En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

03.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

06.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

07.

Covid-19 Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 40 min 50 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 1 heure 20 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 3 heures 32 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 3 heures 41 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 4 heures 25 sec
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 4 heures 34 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 5 heures 15 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 5 heures 39 min
light > Santé
Santé
Covid-19 Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris
il y a 6 heures 15 min
décryptage > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

il y a 6 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 53 min 32 sec
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 3 heures 15 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 3 heures 38 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 3 heures 49 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 4 heures 23 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 5 heures 7 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 5 heures 17 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 5 heures 46 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

il y a 6 heures 16 min
pépites > Media
Unis
Appel d'une centaine de médias, pour la liberté d'expression
il y a 6 heures 44 min
© Reuters
© Reuters
Economie de guerre

Mais où Vladimir Poutine trouve-t-il les milliards de roubles nécessaires à sa stratégie de renforcement de la puissance militaire russe ?

Publié le 30 décembre 2016
Ce jeudi 22 décembre, Vladimir Poutine a annoncé vouloir renforcer la force de frappe nucléaire russe afin de la rendre capable de percer tout bouclier antimissile. Alors que les sanctions occidentales et la baisse du cours du pétrole ont profondément affecté l'économie, la Russie fait des dépenses militaires l'une de ses priorités.
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce jeudi 22 décembre, Vladimir Poutine a annoncé vouloir renforcer la force de frappe nucléaire russe afin de la rendre capable de percer tout bouclier antimissile. Alors que les sanctions occidentales et la baisse du cours du pétrole ont profondément affecté l'économie, la Russie fait des dépenses militaires l'une de ses priorités.

Atlantico : Ce jeudi, Vladimir Poutine a ordonné le renforcement en 2017 de la force de frappe nucléaire russe, afin de la rendre capable de percer tout bouclier antimissile, comme celui que les Etats-Unis souhaitent déployer en Europe de l'Est. Alors que les sanctions occidentales et la chute du prix du pétrole ont affaibli l'économie russe,  comment la Russie peut-elle financer ces plans de modernisation nucléaire ? Au détriment de quel(s) secteur(s) ?

Florent Parmentier : L'annonce de Vladimir Poutine concernant le renforcement de la force de frappe nucléaire intervient à un moment où le budget militaire russe passe de la 4e à la 6e place mondiale. Le budget militaire russe global est lui-même en légère baisse, alors même que les dépenses militaires au niveau mondial ont significativement augmenté.

Les sanctions européennes à l'égard de la Russie ont dans un premier temps perturbé le développement de l'économie russe, mais il faut observer que les effets des sanctions tendent à se dissiper avec le temps. En effet, les stratégies de substitution sont progressivement mises en place par les acteurs économiques russes, ce qui est particulièrement le cas pour les productions agricoles. La chute du prix du pétrole est en outre un autre facteur conduisant à une certaine modération budgétaire en ce qui concerne les dépenses militaires.

Ceci étant,  la Russie a malgré tout fait des dépenses militaires l'une de ses priorités, quand bien même la structuration des dépenses militaires connaît des évolutions notables : la Russie a mis davantage l'accent sur le développement des forces spéciales, sur la cybersécurité ou sur les forces aériennes que sur les forces traditionnelles. C'est certainement dans ce cadre qu'il faut comprendre la réaffectation des dépenses militaires.

Par ailleurs il n'est pas nécessaire de prendre pour argent comptant la portée d'une telle déclaration : en effet, il peut s'agir d'une stratégie de négociation dans l’attente de l'inauguration de Donald Trump. Dans ce cas de figure, il serait nécessaire d'imposer un rapport de force pour ensuite être en position favorable de négociation. En montrant son désaccord avec la présence du bouclier antimissile en Europe centrale, Vladimir Poutine peut espérer un certain nombre de concessions. Cette stratégie de négociation s'inscrit dans un contexte particulier, où la Russie est revenue au centre du jeu au point d’espérer une levée des sanctions en 2017.

Comment l'économie russe se structure-t-elle ? Dans quelle mesure l'économie russe ressemble-t-elle à une économie de guerre ?

L'économie de guerre recouvre des pratiques économiques exceptionnelles, mises en œuvre lors conflits armés, mais pas seulement. Son objectif est de maintenir des activités économiques indispensables à un pays, ce qui passe par différentes orientations : la recherche de l’autosuffisance, la dissuasion de la consommation privée, la production garantie d'un certain nombre de biens essentiels relevant par exemple de la sécurité alimentaire ou énergétique… Dans cette perspective l'économie du pays tend à s'éloigner de l'intégration économique internationale pour se rapprocher d’une logique autarcique, industrielle ou militaro-industrielle, quitte à restreindre la consommation individuelle.  

Le système économique contemporain de la Russie diffère en large partie de la situation d'économie planifiée qui prévalait il y a seulement un quart de siècle. Certes, un certain nombre de grandes entreprises, et notamment celles ayant trait au domaine énergétique, appartiennent à l'orbite du pouvoir, mais une grande partie de l’économie russe est privatisée. La présence de grandes entreprises nationalisées dans les secteurs stratégiques se retrouve dans un certain nombre de pays possédant des ressources dans le sous-sol – ce que l’on appelle parfois le "nationalisme des ressources". Les effets des sanctions ont permis de rapprocher l'économie russe de certaines dynamiques autarciques, mais le système financier russe reste encore largement connecté au système financier international. Même si la confiance des investisseurs internationaux manque et que les dysfonctionnements du système judiciaire inquiètent, nous ne sommes pas dans une économie de guerre. Tout au plus, la guerre à laquelle nous assistons en Russie est plutôt celle qui oppose "le réfrigérateur au téléviseur", selon l'expression des observateurs russes : aux communiqués triomphant les autorités s'opposent une baisse de la consommation privée. Cette capacité populaire à restreindre son accès à la consommation privée est sans doute supérieure en Russie que dans la grande majorité des pays européens.

En France serait-il aussi facile qu'en Russie pour le chef de l'Etat de décider d'une augmentation de la force de frappe nucléaire ? Les verrous sont-ils plus nombreux en France qu'en Russie ? 

Parmi les pays européens,  la France se caractérise par l'importance accordée au Président, qui est le chef des Armées, et la puissance limitée du Parlement dans ces questions. Il est à ce titre frappant de comparer la capacité de prise de décision des autorités françaises avec leurs homologues allemandes, dont le dernier livre blanc paru en 2016 montre encore les réticences d'un pays comme l'Allemagne à intervenir en dehors de ses frontières.

Le nucléaire tient une place particulière en France dans la mesure où, après le Brexit, elle devient le seul pays des 27 à disposer de cette technologie. Pour maintenir ses capacités et moderniser à nouveau les composantes aériennes et sous-marines, la France devra doubler son budget de dissuasion dans un contexte financièrement tendu. Comme la Russie, la situation française se caractérise par une assez faible connaissance des enjeux du nucléaire,  qui ne semble concerner qu'une poignée d'acteurs – ce qui affaiblit la capacité de contrôle sur ces questions. Cela peut de fait poser un problème démocratique. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 18/01/2017 - 12:08
Force nucléaire française
Il conviendrait en effet que l'opinion publique soit mieux informée des enjeux et des risques mondiaux. Mais le silence est imposé aux militaires, les seuls compétents en la matière, les décisions sont à la merci du seul pouvoir politique, actuellement idéaliste dans son politiquement correct.
ikaris
- 25/12/2016 - 15:16
Posture stratégique
en effet la crise atteint aussi l'armée russe ... pour autant pour une fois je ne suis pas d'accord avec edac44 ... on est dans une logique de dissuasion (vu que le bouclier antimissile états unien prétend annuler la dissuasion soviétique) et au delà des capacités réelles (qui ne seront, espérons le, jamais prouvées) , la posture est importante. A voir à quelle point les annonces sur les armements russes (missile Satan, capacités ASAT) sont amplifiées par tous les torchons atlantistes je pense que à ce point Poutine par une petite déclaration maintient une posture. Je le pense plus malin que les oligarques grabataires du début des années 80 ! Rapellons le la nation la plus belliciste du monde c'est les Etats Unis qui accaparents la moitié de la dépense mondiale en armement ! Même si l'efficacité sur le terrain est un peu plus discutable ...