En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

05.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

06.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

07.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 2 heures 47 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 5 heures 3 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 6 heures 36 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 8 heures 18 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 10 heures 40 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 11 heures 1 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 11 heures 25 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 11 heures 48 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 12 heures 5 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 12 heures 26 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 3 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 6 heures 2 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 7 heures 48 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 9 heures 21 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 10 heures 51 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 11 heures 6 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 11 heures 29 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 11 heures 50 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 12 heures 23 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 12 heures 47 min
© Reuters
© Reuters
Coup d’épée dans l’eau

Loi égalité et citoyenneté : encore un outil qui ne permettra pas de réparer le loupé de l'intégration des enfants issus de l'immigration

Publié le 24 décembre 2016
Malgré des modifications apportées à cette loi depuis sa première présentation à l'Assemblée nationale en avril, celle-ci demeure toujours en décalage avec les véritables fractures politiques du pays.
Guylain Chevrier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guylain Chevrier est docteur en histoire, enseignant , formateur et consultant.Il est membre du groupe de réflexion sur la laïcité auprès du Haut conseil à l’intégration.Dernier ouvrage : LAÏCITÉ, ÉMANCIPATION ET TRAVAIL SOCIAL L’Harmattan, Sous la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malgré des modifications apportées à cette loi depuis sa première présentation à l'Assemblée nationale en avril, celle-ci demeure toujours en décalage avec les véritables fractures politiques du pays.

Atlantico : La loi Egalité et citoyenneté revient ce lundi devant le Sénat après l'échec de la Commission mixte paritaire chargée de trouver un accord entre les deux chambres du Parlement. De nouvelles mesures ont été ajoutées au texte, comme l'instauration d'une proportion minimale de 20% des postes offerts au recrutement par le dispositif de "Parcours d'accès aux carrières des fonctions publiques d'Etat, territoriale et hospitalière", ou bien encore le changement de la durée de contrat pour le dispositif de pré-recrutements contractuels. Comment juger ce type de mesures au regard des enjeux posés par cette loi ? Pourquoi ces derniers mois de discussion et de navette parlementaire n'ont-ils pas permis d'adapter les réponses proposées aux fractures politiques qui affaiblissent le tissu social français ? 

Guylain Chevrier: Effectivement, la loi fait son retour devant le Sénat après une navette parlementaire, où il s’était montré très prudent sur certaines propositions en les repoussant. Celles-ci se résumaient dans une volonté d‘instaurer des éléments de discrimination positive en contresens de l’intitulé de la loi. Ceci, au nom d’une égalité réelle dont on connait le credo dans les pays qui la pratiquent, qui contribue à renforcer les différences et au final, conduit tout droit au multiculturalisme.

Cette façon de recentrer la loi sur la question des discriminations par exemple, avec un rapport biennal sur "la lutte contre les discriminations et la prise en compte de la diversité de la société française dans la fonction publique de l’État, la fonction publique territoriale et la fonction publique hospitalière", est d’une démagogie assez déconcertante. Qu’est-ce donc à dire qu’il y aurait des discriminations dans la Fonction publique à ce point qu’une telle initiative se justifierait, alors que c’est précisément le lieu où il en existe le moins, justement parce que l’entrée s’y fait essentiellement sur concours ?C’est l’Etat lui-même qui est ici mis en procès à travers cette présomption, que d’aucuns accusent par ailleurs d’être par essence raciste, ce que l’on alimente ainsi. En toute cohérence avec cette lecture des choses, on entend favoriser l’accès à la fonction publique par un tutorat à des jeunes en difficulté d’intégration sociale, en leur réservant des places aux concours en interne, au niveau de 20%. On entend pour cela demander aux candidats de fournir des données relatives à leur formation et à leur environnement social ou professionnel, afin de produire des études et statistiques sur l’accès aux emplois mentionnés. Nous sommes en pleine discrimination positive ! Rien à voir donc avec plus d’égalité, comme on aurait pu le faire en passant par des dispositifs existants, à l'instar des écoles de la seconde chance, avec des partenariats via, par exemple, le Centre national de la formation des fonctionnaires territoriaux (Cnfpt), voire par un renforcement de dispositifs innovants à l’école. On est ici en pleine dérive. Mais le meilleur vient ensuite.

Au titre des dispositions relatives aux emplois soumis à condition de nationalité, avant le 31 mars 2017, le gouvernement doit remettre au Parlement un rapport sur la possibilité de lever la condition de nationalité "empêchant" les étrangers non ressortissants d’un État membre de l’Union européenne d’accéder au statut d’agent au cadre permanent de la Sncf. De la même façon, sera aussi remis un rapport sur les conditions d’emploi des étrangers extra-communautaires dans la fonction publique. On est en train, rien de moins, que de considérer qu’il faut ouvrir les emplois publics, ceux de la Fonction publique, à des personnes qui ne sont pas des nationaux mais des étrangers de pays tiers, et donc, devraient ainsi pouvoir représenter l’action de l’Etat républicain dont ils ne partagent pas ce qui est contenu dans la citoyenneté politique, ce lien juridique qui unit le citoyen français aux institutions de son pays et à travers lequel il manifeste de s’y reconnaitre. L’accès à la nationalité française pour des étrangers ne passe-il pas par la Charte des droits et devoirs du citoyen français, texte juridique sur le fondement duquel, on évalue chez les candidats à la nationalité le partage des valeurs, principes et symboles de la République, la connaissance de ce sur quoi repose tout simplement notre société ? Il semble que l’on ait décidé de tout lâcher comme manifestation de l’aphasie politique de ceux qui aujourd’hui parlent de citoyenneté et d’égalité et ne cherchent, semble-t-il, qu’à en saper les fondements. A être incapable d’avancer, on recule, au point de s’attaquer à la Nation et de créer une voie d’eau irréversible à des désordres qui nous conduisent tout droit dans le fossé sinon à terme, si on n’y remédie pas, au chaos.

L’égalité, c’est que tout passe par les mêmes règles et droits, ce qui n’élimera jamais les différences de classes sociales, mais garantit un cadre commun de pensée et de culture qui, seul, est viable pour faire société. On va créer encore plus de frustrations avec cela, sans rien résoudre, car c’est le chômage qui est la première cause des inégalités, et on ne crée pas plus d’emplois avec la discrimination positive. On valide par cette démarche l’idée selon laquelle, le racisme dominerait la France et que ce serait pour cela que de nombreux jeunes d’origine étrangère seraient exclus, alors que justement certains encouragent cette lecture totalement erronée pour les rabattre vers eux, en les faisant se tromper de colère, à faire passer des difficultés sociales pour des discriminations. On sait depuis le dernier rapport pour l’année 2015 de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (Cncdh), que l’indice de tolérance des Français à l’égard de la diversité de notre population n’a jamais été aussi bon, et ce, malgré les attentats. Le déni de la réalité qui ressort de cette loi nous emmène vers plus de radicalisation et de fractures sociales, culturelles, ethniques, avec un FN en embuscade qui, une fois de plus, peut se frotter les mains. Espérons que le texte de loi évolue, pour qu’en soient levées ces graves hypothèques, mais il est à craindre que l’Assemblée nationale, où la majorité gouvernementale domine, et qui doit avoir le dernier mot, n’entende pas les voix de la raison.

Concrètement, en quoi l'ensemble des mesures proposées par cette loi vont-elles réellement aider les jeunes les plus fragilisés? Ne se focalisent-elles pas plutôt sur des jeunes d'ores et déjà intégrés ? Quel est réellement l'objectif de cette loi et dans quelle mesure le remplit-elle réellement ?

On insiste sur la volonté de répondre, avec cette loi, à une situation de mal-être social chez les jeunes, et d’inquiétude de notre société au regard d’une partie d’entre eux, qui apparaissent comme ne se reconnaissant plus en elle. On pense à ceux qui ont perturbé dans les établissements scolaires la minute de silence suite aux attentats de janvier 2015 et qui n’étaient pas Charlie. Ces jeunes en mal-être social et identitaire révélaient ce que l’on savait déjà mais que l‘on déniait: qu’une partie de la population des quartiers en difficulté, essentiellement immigrée ou issue de l’immigration, est en situation de détachement de nos principes communs de la République. Une réalité particulièrement mise en relief derrière ce qui a été désigné par le Premier ministre, pour frapper les esprits, comme des quartiers connaissant "un apartheid territorial, social et ethnique", ou encore, à travers les propos tenus par le ministre de la ville, Patrick Kanner, parlant de l’existence en France d’une centaine de quartiers pouvant présenter des "similitudes potentielles" avec Molenbeek.

Aussi, la question qui est posée, est de savoir si on répond effectivement à cette réalité, et comment on va pouvoir prévenir le risque d’un basculement dans la radicalisation. Ce qui est proposé là n‘est pas à la hauteur de ce défi, à travers des mesures qui s’adressent en réalité à ceux qui ne sont pas touchés par ce risque, ou sont les plus éloignés de celui-ci. Qu’il s’agisse de l’extension d’ "une réserve citoyenne", qui doit permettre l’existence d’une armée de bénévoles pour "répondre à des crises urgentes", telle des catastrophes naturelles, et donc, déjà capable d’être animée par l’idée de grande cause, de la création d’un "congé d’engagement" se définissant comme un droit imposable de six jours fractionnables par an, pour se consacrer à l’engagement associatif, ou encore, de l’extension du "service civique" conçu comme une "digue à la radicalisation", devant attirer jusqu'à 350 000 jeunes demain, alors qu'ils sont 100 000 aujourd'hui environ. Des propositions qui vont avoir un écho auprès de jeunes qui, déjà, sont donc dans l’état d’esprit de s’en saisir, celles-ci constituant d’ailleurs un ensemble assez hétéroclite.

Certes, cela peut éviter que ces jeunes se rapprochent du risque de radicalisation, mais quid des autres, les principaux concernés, ceux qui sont déjà en risque, loin de tout sentiment d’adhésion à la République, voire qui la rejettent en bloc ? Ceux qui considèrent, par exemple, que la nationalité française, qui leur a été donnée par leur naissance en France, n'a aucune valeur à leur yeux, tel que le reportage de la série Infrarouge a pu le dévoiler (intitulé Les Français, c’est les autres, et diffusé le 3 février sur France 2), en montrant des élèves de collège tenir un discours de déni de tout sentiment d’appartenance à notre communauté nationale, et revendiquant un droit à la différence comme supérieur à toute mise en commun de normes et de valeurs. Où prend-t-on en compte dans cette loi la fracture culturelle, religieuse, dite ethnique, le loupé de l’intégration des enfants de l’immigration qui peut être révélé derrière cette situation ? Un loupé qui tient avant tout à une baisse des exigences au regard des valeurs communes, alors qu’on a laissé se cultiver un droit à la différence dans les quartiers, qui a clairement abouti à la différence des droits, particulièrement entre hommes et femmes, dans le cadre de la montée du communautarisme islamique. La loi à ce sujet est muette !

On peut s’inquiéter d’avoir vu ressortir, dans ce contexte, la question de la dépénalisation du cannabis par la majorité gouvernementale, interrogeant le signe qui a entendu être donné là, à la fois aux jeunes qui ont fait contre la loi El Khomri les "Nuits debout" un peu partout en France, et ceux des quartiers qui ne sont pas nécessairement les mêmes. La légalisation d’un expédient, pour répondre à la désespérance d’une partie de la jeunesse en mal d’avenir, est une sorte d’aveu d’impuissance politique pour ceux qui nous gouvernent, au regard de leur capacité à pouvoir proposer un idéal qui la valorise. L’encourager ainsi à se tourner vers des "paradis" artificiels, dont le caractère néfaste pour leur santé et leur état moral n’est plus à démontrer, c’est du cynisme.

Réduire l'indispensable lutte contre l'exclusion à une telle loi ne revient-il pas à poser un cataplasme sur une jambe de bois ? Que traduit-elle du constat et du bilan que nos politiques dressent de la radicalisation d'une partie croissante notre société ?

Evidemment, on a le sentiment avec ces propositions que l’on pense pouvoir résoudre une situation d’une gravité extrême avec des dangers potentiels considérables, par des mesures qui ne seraient que des compléments à l’existant, qui ne constituent en aucun cas un changement de nature dans l’engagement de l’Etat avec les politiques passées, qui n’ont pas réglé le problème.

La critique que font les bailleurs sociaux dans l’accueil de cette loi nous éclaire particulièrement. Cette loi a été conçue dans l’esprit de redonner une dimension forte au credo de la mixité sociale en matière de politique de la ville. Pour autant, les bailleurs sociaux posent la question de savoir comment on entend redonner envie aux classes moyennes, voire aux populations d’origine européenne, de réinvestir des quartiers qu’ils ont abandonnés? Il n’en va d’ailleurs pas seulement d’une débauche de moyens de réaménagement tous azimuts, mais du recul d’un phénomène de communautarisation de certains quartiers bien ancrés que les bonnes intentions ne suffiront pas à freiner, qui est un repoussoir à cette dynamique. Le refus du mélange au-delà de la communauté de croyance, qui s’affirme à travers les manifestations ostensibles d’appartenance à un groupe à caractère religieux, qui domine nombre de quartiers de nos banlieues aujourd’hui, est en totale opposition avec l’idée de mixité et donc, un obstacle à l’un des buts affichés, problème pourtant ignoré par ce projet de loi. On ne préviendra pas le risque de radicalisation sans en passer par mettre en jeu cette question de l’ouverture à l’autre, qui est à l’opposé d’une forme de religion qui enferme, qui fait passer les valeurs religieuses et/ou culturelles avant celles de la République. Une réalité de plus, qui a été encouragée par des pratiques de clientélisme politico-religieux, vis-à-vis desquelles le déni est parfois total, là où les problèmes sont les plus graves. On a récemment vu, en réponse à des témoignages comme ceux de Nadia Rémadna de la Brigade des mères -dénonçant le laisser-faire de certains élus pour acheter la paix sociale dans les quartiers en Seine-Saint-Denis- une initiative prise, dénommée "Observatoire de la fraternité", être dans un déni total de cette réalité de certains quartiers. Un déni qui ne suffira pas à conjurer le pire.

Il en va d’une réponse globale à apporter à ces quartiers, où les élus sont incités par la loi à une politique de la ville qui intègre la promotion des valeurs de la République, en ne cédant rien sur nos principes communs, nos valeurs. Des principes et des valeurs qui inspirent d’ailleurs les politiques de cohésion sociale, de lutte contre les exclusions qui mettent en œuvre des moyens considérables, dont on ne peut faire reconnaitre la valeur qu’à la condition de nourrir l’aspiration à faire société ensemble. Redonner aux élus un rôle majeur, c’est les rétablir dans leur rôle démocratique, tant mis à mal au travers de la crise du politique et de ses fractures.

Quelle réponse apporter à cette fracture identitaire, morale et religieuse, pour proposer une alternative au communautarisme ? Comment revenir sur les territoires perdus de la République qui s'ancrent dans son rejet ?

L’égalité et la citoyenneté sont des mots forts, même très forts, de haute exigence. Ils résonnent de principes communs, de droits, de libertés, mais aussi de responsabilités, de devoirs qui sont loin d’être partagés par l’ensemble de notre société, et spécialement par l’ensemble des jeunes. Nos droits et libertés ne sont pas qu’un bien de chacun, individualiste, mais aussi un bien commun dont nous avons tous la responsabilité, ce qu'on a laissé tomber dans l’étrange depuis bien trop longtemps, à la faveur de chacun sa différence.

Il y a des problèmes qu’une fois de plus, on refuse d’énoncer; et donc à tout problème mal posé, la réponse ne peut être qu’incomplète, voire biaisée. Il manque l’affirmation d’un modèle commun autour duquel s’articulent des propositions susceptibles de s’attaquer à ce problème, au lieu d’une politique que j’appellerai par touches. Restaurer la cohésion sociale, une société ressentie comme un bien dont nous nous sentions ensemble responsables, passe par le courage de dire le vrai, en ne s’arrêtant pas en chemin qu’au constat pour atterrir sur du déjà vu, fut-il élargi. Les réponses à apporter, qui manquent à cette loi, ressortent d’un projet de société contenu dans la République elle-même, qui reste à réaffirmer, en alliant promotion des valeurs et principes de notre République avec la prévention de la radicalisation, dans tous nos territoires, sans quoi il n’y aura pas de reconquête de certains territoires perdus où le danger couve.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 20/12/2016 - 01:13
Le Front National restaurera le mérite républicain
lorsqu'il aura viré les gauchistes ( sens large) qui corrompent la France et la vendent au rabais aux dictatures Wahabites et Maghrébines. Le premier travail sera d'abroger toutes les lois d'exception et liberticides gauchistes, toutes les lois tendant à favoriser les communautés et à déraciner la France...il faudra faire un brûlot de tous ces textes contradictoires et inutiles...la simplification, ce sera demain!
Anouman
- 19/12/2016 - 22:13
Loupé de l'intégration?
Il n'y a aucun loupé. Ceux qui veulent s'intégrer s'intègrent et les autres non. Si ces autres sont majoritaires il faut en tirer les conséquences et s'en débarrasser d'une manière ou d'une autre. Déjà en supprimant aides sociales et allocations familiales. Après ils s'intègrent en travaillant ou crèvent de faim, ça les regarde. Ensuite en arrêtant d'en faire entrer.
Mais ça ce n'est pas politiquement correct comme on le fait au PS ou LR, et même au FN...
Texas
- 19/12/2016 - 18:40
Avez-vous déjà entendu....
....la Communauté Asiatique se plaindre de " Discrimination Positive " ? . Conversation de salon pour Législateurs pénitents et probable énième fond en milliards d' Euros ( ? ) pour dormir sereins .