En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

05.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

06.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

07.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

06.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

ça vient d'être publié
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 15 min 11 sec
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 45 min 47 sec
pépites > Santé
Vacances
Isolement de 7 jours au retour pour les Français qui sont partis faire du ski en Suisse ou en Espagne
il y a 1 heure 30 min
décryptage > Politique
Occupation de temps de cerveau disponible

La démocratie, malade du syndrome Darmanin ?

il y a 2 heures 3 min
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 2 heures 53 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 15 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 16 heures 35 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 17 heures 31 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 19 heures 32 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 21 heures 3 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 15 min 49 sec
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Politique
Fractures émotionnelles

La colère et la peur dominent les émotions des Français concernant l’état du pays. Mais ceux qui les ressentent ne sont pas du tout les mêmes

il y a 1 heure 54 min
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 2 heures 16 min
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 15 heures 25 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 16 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 16 heures 49 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 18 heures 59 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 19 heures 44 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 21 heures 13 min
Atlanti-culture

Coup de cœur de la semaine : l'un des dix meilleurs essais de l'année 2016

Publié le 18 décembre 2016
Si vous voulez découvrir, au-delà des clichés, ce qui est vraiment en train de bouger dans la jeunesse de notre société, lisez l'ouvrage d'Alexandre Devecchio. C'est très documenté, intelligent, provocant, indépendant d'esprit et passionnant.
Bertrand Devevey pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Devevey est chroniqueur pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si vous voulez découvrir, au-delà des clichés, ce qui est vraiment en train de bouger dans la jeunesse de notre société, lisez l'ouvrage d'Alexandre Devecchio. C'est très documenté, intelligent, provocant, indépendant d'esprit et passionnant.

LIVRE

Les nouveaux enfants du siècle. Djihadistes, identitaires, réacs, enquête sur une génération fracturée

d'Alexandre Devecchio

Ed. du Cerf

324 pages

L'AUTEUR   

Alexandre Devecchio a 30 ans. Journaliste au Bondy blog, puis sur le site Atlantico, il anime le site FigaroVox. Son livre, qui est sa première "grande" publication, s'intéresse à une jeunesse qu'il connait bien, celle des banlieues où il a vécu, celle des déclassés, des "petits blancs", praticiens de la mixité et de l'intégration. 

Comme c'est un homme qui ne pratique pas la langue de bois, il n'a pas que des amis dans le microcosme journalistique. Pour défendre une expression pluraliste et non diabolisée des idées "non politiquement correctes",  il a "cofondé", avec la journaliste Natacha Polony, le comité Orwell, dont l'un des buts est de redonner de la crédibilité au métier de journaliste.

THEME 

Ces dix dernières années ont vu monter, puis s'exprimer, dans le camp des jeunes adultes, de nouvelles radicalités. Jeunes des banlieues défavorisées issus de l'immigration, jeunes d'origine européenne isolés dans les périphéries des grandes villes, jeunes bobos et cathos prompts à engager le débat et à se mobiliser pour une société plus juste et moins libérale… tous forment la toile des futurs dirigeants du pays. Pour autant, de grandes lignes de fracture les séparent, des tentations de l'extrémisme islamique  aux réflexes nationalistes et xénophobes, la quête de valeurs et de sens a priori antinomiques (la communauté universelle de l'islam contre la revitalisation des valeurs chrétiennes). Pourtant, la mise en cause du modèle libéral et de la vacuité du présent les rassemble. 

Alexandre Devecchio leur donne la parole, dans leur radicalité autant que dans leur doute, avec la distance de celui qui observe et qui veut comprendre. Il nous propose une dissection méticuleuse de l'engagement de ces jeunes "activistes".

POINTS FORTS 

1- Une introduction claire, qui pose bien le sujet.

2- Une enquête. Extrêmement documentée, argumentée, organisée, forte d'analyses qui peuvent ne pas plaire. Mais dont on ne peut reprocher le manque de fond et de sources - extraits de livres, articles ou tribunes qui illustrent et enrichissent le propos. On y croise,  parmi les très nombreux auteurs cités, des "jeunes" : François-Xavier Bellamy (Les Déshérités), Fabrice Hadjadj (Qu'est ce qu'une famille), Mathieu Bocke-Coté (Le multiculturalisme comme religion politique); et des "moins jeunes": Boualem Sansal (2084), Eric Zémour, Michel Houellebecq, Alain Finkielkraut, Michel Onfray, Gilles Kepel, Olivier Roy et beaucoup d'autres. Ça remue !

3- Zéro langue de bois ! On donne la parole aux jeunes déracinés des cités, aux militants souverainistes, aux Veilleurs et aux Nuits debout. On parle des échecs de l'intégration et de ses conséquences, on donne la parole à ceux qui rêvent de l'Oumma, à ceux qui vivent le racisme antiblanc et se font traiter de "colons" et/ou de "Kouffar" (mécréant, non croyant). On y parle aussi  d'un antisémitisme qui n'est pas ou plus d'extrême droite, bien que le discours politique reste bloqué sur ce stéréotype.

4- Des "découvertes". Péché parmi d'autres points forts, on y apprend que la théorie du fondamentalisme islamique est née en pleine Allemagne nazie. Un peuple élu et pur, une nation (l'Oumma), un chef ou un prophète, une loi qui guide l'intégralité de la vie des hommes. La traduction en allemand n'est pas nécessaire pour se rendre compte de la filiation idéologique.

5- Une invitation à l'autocritique. Au delà de la révolte des jeunes d'origine magrébine (qui n'est pas le seul sujet du livre, mais son déclencheur), on s'interroge sur ces jeunes en quête de sens. De Marion Maréchal-Le Pen aux Veilleurs et Nuit debout, Devecchio nous invite à réfléchir au leg de 1968, au culte de la jouissance, de la liberté, et au vide métaphysique du monde libéral. Ce monde, en paraphrasant ses termes, dans lequel la tension existentielle se limite (souvent ?) à attendre la nouvelle version de l'iPhone, la future émission de téléréalité, le prochain match de foot ou à se désespérer des fluctuations de l'euro.

POINTS FAIBLES 

Ce livre a les défauts de ses qualités :

1- Dense, dense, dense, mais pas indigeste.

2- On y parle de tensions, de fractures, de révoltes, des bonnes raisons de liquider les mécréants... Alors, attention, il n'est pas incongru de prévoir un solide remontant, ou de revoir Les Choristes ou La Guerre des boutons, voire Microcosmos.

3- Le livre passe un peu à coté de la jeunesse de sensibilité de gauche. On y parle bien des "Nuits debout" et de leur sens si particulier du dialogue participatif (qui valut à Alain Fienkelkraut et quelques autres un accueil des plus inamicaux), mais on reste un peu sur sa faim sur ce sujet.

EN DEUX MOTS 

Ce livre est provocant, dans le bon sens du terme. Devecchio y parle sans complexe de territoires perdus, d'aspirations identitaires, de traditions et de clochers, de quête de sens, de famille, d'histoire de France, de religions, d'éducation, d'engagements ou de réveils. Porté par les témoignages, on navigue entre l'étonnement et la consternation, entre l'incrédulité, la déprime et l'espoir. C'est un livre, que certains diront de parti pris, mais vraiment essentiel pour comprendre les complexités de cette génération née autour des années 1990.  

Son regard sur la jeunesse d'aujourd'hui éclaire sur les conséquences de la victimisation et de la repentance, et d'un système éducatif "déraciné", géniteurs des générations Dieudonné, Zemour et Michéa (philosophe moraliste défenseur d'un socialisme "réellement" solidaire). 

Aux cotés des héritiers de mai 68, Papy Winner et Baby loosers, frontistes, Identitaires, jeunes chrétiens activistes, entristes ou nouveaux pourfendeurs de la classe politique traditionnelle, il nous propose un regard neuf sur une génération qui balance entre engagement et affrontement. 

"Là où croit le péril, croit aussi ce qui sauve", dit Hölderlin. Il se dessine un nouveau discours, fait d'enracinement dans des valeurs, religieuses ou athées, républicaines, antilibérales, mais pas antidémocratiques. Un vent de renouveau que la classe politique a peut-être déjà découvert à ses dépends ?

UNE PHRASE

Ou plutôt plusieurs extraits: 

"La sempiternelle mise en accusation d'une France "raciste et islamophobe" est… non seulement fausse, mais également irresponsable. Les discriminations systématiques dénoncées par certains représentants de la communauté musulmane et une partie de la gauche et de l'extrême gauche, qui voit dans les populations d'origine immigrée un prolétariat de substitution, n'ont jamais été étayées. Les chiffres avancés… étant régulièrement contredits par ceux du ministère de l'Intérieur". (p. 103)

"Olivier Roy n'a pas tort  d'évoquer la révolte d'une génération sans but, souvent ignorante de l'islam réel… Daesh, "un produit de notre modernité". Oui, le malaise d'une civilisation sans espérance fait que l'anéantissement de Daesh ne suffira pas à éteindre la violence de cette jeunesse". (p. 105)

- "Comme le dit Alain Finkielkraut, la Manif pour tous aura au moins montré que "la jeunesse de France n'est pas réductible à Canal+ et aux banlieues". (p. 220)

"A partir de 1968, tout héritage devient réactionnaire. Il faut tuer les pères et les maîtres, bannir l'histoire et la mémoire, conjurer le passé, en finir avec une transmission forcement bourgeoise et fascisante".(p. 284)

"En 1996, dans Le droit au sens, un ouvrage méconnu qui mérite d'être relu à la lumière d'aujourd'hui, François Bayrou avait pressenti : "… et si en analysant cette crise, nous nous trompions de verbe ? Et si la crise était une crise du verbe "être" au lieu du verbe "avoir ?" ... (p. 303)

RECOMMANDATION

En prioritéEn priorité

POUR DECOUVRIR CULTURE-TOPS, CLIQUEZ ICI : des dizaines et des dizaines de critiques sur chaque secteur de l'actualité culturelle

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires