En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

05.

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

06.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

07.

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

ça vient d'être publié
pépites > People
Urgence
Patrick Balkany hospitalisé pour d'importantes douleurs au dos
il y a 11 heures 33 min
pépite vidéo > Politique
Cohue
Grève : couloirs bondés et scènes improbables dans les transports parisiens
il y a 13 heures 50 min
décryptage > Politique
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 11 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 39 min
décryptage > Santé
(Art)thérapie

Comment la danse peut aider à lutter contre la dépression, Parkinson et autres troubles neurologiques

il y a 16 heures 29 min
décryptage > Faits divers
Accroche : Ça s'est passé chez nous…

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

il y a 19 heures 38 min
décryptage > Politique
Techno-suicide

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

il y a 19 heures 50 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

il y a 20 heures 1 min
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 1 jour 11 heures
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 1 jour 11 heures
décryptage > Société
Ville de demain

Bâtiment, immobilier, transports : ces vraies initiatives pour une ville plus durable

il y a 13 heures 45 min
décryptage > Economie
Nouvelle ère ?

Première réunion de l’ère Lagarde : la BCE peut-elle se saisir des problèmes structurels qui minent la zone euro ?

il y a 14 heures 38 min
décryptage > Politique
1979 all over again

Royaume-Uni : des législatives parties pour marquer l’histoire

il y a 16 heures 24 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?
il y a 18 heures 18 min
décryptage > Sport
Formule magique

PSG/ Galatasaray : Neymar, M’Bappé et les millions : les Parisiens trouvent leur formule magique

il y a 19 heures 43 min
décryptage > Politique
Erreurs de stratégie

Quand LR se transforme en machine à fabriquer des orphelins politiques

il y a 20 heures 1 min
décryptage > Economie
Impact au long cours

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

il y a 20 heures 2 min
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 1 jour 9 heures
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 1 jour 11 heures
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 1 jour 11 heures
© Reuters
Si les populations sont déjà récalcitrantes aujourd'hui à l'idée de sauver les banques, il faut se rendre compte que la sauvegarde du secteur financier de chacun des pays sera quand même la première des priorités.
© Reuters
Si les populations sont déjà récalcitrantes aujourd'hui à l'idée de sauver les banques, il faut se rendre compte que la sauvegarde du secteur financier de chacun des pays sera quand même la première des priorités.
BCE et Quantitative easing

Draghi réduit les injections de liquidité : mais au fait, si la zone euro se disloquait demain, quel scénario de sortie pour la France (et pour l’Europe) ?

Publié le 09 décembre 2016
Si le lien entre le résultat du référendum italien et la dislocation de la zone euro semble fragile, le contexte européen est suffisamment préoccupant pour que le scénario d'une implosion de l'euro soit envisagé, et que des réponses fortes et immédiates soient avancées.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si le lien entre le résultat du référendum italien et la dislocation de la zone euro semble fragile, le contexte européen est suffisamment préoccupant pour que le scénario d'une implosion de l'euro soit envisagé, et que des réponses fortes et immédiates soient avancées.

Atlantico : Le résultat du référendum italien a relancé les craintes de voir la zone euro se disloquer. Qu'adviendrait-il concrètement si cette dislocation venait à se produire, à l'échelle européenne, mais également à l'échelle de la France ? 

Nicolas Goetzmann : Le lien entre référendum italien et dislocation de l'euro semble encore un peu fragile, car il suppose, après la démission de Matteo Renzi, que des élections anticipées voient le jour, alors que cette idée n'est soutenue que par la Ligue du Nord et le mouvement 5 étoiles. L'issue la plus probable reste encore celle d'un gouvernement "technique" qui irait au terme de la législature actuelle, soit février 2018. Mais ce qui est certain, c'est que le contexte est suffisamment dangereux pour le prendre au sérieux, et envisager une réaction forte et immédiate. Pour rappel, l'Italie a connu une croissance de PIB par habitant de 0.2% sur les 20 dernières années (au total…), le résultat est pire que la Grèce, il ne faut pas trop s'étonner. De plus, l'année 2017 promet d'être rude sur le futur de la zone euro, car au-delà des élections françaises, l'année électorale allemande pourrait avoir un rôle de durcissement des positions de Berlin, entre rigueur et plus de rigueur encore. Le fossé qui sépare le nord et le sud pourrait ainsi continuer de se creuser, et des risques réels de découragement, alors que ceux-ci sont déjà largement ancrés, pourraient se renforcer. 

En imaginant le cas réel d'une dislocation de la zone euro, en réalité, tout dépendrait de l'alternative. L'Euro dépend de la Banque centrale européenne, qui est considérée comme crédible (au moins en partie) par les marchés financiers. La question à se poser est donc celle de la crédibilité des 19 nouvelles banques centrales qui verraient le jour en cas d'explosion de la zone euro. Or, il est déjà compliqué de trouver un banquier central compétent et suffisamment reconnu par les marchés pour crédibiliser une institution, il va donc être compliqué d'en trouver 19. Pour schématiser grossièrement, une fin de l'euro conduirait à la nécessité de mettre en place, en un week end et pour chaque pays, un discours crédible et cohérent de politique monétaire, l'ouverture de guichets de liquidités pour faire face à une crise financière qui serait immédiate, ce qui conduirait sans aucun doute à des plans de sauvetage bancaires financés, au moins en partie, par les contribuables. 

Ensuite, concernant le volet économique, les situations sont disparates au sein de l'ensemble. L'Allemagne dépend énormément de la zone euro pour sa croissance, parce qu'elle profite, pour ses exportations, d'un euro faible comparativement à ce que serait un nouveau Deutsche Mark, la "compétitivité" du pays en prendrait un sérieux coup. Les dévaluations relatives de la France, de l'Espagne, de l'Italie seront un choc, notamment pour l'industrie automobile allemande. A l'inverse, ces mêmes pays seraient alors en mesure de soutenir leur demande intérieure à un niveau supérieur à ce qu'elle est aujourd'hui, une fois le choc passé. Au final, les relations commerciales intra européennes seraient totalement bouleversées. Un tel scénario "optimiste" s'appuie sur l'idée que chaque Banque centrale trouve une équipe digne de ce nom pour gérer la sortie, ce qui n'est pas aussi simple que cela. Lorsque l'on observe le cas du Brexit, il est possible de constater que le discours de la Banque d'Angleterre, présidée par Mark Carney, a été tout de suite rassurant, ce qui a largement contribué à l'absence de choc réel post-référendum. 

En revanche, une telle destruction de la zone euro conduirait à la mise en place de contrôles des changes, à de très lourdes difficultés juridiques, avec des négociations qui pourraient traîner sur une décennie, aussi bien entre les États qu'entre les entreprises, à des pertes sur le potentiel de croissance de chacun des pays, et à un énorme choc financier, puisque l'intégration financière européenne est bien avancée. Il suffit de voir ce qui arrive aux banques italiennes aujourd'hui pour se rendre compte du risque encouru. Les tensions interétatiques, si ce n'est les conflits, auront également leur place, puisque les endettements respectifs de chacun des États sont totalement imbriqués au travers du secteur bancaire. 

Parce que le scénario le plus probable est d'abord celui d'une crise financière majeure. Encore une fois, la finance est le secteur le plus intégré, une dislocation aurait donc de lourdes conséquences sur les banques. Si une banque française détient des actifs importants dans des pays qui dévaluent fortement leur monnaie, comparativement à la France, les pertes seront élevées, et la banque en question pourrait très rapidement se trouver en position difficile, d'autant plus que les marchés financiers ne la rateront pas. Les populations chercheront à retirer leurs fonds dans les pays les plus vulnérables. Il suffit de regarder les effets de la crise grecque sur les banques européennes pour se rendre compte du potentiel de destruction si la sortie de la zone euro était appliquée à l'ensemble. L'État français, qui n'a pas grand à chose à gagner d'une faillite de son secteur bancaire, à moins d'accepter la faillite de toute son économie, viendra naturellement au secours de ses banques en difficulté, et le contribuable sera mis à contribution. Là encore, il suffit de constater que la solution qui se profile en Italie est celle d'un sauvetage public des banques (à la différence que ce sauvetage serait ici financé par un mécanisme européen). Il y a donc quand même mieux à faire avant d'en arriver là. 

Quelles solutions conviendrait-il de mettre en œuvre pour éviter que l'éclatement de la zone euro ne déstabilise trop fortement les États membres et les marchés ? 

Une déstabilisation semble inévitable, notamment en raison de l'intégration financière européenne déjà évoquée. Si les populations sont déjà récalcitrantes aujourd'hui à l'idée de sauver les banques, il faut se rendre compte que la sauvegarde du secteur financier de chacun des pays sera quand même la première des priorités. Il n'y a pas d'économie sans un secteur bancaire stable. Et cela aura un coût élevé, qui sera nécessairement supporté par la dépense publique.

Cependant, si la situation est intenable et que la décision de sortie est prise, le plus important, pour chaque pays, sera la sélection de l'équipe qui mènera les opérations. Un Banquier central reconnu, une politique monétaire claire et adaptée au contexte de chaque pays, tout l'enjeu est de proposer une alternative monétaire vraiment crédible. Voilà pourquoi le simple fait de brandir une sortie de l'euro n'a aucun sens, parce qu'il est tout à fait possible de faire bien pire par la suite, en menant une politique encore plus déflationniste que celle de la BCE, ou une politique inflationniste à la mode argentine. Et s'il est également possible de faire mieux que la gestion qui a été faite par la BCE, il reste quand même très peu probable de pouvoir passer au travers des goutes du problème posé par le secteur bancaire. 

Dans un pays comme la France, qui n'a pas de problème pour lever l'impôt, et qui est capable de présenter une équipe correcte pour gérer sa monnaie (en croisant les doigts), c'est surtout le problème bancaire qui se pose. Le secteur industriel, largement imbriqué au niveau européen, devra également subir ce choc, même si ce dernier pourra également profiter d'un ajustement monétaire sur le plus long terme. 

Plus largement, quelles erreurs de conception décelées dans la première version de la zone euro faudrait-il éviter dans une deuxième tentative ?

Le problème qui bloque la zone euro aujourd'hui est l'incapacité des pays membres à se mettre d'accord sur un intérêt général européen. Au début du projet, il y avait au moins une forme d'intérêt général qui se manifestait par l'équilibre des intérêts divergents, qui pouvait aboutir à un résultat acceptable pour l'ensemble. Ce n'est plus le cas aujourd’hui avec une politique monétaire qui est manifestement à l'avantage des pays du nord, et qui détruit progressivement les pays du sud. Cette politique monétaire est trop stricte, trop rigide, ce qui provoque des tensions déflationnistes au sud qui ont des conséquences analogues à ce que l'on a pu voir en 1929 pour ces pays. Au nord, par contre, tout va bien. Le problème global est que le pays le plus puissant, l'Allemagne, est dans une situation de plein emploi. Dès lors, toute poussée de la demande en Europe, qui pourrait être mise en place par la BCE, aurait pour conséquence de faire progresser les salaires en Allemagne, ce qui conduirait à la perte de sa compétitivité. En effet, dans les pays du sud, puisque le chômage est élevé, toute poussée de la demande aurait pour effet de faire baisser le chômage, la hausse des salaires ne pourra être envisagée que par la suite. Le résultat aujourd'hui est que l'intérêt général européen est opposé, en apparence du moins, à l'intérêt allemand, qui est quand même le membre le plus puissant de l'ensemble. En apparence seulement parce que l'Allemagne n'aurait pas d'intérêt à voir la zone euro exploser. Le Deutsche Mark rendrait les automobiles allemandes bien plus couteuses pour les autres pays de la zone euro, et le commerce intercommunautaire représente un tiers de ses exportations totales, soit près de 400 milliards d'euros par an. 

Dès lors, l'idée, avant d'en finir avec l'euro, serait plutôt de le rendre viable en acceptant une politique monétaire adaptée à l'intérêt général européen, c’est-à-dire une politique bien plus expansionniste qu'elle ne l'est aujourd'hui. Pour cela, il faudrait demander aux dirigeants allemands de cesser de critiquer ce que fait la BCE, parce que cela a pour conséquence de faire croire aux marchés financiers que l'Allemagne ne veut pas aller plus loin, et donc, qu'une telle politique ne pourra pas voir le jour. Ensuite, et cela est indispensable, il faudra modifier les statuts de la BCE pour lui demander de suivre un objectif de plein emploi, comme cela est le cas aux États Unis. Cela semble être une mesure artificielle, mais il s'agit du plus puissant outil de croissance existant. Une telle mesure pourrait faire de la zone euro le moteur de la croissance mondiale, parce que le retard pris est tellement important qu'il y de la place pour un rattrapage intéressant. Il faut se rendre compte que la croissance de la demande (croissance réelle + inflation), au sein de la zone euro, a été de 4% par an entre 1995 et 2008, ce chiffre a été divisé par 2 depuis 2009, et ce n'est pas parce que les Européens sont devenus des incapables, mais parce que la BCE n'a pas fait le "boulot". 

Pour en arriver là, il faut convaincre l'Allemagne. Cela ne va pas être facile, mais en réalité, je doute qu'il puisse exister une alternative. À moins d'accepter une destruction progressive des économies du sud, et la France est concernée, ou à moins d'en finir avec l'euro. Il existe une solution, ce qui est déjà bien. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

05.

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

06.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

07.

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 10/12/2016 - 09:48
Les ruines d'Alep
Le chaos total, c'est la situation de l'Union européenne aujourd'hui, après trente ans de politique Capitaliste libérale. C'est aussi magnifique et enthousiasmant que les ruines d'Alep ! Il faudra bien réunir une conférence pour établir les bases d'un autre système. Persévérer dans l'erreur est diabolique... L'équivalent du Congrès de Vienne en 1814. Manifestement, Marine Le Pen est la seule à disposer de la stature pour y représenter les intérêts de la France ! Pas un obscur ''collaborateur'' constipé comme Fillon !
Deneziere
- 10/12/2016 - 09:09
Où on voit que les anti-euro sont des pro-chaos
On voit aussi que leur raisonnement sur le sujet est d'une rare indigence. C'est tellement plus facile de détruire que de construire. C'est du Daesh financier. Aller à l'auto-destruction par incapacité intellectuelle et culturelle... Un 1914 financier... Ils sont balèze les populos.
Ganesha
- 10/12/2016 - 00:27
Emprunts Russes
La dette connaîtra le même sort que les ''Emprunts Russes'' en 1917 ! Il y a tout de même une évidence élémentaire, qu'il faudrait avoir le courage de rappeler de temps à autre : l’Assouplissement Quantitatif (QE), ce n'est rien d'autre, en toute simplicité, qu'une Pyramide de Ponzi. Inutile de gaspiller son énergie à discuter, de chercher à trouver le remède miracle pour un problème totalement insoluble. Tout cela se terminera par un gigantesque Krach boursier et un effacement de toutes les dettes. On met le système bien à plat, et on repart sur des bases saines ! Cela ressemble à du Yaka-Faukon, mais il y a aussi des moments où la Vérité finit par se montrer nue, telle qu'en elle-même ! Avouons que cette femme est superbe !