En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

05.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

06.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

07.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 9 heures 36 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 10 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 11 heures 37 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 13 heures 9 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 14 heures 33 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 16 heures 31 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 17 heures 6 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 17 heures 54 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 19 heures 15 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 19 heures 39 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 9 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 11 heures 15 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 12 heures 40 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 13 heures 57 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 16 heures 14 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 16 heures 55 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 17 heures 15 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 18 heures 38 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 19 heures 34 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 19 heures 43 min
Bonnes feuilles

En Afghanistan, on sait aussi faire des films excellents

Publié le 03 décembre 2016
Gilles Tourman pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Tourman est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»

CINEMA

WOLF AND SHEEP 

Afghanistan/France/ Danemark/Suède. Couleur. Chronique afghane de Shahrbanoo Sadat.  Avec Sediqa Rasuli, Qodratollah Qadiri, Ali Khan Ataee, Amina Musavi, Sahar Karimi, Masuma Hussaini, Said Mohammad Amin Naderi, Zekria Khoda Dadi, Ali Khan Ataee, Haji Ahmad Darvishi, Abdul Wahed Ahmadi.

La réalisatrice

Née à Téhéran en 1990 (elle a donc 26 ans !), scénariste et réalisatrice, Shahrbanoo Sadat vit à Kaboul où, à partir de 2009, elle étudie la réalisation au documentaire à “l’Atelier Varan”. Elle réalise alors son tout premier court-métrage, A Smile for life. Elle étudie parallèlement le cinéma à l’Université de Kaboul et travaille comme productrice pour Tolo TV. 

En 2011, sort son premier court-métrage de fiction, Vice Versa One, sélectionné d’emblée à la Quinzaine des Réalisateurs de Cannes. 

En 2013, elle crée sa société de production “Wolf Pictures”, toujours à Kaboul et co-réalise un moyen-métrage autour de l’identité, Not At Home, sélectionné au IFFR – Festival international du film de Rotterdam, en 2014. Après un dernier court, Who wants to be the wolf ?, elle produit et réalise ce premier long-métrage de fiction, Wolf and Sheep, dont elle avait développé le projet à la Cinéfondation, résidence du Festival de Cannes, en 2010. Elle avait alors 20 ans et était la plus jeune auteure jamais sélectionnée dans cette résidence. 

Wolf and Sheep a reçu le Prix international des cinémas d’Art et essai – Cicae.

Thème

Dans un village perdu au fin fond des montagnes afghanes, chacun reprend ses occupations après l’enterrement du père du jeune Qodrat : discussions pour les hommes, confection des galettes de crottin qui serviront à la cuisson du pain et préparation du repas pour les femmes. Les enfants, eux conduisent ovins et caprins sur les hauteurs, filles d’un côté jouant aux mariées, commentant les dernières nouvelles du village et fumant en cachette ou se faisant peur à coups de superstitions comme celle de la protectrice Fée verte et des intrusions nocturnes du Loup Kashmir… Garçons de l’autre, fabriquant leurs frondes pour chasser les loups et s’entraînant à tirer après avoir choisi leurs cailloux. 

Ostracisée, car réputée maudite, Seqida, 11 ans, se rapproche de Qodrat dont la mère envisage de se remarier. Mais la guerre rôde autour de cette petite communauté coupée du monde qui vit ses heurs et malheurs au rythme de ses traditions millénaires…

Points forts

- La première qualité de cette chronique, c’est bien évidemment de nous venir d’Afghanistan et de nous en montrer un visage bien éloigné de ce que nous en transmettent les infos depuis le 11 septembre 2001. On y retrouve le dépaysement via ses paysages grandioses et l’âpreté de la vie de ses habitants, rappelant ceux décrits par Kessel dans  “Les cavaliers” (1967). Ici, c’est le bêlement des troupeaux, le cri des loups, le quotidien rituellique des habitants (une trentaine d’âmes, enfants compris) qui rythment l’existence.

On doit cette authenticité quasi documentaire au fait que Sharbanoo Sadat (26 ans) a vécu sur place 7 ans et extrait son récit de ses souvenirs personnels ainsi que du journal intime de son meilleur ami de  l’époque.

- L’autre qualité, c’est sa mise en image : lumière crue, splendeur de certains plans comme celui -sublime !- de cet homme que le hurlement d’un loup sort de sa prière devant sa lampe à pétrole à la nuit tombante. Et quand le retour à la modernité survient, on se souvient en une fraction de seconde du shtetl d’Anatevka (Un Violon sur le Toit) que le laitier Tevye doit précipitamment quitter avec les habitants pour échapper au pogrom annoncé… On s’en trouve saisi. La claque est violente. Et le message devient planétaire.

Points faibles

Comme l’auteur de ces lignes le souligne souvent au sujet de ce style d’œuvre, il faut accepter son “non rythme” qui épouse celui du milieu rural, et pas seulement afghan. C’est le prix à payer pour s’en approprier la profondeur et ressentir le poids et le hors temps des traditions qu’on peut littérairement rapprocher de ceux du Matteo Falcone de Prosper Mérimé ou de Regain de Jean Giono.

C’est ce même souci de prévention qui fait inscrire dans cette rubrique quelques maladresses vénielles de réalisation.

En deux mots

Découvrir un jeune talent et des contrées méconnues voire inconnues est toujours un privilège. Ce dernier demande une forme d’exigence notamment de nous sortir de nos zones de confort. Parfois, c’est un risque que l’on regrette d’avoir pris, ici ça débouche sur un spectacle beau à tous égards, y compris avec ses imperfections. Encore une fois, Shahrbanoo n’a que 26 ans et elle travaille dans des conditions qui méritent qu’on l’encourage tout en lui tirant notre chapeau.

Une phrase

“Ma volonté de faire le portrait d’un Afghanistan complexe me distingue de mes compatriotes cinéastes, mais cela ne me gêne plus. Je veux débarrasser mon pays des clichés et montrer à quel point sa culture est riche, au moyen d’images encore inédites”. (Shahrbanoo Sadat)

Recommandation

EXCELLENT

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires