En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

05.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

06.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

07.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Le jour le plus sombre

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 25 sec
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 53 min 13 sec
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 1 heure 23 min
pépites > Santé
Vacances
Isolement de 7 jours au retour pour les Français qui sont partis faire du ski en Suisse ou en Espagne
il y a 2 heures 8 min
décryptage > Politique
Occupation de temps de cerveau disponible

La démocratie, malade du syndrome Darmanin ?

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 3 heures 32 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 16 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 17 heures 13 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 18 heures 9 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 20 heures 10 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 24 min 20 sec
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 53 min 51 sec
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 2 heures 1 min
décryptage > Politique
Fractures émotionnelles

La colère et la peur dominent les émotions des Français concernant l’état du pays. Mais ceux qui les ressentent ne sont pas du tout les mêmes

il y a 2 heures 32 min
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 2 heures 54 min
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 16 heures 3 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 16 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 17 heures 27 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 19 heures 37 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 20 heures 22 min
© wikipédia
© wikipédia
Open Gov

Réunion de chefs d’Etat pour le sommet pour un gouvernement ouvert : sauvetage de la démocratie ou aggravation de cette e-lutte des classes qui monte ?

Publié le 09 décembre 2016
Ce mercredi s'est ouvert à Paris le sommet mondial du Partenariat pour un gouvernement ouvert. Cette initiative, destinée à renforcer la transparence et à promouvoir la créativité démocratique, accentue en réalité les clivages entre les élites "connectées" et ceux qui sont exclus de cette "citoyenneté numérique".
David Engels
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Engels est historien et professeur à l'Université Libre de Bruxelles. Il est notamment l'auteur du livre : Le déclin. La crise de l'Union européenne et la chute de la République romaine. Quelques analogies, Paris, éditions du Toucan,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce mercredi s'est ouvert à Paris le sommet mondial du Partenariat pour un gouvernement ouvert. Cette initiative, destinée à renforcer la transparence et à promouvoir la créativité démocratique, accentue en réalité les clivages entre les élites "connectées" et ceux qui sont exclus de cette "citoyenneté numérique".

Atlantico : Mercredi 7 décembre, 70 Etats seront représentés à Paris à l'occasion du sommet mondial du Partenariat pour un gouvernement ouvert (aussi appelé Open Government Partnership). L'un des objectifs de cet événement est de rénover la démocratie et d'améliorer la transparence de la vie publique. Ce type d'initiative, dont sont friands les médias occidentaux, a-t-il vraiment des chances selon vous de réconcilier l'ensemble des citoyens avec la démocratie ? 

David Engels : Le préjugé selon lequel l’opposition grandissante entre le bloc de la "correction politique" et celui du "populisme" serait immédiatement symétrique à l’antagonisme entre citoyens plus ou moins "numérisés" me paraît totalement inadéquat, et ce pour plusieurs raisons.

Ainsi, tout d’abord, nous avons été les témoins, lors du vote sur le Brexit, de la campagne attribuant la victoire du "Brexit" aux citoyens plus âgés, "volant" en quelque sorte leur futur aux jeunes générations et considérés, en bloc, comme moins au courant du monde virtuel. Les deux assertions sont évidemment fausses : l’accès au monde numérique est, aujourd’hui, devenu de plus en plus fréquent même chez les électeurs "âgés", puis, leur représentation à première vue disproportionnée était simplement due au fait que les jeunes ont majoritairement dédaigné de se déplacer pour aller voter, suggérant que même une exposition (prétendument) supérieure au monde virtuel semble inversement liée à la maturité politique…

Un autre préjugé est celui d’attribuer la montée du populisme aux couches défavorisées que l’on a également souvent identifiées à des citoyens déconnectés du monde numérique. Là aussi, nous avons à faire à un mythe urbain, comme le montre d’ailleurs le contraste entre ce stéréotype-ci et l’autre, également faux, du chômeur "abusant" de la sécurité sociale pour passer sa journée à jouer à des jeux en ligne. Car, pour en finir une fois pour toutes avec la légende de l’accès au "savoir", au "web" ou à "l’éducation" comme garantie de l’allégeance aux valeurs de nos démocraties libérales et tolérantes (trois termes qu’il faudrait idéalement mettre entre guillemets), il suffit de rappeler le talent avec lequel l’État Islamique manipule et instrumentalise les réseaux sociaux et les moyens de communication virtuelle, et de se souvenir de la provenance sociale et intellectuelle de nombreux djihadistes et fondamentalistes, maniant aisément plusieurs langues, planifiant leurs attentats en ligne et détenant bien souvent des diplômes…

Joel Kotkin, directeur du site NewGeography.com, explique le vote en faveur de Donald Trump par un phénomène sourd mais réel selon lui : la résurgence d'une lutte des classes entre une e-oligarchie, dont l'idéologie se baserait sur la durabilité environnementale, les promesses des nouvelles technologies notamment et une autre qui souffrirait de plein fouet des effets de la mondialisation, étanche aux objectifs de cette e-oligarchie. Ce phénomène pourrait-il également être une réalité en Europe ? Quel en est le risque politique ?

Comme j’ai tenté de l’analyser plus haut, à mon avis, l’accès aux moyens technologiques avancés n’a aucun rapport avec l’esprit avec lequel ces mêmes moyens sont maniés ; tout au plus pourrait-on dire que l’intégration dans les réseaux d’information virtuelle pourrait même contribuer à couper certains internautes de l’influence des médias établis au profit de plates-formes d’information alternatives et souvent très anti-establishment… Mais il est évident qu’une telle présentation dichotomique entre citoyens "informés" et donc "responsables" - c’est-à-dire acquis au vote politiquement correct – et citoyens "incultes" et donc "exposés" à la "tentation" du populisme est typique pour le clivage dangereux qui s’est installé entre les deux options politiques majeures de la société occidentale, non seulement aux États Unis, mais aussi en Europe. Et le danger d’une telle simplification est énorme : en déniant à l’autre le respect de son avis politique, attribué simplement à un manque d’éducation et de maturité, l’on prépare, inconsciemment, le terrain à des ressentiments terribles dont on voit les premiers fruits dans les émeutes qui, déjà maintenant, éclatent régulièrement un peu partout dans le monde occidental, et qui risquent d’empirer au fur et à mesure que continue ce manque de respect pour l’électeur de la part de son gouvernement.

Réagissant à la défaite de Norbert Höfer à l'élection présidentielle autrichienne, François Hollande s'est félicité du fait que "le peuple autrichien [ait] fait le choix de l'ouverture". Ce genre de déclarations des élites dirigeantes, stigmatisant en quelque sorte les électeurs ne pensant pas comme eux, ne renforce-t-il pas paradoxalement les mouvements populistes ?

Oui, très certainement, et ce non seulement au niveau national, mais aussi à l’échelle internationale. Tout d’abord, nous assistons à la lente vaticanisation du vocabulaire politique moderne, où il ne s’agit plus de proposer aux citoyens une vision politique parmi d’autres, jugées également respectables, mais plutôt de démontrer qu’on est du côté du "bien", et l’adversaire de celui du "mal". Dans cette vision du monde littéralement manichéenne, la position politique que l’on assume soi-même n’est donc pas seulement moralement supérieure, mais elle est aussi présentée comme étant sans réelle "alternative", alors que l’avis de l’adversaire respectif se trouve diabolisé, et ce dernier discrédité non pas comme penseur politique, mais surtout en tant qu’individu moral. Pas étonnant que les électeurs qui se retrouvent soumis à une telle stigmatisation resserrent les rangs et voient la critique non pas comme remise en cause, mais plutôt comme faisant partie d’une épreuve presque religieuse.

D'ailleurs, il est fascinant – et angoissant – d’observer qu’en ce début du 21e siècle, le dualisme politique esquissé ci-dessus fasse désormais partie du paysage politique non seulement de la France, mais de tous les pays occidentaux, opposant, d’un côté, les divers partis alignés sur le consensus du "politiquement correct", et donc favorables, si pas dans les paroles, du moins dans les actes, à une société mondialisée, multiculturelle, ultralibérale et technocratique, et, d’un autre côté, les "populistes", associés à une vision plutôt culturaliste, traditionaliste, socialiste (dans le sens original du terme) et plébiscitaire. Car paradoxalement, autant les socialistes et les conservateurs "modérés" ressemblent de plus en plus aux deux ailes d’un même parti unique, la vision de la gauche et de la droite extrêmes se rejoignent également de plus en souvent, comme le démontrent, en France, le FN, "premier parti de gauche", aux États-Unis, le parti républicain, transformé en opposition populaire à l’élitisme des démocrates, ou, en Allemagne, le parti socialiste "Die Linke", mettant, par le biais de Sahra Wagenknecht, la limitation de l’immigration au programme et rejoignant intimement la "Alternative für Deutschland". Dès lors, et contrairement à l’Europe de la fin du 20e siècle, les enjeux nationaux ont désormais tendance à s’internationaliser et à s’influencer mutuellement, le vote "Le Pen" s’associant au débat entourant l’élection de Trump, le vote autrichien figurant de répétition générale pour la candidature de Merkel en 2017, et le référendum italien se lisant comme un genre de doublon du "Brexit", alors que les enjeux de base dans tous ces États peuvent paraître, à première vue, comme fondamentalement différents.

Ainsi, François Hollande, le Président qui n’en était pas un, en s’immisçant dans un débat électoral autrichien qui lui est fondamentalement étranger afin de confirmer son propre statut de membre de "l’axe du bien" et de redorer un peu son blason, risque non seulement d’exacerber les clivages au sein de la France, mais aussi de participer encore un peu plus à la déchirure de l’Europe…

Quelle est la logique, la stratégie qui peut découler de telles déclarations ? Dans l'optique de contrer la montée des populismes, que peut espérer François Hollande ? Espère-t-il que la croissance reparte et octroie un meilleur pouvoir d'achat aux électeurs du Front national, par exemple ?

Certes, la crise politique actuelle comporte des aspects économiques, et il est clair qu’une Europe plus à l’aise économiquement et, surtout, avec une vision plus optimiste du futur aura peut-être moins tendance à voter pour des groupements politiques dits "populistes" peu expérimentés sur le terrain et proposant souvent des solutions simplistes, voire dangereuses. Mais il ne faut pas oublier que l’augmentation du pouvoir d’achat ne s’obtiendra pas en signant deux ou trois décrets en fin de mandat : depuis des années, voire des décennies, la misère actuelle s’est préparée par la délocalisation, la désindustrialisation, l’augmentation de la dette, l’acceptation du chômage, la déconstruction de l’État social, le refus de parler du déclin démographique et du vieillissement de la population, et avant tout du démantèlement de l’État face à la puissance des "marchés".

Et la vraie tragédie réside dans le fait que l’opinion publique, profondément clivée et fonctionnant, notamment par le biais des médias sociaux, en vase clos, soit devenue désormais imperméable face à toute "vraie" réalité. Ainsi, les adhérents de l’ultralibéralisme resteront toujours convaincus, statistiques à la main, que nous sommes proches du but de la société multiculturelle libérale idéale et que "tout va très bien", alors que les électeurs "populistes", qui disposent de leurs propre analyse des chiffres, ont tellement intégré le discours et la logique du "déclin", qu’ils ne voteront pas en profit de leur statut économique réel, mais de leur peur du futur, même (et peut-être surtout) s’ils ne proviennent pas, comme on essaye si souvent de le faire croire, des rangs des "perdants", mais plutôt des classes moyennes.

Pour ce qui est de François Hollande, sans doute espère-t-il pouvoir "surfer" sur la vague de la victoire (tout de même fort relative, car assez serrée) de la coalition anti-populiste autrichienne pour insuffler aux Français en général, et au PS en particulier, la conviction qu’une victoire du FN est tout sauf certaine. Néanmoins, je ne suis pas sûr qu’il ait rendu un véritable service à son parti en tentant d’adoucir son propre échec politique par son association dévote au vainqueur politique autrichien : François Hollande est devenu à un tel point le symbole de l’impasse politique non pas d’un parti, mais de tout un système institutionnel, qu’il risque, par sa propre prise de position dans notre dualisme politique actuel, non pas de fédérer, voire élever, mais plutôt de disqualifier tous ceux qui s’opposent à Marine Le Pen…

Les élites ne font-elles pas fausse route lorsqu'elles tentent d'expliquer et d'analyser la montée des populismes à travers leurs propres cadres de réflexion et de pensée ? Que faudrait-il pour changer ce paradigme ?

C’est surtout la notion "d’expliquer les choses" qui me dérange dans notre logique politique actuelle, bien qu’elle soit hautement révélatrice de la situation dans laquelle nous nous trouvons. En effet, par le renforcement de la démocratie représentative, la sacralisation des "partis" politiques, la multiplication des contrepouvoirs et, finalement, la délégation du pouvoir à des corps politiques internationaux déconnectés de toute réelle base électorale et téléguidés par les lobbies de l’économie, notre système politique s’est à un tel point éloigné des idéaux athéniens d’une démocratie directe que nous avons finalement échangé la démocratie pour l’oligarchie, voire la ploutocratie. Aujourd’hui, le gouvernement ne se fait plus par, mais pour le peuple, et l’élite politique ne se considère plus comme faisant partie du peuple, mais comme caste à part qui doit s’abaisser, parfois, quand il le faut, à "expliquer" les "réalités complexes" du pouvoir à cette masse que l’on a cessé depuis longtemps de considérer comme citoyenneté, et que l´on ne trouve plus désignée généralement qu’en tant que "population" ou, encore pire, "les gens".

Comment s’étonner que les citoyens désertent les partis politiques établis et rejoignent les rangs de partis ouvertement hostiles aux institutions traditionnelles, alors que les élites politiques elles-mêmes sont les premières à exprimer ouvertement leur dédain pour les notions de base de la démocratie, comme, par exemple, un John Mayor, qui explique, en toute impunité, que "la tyrannie de la majorité ne devrait pas s’exercer dans une démocratie", où une Angela Merkel, qui déplore que les citoyens de l’ancienne RDA aient osé se dissocier du pouvoir communiste par l’adoption de la fameuse devise "Wir sind das Volk" ("C’est nous, le peuple !"), ou un Jean-Claude Juncker, qui clame haut et fort qu’il "ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens", dont il résume d’ailleurs l’esprit de manière suivante : "D’abord, nous décidons quelque chose, puis on le lance publiquement. Ensuite, nous attendons un peu et nous regardons comment ça réagit. Si cela ne fait pas scandale et ne provoque pas d’émeutes, parce que la plupart des gens  ne se sont même pas rendu compte de ce qui a été décidé, nous continuons pas à pas, jusqu’à ce qu’aucun retour ne soit possible…" ?

Ainsi, le débat politique entre citoyens défendant divers intérêts et visions politiques se transforme en un genre d’effort "didactique" pour expliquer aux braves gens pourquoi il est de leur devoir, même s’ils n’y comprennent rien, de continuer à voter pour un système politique en dépit de son échec manifeste. Et le pire dans tout cela : au lieu d’oser désigner les nombreux enjeux de notre société par leur nom et de mener un débat à la fois pragmatique et honnête, on tente de camoufler la réalité par des mots fourre-tout, où le "libéralisme" cache le triomphe des marchés, la "compétitivité" la tiers-mondialisation de notre continent, la "démocratie" la technocratie des institutions internationales, le "pacifisme" le refus de défendre les intérêts de l’Europe sur le plan international, le "multiculturalisme" la ghettoïsation ethnique, la "solidarité" le renflouement des spéculateurs par de l’argent du contribuable, et "l’ouverture" - mot si cher à François Hollande - l’immigration incontrôlée causée par l’échec de la politique méditerranéenne de l’Union européenne depuis des décennies… Serait-ce encore vraiment possible de changer de paradigme politique sans devoir passer d’abord par une longue phase de paralysie politique induite par l’affrontement entre partis "traditionnels" et "populismes", puis par une période de guerre civile latente ou ouverte qui couve déjà depuis des décennies ? J’en doute.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 07/12/2016 - 11:49
Bien cachés derrière l'écran de leur ordinateur
Excellente lecture pour les ''papys de droite d'Atlantico'' ! Malheureusement, leur seul critère de jugement, ce sont les dividendes de leur portefeuille boursier, indispensables pour maintenir leur niveau de vie. Ne leur parlez pas de la situation de l'Occident, du bonheur de leurs concitoyens ! Tout cela, ''C'est de la politique''. Le mot ''Fraternité'' ne fait pas partie de leur vocabulaire. Nous avons ici régulièrement des ''Papys-Tarzan'' qui viennent nous affirmer, bien cachés derrière l'écran de leur ordinateur, qu'eux, ils sont les ''Grands vainqueurs de la Lutte pour la Vie''. Et ils nous proposent ''l'exemple allemand''…. ou même chinois !
Deneziere
- 07/12/2016 - 09:01
Ah et j'oubliais...
Le libéral gagne du fric pour lui, mais n'a pas de prévention quant à en faire profiter les autres. Le social-populo ne fait que dépenser le fric des autres.On feint d'oublier que le projet économique de bolcho, facho et populo est en fait du socialo-étatisme. S'agissant de la France, cela revient à continuer à accélérer alors qu'on a déjà heurté le mur. Et on s'étonne de patiner.
Deneziere
- 07/12/2016 - 08:53
Que d'amalgames fautifs...
Un point de vue pas antipathique, mais entaché d'erreurs et d'amalgames dont se délectent les popus. Corrigeons. Le libéralisme, ce n'est pas l'immigrationnisme. Le libéral ne demande pas la discrimination positive, ne sacralise pas le droit du sol, ne lutte pas contre les reconduites à la frontière, ne demande pas le laxisme judicaire, n'accepte plus les signes religieux quand ils deviennent une revendication agressive visant à limiter la liberté des autres. Le libéral ne trouve rien de particulièrement positif (ni négatif) au multi-culturalisme; il ne l'encourage donc pas. Le libéral n'est pas contre la protection sociale dès lors qu'elle ne déresponsabilise pas. Le libéral est enclin à la démocratie directe, mais en connait les limites s'il a deux sous de culture politique.