En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 5 heures 35 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 8 heures 5 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 9 heures 57 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 10 heures 32 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 11 heures 18 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 12 heures 25 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 14 heures 26 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 15 heures 1 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 15 heures 31 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 15 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 5 heures 53 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 9 heures 28 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 10 heures 9 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 11 heures 1 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 11 heures 56 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 13 heures 50 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 14 heures 33 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 15 heures 14 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 15 heures 37 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 16 heures 15 min
© findface
© findface
Bienvenue dans le meilleur des mondes

FindFace, le Shazam des visages arrive : comment vivre dans un monde où l'anonymat n'existe plus ?

Publié le 10 décembre 2016
FindFace permet d'associer un nom à un visage pris en photo grâce à une recherche sur les réseaux sociaux. Une telle application signe la fin de l'anonymat, déjà largement mis à mal par les nouvelles technologies : désormais, n’importe qui pourra remonter nos traces, et tous nos mouvements pourront être consolidés dans une identité à laquelle il sera impossible d'échapper.
Michaël Dandrieux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michaël V. Dandrieux, Ph.D, est sociologue. Il appartient à la tradition de la sociologie de l’imaginaire. Il est le co-fondateur de la société d'études Eranos où il a en charge le développement des activités d'études des mutations sociétales....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
FindFace permet d'associer un nom à un visage pris en photo grâce à une recherche sur les réseaux sociaux. Une telle application signe la fin de l'anonymat, déjà largement mis à mal par les nouvelles technologies : désormais, n’importe qui pourra remonter nos traces, et tous nos mouvements pourront être consolidés dans une identité à laquelle il sera impossible d'échapper.

Atlantico : FindFace, nouvelle application créée par des Russes permet d'associer un nom à n'importe quel visage pris en photo grâce à une recherche sur les réseaux sociaux. Quelles sont les implications d'une telle application ? Cette application signe-t-elle la mort de l'anonymat ? 

Michaël Dandrieux : L’anonymat est mort le jour où l’on a donné des noms aux choses, aux lignées des familles et aux lignées des dieux. Les sociétés ont conservé une sorte de flou quelque peu confortable jusqu’à l’invention de l’académie, dont le but est d’avérer les mots et leur usage. Il faut s’imaginer que nous ne vivons que depuis quelques centaines d’années dans un monde où les mots, les noms des gens et des choses ne sont pas sujets à l’interpretation.

C’est cette même compulsion de “l’identification”, de donner une identité unique à toutes choses, qui est à la fois le modèle d’entreprises comme FindFace, et la source de craintes pour notre vie privée. Dès lors que nous ne pouvons plus nous cacher derrière un pseudo, ou acheter un objet erotico-ludique sans pressentir que cela sera su, la vie quotidienne est atteinte par une sorte de contrition, de conformation générale à la liste des normes sociales. Lorsqu’on se sait vu, on agit afin de donner à voir à celui qui nous regarde ce que nous pensons qu’il veut voir. C’est une attitude très éloignée des solitudes sèches, véritables et libres.

Mais finalement, cette application permet uniquement de “mettre un nom sur un visage”. A ce titre, elle est dans la droite lignée de notre usage des technologies mobiles, qui se substituent à notre mémoire à court terme pour nous mettre à disposition tel numéro d’interphone, telle heure de rendez-vous, telle liste de choses à faire que nous ne voulons plus nous embarrasser à transporter, même temporairement.

Quels peuvent être les dangers d'une telle application, notamment en ce qui concerne les agressions sexuelles, le harcèlement ?

Les technologies de reconnaissance faciale existent déjà, elles sont dans nos ordinateurs pour organiser nos flux de photos. Ce qui change ici, c’est le sens de la requête : il est possible d’identifier une personne à partir de son visage. C’est une orientation qui s’apparente plutôt à un usage militaire, ou de défense.

La transformation qui se joue ici touche au fait que nous considérons notre visage comme un attribut de la vie privée, qui devrait être “passe partout”, sans nécessairement être reconnu. Dans les années 60, Berthold Brecht invitait les habitants de la ville à effacer leurs traces : “Quand on n’a rien signé, pas laissé de photo / Quand on n’y était pas et qu’on n’a rien dit / Comment pourrait-on vous prendre ?”. On lit dans ce vers la préoccupation de quelqu’un qui souhaite conserver l’anonymat des grandes villes. Avec une application comme FindFace, l’idée nous vient que cela ne sera plus possible, que n’importe qui pourra remonter nos traces, et que tous nos mouvements pourront être consolidés dans une identité à laquelle on n’échappera pas.

Les scénarios de “stalking”, de harcèlement, prennent place dans cet imaginaire. L’idée peut pénétrer la sphère publique que nous ne pourrons plus rien cacher à nos semblables. Que nous ne serons plus maîtres de ce que nous donnons. Des inconnus pourront détourner, hacker, et produire de la valeur à partir de nos traces.

S'il était jusqu'ici possible de contrôler son image et ses relations sur les réseaux sociaux, de préserver son intimité, comment, en faisant de chacun de nous la cible potentielle de "paparazzis", cette application peut-elle anéantir toutes nos tentatives de contrôle ? Comment s'en prémunir ?   Y'a-t-il des solutions autres que la désactivation de tous nos réseaux sociaux ? 

Je ne vois pas la désactivation des réseaux sociaux comme une solution. Les réseaux comme VK, Linkedin ou Facebook ont compris depuis longtemps qu’ils devaient agir avec les non-inscrits comme s’ils étaient inscrits. Ils suivent en cela l’inscription sur le chateau de Diderot, qui dit “Vous y étiez avant que d'y entrer, et vous y serez encore quand vous en sortirez”. Ce qui veut dire qu’il suffit qu’on parle de vous sur un réseau social, à votre insu, pour que cela commence à donner une idée de votre identité.

Il existe des marques américaines qui proposent des alternatives concrètes et dérisoires. CV Dazzle propose des coupes de cheveux permettant de déjouer les algorithmes de reconnaissance faciale par exemple. Vous y trouverez les coupes de cheveux asymétriques qui vous permettront de vous camoufler. Si votre angoisse est d’être pris en photo malgré vous, Betabrand fabrique une veste anti-paparrazi qui renvoie la lumière du flash et rend votre visage trop foncé.

Je ne sais pas s’il existe des solutions rapides au développement de ces services, qui reposent sur un vieil imaginaire humain du contrôle et de l’identité. Cet imaginaire semble assez virulent ces jours-ci. Comme le dit le philosophe Augustin Berque, le développement de ces systèmes des objets auxquels les hommes devraient se plier, malgré le mal-être qu’ils dispensent, pose un énorme problème. Cela devrait être le contraire : nous devrions adapter le système des objets au développement de notre bien-être collectif. Et le fait que ce n’est pas dans cette direction que nous allons montre qu’à force d’avoir rationalisé le monde, nous l’avons aussi amaigri au point que notre propre présence au monde soit devenue un paramètre comme un autre. Berque parle ici d’une pulsion funeste.

Pour ma part, je vois aussi des forces contraires, notamment un retour aux structures floues, aux conspirations, aux énigmes. Un désir de droit à l’oubli. Un régime du secret si vous voulez. Cela peut inquiéter, mais c’est aussi par là que nous nous souvenons que le mystère est une réserve de l’être.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires