En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

03.

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

04.

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

05.

Bilan du tourisme français : bienvenue à Corona-beach, entre 30 et 45 milliards d’euros de pertes pour la saison 2020

06.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

07.

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

03.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

06.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
VRAIMENT ?
Selon Poutine, la Russie aurait développé le "premier vaccin" contre le coronavirus
il y a 15 min 51 sec
pépites > France
ATTAQUE ARMÉE
Niger : qui étaient les victimes ?
il y a 57 min 57 sec
décryptage > Economie
ASSURANCES

L’autre test du Covid : les assurances seront-elles à la hauteur des promesses d’indemnisation de leurs polices face aux dégâts de l’épidémie

il y a 2 heures 45 min
décryptage > International
DOSSIER LIBANAIS

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

il y a 3 heures 16 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Bilan du tourisme français : bienvenue à Corona-beach, entre 30 et 45 milliards d’euros de pertes pour la saison 2020

il y a 3 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 15 heures 19 min
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 16 heures 8 min
light > Société
L’Amour aux temps du coronavirus
Les couples binationaux séparés par la pandémie de coronavirus vont pouvoir enfin se retrouver
il y a 17 heures 9 min
pépites > International
Violence de la catastrophe
Les explosions du port de Beyrouth ont formé un cratère de 43 mètres de profondeur
il y a 18 heures 38 min
light > Media
Loi sur la sécurité nationale
Hong Kong : la figure prodémocratique Jimmy Lai a été arrêtée, ses journaux perquisitionnés
il y a 21 heures 13 min
pépites > France
MOUVEMENT DE FOULE
Cannes : crise de panique après une rumeur de fusillade
il y a 32 min 59 sec
pépite vidéo > International
NIGER
Six humanitaires français tués au Niger
il y a 1 heure 27 min
décryptage > Santé
PANDÉMIE ET INSÉCURITÉ

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Style de vie
ALIMENTATION

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

il y a 3 heures 30 min
décryptage > Politique
LIBAN ET BIÉLORUSSIE

L’Europe face au dilemme biélorusse

il y a 4 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 15 heures 43 min
pépites > International
Renouveau ?
Explosions à Beyrouth : le Premier ministre libanais, Hassan Diab, annonce la démission de son gouvernement
il y a 16 heures 41 min
light > Insolite
"Photo souvenir"
Allemagne : il fait un doigt d’honneur à un radar, son amende est multipliée par 75
il y a 17 heures 45 min
pépites > Santé
Pouvoir d'achat
Covid-19 : le prix des masques devrait fortement baisser à la rentrée
il y a 19 heures 1 min
pépites > Politique
Bras de fer démocratique
Biélorussie : la candidate d'opposition Svetlana Tikhanovskaïa demande à Alexandre Loukachenko de céder le pouvoir
il y a 22 heures 8 min
La vision de François Fillon, qui s'inspire des pistes insufflées par d’authentiques libéraux, propose de réels changements.
La vision de François Fillon, qui s'inspire des pistes insufflées par d’authentiques libéraux, propose de réels changements.
Liberté chérie

Fillon vainqueur de la primaire : qui du renard libre ou du fermier menace le plus le poulailler libre ?

Publié le 01 décembre 2016
La victoire de François Fillon à la primaire de la droite a engendré une grande levée de boucliers chez de nombreux observateurs inquiets de voir leur cher Etat-providence menacé par un tel candidat.
Aurélien Véron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Véron est président du Parti Libéral Démocrate et auteur du livre Le grand contournement. Il plaide pour passer de l'Etat providence, qu'il juge ruineux et infantilisant, à une société de confiance bâtie sur l'autonomie des citoyens et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La victoire de François Fillon à la primaire de la droite a engendré une grande levée de boucliers chez de nombreux observateurs inquiets de voir leur cher Etat-providence menacé par un tel candidat.

La presse est unanime : le renard rôde dans le poulailler. Depuis que François Fillon a remporté la primaire de la droite et du centre, la menace revient en lame de fond. De cet ultra-libéralisme conquérant, on entendrait presque mugir les féroces soldats qui viennent jusque dans nos bras égorger nos fils et nos compagnes. La gauche sonne le tocsin. Les centristes – dont personne ne connaît le programme, en ont-ils un ? - aimeraient bien sonner aussi le tocsin mais ils jouent leur survie avec cette victoire inattendue d’une figure des Républicains qu’ils avaient enterrée un peu tôt. Les jeunes UDI ont rejoint l’autre labellisé "libéral", Emmanuel Macron, tandis que les plus vieux se voient contraints de rallier celui qu’ils dénonçaient hier comme ultra-libéral - et ultra-conservateur en bonus, ça ne mange pas de pain - pour avoir l’assurance d’être réélus. Décidément, le renard va avoir un Noël bien garni.

Premier paradoxe : ceux qui hurlent après la menace quasi-terroriste du libéralisme galopant sont aussi ceux qui dénoncent la dérive libérale du pays depuis 20 ans. Il faudrait savoir. Si nous sommes déjà sous l’emprise des affreux libéraux, le pire est déjà là. Quelques indicateurs nous permettent d’en douter. L’Etat et ses satellites dépensent 57% de toute la richesse produite en France, plus de 5 millions de fonctionnaires au statut d’intouchables, une école à l’organisation quasi-soviétique, une assurance-maladie monopolistique, une retraite quasi-exclusivement par répartition, une liberté d’expression bridée, une absence criante de séparation des pouvoirs, planification du logement - un logement sur cinq est "social" -, un hygiénisme d’Etat-nounou qui s’est approprié les règles de notre bonheur depuis bien longtemps.

Les faits sont là, l’Etat français est un Etat socialiste : étatiste, liberticide, égalitariste. Sur cette mauvaise pente, nous risquons un jour un effondrement aussi brutal que la Roumanie sous Ceausescu. Au fléau de la pauvreté de masse, nous devons ajouter celui du chômage structurellement élevé, de l’exode des Français, du mal-logement, de la consommation record d’anxiolytiques - et de drogues -, un taux élevé de suicides, un ascenseur social en panne, une corruption galopante et des banlieues à l’urbanisme stalinien au bord de la guerre civile. Sans parler des jeunes qui trouvent dans le djihad un idéal désespérant à défaut de trouver matière à rêver dans notre république. Le poulailler France n’a pas pour premier ennemi le renard, mais bien le fermier - intrusif et planificateur. N’est-ce pas le thème de bataille de l’association L214 contre la maltraitance animale ?

Le second paradoxe de ces contempteurs du libéralisme, c’est qu’ils piétinent la liberté des citoyens en leur tenant un discours moralisateur qui leur fait croire que ces interdictions et ces charges les rendront plus heureux. Mais au fond, la liberté est-elle nuisible à l’Homme ? Il est vrai que c’est difficile de répondre après avoir été biberonné toute sa vie au tout-Etat. Lorsque le mur de Berlin est tombé, combien d’Allemands de l’Est savaient ce à quoi ressemblait l’Allemagne de l’Ouest ? La philosophie libérale promeut l’émancipation des personnes, la protection de leurs droits fondamentaux contre l’arbitraire et la violence – fut-ce celui ou celle d’un Etat prédateur –, l’égalité des chances et la poursuite individuelle du bonheur. Qui peut souhaiter le contraire ? Pourtant, cette pensée aussi riche qu’ancienne reste honnie par une petite caste parisienne qui se prétend éclairée, qui sait mieux que tous comment chacun doit vivre pour être heureux. Et qui reste hélas fortement dominante par son influence.

Lors de la bataille opposant Alain Juppé à François Fillon, certains journaux ont osé comparer le prétendu libéralisme de l’un à celui de l’autre. Qui peut déceler la moindre trace de libéralisme dans le projet d’Alain Juppé ? La vision de ce technocrate des temps anciens se voulait apaisée, progressive, en fait acceptable pour le système organisé de rentiers qui paralysent la France depuis tant d’années ! Ceux qui se sont déplacés ont exprimé un refus clair et net de cette "identité heureuse"… et stagnante. L’ordre établi ne pouvait perdurer à leurs yeux, d’autant que c’était eux qui en réglaient la facture. La liberté ne reviendra qu’au terme de combats difficiles avec les forces obscures du statu quo.

A l’opposé, la vision de François Fillon propose de réels changements, même s’ils restent modestes face aux enjeux. Si elle n’est pas profondément libérale, elle a l’audace de s’inspirer des pistes insufflées par d’authentiques libéraux. C’est vrai, il faut l’admettre : un programme libéral ne peut être tendre pour ceux qui vivent de leurs avantages chéris… et chèrement payés par les autres. Il ne peut tolérer qu’autant de monde vive de l’argent public sans n’avoir jamais de comptes à rendre, de remise en cause à faire, d’efforts ou d’évolutions à réaliser pour améliorer les services rendus aux Français. Un projet libéral vient bousculer une multitude de rentes, de privilèges, de connivences et d’ententes qui se font tous sur le dos du pays. Ce n’est pas un hasard si les libéraux parlent de "thérapie de choc", de "choc de confiance", de "choc fiscal". La France a besoin d’être secouée de sa torpeur, soignée de son mauvais gras, libérée de ses carcans qui la font mourir lentement. Et la période de sevrage n’est jamais agréable pour ceux qui ont été si longtemps des junkies de la dépense publique.

Les remèdes libéraux ne sont pas tendres pour ceux qui profitent du confort – parfois modeste mais toujours garanti – que leur offre – à nos frais – notre bureaucratie. La France qui bosse – et fait bosser son épargne – contre celle qui vit sur son dos grâce aux taxes et aux normes abusivement contraignantes imposées par des lobbies économiques proches du pouvoir. Ce n’est pas de l’égoïsme, contrairement à ce que prétendent les anti-libéraux de droite comme de gauche qui s’accrochent à leur univers privilégié et protégé. C’est la justice la plus élémentaire. Des alertes ont révélé que le niveau de saturation des citoyens avait franchi un seuil. Recul du consentement fiscal, saturation face à la multiplication des formes de harcèlement administratif, routier et autre. Des pigeons – qui sont vite rentrés dans le rang – aux bonnets rouges, les mouvements de contestation de citoyens ordinaires se sont multipliés récemment. Ils ne comprennent plus pourquoi bien plus de la moitié de la valeur de leur travail ou du revenu de leurs investissements sont ponctionnés arbitrairement par un Etat obèse qui leur rend – leur impose – des services si médiocres.

Pourquoi ne choisiraient-ils pas eux-mêmes leurs prestataires ? Quand les cliniques privées soignent mieux et offrent un meilleur accueil pour des coûts de 30 à 50% inférieurs aux coûts de l’hôpital public (qui accumule néanmoins 30 milliards de dettes), quand les écoles sous contrat produisent un enseignement de meilleure qualité pour un coût annuel moyen inférieur de 30% à celui de l’école publique – avec des enseignants souvent plus épanouis –, quand leboncoin.fr vous trouve un emploi plus rapidement que Pôle Emploi, la question du libre choix de son assurance-santé, de l’école de ses enfants et de la plupart des services non régaliens se pose avec acuité. Les temps changent, l’ère des monopoles se termine. Le renard semble bel et bien rentré dans le poulailler… mais celui des secteurs à l’abri de la concurrence, service public ou monopoles privés, qui encadrent et dégradent la vie des Français. Espérons que le vainqueur de la présidentielle, quel qu’il soit pourvu qu’il porte cette étiquette libérale, aura le courage de substituer un modèle économique et social libre, ouvert et concurrentiel à l’injustice d’un Etat-providence à bout de souffle.

Place à la concurrence, à l’innovation, à la liberté de choix. Arrêter "d’emmerder les Français" comme le clamait Georges Pompidou, c’est rendre leur liberté de choix aux Français, leur liberté de s’exprimer, avec intelligence ou non, leur liberté de vivre leur vie et leurs rêves – parfois leurs vices –, bref de choisir leur destin. L’Etat ne doit plus être là pour les juger, ni pour les "rééduquer", mais pour protéger leurs droits fondamentaux. Rien de plus.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 01/12/2016 - 20:55
57%
57% de prélèvements obligatoires c'est beaucoup trop. Mais c'est comme ça pour des tas de raisons. Et je n'ai pas vu grand chose dans le programme de Fillon susceptible de beaucoup changer ce chiffre.
Son programme ressemble parfois à un conte de Noël... Même quand on va voir ses propositions détaillées tout est flou ou presque. Il n'y a guère à s'inquiéter il ne changera pas grand chose sauf dans les apparences.
Exemple: quand il aura mis les fonctionnaires à 39heures (payés 37?) il aura juste dépensé plus mais ils ne travailleront pas plus pour autant, plus longtemps mais moins vite. Et le reste ne vaut pas mieux. Sauf peut-être la retraite à 65 ans mais ça il aurait du le faire quand il était premier ministre. Mais à l'époque, c'est vrai , il n'était que "la voix de son maître" (dont le maître était Buisson). Qui tire les ficelles de cette marionnette?
brennec
- 01/12/2016 - 19:18
Qui est propriétaire du poulailer?
Chez nous il n'y a pas de renard, ou plutôt il est déguisé en politicien propriétaire et gérant du poulailler.
john mac lane
- 01/12/2016 - 15:54
Pays libéral ?
Quand chaque Français travaille à 57% pour l'état....Nous sommes un pays socialiste.