En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

06.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

07.

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

06.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Eva" de Simon Liberati

il y a 6 heures 9 min
pépites > International
Catastrophe
Liban : des dégâts importants et de nombreux morts après deux fortes explosions au port de Beyrouth
il y a 8 heures 10 sec
pépites > Politique
Travaux parlementaires
Benjamin Griveaux sera chargé d'une mission parlementaire sur l'alimentation des jeunes
il y a 11 heures 43 min
pépites > High-tech
Failles exploitées
Covid-19 : Interpol alerte sur une hausse des cyberattaques "exploitant la peur"
il y a 12 heures 38 min
décryptage > International
Tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan

Haut-Karabagh : plaidoyer d’un député français pour la paix et l’avenir

il y a 13 heures 57 min
décryptage > Culture
À la recherche du tube de l'été

Foxylight, avec son dernier titre "Past Vision", ouvre la voie au rock néo-psychédélique français. Et c'est très réussi

il y a 16 heures 15 min
décryptage > France
C’est la faute du confinement

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

il y a 16 heures 56 min
décryptage > Europe
Politique migratoire

Immigration illégale : traduire Matteo Salvini devant les tribunaux est-il vraiment une bonne idée ?

il y a 17 heures 43 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Malgré la pandémie, les entreprises françaises devraient maintenir les projets d’augmentations de salaires prévues avant le Covid

il y a 18 heures 26 min
décryptage > Société
IMG

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

il y a 19 heures 1 min
pépite vidéo > International
Scènes de chaos
Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth
il y a 6 heures 59 min
light > Media
Délai supplémentaire
France Télévisions : confirmation de l'arrêt de France Ô "à compter du 23 août", la fin de France 4 est reportée d'un an
il y a 11 heures 2 min
pépite vidéo > Europe
Deux ans après le drame
Italie : les images de l'inauguration du nouveau pont de Gênes
il y a 12 heures 19 min
pépites > Politique
Soutien du chef de l'Etat
Emmanuel Macron annonce le versement de la prime Covid pour les aides à domicile
il y a 13 heures 14 min
décryptage > Politique
Antifascisme de pacotille

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

il y a 15 heures 5 min
décryptage > Santé
Bienfaits salvateurs

Au temps du Covid, le sourire aussi est contagieux, mais pour notre plaisir !

il y a 16 heures 34 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : avec le Cassis Colosseum, la crème de cassis trouve sa place au premier rang de la photo de classe

il y a 17 heures 24 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Pourquoi TikTok vous menace même si vous ne l’utilisez jamais

il y a 17 heures 59 min
décryptage > Environnement
Politiques énergétiques

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

il y a 18 heures 43 min
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 1 jour 5 heures
© Kevin Lamarque / Reuters
© Kevin Lamarque / Reuters
Quelques années plus tard...

Massacre à Alep : faut-il retirer son prix Nobel de la paix à Barack Obama ?

Publié le 11 décembre 2016
Si la responsabilité de la Russie dans la situation actuelle à Alep est évidente, l'ambiguïté de la politique étrangère de Barack Obama sur ce théâtre a également joué un rôle non négligeable, et ce alors que le président américain a reçu le Prix Nobel de la paix en 2009.
Guillaume Lagane
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Lagane est spécialiste des questions de défense.Il est également maître de conférences à Science-Po Paris. Il est l'auteur de  Questions internationales en fiches (Ellipses, 2013 (deuxième édition)) et de Premiers pas en géopolitique ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si la responsabilité de la Russie dans la situation actuelle à Alep est évidente, l'ambiguïté de la politique étrangère de Barack Obama sur ce théâtre a également joué un rôle non négligeable, et ce alors que le président américain a reçu le Prix Nobel de la paix en 2009.

Atlantico : Alors que la situation en Syrie et notamment à Alep est aujourd'hui plus tendue que jamais, comment peut-on évaluer la responsabilité des États-Unis et de la présidence de Barack Obama dans cette situation ?

Guillaume Lagane : La ville d'Alep est aujourd'hui sur le point de tomber aux mains des forces pro-Assad. On estime que 85% de la zone jusque-là tenue par les rebelles est passée aux mains des milices chiites et de l'armée syrienne. Cette lourde défaite pour l'opposition vient conclure de longues années d'ambigüité de l'administration Obama et des Occidentaux vis-à-vis de la guerre en Syrie. On se souvient que lorsque le conflit a commencé en 2011, c'était dans un contexte de printemps arabes que personne n'avait vu venir, et sans doute pas l'administration Obama. Ce dernier avait été élu en 2008 avec l'idée que les principaux problèmes que connaissait le Moyen-Orient étaient en grande partie de la responsabilité des États-Unis et de l'administration Bush. Dès le discours du Caire en 2009, il a eu pour objectif d'expliquer aux Arabes que les États-Unis ne s'impliqueraient plus comme autrefois dans les affaires des pays de la région. On peut dire qu'il a tenu parole et lorsque le conflit a commencé, le soutien américain aux forces rebelles est resté principalement verbal, il n'y a jamais eu de livraisons massives d'armes ou de soutien politique très fort qui se distinguerait de la "simple" condamnation de la répression du régime Assad. L'apogée de cette politique est intervenue en 2013 lorsque Bachar el-Assad a utilisé dans la région de Damas des armes chimiques contre les populations civiles dans les zones tenues par les rebelles. Les États-Unis, qui avaient pourtant expliqué que l'usage de telles armes était une ligne rouge à ne pas franchir, ont finalement décidé de ne pas intervenir. Cela a été le signal, en particulier chez les rebelles, que l'on ne pouvait pas compter sur Washington et qu'il fallait mieux chercher à se concilier les factions plus radicales. Ce fut alors le début de l'expansion de l'État Islamique.

Si beaucoup d'observateurs pointent le rôle de la Russie dans ce qu'il se passe à Alep actuellement, dénonçant ce qui arrive lorsqu'une puissance mondiale intervient dans les affaires d'un autre pays, dans quelle mesure peut-on penser que la situation résulte aussi (au moins en partie) de ce qu'il se passe lorsqu'une puissance décide de ne pas exercer son influence ?

À l'évidence, dans le bilan catastrophique de la guerre en Syrie (environ 300 000 morts), la Russie porte une lourde responsabilité. Premièrement, elle a constamment livré des armes au régime de Bachar el-Assad, dont elle est un allié stratégique depuis les années 1970 et l'ouverture de la base militaire de Tartous. Deuxièmement, elle a décidé en 2014 d'intervenir directement sur le sol syrien en créant une deuxième base militaire et en faisant venir des forces aériennes et terrestres. Aux côtés de l'Iran, elle porte bien sûr une grande responsabilité dans le bilan humain de la guerre.

Cela dit, il faut bien reconnaître que la Russie n'a fait qu'appliquer ce qui est sa politique constante : le soutien à ses alliés et le refus de ces révolutions qui ont pu renverser des régimes proches d'elle au Moyen-Orient ou dans son étranger proche (Ukraine). La politique russe, qui a toujours été une politique réaliste fondée sur la réalité des rapports de force et pas tellement sur les idées, a réagi au fait que l'administration américaine semblait lui laisser le champ libre.

Sur ce point, il y a tout un débat sur la question de savoir si les États-Unis ont eu une attitude légèrement hypocrite, en soutenant l'opposition en surface mais en laissant en réalité à la Russie le soin de la réprimer, ou s'ils ont finalement été pris à leur propre piège. La politique de Barack Obama étant isolationniste, ont-ils laissé la Russie devenir la grande puissance du Moyen-Orient, ce qu'elle est en train de devenir ? On peut d'ailleurs dresser un parallèle ici avec la fin des années 1970, quand l'URSS gagnait en influence après la révolution iranienne et l'invasion de l'Afghanistan alors que les États-Unis perdaient petit à petit le contrôle de la région. La comparaison entre Barack Obama et Jimmy Carter peut être faite de ce point de vue-là.

Rétrospectivement, la décision d'attribuer le Prix Nobel de la Paix à Barack Obama en 2009 a-t-elle porté ses fruits selon vous ? Au-delà de son bilan en matière de politique extérieure (qui n'en était alors qu'à ses débuts en 2009), sur quels autres critères peut-on penser que Barack Obama a reçu ce prix ?

Je pense que Barack Obama a obtenu ce prix Nobel car le jury suédois était avant tout satisfait de la défaite des Républicains à la présidentielle de 2008 et voulait montrer toute l'antipathie qu'il avait eue pour la politique de George W. Bush. Il y a donc un paradoxe et une ironie un peu amère au souvenir de l'attribution de ce prix. On voit bien huit ans que Barack Obama laisse un monde en proie à la violence et au chaos. Même si l'administration Bush a commis des erreurs, elle a quand même dû réagir à une situation que Barack Obama n'a pas connue (le 11 Septembre). Elle a réagi en transformant sa politique, c'est-à-dire en passant d'une politique isolationnisme à un interventionnisme libéral, dont le but évidemment trop ambitieux était de démocratiser le Moyen-Orient. Barack Obama est arrivé au pouvoir en critiquant cette politique. Il faut se souvenir qu'il vient de l'aile gauche du parti démocrate, qui a condamné la guerre en Irak et toute forme d'interventionnisme extérieur des États-Unis. Il a appliqué sa politique, et on voit bien finalement aujourd'hui que cette politique de retrait stratégique des États-Unis a un bilan plus négatif que celle de l'interventionnisme précédent, en laissant le champ libre à des puissances qui perçoivent désormais l'Amérique comme un État hésitant, faible et incapable de s'opposer à leur politique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Citoyen Ordinaire
- 15/12/2016 - 22:26
Sciences pas de po
manquait plus que les armes chimiques de Sadam Hussein...
hannibal barca
- 12/12/2016 - 00:03
Encore un specialiste de l intox..'
Les USA ont fourni experts et materiels tres performants aux jihadistes .regardez les video d arsenaux decouvert a Alep Est missiles Tow frappes de l embleme US etc....
Et n inversez pas la situation le chaos creatif est l oeuvre de l Otan rt de Busch et leur complices corrompus d Arabie et du Qatar et non des peuples arabes .chacun sait le role des services secrets CIA, en tete ds ce dechainement de violences au service des petrodollars ,du complexe militaro industriel occidental...c est bien commode d incriminer Bachar et les Russes
brennec
- 11/12/2016 - 18:35
l'auteur a oublié de cocher la cas mise a jour automatique.
"lorsque Bachar el-Assad a utilisé dans la région de Damas des armes chimiques contre les populations civiles" il faut vous mettre a jour monsieur le "spécialiste des questions de défense" cette attaque qui a failli faire s'engager les états unis et derrière eux en roquet la france n'était pas le fait de bachar, très rapidement on a su que les obus provenaient d'un zone tenue par les rebelles (al nosra pour ne pas les nommer) voila qui est une bonne explication de la volte face des américains. Washington avait bien délimité la ligne rouge a ne pas franchir on voit bien que assad avait tout intéret a la franchir! (ironique pour les lecteurs non avertis) surtout pour asphyxier des civils dont il pensait surement qu'ils étaient des terroristes déguisés (dito). Après deux années d'enquêtes l'organisation pour la prohibition des armes chimiques a rendu son rapport: les obus ont été tirés d'une zone rebelle et le gaz était d'origine lybienne. C'est tout bachar ça! il est vraiment très fort pour se faire passer pour rebelle.