En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

02.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

03.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

04.

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

05.

Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct

06.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

07.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

03.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 5 heures 36 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 6 heures 28 min
pépite vidéo > Politique
Disparition de VGE
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez l’analyse de Jean-Sébastien Ferjou dans "Soir Info"
il y a 7 heures 49 min
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 12 heures 58 min
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 13 heures 27 min
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 14 heures 13 min
pépite vidéo > Politique
Hommage
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez les cinq moments-clés de sa vie politique
il y a 16 heures 5 min
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 16 heures 46 min
décryptage > France
Ministre de l'Intérieur

Petit monde parisien contre M. et Mme Toutlemonde en province : l’opinion se construit-elle vraiment comme le défend Gérald Darmanin ?

il y a 17 heures 20 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 18 heures 25 min
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 6 heures 2 min
pépites > Politique
Hommage à l’ancien chef de l’Etat
Décès de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national le mercredi 9 décembre
il y a 6 heures 58 min
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 9 heures 6 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 13 heures 13 min
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 13 heures 45 min
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 15 heures 41 min
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 16 heures 32 min
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 16 heures 54 min
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 17 heures 57 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 18 heures 28 min
© Reuters
Cela montre l’intention de Foxconn d’investir aux Etats-Unis, notamment pour monter une usine d’assemblage des produits d’Apple. Foxconn est une entreprise taiwanaise de composants électroniques et d’assemblages, dont l'un des plus gros clients est Apple.
© Reuters
Cela montre l’intention de Foxconn d’investir aux Etats-Unis, notamment pour monter une usine d’assemblage des produits d’Apple. Foxconn est une entreprise taiwanaise de composants électroniques et d’assemblages, dont l'un des plus gros clients est Apple.
Mondialisation

Pourquoi la relocalisation d'Apple aux Etats-Unis n’est pas forcément une bonne nouvelle pour les salariés américains (quelques enseignements à tirer, M. Montebourg ?)

Publié le 16 décembre 2016
Depuis plusieurs semaines, Donald Trump multiplie les messages à l'adresse des entreprises américaines, en vue de relocaliser leurs facteurs de production aux Etats-Unis. Des relocalisations qui, si elles ont lieu, sont principalement motivées par des incitations fiscales.
Sarah Guillou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sarah Guillou est économiste à l’OFCE dans le domaine de l’économie internationale et des politiques publiques affectant la compétitivité des entreprises. Son travail mobilise l’exploitation statistique de bases de données d’entreprises et de salariés...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis plusieurs semaines, Donald Trump multiplie les messages à l'adresse des entreprises américaines, en vue de relocaliser leurs facteurs de production aux Etats-Unis. Des relocalisations qui, si elles ont lieu, sont principalement motivées par des incitations fiscales.

Atlantico : Foxconn Technology Group, l'entreprise établie en Chine afin d'assembler les produits Apple, envisagerait une relocalisation de ses activités aux Etats-Unis. Comment interpréter ces relocalisations des facteurs de production dans les pays industrialisés ? 

Sarah Guillou : Il y a plusieurs éléments d’interprétation. Il s’agit avant tout de l’expression de l’intention de Foxconn d’investir aux Etats-Unis, notamment pour monter une usine d’assemblage des produits d’Apple. Foxconn est une entreprise taiwanaise de composants électroniques et d’assemblages, dont l'un des plus gros clients est Apple. Elle possède déjà des unités de production aux Etats-Unis. Ce n’est pas a priori une relocalisation d’activités car l’entreprise n’envisage pas parallèlement de "désinvestir" à Taïwan. Si l’entreprise décide d’investir aux Etats-Unis, c’est qu’elle a de bonnes raisons de le faire. Parmi ces raisons, les anticipations sur la croissance du marché américain, les obstacles à l’échange que menacent d’instaurer Donald Trump et les pressions de son donneur d’ordre (Apple) peuvent jouer. Mais il ne suffit pas de professer des menaces de fermeture pour susciter des entrées d’investissement. Si Foxconn investit, ce sera pour servir le marché américain. Comme les coûts de production y sont plus élevés, cela implique trois stratégies possibles non exclusives l’une de l’autre. L’entreprise réduit ses marges (ainsi qu’Apple) pour ne pas voir se réduire sa part de marché : Foxconn et Apple acceptent cette réduction des marges pour contrecarrer l’impact négatif sur les ventes de l’opprobre jeté par Donald Trump sur l’entreprise en raison de son externalisation massive à l’étranger. La deuxième stratégie est une augmentation des prix des produits sur le marché américain : les consommateurs financent les quelques emplois créés. Troisième stratégie : l’entreprise entreprend des procédés de production différents, notamment avec une automatisation intensive qui réduit le coût du travail pendant qu’elle réduit aussi les coûts logistiques pour servir le marché américain. Donc au final, la décision de l’entreprise Foxconn, si elle se confirme, relève d’une rationalité économique assez classique. L’effet Trump s’en mêle, dans la mesure où il met Apple en demeure de se justifier sur sa stratégie de localisation. Mais attention : si la communication de Trump met en péril la santé financière de l’entreprise (certes, elle a de la marge), alors il met en péril l’économie américaine. Sa communication lui rapporte des voix, mais c'est une voie risquée et à terme sans issue.

Quel pourrait être, à terme, l'impact de ces relocalisations sur le processus de mondialisation tel que nous le connaissons ? Pourraient-elle constituer une solution aux inégalités, au déclassement de certaines catégories sociales dont est accusée la mondialisation ?

En effet, se pose la question de savoir si cette décision d’investissement va augmenter le bien-être des citoyens américains, c’est-à-dire leur revenu. L’investissement va-t-il créer des emplois ? Certainement quelques emplois, mais compte tenu du coût du travail plus élevé, Foxconn sera très incité à automatiser au maximum sa production. Parallèlement, s’il y a augmentation des prix, cela réduira le pouvoir d’achat des consommateurs. Enfin, si l’investissement se fait en échange de dépense fiscale (baisse des impôts, aides à l’investissement, aides financières), alors le coût pour les finances publiques se traduira par des dépenses présentes ou futures diminuées. Donc au final, l’investissement devrait d’abord profiter à l’entreprise. Rappelons qu’il n’est pas dans la nature des entreprises de transférer leurs profits vers les consommateurs. L’investissement privé dans un pays, qu’il s’agisse du pays d’origine ou d’une nouvelle destination, est toujours conditionné à la promesse de revenus futurs.

Certains argumentent que des mesures protectionnistes sont une voie de localisation des sites de production sur les lieux de consommation (afin d’éviter les barrières) et donc de récupération d’activités qui avaient été externalisées. Mais l’argument est porteur de plusieurs erreurs. D’une part, il sous-estime le gain de l’externalisation : renoncer à ces gains se traduira par des prix plus élevés, de moindres profits et donc de moindres investissements futurs. D’autre part, il oublie que les activités technologiques ont besoin de l’accès au marché mondial pour amortir les importants coûts fixes de R&D. Si on réduit cet accès, on réduit la capacité des nouvelles technologies à se développer. Seuls survivront les géants. Enfin, il sous-estime les effets de représailles sur des produits que le pays ne produit pas et dont il ne pourra pas s’improviser producteur. Les prix augmenteront en conséquence des barrières. Il faut rappeler que le protectionnisme protège les géants et les plus riches. Et s’il sauvegarde des emplois non qualifiés un peu plus longtemps, il les maintient dans leur "non-qualification". Surtout, il entrave le développement de la classe moyenne tant des consommateurs que des entreprises. On ne réduira pas les inégalités par du protectionnisme, on figera la société et l’économie.

Ce phénomène de relocalisation des entreprises est-il également observable en France ? Est-ce un phénomène qui pourrait s'accentuer, à l'avenir, notamment à l'issue de la présidentielle de 2017 ?

En France, la dynamique n’est, pour le moment, absolument pas comparable à celle qui se dessine aux Etats-Unis. De plus, la logique qui sous-tend ces entrées d’investissement repose sur les mêmes ressorts économiques énoncés plus hauts. Or, l’atonie de la croissance française et européenne ne devrait pas être compensée par des mécanismes incitatifs ou répressifs tels que ceux annoncés par Donald Trump.

Cependant, le protectionnisme est une voie réclamée par de nombreux candidats à la présidentielle de 2017. Pareillement, il est avancé comme un moyen de défaire les effets négatifs de la globalisation sur les travailleurs non qualifiés. Le raisonnement souffre des mêmes erreurs. Le protectionnisme n’est pas la solution aux effets inégalitaires de la globalisation. S’y ajoute l’incompréhension de l’appartenance à l’Union européenne. L’insertion européenne, d’une part, conditionne les politiques commerciales, et d’autre part, inscrit la dynamique des échanges dans une autre perspective. Rappelons que la France a perdu des parts de marché dans de nombreux secteurs au profit des autres pays européens et non au profit des pays émergents.

Ceci étant dit, un phénomène de réajustement de la production aux lieux de consommation est possible, non pas en réponse aux menaces protectionnistes, mais en raison de la digitalisation de la production et de la montée de la robotisation qui tend à atténuer l’importance du coût du travail dans les coûts de production. Cette "relocalisation" sera pérenne si elle est le fruit d’une logique économique pour l’entreprise et non le résultat seulement d’une contrainte d’Etat.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
DESVESSIESPOURDESLANTERNES
- 12/12/2016 - 23:39
clint :
Exemple pathétique le polo au caiman vert : fabriqué en france (500 emplois),vendu en France en 1980 :20 francs , délocalisé/mondialisé vendu aujourd'hui : 125 € .
Penses-tu encore que ce soit tout bénef pour la France ?
@ denuziere : Quant au patriotIsme économique ,les suisses n'en manquent pas et leurs rapaces semblent voler moins haut.
clint
- 12/12/2016 - 21:24
Vivement le retour des TV SECAM de la prise Peritel !
Et bien sûr des phares de voitures jaunes ! La Silicon Valley ne serait jamais ce qu'elle est s'il n'y avait pas eu la globalisation. Au fait quand on va tout relocaliser vendrons nous encore des TGV aux US, etc, etc,
Deneziere
- 12/12/2016 - 15:17
La mondialisation n'est pas là pour rien non plus...
@ Ikaris : vous réalisez, je pense, qu'on ne peut pas fabriquer à côté de chez tout le monde, tout les produits durables et de qualité, dont tout le monde a besoin, à un prix que tout le monde peut payer ?
@ desvessie : vous savez sans doute que les patrons Suisses paient moins de charge que les patrons français ?