En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Avortement
Et maintenant voilà le droit de ne pas être culpabilisé ? Le Conseil d'Etat censure une vidéo d'enfants atteints du syndrome de Down ET heureux
Publié le 05 décembre 2016
Cette censure du Conseil d'Etat, en date du 10 novembre, témoigne de la pression qui s'exerce sur la liberté d'expression en France dès lors qu'elle déplaît au politiquement correct.
Béatrice Stella est cofondatrice et initiatrice de l’association Paroles de Catholiques.Elle est également cofondatrice de l’Union des Familles en Europe et ancienne présidente de l’association.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Béatrice Stella
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Béatrice Stella est cofondatrice et initiatrice de l’association Paroles de Catholiques.Elle est également cofondatrice de l’Union des Familles en Europe et ancienne présidente de l’association.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette censure du Conseil d'Etat, en date du 10 novembre, témoigne de la pression qui s'exerce sur la liberté d'expression en France dès lors qu'elle déplaît au politiquement correct.

Deux actualités récentes soulèvent la question du déni de liberté d’expression. Toutes les deux traitent du droit à l’IVG. Ce n’est pas un hasard. Derrière ces sujets, se cache difficilement un changement de morale, un totalitarisme de la pensée du Nouveau Camp du Bien.

Une société totalitaire. Un combat pour s’en libérer : c’est l’acte de naissance de la "liberté d’expression". C’est ainsi que l’évoquait Voltaire : “Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire”.  Nous devrions être vigilants, le totalitarisme s’invite en France.

Première actualité : le Conseil d’Etat vient de rendre son verdict. Il approuve la censure exercée par le CSA  sur le clip "Chère future maman". En 2014, les chaines de télévision TF1, M6, Canal+ et D8 avaient diffusé ce clip qui montrait des personnes trisomiques témoignant qu’elles sont aptes à être heureuses et à rendre heureux leur entourage. Il faut savoir qu’en France, 94 % de ceux qui sont diagnostiqués porteurs de trisomie in utero, en France, sont avortés. Les arguments qui, nous dit-on, justifient cette censure sont les suivants :

- il est inapproprié de parler de cela, car cela peut générer chez certaines personnes un manque d’adhésion au message véhiculé;

- l’expression de personnes trisomiques devrait se faire dans le cadre d’émissions spécifiques et de façon "encadrée";

- le message n’est pas d’intérêt général.

Bien sûr, tout un chacun peut facilement trouver un argument contraire en face de ces pauvres raisons : plein de messages véhiculés par la télévision contredisent quotidiennement bien des sensibilités, ce n’est pas nouveau, quelle censure acceptable pourrait-on appliquer pour aller contre ça ? Et puis pourquoi une personne trisomique devrait ne s’exprimer que dans le cadre d’émissions spécifiques ? Pourquoi pas aussi les footballeurs, les reines de beauté, les politiciens ou les roux pendant qu’on y est ? Quant à l’intérêt général, on sait bien que ce n’est pas ce qui caractérise l’intégralité exhaustive des diffusions cathodiques...

Deuxième actualité : le vote en première lecture à l’Assemblée nationale de la proposition de loi visant à pénaliser les sites internet de "désinformation" sur l’IVG. "Ces sites n’ont pas droit à la liberté d’expression, car la liberté d’expression ne peut se confondre avec la manipulation des esprits", explique la ministre Laurence Rossignol.

Là aussi, on aurait tendance à se dire : revoyez un peu vos arguments, ils sont trop faciles à contrer. Quand on nous dit qu’en mangeant 5 fruits ou légumes par jour, on sera en pleine forme, c’est pas de la manipulation ça ? Parce que le message n’est pas complet, s’il l’était, on nous dirait qu’il faut manger aussi plein d’autres choses qui nous apportent d’autres vitamines ou nutriments indispensables – mais attention, pas d’excès ! – qu’il  faut aussi faire du sport, et puis il ne faut pas fumer, et aussi regarder où on marche au cas où on glisserait sur une peau de banane … Bref, tout message télévisuel de ce type est forcément elliptique et peut être qualifié de manipulateur. Trop simpliste.

En réalité, ce qu’on voulait nous dire, c’est qu’en parlant de syndrome post-avortement, les sites en question cherchent à tromper les femmes, parce qu’il paraît que ça n’existe pas. Quantité d’autorités médicales mondialement reconnues ont fait des observations et études sur le sujet, mais apparemment ça ne compte pas. Ces braves gens travaillent sur quelque chose qui n’existe pas, que voulez-vous qu’on vous dise ? Des idiots sans doute. Qui manipule l’autre ? C’est le serpent qui se mord la queue.

Liberté d’expression, c’est une espèce de formule qui ne veut plus rien dire. On la brandit quand ça nous arrange, et on la piétine quand ça nous arrange.

Le fond de l’histoire, c’est la morale qu’on a envie d’imposer.

Ce qu’on reproche à l’un ou l’autre des deux sujets de l’actualité, c’est de vouloir discuter d’un tabou qui pèse lourdement sur la société française, celui de l’IVG. On a bien vu que c’était un épouvantail agité sans état d’âme par les politiques pour dire : attention les réactionnaires sont de retour, parfois sous la forme d’un crypto-réactionnaire, méfiez-vous !

Pourquoi est-ce que c’est un tabou ? Parce qu’on aimerait bien que l’IVG soit aussi simple à faire qu’une réduction mammaire (oh pardon, en fait, mauvais exemple, pour une réduction mammaire, on doit observer un délai de réflexion, ce qui n’est plus le cas de l’IVG)…

Le petit film des personnes trisomiques, s’il ne s’était pas intitulé "Chère future maman", aurait peut-être été toléré, nous dit-on, si par exemple il s’était intitulé "Chers futurs parents" car là, on aurait eu la stigmatisation de la femme en moins dans le problème qu’il pose. Allons, honnêtement, il faut dire que cela n’aurait pas suffi pour plein de gens. L’important est que l’IVG ne puisse jamais être considéré comme un choix négatif de quelque façon que ce soit. C’est ça, la position du Nouveau Camp du Bien. Et elle sera assénée de gré ou de force, sans laisser à celui qui ne la partage pas la moindre possibilité de n’émettre ne serait-ce qu’une réserve. Cet acharnement à museler toute nuance révèle en fait une grosse faiblesse : si les choses étaient à ce point évidentes sur cette question, laisser parler librement ne devrait pas faire bouger beaucoup les lignes. Pourquoi ne veut-on pas prendre le risque d’une contradiction, si minime soit-elle ? Parce qu’on a peur qu’une petite brèche fasse écrouler le mur entier. Un aveu de faiblesse, voilà ce que cela indique.

Cela indique aussi une vision particulière du public. Le public est, par définition, dans cette hypothèse, une personne stupide, incapable de raisonnement, facilement impressionnable. Quelqu’un qui doit recevoir des messages simplistes pour ne pas trop l’embrouiller. Un aveu de mépris du public, voilà aussi ce que cela indique. Et la perspective d’une télé ne diffusant plus que Oui-Oui, pour être sûre de ne pas aller trop loin dans le conditionnement du public.

Pourquoi en arriver là ? Pourquoi la France, qui fait la morale au monde entier sur les "droits de l’homme", veut-elle à tout prix censurer le débat ? Elle se tire une balle dans le pied en avouant qu’elle en a peur. Le Washington Post s’en émeut, et même jusqu’au Wall Street Journal. Il faut dire aussi, que sous la même gouvernance, on arrive à obtenir de museler avec la dernière énergie les sites internet sur l’avortement, mais pas ceux qui diffusent la propagande terroriste, cherchez l’erreur…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cash investigation : poursuivi par Elise Lucet, un patron s'enfuit en courant
02.
Prime exceptionnelle de fin d’année : comment Emmanuel à Macron a (nettement) privilégié son électorat sans le vouloir
03.
Grand débat : ce vent de bêtise qui siffle sur nos têtes
04.
Iran-États-Unis : la tension est à son comble
05.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
06.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
07.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
04.
Brûler l’ENA ? Pour la reconstruire plus belle encore?
05.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Septentrionale
- 06/12/2016 - 11:25
L'être humain sous contrôle du socialisme
Le national socialisme et l'international socialisme ont fondé leur idéologie sur l'eugénisme. L'Homme Nouveau sous emprise ne peut que sortir du Camp du Bien et du Beau auto-proclamé universel. J'ai vécu fin des années 80 début 90 en Ecosse. Sur la BBC il y avait une émission régulière et il me semble quotidienne sur le quotidien, sans tabou, de la vie des handicapés. Les Britanniques n'ont jamais eu une approche socialiste de l'être humain. Cela m'avait fait découvrir , à mon grand étonnement, que mon ouverture d'esprit français "humaniste" avait été entretenue, par omission, par le non-dit, dans une carence intellectuelle envers toutes les dimensions humaines.
Anouman
- 05/12/2016 - 20:43
Liberté d'expression
Il y a des problèmes largement plus importants en matière de liberté d'expression qu'un documentaire qui n'intéresse pas grand monde. Mais c'est vrai qu'on devrait pouvoir passer ce genre de sujet sans que le conseil d'état d'en mêle.
Mais l'IVG n'est ni un choix positif ni un choix négatif, c'est un choix et il ne concerne que les intéressées.
zouk
- 05/12/2016 - 12:45
Interdiction d'un documentaire montrant des enfants trisomiques
De plus, ce documentaire les montre heureux! Grâce à l'amour de leurs parents, quel scandale! Nos esprits sont vraiment dévoyés et le Conseil Constitutionnel de sévir! La dictature de Mai 68: jouissez librement, en pleine irresponsabilité.... quelle débâcle nous attend!