En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 23 min 33 sec
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 1 heure 39 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 2 heures 19 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 2 heures 50 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 3 heures 24 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 4 heures 5 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 4 heures 56 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 5 heures 24 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 5 heures 31 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 18 heures 54 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 1 heure 13 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 1 heure 50 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 2 heures 47 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 3 heures 20 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 3 heures 42 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 4 heures 17 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 5 heures 2 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 5 heures 28 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 18 heures 22 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 20 heures 1 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Depuis plus de 30 ans, le risque de la Dépakine est connu mais silence radio des neurologues dans cette dramatique affaire, où Irène Frachon manque cruellement

Publié le 18 décembre 2016
Des dépenses de 1,2 à 2 fois supérieures à celles des autres grands pays, soit 10 à 15 milliards d’euros jetés par les fenêtres, sans bénéfice pour la santé et aux dépens des véritables priorités : hôpitaux, infirmières, handicaps physiques et mentaux, vieillesse. Ce guide s’adresse d’abord aux malades, à leurs familles et aux praticiens, qui, bien plus que les spécialistes, sont le cœur de la médecine, pour faciliter le dialogue et les éclairer sur l’efficacité et les risques des médicaments. Extrait de "Guide des 4 000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux des Pr Philippe Even et Bernard Debré, aux éditions du Cherche Midi (2/2).
Bernard Debré
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Debré, né le 30 septembre 1944 à Toulouse, est un urologue et homme politique français. Il est député de 1986 à 1994 et de 2004 à nos jours (4e circonscription de Paris), et a été ministre et maire d'Amboise. Il est le fils de Michel Debré,...
Voir la bio
Philippe Even
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Even est professeur émérite et ancien vice-président de l'université de Paris-5, ancien doyen de la faculté de médecine Necker et ancien président de l'institut Necker.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des dépenses de 1,2 à 2 fois supérieures à celles des autres grands pays, soit 10 à 15 milliards d’euros jetés par les fenêtres, sans bénéfice pour la santé et aux dépens des véritables priorités : hôpitaux, infirmières, handicaps physiques et mentaux, vieillesse. Ce guide s’adresse d’abord aux malades, à leurs familles et aux praticiens, qui, bien plus que les spécialistes, sont le cœur de la médecine, pour faciliter le dialogue et les éclairer sur l’efficacité et les risques des médicaments. Extrait de "Guide des 4 000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux des Pr Philippe Even et Bernard Debré, aux éditions du Cherche Midi (2/2).

LA DÉPAKINE, L’AUTRE MEDIATOR

L’autre Mediator, mais moins médiatisé.

Une grande molécule, efficace dans presque toutes les formes d’épilepsie, par voie veineuse en urgence (Dépakine) ou par voie orale en continu (Dépakote). Mais il y en a 7 autres aussi efficaces. La neurologie se tait. Comme elle s’est toujours tue. Depuis plus de 30 ans le risque tératogène de la Dépakine (valproate) est connu mais, comme souvent, sans être pris en compte. Irène Frachon manque cruellement, dans cette dramatique affaire révélée par Le Parisien puis Le Canard enchaîné en août 2016, alors que le Lancet britannique l’avait détaillée sur une pleine page le 19 mars, 5 mois avant.

Non seulement silence radio des neurologues, mais on ne dit guère non plus que la Dépakine est beaucoup plus utilisée comme neuroleptique en psychiatrie que dans l’épilepsie, pour le traitement des manies aiguës ou des syndromes bipolaires, alors que les femmes qui en souffrent sont tout aussi souvent enceintes que les épileptiques, mais là aussi, la psychiatrie se tait.

Depuis 1983, certains de ses risques neurologiques sont pourtant identifiés et des cas de malformations nerveuses signalés par Sanofi, et surtout dans les rapports de pharmacovigilance (1997 et 2001).

En 2006, Alison Park, à l’université Colombia de New York, revoit plus de 50 études et rapporte dans la revue Nature : 

  • d’une part, 6 % de malformations chez les nouveau-nés de mères sous Dépakine, avec 5 % d’anomalies de fermeture du tube neural et 7 à 15 fois plus de déformations faciales, de craniosténoses et de fentes palatines qu’avec les autres antiépileptiques. Plus des malformations cardiaques, uro-génitales et des membres ;
  • et d’autre part, de sérieux troubles du développement intellectuel avec réduction du QI, troubles de l’expression verbale, retard scolaire, troubles du comportement et parfois autisme observés non seulement chez 30 à 40 % des plus jeunes, mais tout autant chez les plus de 10 à 15 ans, donc non réversibles. Là encore, 3 à 5 fois plus fréquemment avec la Dépakine qu’avec tout autre antiépileptique. Et pour les enfants de mères sous traitement psychiatrique. Mais on dira que ces troubles des enfants sont génétiques et confirment bien la pathologie psychiatrique de leur mère... 

 

De son côté, après enquête, l’Agence européenne des médicaments chiffre les malformations à 11 % et les troubles neurologiques à 30 ou 40 %.

Des risques qui n’ont été communiqués aux médecins et aux patients qu’en 2006 et sur la pointe des pieds. Le Vidal et la fiche RCP de la Dépakine minimisent les faits : 11 colonnes de texte, 3 sur les effets secondaires, essentiellement hépatiques, mais une présentation rassurante des risques tératogènes sur le développement et le fonctionnement cérébral, présentés comme à peine plus élevés que dans la population générale et sans déficit neurologique majeur, sans réduction du QI, mais seulement parfois la nécessité d’un soutien orthophoniste (!). Tout cela ne conduisant à aucune contre-indication de la Dépakine en cas de grossesse mais seulement à des conseils de prudence en donnant les doses les plus faibles possible – alors qu’il existe 7 autres familles de molécules aussi actives et à risque plus faible. Donc, tout va bien madame la marquise.

Et c’est pareil aux États-Unis, où le grand traité de pharmacologie de Goodman et Gilman, référence mondiale depuis 30 ans, consacre 200 lignes à la Dépakine mais seulement une ligne aux risques tératogènes !

Fort heureusement, les associations de parents de malades se mobilisent et le silence n’est plus tenable.

Marisol Touraine s’efforce d’éviter toute question sur le sujet et botte en touche en annonçant la création d’un de ces comités Théodule internes, juge et partie, avec des experts de l’IGAS ou de l’ANSM pour juger de l’inertie de l’ANSM. Bouclé en mai 2016, leur rapport est aussitôt réclamé par les familles, mais il ne sera pourtant publié qu’en août, au milieu des vacances, par discrétion.

Mais même en août, toute la presse s’en empare. Il est accablant pour les neurologues, l’ANSM, la HAS, pour Sanofi et évidemment pour les ministres de la Santé.

Selon ce rapport, sur 8 ans, de 2007 à 2014, sur plus de 8 millions de grossesses en France, 14 000 étaient sous Dépakine. Il en a résulté seulement 8 700  naissances, soit 40 % d’avortements spontanés ou d’enfants mort-nés. À  cela s’ajoutent 10 % de malformations, soit 900 (ou 110 par an), et 40 % de troubles neurologiques (3 500 sur la période mentionnée, soit 450 par an). Et le rapport ne dit pas un mot des accidents dans l’usage psychiatrique de la Dépakine.

C’est là seulement le sommet de l’iceberg, puisque la Dépakine est utilisée depuis 50 ans. Catherine Hill, la grande statisticienne qui avait déjà aidé Irène Frachon à chiffrer et authentifier les 2 000 morts du Mediator – là où Jacques Servier n’en comptait que 3 –, reprend le dossier Dépakine depuis les premières alertes de 1983, il y a 33 ans. Et sur cette période, ce sont 50 000 grossesses-Dépakine, donnant seulement 30 000 naissances, et donc 3 000 malformations et 12 000 troubles neurologiques.

Sans les associations de familles qui ont porté plainte et demandent à être indemnisées, on ne saurait rien de plus, mais maintenant une enquête judiciaire est ouverte. Elle nécessitera des années, mais elle fera la lumière sur les responsabilités.

Quant à Sanofi, il fait le gros dos. Le laboratoire nie ses responsabilités, lesquelles sont éclatantes quand on lit le RCP ou le Vidal, mais il n’envisage aucun dédommagement des victimes, alors qu’il a encaissé un demi-milliard avec la Dépakine.

C’est alors que, croyant bien faire comme d’habitude, Gérard Bapt, député socialiste et membre du conseil d’administration de l’ANSM, et quatre autres députés socialistes proposent de créer un impôt de plus en taxant tous les autres médicaments, donc tous les Français pour indemniser les familles à la place de Sanofi.

Le Mediator, ç’aura été au moins 2 000 morts et 5 000 complications cardiaques en 35 ans. La Dépakine, c’est 15 000 avortements spontanés ou enfants mort-nés, plus des milliers d’enfants malformés ou souffrant de déficits neurologiques, physiques ou mentaux, les handicapant pour toute l’enfance et toute la vie. Vive nos agences du médicament et nos experts inexperts qui ne veulent pas comprendre qu’un accident sur 10 000 n’est pas rassurant, car c’est 100 accidents par an, graves ou mortels, si 1 million de patients sont traités ! Et on atteint 1 000 si le taux d’accidents est, toujours en apparence faible, de 1 pour 1 000. La pharmacovigilance n’a pas, dans ce pays, la place qu’exigent les risques de tous les médicaments. Et Catherine Hill ne mâche pas ses mots en écrivant : « En France, la pharmacovigilance n’existe pas. » Tant que les choses ne changeront pas, il y aura des Vioxx, des Mediator, des Diane 35, des Dépakine, comme il y a eu avant des Distilbène, des sels de Bismuth, des Thalidomide, des hormones de croissance, etc. Deux par quinquennat.

Extrait de Guide des 4 000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux des Pr Philippe Even et Bernard Debré, publié aux éditions du Cherche Midi. Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
adroitetoutemaintenant
- 19/12/2016 - 08:12
Ce n'est pas du tout caricatural !
Quelques chiffres : les complications des médicaments sont la 3eme cause de mortalité dans le monde occidental. Si on y ajoute les erreurs médicales nous avons la 2eme cause de mortalité, à égalité avec le cancer !
La faute majeure en est l’acceptation de nouvelles molécules sur la base de la comparaison avec un placebo alors qu’on devrait les comparer avec les molécules existantes. Cette criminalité vient de l’industrie pharmaceutique qui se gave sur le dos des patients et entretient les médecins à minima dans l’ignorance avec de fausses publicités et de fausses informations et à maxima achète les professeurs et les ministres pour entretenir ce qui est la plus grande entreprise mondiale en chiffre d’affaire.
julienc
- 18/12/2016 - 15:14
C'est quand même très caricatural
Que les erreurs médicales existent - à petite et à grande échelle - ça existera toujours. D'autant que là il s'agissait souvent de situations compliquées et les auteurs qui sont médecins le savent bien... Pas très honnête de leur part d'afficher des chiffres-qui-font-peur en sachant parfaitement que la réalité est bien plus complexe.

Ils omettent que de dire que pendant longtemps on n'avait que ce médicament, et qu'une épilepsie non contrôlée en pleine grossesse était plus dangereuse que le traitement.

Ensuite les connaissances ont évoluée et de nouvelles molécules sont apparues, certes. Mais là encore il omettent de dire que c'est plutôt une bonne pratique de ne jamais se jeter sur les nouvelles molécules, dont on ne connait par définition beaucoup moins les effets secondaires. Certes, ici à tort, mais ce réflexe n'en est pas moins bon, en général !

Autre omission de ces auteurs. En disant "Sans changement il n'y a aucune raison que ces problèmes ne se reproduisent pas"... Là aussi il mentent. Une des principales causes de la sur-prescription de Dépakine a été le manque d'information des médecins. Or l'informatisation révolutionne complètement ce problème.