En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 7 heures 3 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 14 heures 9 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 14 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 14 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 15 heures 4 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 15 heures 36 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 16 heures 39 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 17 heures 55 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 18 heures 17 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 18 heures 33 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 13 heures 6 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 14 heures 20 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 14 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 15 heures 1 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 15 heures 16 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 15 heures 58 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 17 heures 44 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 18 heures 8 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 18 heures 27 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 18 heures 40 min
© ALFREDO ESTRELLA / AFP
L'esprit de Fidel Castro veille toujours sur le quadrillage général de la vie sociale.
© ALFREDO ESTRELLA / AFP
L'esprit de Fidel Castro veille toujours sur le quadrillage général de la vie sociale.
Tribune

Castro : abjection castriste, trahison française

Publié le 01 décembre 2016
La mort du dictateur cubain Fidel Castro a donné lieu à certains hommages relativement déplacés en France.
Yves Roucaute
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Roucaute est philosophe, épistémologue et logicien. Professeur des universités, agrégé de philosophie et de sciences politiques, docteur d’État en science politique, docteur en philosophie (épistémologie), conférencier pour de grands groupes sur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La mort du dictateur cubain Fidel Castro a donné lieu à certains hommages relativement déplacés en France.

Tristesse, infinie tristesse : Fidel Castro est mort et le souvenir de mes amis cubains persécutés, emprisonnés, torturés, assassinés, est enseveli avec lui. Arrivée de Ségolène Royal pour saluer la mémoire d’un homme qui mit le pays à feu et à sang ? Ni colère, ni même indignation, devant cette cérémonie de glorification dont n'osait rêver le tyran. Un sombre sentiment seulement. Sans doute l’histoire est-elle celle de nos espoirs déçus. Sans doute aussi, enveloppé par les doux parfums de la mer, ce sentiment m’avait-il déjà envahi, ce soir du 13 novembre 1999, sur la Malecón à La Havane, quand entouré de quelques dissidents, nous préparions la manifestation de femmes pour le lendemain. "Enfin, la France va nous aider", disaient-ils, l’espoir accroché au cœur, le regard tourné vers cet océan où ils imaginaient la France en vaisseau amiral de la liberté. Hélas !, amis, hélas !, comment vous dire la vérité ?

Quelques heures plus tôt, à l’hôtel Nacional, sorti d’une chambré truffée de micros, dans le hall, quatre Français, un roi du poulet, un artiste célèbre et deux politiques, avaient plus simplement proposé de dîner avec Fidel et Raul Castro. A l’occasion du sommet ibéro-américain, un seul objectif leur paraissait digne d’être vécu : "faire la fête". Images de la France officielle, pour ces charmants drilles, Fidel Castro disait vrai : "Nous n’avons pas de prisonniers politiques, nous avons des prisonniers contre-révolutionnaires". Bien avant le pathétique Mélenchon, ils voulaient croire en cette fantasmagorie des attentats à répétition contre leur héros au lieu de se demander si, en bon stalinien, il ne se servait pas de cette accusation absurde pour liquider ses opposants.  A la manière de la sinistre Danielle Mitterrand, ils se donnaient même des airs de combattant de la libération en couvrant de leurs rires et de leurs chants les cris d’horreur des prisonniers.

Rencontrer l’épouse d’Oscar Elias Biscet, emprisonné depuis trois mois, vivant nu parmi des détenus de droit commun, torturé, privé de sommeil, interdit de visite, survivant avec la ration quotidienne de 70 grammes donnée aux prisonniers politiques ? Ils n’y avaient même pas songé. La nuit tombée, par des ruelles improbables, déjouer avec nous la surveillance policière, passer secrètement de domicile en domicile, rencontrer des initiateurs du projet démocratique, le Valera Project, qui seront tous arrêtés, leur donner un passeport de la liberté, soutenir les familles des détenus en pleurs qui raconteraient avec pudeur leurs vies terrifiées, celles de Jasmin Perez Porra, Juan Carlos Gonzales Leyva, Laeticia Gomez Arias, Lazaro Garcia, Omar Ruiz Hernandez et de tant d’autres ? Et, à chaque rencontre du Cuba réel, célébrer, cœurs enlacés, ces âmes meurtries, éprises d’humanité et de liberté ? Non, vous dis-je, à la Havane comme à Paris, politiques, diplomates, industriels français n’étaient pas intéressés. Quant aux intellectuels, pas un ne voulut me suivre quand tant accouraient pour entonner des chants révolutionnaires entre deux Cohibas. Déjà, à l’époque, pourquoi gâcher son plaisir dans ce pays où règnent corruption et prostitution, enfants compris, et penser aux centaines de détenus politiques qui vivent dans des cellules de 2m30 de large sur 2m de long, sans matelas, au milieu des rats, réveillés toutes les heures par des éclairages violents et frappés à coups de bottes ? Pourquoi s'inquiéter entre deux langoustes des "Comités de Défense de la Révolution" qui terrorisent, les quartiers ou des Brigades d’intervention rapides et groupes de "bons citoyens en colère" qui débarquent chez les dissidents, les brutalisent, insultent leurs enfants dans les rues, taguent leurs domiciles, voire les détruisent ? Pourquoi vivre dans le souvenir des dizaines de milliers de familles cubaines noyées par les gardes-côtes qui balançaient des sacs de sable sur les frêles embarcations de ceux qui fuyaient l’utopie castriste par le détroit de Floride ? Que la petite bande française des Tartuffe et des faux-culs de la moralité s’amuse.

Nous amuser, nous ne l’avons pas pu. Après une nuit de courses contre la police dans La Havane, le 14 novembre au matin, la manifestation n’eut pas lieu. Pas un Cubain dans le parc. Des femmes dissidentes avaient été arrêtées au petit matin, et emprisonnées. Je le fus à mon tour dans l’après-midi : rien qui vaille la peine d’être raconté, ni la pression, ni les menaces, ni la violence, tant le malheur qui frappe ce peuple m’avait conduit à l’indifférence et j’avais presque de la peine pour ces geôliers qui ne savaient sur quel pied danser avec un étranger et qui ne croyaient plus en rien, simplement effrayés de ne pouvoir assurer la répression qui leur permettait de survivre avec leur famille.

Rien n'a changé depuis du côté de Paris, comme je le pressentais lors de mes trois voyages au pays de la dissidence, auprès de prêtres et de défenseurs des droits de l'homme. Pas un mot contre ce droit pénal qui permet la plus violente des répressions au nom de "l’indépendance et de l’intégrité de l’Etat", de la "propagande ennemie", de "l’outrage" : des dizaines de milliers d’arrestations en 1999, plus de 2500 chaque année depuis 2011. 

Aujourd’hui encore, ils manifestent en nombre pour soutenir le régime, me dit-on. Bien entendu, et cela sous peine d'expulsion de son travail pour tout individu ayant une "attitude hostile" ou indifférente à la révolution. Par peur des "actes de répudiation" aussi. À la façon de Ramon Humberto Colas Castillo, expulsé de son logement et dont l’épouse qui refusa de divorcer perdit son emploi. À celle d'Antonio Manuel Gonzales Castellanos : puisque sa famille refusait de le quitter, à la demande de Fidel Castro, 2 000 personnes manifestèrent devant son domicile, cognant enfants et grands-parents. A la façon de milliers de Cubains effrayés de devoir affronter les gardiens du paradis cubain et leurs potes nauséabonds, les porteurs du tee-shirt de Che Guevara, sans doute fiers d’épater la galerie en portant le visage de l’assassin de milliers de paysans qui avaient refusé la collectivisation des terres, croyant qu’avec la révolution ils en deviendraient les propriétaires. Ah, cette chanson à la gloire du "commandant Che Guevara" qui tuait dans son propre bureau les paysans désarmés, combien d’ignares ou de collabos du régime sanguinaire l’ont entonné ?

Cela va mieux à présent, me dit-on. Certes, il n’y a plus que 250 lieux de torture, et une dizaine vraiment en activité. Et les marches hebdomadaires des "Dames en blanc", parentes des dissidents, sont acceptées… avec harcèlements, menaces sur la famille, violences, privation de soins publics, comme on le vit l’an dernier à Santiago de Cuba. Bon, j’aurais moi aussi voulu profiter de la plage au lieu d’évoquer Ariel Sigler Amaya, devenu paraplégique en 2010, ou Orlando Zapata Tamayo, décédé après avoir été privé de soins et d’eau durant 18 jours. J’aurais voulu, moi aussi (n’y ai-je donc pas le droit ?), n’avoir jamais entendu parler d’Ángel Moya Acosta ou de Damaris Moya Portiers, puisqu’en 2011, elles survécurent aux tortures. Et puis, avec quel délice je me serais précipité sur la plage pour un bon massage, satisfait de savoir que la méthode baptisée balancín (la bascule), où la victime placée sur le ventre a pieds et mains liés ensemble derrière le dos pendant des heures, est moins à la mode, bien que la technique des insectes et des rongeurs dans les cellules capitonnées et les simulacres d’exécution le reste un peu. Oui, se baigner dans les eaux chaudes, satisfaits d’apprendre qu’après avoir été privés de tous leurs droits, sous peine de 6 à 10 ans de prison, menacés de torture, les dissidents sont plus souvent sommés de s’exiler, tels ces Arce Cabrera ou Arevalo Padron, perdant tout, oui, mais gardant la vie ; tiens, passe-moi un mojito. Notez que ce qui chagrine un peu dans les grands complexes hôteliers où je ne suis jamais allé, c’est que, depuis 1996, pour travailler et obtenir des dollars, seule monnaie qui permet d'accéder aux magasins de touristes, il faut avoir la carte du parti et chanter aux niais, via la Rumba, la salsa, la trova, le mambo, "que la musique des tortionnaires est belle", glorifiant Fidel sans toujours avoir le bon ton. 

Le tyran est mort ? Mais son esprit est là qui veille sur le quadrillage général de la vie sociale. La répression a repris plus violemment depuis deux ans. Je croyais aux bienfaits de l’ouverture engagée par Obama : elle ne fit que renforcer le système. Et se taire est toujours le mot d'ordre des consciences qui n'en ont guère.

Le plus émouvant : l'absence de haine de nombre de dissidents après la mort de leur tortionnaire. Celui de l’économiste Marta Beatriz Roque, ou de Berta Soler, qui dirige les "Dames en blanc". Elles n'oublient rien, ces femmes qui souffrent de nos silences, elles savent un jugement qui ne leur appartient plus. Et, tels ces militants chrétiens qui défendent leurs valeurs depuis près de 60 ans, elles ne veulent pas, en insultant un mort, enfiler les guêtres de leurs bourreaux. Elles ressemblent à mon ami Mario Charnes de Armas, resté 30 ans en prison, oui, 30 ans, plus que le regretté Mandela, un homme dont la bien-pensance n’a jamais dit un mot par peur de briser les idéologies de gauche. Il est mort lui aussi sans haine, cette haine dont il me disait dans un bar de Miami qu’il ne voulait plus jamais la rencontrer. Et il rêvait de son île libérée. Et il croyait encore en la France, terre de liberté. Un rêve, malheureusement. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
langue de pivert
- 01/12/2016 - 18:48
Maudits soient les Francialos !
Mitterrand (et sa pouffe) savaient ! Mitterrand avait visité en 1974 un camps de concentration à Cuba où les prisonniers politiques étaient astreints à des travaux forcés dans des conditions effroyables. Battus, affamés ! Les Castros sont des maquereaux ! Cuba un bordel pour bobos européens, Français en tête ! Langoustes, plages, cigares, folklore, et pipes à volonté ! Castro, une fois aux manettes, avait fait exécuter le prêtre qui lui avait sauvé la vie en demandant et en obtenant sa grâce auprès de Batista ! Voilà le lascar que la gauche bouffeuse de curés encense ! Entendre Kouchener et Lang se pâmer avec leur "romantisme révolutionnaire" ! Quelle honte ! Ils souillent la France ! Ségolène sur le trottoir ! Tapin !
LouisArmandCremet
- 01/12/2016 - 15:14
Aveuglement
L'aveuglement de la gauche envers ce tyran et ses légions de sbires -bourreaux, m'étonne toujours autant. Comment peut-on à ce point nier les réalités ?
vangog
- 01/12/2016 - 10:50
Merci pour cet hommage aux résistants au socialisme!
Et honte à nos dirigeants et journalistes de FR3, chaîne de sévices public, qui glorifient le fasciste cubain, après sa mort...Decidemment, le socialisme n'a rien appris de son histoire! 110 millions de morts et des dizaines de pays ruinés économiquement...contrainte, manipulation et torturés physiques et morales sont les constantes du socialisme. La France gauchiste sera-t-elle un des derniers pays révisionnistes de l'horreur socialiste ( 3 fois plus de morts que l'horreur national-socialiste)?