En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

03.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

07.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 39 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 51 min 8 sec
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 2 heures 24 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 2 heures 39 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 2 heures 59 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 3 heures 26 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 3 heures 41 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 4 heures 58 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 5 heures 52 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 6 heures 13 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 49 min 40 sec
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 1 heure 21 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 2 heures 28 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 2 heures 52 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 3 heures 21 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 3 heures 31 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 4 heures 5 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 5 heures 32 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 5 heures 57 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 21 heures 18 min
© Reuters
© Reuters
Entretien

Chahdortt Djavann : "Voiler les adolescentes et les femmes était un préalable indispensable pour amorcer la réislamisation massive de la jeunesse issue de l’immigration musulmane"

Publié le 09 décembre 2016
A l'occasion de la sortie de son dernier ouvrage, Chahdortt Djavann revient sur les dangers que représente à ses yeux la propagation de l'idéologie islamique dans la société française.
Chahdortt Djavann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chahdortt Djavann, romancière et essayiste, est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages, notamment Bas les voiles ! (Gallimard, 2003), La muette (Flammarion, 2008), Je ne suis pas celle que je suis (Flammarion, 2011), La dernière séance (Fayard, 2013), Big...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion de la sortie de son dernier ouvrage, Chahdortt Djavann revient sur les dangers que représente à ses yeux la propagation de l'idéologie islamique dans la société française.

Atlantico : Dans votre dernier ouvrage, Comment lutter efficacement contre l'idéologie islamique, vous alertez sur la menace que représente l'idéologisation de l'islam pour la société française qui "transforme les plus ardents de ses adeptes en chair à ceinture explosive". Que vous inspirent les différentes initiatives prises par les pouvoirs publics pour lutter contre la radicalisation, phénomène mis en lumière depuis les attentats ? Selon vous, que reste-t-il à effectuer pour être plus efficace ?

Chahdortt Djavann : Après plusieurs années de  "déradicalisation" entreprise notamment à l’initiative de Dounya Bouzar, par ailleurs très controversée, la situation s’est aggravée. C’est un fait. Et je ne suis pas la seule à constater qu’il y a eu non seulement des fautes d’appréciation, de traitement, mais surtout des erreurs de diagnostics. Il ne s’agit pas d’une dérive sectaire de l’islam, comme l’affirme Dounya Bouzar, mais de l’idéologisation de l’islam. Invitée à La matinale de France Inter, et dans l’émission On n’est pas couché, la réalisatrice du film Le ciel attendra, disait que Dounya Bouzar était sa conseillère. Léa Salamé sur France Inter et Vanessa Burggraf dans On n’est pas couché ont conclu et asséné :  "Ce qui est bien dans le film, c’est que vous montrez que ça peut arriver à n’importe qui. N’importe qui peut se radicaliser". Vraiment ? N’importe qui peut se radicaliser ? Comme s’il s’agissait de s’enrhumer. Si c’est vraiment le cas, la guerre contre les djihadistes est perdue d’avance ! Eh bien, les recruteurs de djihadistes ne pouvaient espérer de meilleures directrices de marketing que la journaliste star de France Inter et la journaliste du talkshow le plus regardé. Ce genre d’affirmation dans les médias est très dangereux. La petite musulmane endoctrinée et tentée par la radicalisation va se dire : tout le monde se radicalise, même les petites Françaises de souche, qu’est-ce que j’attends alors ?

Quand l’ignorance et l’arrogance se mélangent, le résultat peut être catastrophique. Avoir juste un ton péremptoire ne suffit pas, il faut aussi avoir une tête qui pense ! "N’importe qui peut se radicaliser" est une conclusion établie par Dounya Bouzar à partir de quelques exceptions. C’est une affirmation fausse et dangereuse qui présente des cas exceptionnels comme une généralité, et qui, du coup, contribue à les répandre. Cette méthode a encouragé la radicalisation, la même méthode a été utilisée par les idéologues de l’islam pour généraliser le voile depuis une vingtaine d’années. Pour lutter efficacement contre la radicalisation, il faut lutter contre l’idéologie qui la sous-tend. Il faut attaquer le système islamiste. Il faut lutter contre la réislamisation des enfants, des adolescents. Il y a des gamins et des gamines dans les écoles qui revendiquent, non sans agressivité : "c’est écrit dans le Coran et il faut obéir" ; eh bien, certains de ces enfants, à l’issue de mauvaises rencontres, peuvent se radicaliser rapidement.  Le combat préventif et pédagogique a été ignoré depuis deux décennies, et le champ a été laissé à des imams, des idéologues, des "spécialistes" au double langage qui ont endoctriné les enfants et les adolescents.   

Vous affirmez également : "Des jeunes ne se radicaliseraient pas s’ils n’y avaient pas été préparés, prédisposés et si, pendant des mois, des années, un imam, un éducateur, un grand frère, un idéologue, un islamologue ne leur avait chuchoté à l’oreille que la solution est l’islam (…) Avant la radicalisation, il y a l’islamisation". Pourtant, les auteurs des attentats du 13 novembre ou de Nice ne s'étaient pas islamisés pendant de longues années. Des chercheurs comme Olivier Roy ont ainsi montré que le passage à l'acte de ces jeunes relevait avant tout d'un désir de radicalité nihiliste et non d'une radicalisation de l'islam. Si les assassins de Paris et Nice sont des djihadistes, peut-on vraiment les qualifier de djihadistes islamiques ? Est-ce vraiment contre l'idéologie islamique qu'il faut lutter si l'on veut empêcher que de nouveaux attentats frappent la France ? 

Tout d’abord, Olivier Roy n’a rien montré, il a lancé une hypothèse qui est fausse. Parler de radicalité nihiliste, c’est nier la radicalisation de l’islam, nier l’idéologisation de l’islam à l’échelle mondiale. C’est nier la réalité. Je n’ai pas écrit que les gens qui ont commis des attentats avaient été islamisés depuis des années. Ça peut être le cas, comme ça peut ne pas être le cas. Ce que j’ai écrit, c’est que le travail de l’islamisation, ou plutôt de ré-islamisation de l’ensemble d’un quartier, d’une banlieue, d’une cité, d’un environnement entrepris depuis plus de vingt ans permet aujourd’hui, parfois, la radicalisation très rapide des jeunes et des adolescents. Il faut rappeler quand même qu’il s’agit d’une toute petite minorité, même si effectivement c’est une minorité non négligeable. 

Vous pointez notamment des "mécanismes sournois" à l'origine de la diffusion de l'idéologie islamique. A quoi faites-vous référence concrètement ? Comment distinguer l'islamophobie avancée par les promoteurs d'une islamisation de la société que vous dénoncez de l'islamophobie réellement vécue par la communauté musulmane qui accentue les fractures au sein de la société ?

Je donne plusieurs exemples de ces "mécanismes sournois". La généralisation dans la société des dix piliers de l’idéologie islamique que j’identifie et analyse dans le livre font partie de ces mécanismes.  En 2003 et 2004, à propos de la loi contre les signes ostentatoires à l’école, on a répété : "ça va stigmatiser la communauté musulmane !", comme s’il existait une communauté monolithique qui adhérait dans sa totalité au port du voile. Alors qu’on sait que la grande majorité des musulmans en 2003-2004 était contre le port du voile. Les idéologues de l’islam lancent des formules justement pour que les médias les reprennent, en l’occurrence afin de faire exister cette communauté monolithique qui inclurait tous les dits "musulmans" sans exception. Le but était de faire exister cette communauté dans l’inconscient collectif des non musulmans alors qu’elle était inexistante dans la réalité, tout en incitant les jeunes issus des familles musulmanes à donner corps à cette communauté. Donc cette formule, "ça va stigmatiser la communauté musulmane", pensée, inventée, par les idéologues, puis répétée par les "idiots utiles" et les médias, a eu deux conséquences perverses et très dangereuses et a contribué à fracturer la société. D’autres exemples existent dans mon livre. Certains journalistes, souvent, ne mesurent pas la portée des phrases qu’ils répètent.

Quant à l’islamophobie, j’explique, preuve à l’appui, où et comment cette formule est née. Il est temps, tout simplement, de bannir ce mot de notre vocabulaire. C’est un mot en soi fasciste ! Personne n’a utilisé  le mot christianophobie pour incriminer tous ceux qui critiquent le conservatisme de certains chrétiens. Les bouffeurs de curés n’ont jamais été accusés d’être christianophobes.   

Vous accordez également une place importante au voile, auquel vous aviez déjà consacré plusieurs ouvrages. De quels dysfonctionnements dans la société ce retour de la religiosité est-il révélateur ? Par ailleurs, en quoi le port du voile ne peut-il être comparé au port de la croix, ou à la main de fatma ?

Garçons et filles, femmes et hommes peuvent porter la croix ou la main de Fatma au cou, qui font référence à des personnages religieux et à la foi chrétienne ou musulmane.  Il s’agit d’un ornement, alors que le voile est réservé à la gente féminine. Sur le plan religieux, historique, anthropologique, social et juridique, il a des significations, des fonctions et une portée qui structurent la société islamique. Le voile concrétise, matérialise l’apartheid sexuel ainsi que l’infériorité des droits féminins… Il est le symbole de l’idéologie islamique. Le drapeau de l’islamisme, de l’Oumma.

Je montre aussi pourquoi voiler les adolescentes et les femmes était un préalable indispensable pour amorcer la réislamisation massive de la jeunesse issue de l’immigration musulmane, en empêchant cette dernière d’être intégrée totalement par l’Occident impie. Justement, pour créer enfin une communauté musulmane qui serait antioccidentale. La méthode de réislamisation en Occident est identique à celle utilisée dans les pays musulmans, comme l’Iran, l’Algérie, le Maroc, la Tunisie…, car elle opère, avant tout, sur la jeunesse musulmane. 

Vous vous attaquez également aux arguments mis en avant par les femmes portant le voile : "'C’est ma culture ! ', proclament les naïfs, et plus encore les naïves, qui, si ils ou elles la connaissaient vraiment et avaient un peu de bon sens, prendraient leurs jambes à leur cou pour lui échapper". Comment donner l'occasion aux musulmans de pratiquer leur foi tout en maintenant la cohésion de la société ? Ce que vous préconisez en matière de croyances (la tolérance, la liberté) ne peut-il s'appliquer à la culture ?

Il ne faut pas oublier que la culture, au sens anthropologique du terme, est totalisante. Sous ce que l’on appelle le trait culturel, parfois se cachent des pratiques barbares. En outre, pratiquer sa foi ne veut pas dire imposer les dogmes moyenâgeux dans l’espace public. La pratique de la foi est distincte de l’obéissance aux dogmes religieux qui se veulent au-dessus des lois démocratiques. Aucun des cinq piliers de l’islam n’exige une pratique ostentatoire. On peut très bien pratiquer sa foi musulmane chez soi. Je pense que pour pouvoir vivre en paix, il est temps d’affirmer que la foi, comme la sexualité, relève de l’intimité et se pratique dans l’intimité. Et quant à la tolérance, comme le disait Claudel, "il y a des maisons pour ça !" 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 04/12/2016 - 16:09
Encore une qui ne connaît rien à l'Islam
Cette femme n'a strictement rien compris à l'islam.
Alors que nous avons en France de très grands spécialistes hautement diplômés ès mahometanisme qui en jactent intelligemment dès qu'on leur tend le crachoir.
Olivier62
- 04/12/2016 - 15:49
On n'évoque jamais le fond du problème
Et qui est tout simplement la religion musulmane elle-même. C'est quand même extraordinaire que ce soit la seul à connaître une dérive terroriste massive et constante dont on constate les effets tous les jours ! Cela s'explique par la structure même du message coranique qui est en soi un appel constant et explicite à l'intolérance et à la violence. Pour un musulman, vivre en paix avec un non-musulman est en soi une trahison du Coran, qui dit justement qu'il faut lui faire la guerre ! Cela dit il est vrai que le problème religieux s'ajoute au problème identitaire et culturel des jeunes issus de l'immigration maghrébine, qui ne se voient pas et ne se verront jamais comme français (beaucoup se marient et font leur service militaire en Algérie). Il y a également un problème économique et d'éducation qui marginalise ces populations -mais c'est en grande partie de leur faute. Nos politiciens ont (sciemment ?) créé un problème insoluble et colossal avec l'immigration.
vangog
- 04/12/2016 - 12:33
Les responsables: l'Education, la Justice et les medias!
À "Il faut obéir car c'est écrit dans le coran, les enseignants modernes, patriotes et débarrassés de leur encadrement écolo-trotskyste devront substituer "il faut obéir car c'est la loi républicaine!", et je peux vous dire que les petits arabes importés obéiront lorsque les patriotes auront rendu leur pouvoir aux Français! Même chose dans la Justice débarrassée de ses idéologies gauchistes, et dans les medias débarrassés des petits syndicalo-trotskystes de l'AFP et de France-télévision (regardez les éloges de FR3 pour le fasciste cubain et vous comprendrez où se niche le germe du crime contre la république....