inscrit dans un contexte particulier, où la Russie est revenue au centre du jeu au point d’espérer une levée des sanctions en 2017.

Comment l'économie russe se structure-t-elle ? Dans quelle mesure l'économie russe ressemble-t-elle à une économie de guerre ?

L'économie de guerre recouvre des pratiques économiques exceptionnelles, mises en œuvre lors conflits armés, mais pas seulement. Son objectif est de maintenir des activités économiques indispensables à un pays, ce qui passe par différentes orientations : la recherche de l’autosuffisance, la dissuasion de la consommation privée, la production garantie d'un certain nombre de biens essentiels relevant par exemple de la sécurité alimentaire ou énergétique… Dans cette perspective l'économie du pays tend à s'éloigner de l'intégration économique internationale pour se rapprocher d’une logique autarcique, industrielle ou militaro-industrielle, quitte à restreindre la consommation individuelle.  

Le système économique contemporain de la Russie diffère en large partie de la situation d'économie planifiée qui prévalait il y a seulement un quart de siècle. Certes, un certain nombre de grandes entreprises, et notamment celles ayant trait au domaine énergétique, appartiennent à l'orbite du pouvoir, mais une grande partie de l’économie russe est privatisée. La présence de grandes entreprises nationalisées dans les secteurs stratégiques se retrouve dans un certain nombre de pays possédant des ressources dans le sous-sol – ce que l’on appelle parfois le "nationalisme des ressources". Les effets des sanctions ont permis de rapprocher l'économie russe de certaines dynamiques autarciques, mais le système financier russe reste encore largement connecté au système financier international. Même si la confiance des investisseurs internationaux manque et que les dysfonctionnements du système judiciaire inquiètent, nous ne sommes pas dans une économie de guerre. Tout au plus, la guerre à laquelle nous assistons en Russie est plutôt celle qui oppose "le réfrigérateur au téléviseur", selon l'expression des observateurs russes : aux communiqués triomphant les autorités s'opposent une baisse de la consommation privée. Cette capacité populaire à restreindre son accès à la consommation privée est sans doute supérieure en Russie que dans la grande majorité des pays européens.

En France serait-il aussi facile qu'en Russie pour le chef de l'Etat de décider d'une augmentation de la force de frappe nucléaire ? Les verrous sont-ils plus nombreux en France qu'en Russie ? 

Parmi les pays européens,  la France se caractérise par l'importance accordée au Président, qui est le chef des Armées, et la puissance limitée du Parlement dans ces questions. Il est à ce titre frappant de comparer la capacité de prise de décision des autorités françaises avec leurs homologues allemandes, dont le dernier livre blanc paru en 2016 montre encore les réticences d'un pays comme l'Allemagne à intervenir en dehors de ses frontières.

Le nucléaire tient une place particulière en France dans la mesure où, après le Brexit, elle devient le seul pays des 27 à disposer de cette technologie. Pour maintenir ses capacités et moderniser à nouveau les composantes aériennes et sous-marines, la France devra doubler son budget de dissuasion dans un contexte financièrement tendu. Comme la Russie, la situation française se caractérise par une assez faible connaissance des enjeux du nucléaire,  qui ne semble concerner qu'une poignée d'acteurs – ce qui affaiblit la capacité de contrôle sur ces questions. Cela peut de fait poser un problème démocratique. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

BCE : pourquoi l’équipe de Christine Lagarde pourrait cruellement manquer d’économistes

05.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

06.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

07.

RugyGate : les mécanismes de notre sadisme collectif

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Quand Jeff Bezos affirme à ses employés qu’"Amazon fera faillite, car Amazon n’est pas immortelle"

05.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

06.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

03.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

04.

Cet autre mal Français qui se cache derrière le recul de la liberté d’expression en France

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 18/01/2017 - 12:08
Force nucléaire française
Il conviendrait en effet que l'opinion publique soit mieux informée des enjeux et des risques mondiaux. Mais le silence est imposé aux militaires, les seuls compétents en la matière, les décisions sont à la merci du seul pouvoir politique, actuellement idéaliste dans son politiquement correct.
ikaris
- 25/12/2016 - 15:16
Posture stratégique
en effet la crise atteint aussi l'armée russe ... pour autant pour une fois je ne suis pas d'accord avec edac44 ... on est dans une logique de dissuasion (vu que le bouclier antimissile états unien prétend annuler la dissuasion soviétique) et au delà des capacités réelles (qui ne seront, espérons le, jamais prouvées) , la posture est importante. A voir à quelle point les annonces sur les armements russes (missile Satan, capacités ASAT) sont amplifiées par tous les torchons atlantistes je pense que à ce point Poutine par une petite déclaration maintient une posture. Je le pense plus malin que les oligarques grabataires du début des années 80 ! Rapellons le la nation la plus belliciste du monde c'est les Etats Unis qui accaparents la moitié de la dépense mondiale en armement ! Même si l'efficacité sur le terrain est un peu plus discutable ...