En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
ça vient d'être publié
light > High-tech
Générosité en cette période difficile
Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, donne 1 milliard de dollars pour lutter contre le coronavirus
il y a 1 heure 10 min
light > Culture
Tristesse pour les fans
Coronavirus : l'édition 2020 du festival Hellfest de musique metal, organisé à Clisson, est annulée
il y a 2 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 3 heures 29 min
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 4 heures 19 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 6 heures 57 min
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 9 heures 4 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 10 heures 54 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 12 heures 5 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 13 heures 9 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 13 heures 46 min
light > Justice
Star des 12 Coups de midi
Christian Quesada a été condamné à trois ans de prison ferme pour pédopornographie
il y a 1 heure 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 3 heures 4 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 3 heures 49 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 6 heures 32 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 7 heures 21 min
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 10 heures 23 sec
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 11 heures 28 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 12 heures 27 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 13 heures 21 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 14 heures 41 min
© Pixabay
Si la police lutte contre les incivilités, elle peut renforcer les valeurs partagées par les membres à l’intérieur de la collectivité, leur mobilisation et donc faire baisser le niveau de la délinquance.
© Pixabay
Si la police lutte contre les incivilités, elle peut renforcer les valeurs partagées par les membres à l’intérieur de la collectivité, leur mobilisation et donc faire baisser le niveau de la délinquance.
En théorie

Théorie de la vitre brisée, le retour : des chercheurs en psychologie ont trouvé de nouveaux éléments qui la confortent

Publié le 16 décembre 2016
Très en vogue dans les Etats-Unis des années 1980-1990, la théorie de la "vitre brisée" sur la sociologie de la criminalité urbaine refait parler d'elle suite à une étude scientifique récemment parue et apportant des éléments qui la confortent.
Sebastian Roché est docteur des Universités en Science Politique. Il est directeur de recherche au CNRS (Pacte-Sciences Po Grenoble), enseigne à l'École Nationale Supérieure de la Police à Lyon, à l'université de Grenoble et de Genève. Ses...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sebastian Roché
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sebastian Roché est docteur des Universités en Science Politique. Il est directeur de recherche au CNRS (Pacte-Sciences Po Grenoble), enseigne à l'École Nationale Supérieure de la Police à Lyon, à l'université de Grenoble et de Genève. Ses...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Très en vogue dans les Etats-Unis des années 1980-1990, la théorie de la "vitre brisée" sur la sociologie de la criminalité urbaine refait parler d'elle suite à une étude scientifique récemment parue et apportant des éléments qui la confortent.

Atlantico : Particulièrement en vue aux Etats-Unis depuis les années 1980 et 1990, la théorie de la "vitre brisée" (broken window) a pu expliquer en partie les comportements de criminalité et de délinquance dans certaines zones urbaines. En quoi consiste concrètement cette théorie ?

Sébastian Roché : Cette théorie place en son coeur la notion d’incivilité ou de désordres. Un mécanisme a été mis en avant par J. Q. Wilson et G. Kelling dans un article devenu célèbre, Broken Windows, publié en 1982 dans The Altlantic Monthly. Quelle est leur thèse ? Leur article porte sur les limites et les dysfonctionnements de la réponse policière à la délinquance. Elle a eu un écho considérable du fait que James Q. Wilson jouissait d’une notoriété considérable en criminologie aux États-Unis. Il est catalogué comme criminologue (conservateur) confirmé. Kelling est à cette époque le junior de l’équipe (de sensibilité démocrate), il deviendra plus connu dans sa fonction de conseil à l’autorité de transport de la ville de New York qui veut lutter contre les désordres et la délinquance. Les auteurs soulignent, dans cette publication qui a forme d’essai plus que d’article scientifique, que le sentiment d’insécurité contribue à détruire les voisinages et ouvre ainsi la porte à la délinquance qui s’y engouffre. Or, les incivilités contribuent largement à ce processus, disent-ils. Ceci constitue un renversement de la lecture classique qui fait de la peur ("le sentiment d’insécurité") une simple conséquence de la délinquance : ici, on trouve la peur comme un "moteur" de développement de la délinquance, ou au moins comme constituant une boucle de rétroaction de la peur sur la cause (délinquance) à travers les incivilités. Si une vitre cassée dans un immeuble n’est pas réparée, expliquent les auteurs, le reste des vitres le sera rapidement car cela signale un espace sans règle, dans lequel la communauté ne se mobilise pas. Et, c’est pourquoi d’autres formes de délinquance vont venir se développer dans ce même espace. La vitre cassée est importante parce qu’elle montre que les liens sociaux sont cassés.

Ensuite, les auteurs s’intéressent au rôle de la police. Ils montrent que les policiers sont réticents à se mobiliser pour lutter contre les désordres, et à effectuer des patrouilles à pied qui permettent de bien connaître les lieux et les habitants : le travail est difficile, il faut rester dehors le soir, même quand il pleut, et cela diminue la chance de tomber sur une "bonne affaire", c’est-à-dire l’arrestation d’un "vrai" criminel. Ils rappellent que, dans certaines villes, mettre les agents dans la rue était une forme de sanction de leur hiérarchie. Surtout, les rondes des policiers en voiture ne leur permettent pas de nouer des liens avec la population. Or, dans ce cas, la police ne va pas se mobiliser sur les incivilités et désordres qui gênent la population et favorisent la délinquance. Au total, la théorie de la vitre brisée met donc l’accent sur l’importance des liens sociaux pour prévenir la délinquance. Elle confie à la police un rôle essentiel : renforcer les mécanismes informels de veille de la communauté sur elle-même, sachant que la police ne peut pas, sauf avec des ressources extraordinaires, assurer le remplacement de cette veille sociale des habitants sur leurs quartiers. Si la police lutte contre les incivilités, elle peut renforcer les valeurs partagées par les membres à l’intérieur de la collectivité, leur mobilisation et donc faire baisser le niveau de la délinquance. On est loin de la théorie voisine dite de la "tolérance zéro" qui part des mêmes prémisses (le désordre doit être l’objet de l’attention des pouvoirs publics), mais où il revient aux policiers et aux magistrats de réprimer toutes les infractions. Ici, il s’agit au contraire de mobiliser et renforcer la société civile par le mode opératoire de la police.

La théorie de la "vitre brisée" a parfois été pointée du doigt pour son manque de preuves scientifiques venant l'étayer. Cependant, une récente étude américaine semble apporter de nouveaux éléments à ce sujet. Quels sont-ils ?

Cette théorie est régulièrement testée par des chercheurs issus de diverses sciences : criminologues, sociologues, psychologues notamment. Diverses méthodes sont utilisées, et plus récemment la méthodes dite expérimentale ou contrefactuelle (car elle consiste à comparer des groupes entre eux, dans un protocole de type médical) est mobilisée. Il en va ainsi du travail de Kotabe, Kardan, et Berman de l’université de Chicago dans "The Order of Disorder : Deconstructing Visual Disorder and Its Effect on Rule-Breaking" publié dans le Jounal of Experimental Psychology en 2016. Les psychologues sont intéressés par le fonctionnement du cerveau dans la prise de décision humaine. A partir d’une étude de la façon dont les gens interprètent des images de morceaux d’environnement urbain, ils proposent une nouvelle interprétation : les auteurs de délits ne seraient pas tant influencés par le manque de réaction de la communauté et des autorités de police que par les "propriétés perceptuelles" de l’environnement. Si l’environnement est désordonné (construit autour de lignes asymétriques), le cerveau cesserait d’exercer un contrôle sur nos sentiments et nos tentations. Il y aurait un effet psychologique de l’espace sur le cerveau. On le voit, le lien avec la théorie de la vitre cassée est très indirect, et leur raisonnement fait l’économie du fonctionnement de la société locale et des autorités (la police). La référence à la théorie de la vitre brisée relève plus du marketing que d’autre chose.

Quels enseignements les dirigeants politiques, les architectes, les urbanistes et la société civile dans son ensemble pourraient-ils tirer de cette étude selon vous ? Est-il possible de s'en servir pour faire baisser la criminalité ?

A mon avis, on ne peut pas tirer de conséquences pratiques d’une étude sur le fonctionnement du cerveau pour prévenir la délinquance. Il manque trop de variables dans le modèle utilisé par ces universitaires, qui est une expérience de laboratoire non vérifiée dans la "vraie vie". Que sait-on de fondé sur le sujet ? Les sociologues quantitativistes ayant réalisé les études les plus solides nous apprennent que les prédicteurs les plus puissants de la délinquance restent "classiques", il s’agit des inégalités socio-économiques et spatiales, de la composition démographique de la population, de la concentration de la pauvreté. La prise en compte de telles variables annule même le rôle des incivilités sur la délinquance. L’étude longitudinale menée à Baltimore est la méthodologie la plus adaptée au test d’une hypothèse causale des incivilités dans le "vrai monde". Une étude de A.B. Geller datant de 2007 ("Neighborhood Disorder and Crime : An Analysis of "Broken Windows" in New York City") et portant sur les évolutions des désordres physiques constatées au niveau des quartiers et les évolutions subséquentes de la délinquance à New York au cours des années 1990 le confirme : caractéristiques sociodémographiques des quartiers expliquent les variations de la délinquance, pas le niveau des incivilités. En particulier, on n'arrive donc pas à montrer d’effet durable des incivilités sur la délinquance sur le moyen terme (au bout de 10 ans). Il est vrai que les incivilités augmentent la crainte, je l’ai également vérifié en France (cf. "La société incivile"). Il est vrai que la confiance dans la police est un élément important de la lutte contre la délinquance. Mais aucun chercheur n’a pu montrer que les incivilités ont un effet propre (indépendant d’autres variables sociales, démographiques et économiques) puissant et durable sur la fréquence de commission de différents types des délits à l’échelle d’un individu, d’un quartier, d’une ville ou d’un pays. Il est peu probable que les désordres soient une cause majeure de la délinquance. Il n’y a guère de chances que lutter contre eux permette d’en limiter la fréquence à moyen terme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 12/12/2016 - 18:22
Encore un article qui ne sert à rien.....au mieux,
....ou à dire une connerie.....au pire...!!!
Quand on dit que la théorie de "la vitre brisée" est loin de la théorie de "la tolérance zéro" on répète une connerie car ces deux théories ne s'opposent pas mais se complètent, les deux actions devant-être conjointes.
CHABLIS
- 12/12/2016 - 16:02
ah! on découvre le monde,
si à 3 ans un enfant bouscule une dame, si ses parents ne lui apprennent pas immédiatement à demander qu'on l'excuse, à 15 ans il piquera le sac à ladite dame, sans se rendre compte que c'est mal. C'est vieux comme le monde, une petite claque à 10 ans est bien meilleur que de la tôle à 20. (citation du Père Guy Gilbert)
Le même fait en sorte que celui qui casse une vitre dans la bergerie de Faucon la remplace lui-même. C'est une évidence oubliée. Enfin on revient dans le vrai.
Eric ADAM CVD
- 12/12/2016 - 11:40
Parler (et réfléchir!) pour ne rien dire!
Comme le dit le vieil adage philosophique Français issus des étudiants de NAVAL ou des MINES ;
>>> les chercheurs CHERCHENT, les Ingénieurs TROUVENT !