En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

04.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 1 heure 30 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 2 heures 8 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 4 heures 51 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 5 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 6 heures 52 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 9 heures 37 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 9 heures 48 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 10 heures 9 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 10 heures 48 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 10 heures 55 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 1 heure 50 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 3 heures 52 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 5 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 6 heures 46 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 9 heures 30 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 9 heures 45 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 10 heures 1 sec
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 10 heures 13 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 10 heures 51 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 10 heures 55 min
© JOEL SAGET / AFP
François Fillon a eu le courage intellectuel de s’opposer à la domination morale d’une gauche socialiste dont les idées dépassées par l’Histoire ont échoué.
© JOEL SAGET / AFP
François Fillon a eu le courage intellectuel de s’opposer à la domination morale d’une gauche socialiste dont les idées dépassées par l’Histoire ont échoué.
Tribune

François Fillon est-il l'homme du renouveau de la droite ?

Publié le 01 décembre 2016
La victoire de François Fillon à la primaire de la droite donne à cette dernière une belle occasion de s'affirmer enfin face à une gauche fort diminuée mais toujours influente d'un point de vue intellectuel et moral.
Nathalie Krikorian-Duronsoy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Krikorian-Duronsoy est philosophe, analyste du discours politique et des idéologies. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La victoire de François Fillon à la primaire de la droite donne à cette dernière une belle occasion de s'affirmer enfin face à une gauche fort diminuée mais toujours influente d'un point de vue intellectuel et moral.

Avec François Fillon, la droite française saura-t-elle offrir une alternative sérieuse, tant à l’option sociale-démocrate n’ayant toujours pas de vrai leader au PS, qu’au national-populisme social et républicain du FN qui représente, ne l’oublions pas, un bon quart de l’électorat français ?

La sur-médiatisation sondagière dont avait bénéficié la candidature d’Alain Juppé, jusqu’au premier tour de cette première primaire de droite, n’aura donc pas permis à ce dernier de l’emporter face au tsunami François Fillon, surgi de nulle part, puisque personne ne l’avait vu arriver.

En politique, les discours sont des actes. Et la France a besoin d’un discours de vérité, de confiance et surtout d’espoir. Le désormais candidat de la droite à la présidentielle lui a offert les trois.

Dans un pays où le sentiment le plus puissant est la peur, François Fillon a aussi montré qu’il ne craignait rien. Ni ce terrorisme d’un genre nouveau, ni les conséquences de la mondialisation d’une économie française terrassée par la crise et la déprime.

La confiance que semble inspirer son volontarisme, autant que sa proposition d’une alternance forte, auront donc pu incarner, dans l’esprit des 66,5% de Français ayant voté pour lui, l’image d’une nouvelle "force tranquille" et déterminée, de droite, cette fois-ci.

Les Français souhaitent une rupture avec un modèle et un monde politique décevant, miné par les affaires de corruption. Beaucoup veulent aussi en terminer avec ces questions sociétales inventées par la gauche, en finir avec ce système des partis, langue de bois et ballet des égos. C’est un leurre car les partis sont essentiels en démocratie. Mais le quinquennat à vau-l'eau de François Hollande a affaibli le régime, comme en témoignent les 15% d’intentions de vote pour Emanuel Macron, candidat à une présidence anti-système, anti-partis.

François Fillon arrivant en tête avec 26% des voix, devant Marine Le Pen à 24%, Manuel Valls et François Hollande stagnant ensemble autour de 9% (1).

L’apport un brin pervers, aux deux tours de cette élection, 15% puis 17%, des électeurs d’une gauche menant campagne depuis près d’un an pour son favori déclaré, Alain Juppé, n’aura servi à rien. 44,2% des Français avaient déjà donné leurs voix à François Fillon au premier tour, belle démonstration de la vitalité de notre démocratie rousseauiste où les citoyens se forgent, par eux-mêmes et jusqu’à l’isoloir, leur propre opinion politique. Je m’étonne qu’on s’en étonne : cette idée géniale de la République, voter en son âme et conscience dure depuis plus de 200 ans !

Notons tout de même que pour un socialiste, un communiste, un amoureux des théories de Trotsky ou de Mao, soutenir un candidat de centre-droit au motif qu’il multiplie les discours d’allégeance à la "Grande Cause Culturelle de la Diversité" démontre combien les socialistes français chérissent, plus que tout, l’hégémonie intellectuelle et morale dont ils bénéficient depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Il faut dire que c’est ce pouvoir idéologique sur les mentalités, cette dé-légitimation de la droite qui a donné à la gauche ses conquêtes politiques en 1981 puis en 2012, alors même que son incapacité à renoncer à "l’horizon communiste au sens large du terme" en fait une malheureuse exception européenne que les Français paient au prix fort aujourd’hui. 

C’est sur cette analyse, du reste, qu’Alain Juppé fondait sa victoire.

A la crainte des blocages sociaux et à la peur de la guerre civile, credo et sens profond du désir-projet d’une "identité heureuse", chez Alain Juppé qui s’est trompé, François Fillon a opposé dimanche soir, un double écueil : "La gauche c’est l’échec, l’extrême-droite c’est la faillite". Il a critiqué un système scolaire devenu "crime contre la jeunesse, dont devraient répondre les syndicats devant la société française" et "les programmes d’histoire écrits par des idéologues".

François Fillon a par conséquent eu le courage intellectuel de s’opposer à la domination morale d’une gauche socialiste dont les idées dépassées par l’Histoire ont échoué mais qui n’en demeure pas moins arrogante et sûre d’elle, tant au plan social qu’économique et surtout moral.

Or, la grande question de la gauche, sur la nécessité de délier capitalisme et démocratie, me paraît une idée fausse. Libéralisme économique, politique et culturel sont inséparables dans la démocratie moderne.

On se fera néanmoins une idée de ce présupposé marxiste en lisant l’ouvrage de Marcel Gauchet et Alain Badiou : Que faire (2). Quand de son côté François Fillon a donné dimanche à la question une réponse toute personnelle : "Faire de la France en dix ans, la première nation en Europe". Son offre intellectuelle et politique est en rupture, tant avec la thèse du "saut réformiste" de gauche espéré par Marcel Gauchet qu’avec les vieilles lunes d’Alain Badiou, ce grand serviteur du "structuralisme marxisant". Mais les logiciels, intellectuels et politiques, dominant la pensée et les médias ont encore du mal à décrypter des phrases comme : "Je m’attaque au consensus et au confort du conservatisme" dont le sens caché est, au fond, que le progrès n’est plus à gauche.

(1) Sondage Harris interactive pour Public Sénat et LCP-AN, 27 novembre 2016

(2) Folio, Gallimard 2016

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clint
- 01/12/2016 - 15:15
"dans l’esprit des 66,5% de Français ayant voté pour lui" ???
Tout est dit sur l'objectivité de l'auteur de cet article ! Les 66,5 % ne concernent que ceux qui ont participé au 2ème tour de la primaire. Si il reste sur la dureté de son programme il ne risque pas d'avoir les votes des français de faibles revenus à qui, quand ils ont la chance de travailler, on va demander de travailler plus, payés au même salaire, sans heures supplémentaires. Il ne réalise même pas que cet électorat ira direct vers le FN avec sa retraite à 60 ans et son augmentation du SMIC !