En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Laurence Rossignol a déclaré la guerre aux sites Internet qui, selon elle, donneraient des informations "faussées" sur les conséquences de l'avortement.
Pensée unique
Délit d’entrave à l’IVG : un grave déni de réalité
Publié le 30 novembre 2016
La ministre des Familles, de l'enfance et du droit des femmes, Laurence Rossignol, souhaite élargir le délit d'entrave à l'IVG aux associations ne se résignant pas à le banaliser. Une décision lourde de conséquences sur le plan éthique.
Caroline Roux est déléguée générale adjointe et coordinatrice des services d'écoute d'Alliance VITA.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Caroline Roux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Caroline Roux est déléguée générale adjointe et coordinatrice des services d'écoute d'Alliance VITA.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La ministre des Familles, de l'enfance et du droit des femmes, Laurence Rossignol, souhaite élargir le délit d'entrave à l'IVG aux associations ne se résignant pas à le banaliser. Une décision lourde de conséquences sur le plan éthique.

Madame Rossignol, ministre desFfamilles, de l’enfance et du droit des femmes a déclaré la guerre aux sites Internet qui, selon elle, donneraient des informations "faussées" sur les conséquences de l'avortement. Elle entend élargir le délit d’entrave aux informations d’associations qui ne se résignent pas à le banaliser et qui prennent en compte les dilemmes des femmes. 

Depuis des années, l’information n’a cessé de se dégrader. Trop de femmes qui hésitent à poursuivre une grossesse inattendue et souhaiteraient pourvoir éviter une IVG, sont conduites vers l’avortement par fatalité, faute d’une information équilibrée et d’un accompagnement approprié. Selon l’Ined, 72% des femmes qui avortent suivaient une méthode de contraception quand elles ont découvert leur grossesse. Face à l’inattendu, les questions se bousculent dans la panique, et souvent la solitude. Bien des femmes, jeunes ou moins jeunes, se sentent jugées et rejetées quand elles révèlent être enceintes sans l’avoir planifié. Certaines confient penser à l’IVG à contrecœur sous la pression de leur compagnon, de l’entourage, ou encore par peur pour leur emploi.

Même si l’avortement suscite des oppositions de principe qui demeurent irréductibles, notre société peut-elle laisser croire que les femmes pourraient le ressentir comme un acte anodin ?

Sur le site du gouvernement dédié à l’IVG, on trouve des informations à sens unique. Aucun renseignement n’est proposé sur les aides et droits des femmes enceintes qui pourraient contribuer, pour celles qui le souhaitent, à poursuivre leur grossesse. Dans une vidéo, un gynécologue affirme qu’il n’y a pas "de séquelle à long terme psychologique de l’avortement". Pourtant, la Haute Autorité de Santé a souligné que l’on manquait justement d'éclairage objectif sur les conséquences psychologiques post-IVG. Si certaines femmes disent ne pas en ressentir, d’autres qui en souffrent, et parfois de longues années après, se voient ainsi officiellement dénier toute expression de ce qu’elles ressentent.

A force de sous-estimer l’expression des femmes, on arrive à les maltraiter, comme le révèle une récente étude conduite par des chercheurs de l’INSERM. Cette étude souligne le manque d’information sur les conséquences de l’IVG médicamenteuse : 27% des femmes ayant réalisé une IVG médicamenteuse ont perçu des "douleurs très intenses" notées 8 ou plus sur une échelle de 10. Ses auteurs recommandent des protocoles plus puissants de prise en charge de la douleur.

L’IVG médicamenteuse, majoritairement utilisée en France, est pratiquée avant 7 semaines de grossesse à l’hôpital et avant 5 semaines à domicile. Elle contraint les femmes à une décision rapide, les coupant d’un temps de réflexion, spécialement quand elles subissent des pressions de leur environnement ou des violences conjugales. Beaucoup de femmes ont des débats intérieurs, bien conscientes que la vie d’un être humain et aussi leur propre destin sont en jeu. Or, les violences psychiques qui conduisent à l’avortement sont gravement ignorées.

Madame Rossignol entend-elle en réalité imposer une entrave à l’expression de la souffrance et des pressions subies ? Les études publiées sur les violences faites aux femmes dans le cadre conjugal devraient pourtant alerter. Pour 40% des 201 000 femmes concernées chaque année, les violences du conjoint débutent à la première grossesse. Une étude sur le lien entre IVG et violences révèle que très peu de médecins posent systématiquement la question des violences aux femmes réalisant une IVG. "On ne m’a rien demandé", confient certaines femmes à notre service d’écoute, s’étant senties totalement ignorées dans leur détresse, qu’elle soit due à des violences ou à des pressions affectives, sociales ou économiques. 

La récente suppression, dans la loi, du critère de détresse et du délai de réflexion d’une semaine pour avoir recours à l’avortement, ne peut qu’aggraver la situation. La société cautionne ainsi l’injonction légale de décider sans état d’âme. Le sondage de l'IFOP intitulé Les Français et l’IVG, publié en septembre 2016, prend le gouvernement à contrepied : 72% pensent que la société devrait faire plus pour éviter aux femmes l’IVG.

L’acharnement à banaliser l’avortement, à le considérer comme un acte sans portée intime, sociale et éthique, constitue un grave déni de la réalité. Pouvons-nous nous résigner à ce que 220 000 Françaises avortent chaque année, soit le double qu’en Allemagne ? Le gouvernement devrait profondément se remettre en question sur sa propre politique d’information et de prévention. En créant ce nouveau délit, non seulement il entrave gravement la liberté d’expression des associations et le droit des femmes à s’informer librement, mais il risque aussi de voir cette mesure se retourner contre lui.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
De crypto-macroniste à Paris à orbaniste à Budapest, où va le Nicolas Sarkozy d’aujourd’hui ?
07.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Outre-Vosges
- 04/12/2016 - 20:15
Protestants et catholiques
Il faut avouer que le catholicisme a toujours eu sur la question une position ahurissante, condamnant non seulement l’avortement mais aussi la contraception. (Saint) Alphonse de Liguori, docteur de L’Église s’il vous plait, voyait dans cette dernière un crime « qu’il faut ranger, ce semble, immédiatement après l’homicide ». Je sais au contraire qu’une femme de pasteur entre les deux guerres condamnait comme il se doit l’avortement mais donnait des conseils de contraception aux paroissiennes de son mari. Pour ma part, ayant appris qu’une nièce avait une grossesse difficile et envisageait l’avortement, j’ai tout de suite proposé d’être le parrain et, par la suite, j’ai énormément gâté ma filleule. Aujourd’hui sa mène ne regrette absolument pas de l’avoir gardée, mais j’avoue que je n’aurais pas été si généreux dans le cas où l’enfant se serait appelé Mohammed ou Aïcha
VV1792
- 30/11/2016 - 21:59
Grave le projet de loi, grave
Grave le projet de loi, grave le debat... Certaines femmes l' ayant pratique sont marquees a vie et en souffrent irremediablement, et de facon solitaires. Pourquoi?? Parce que la pression socialo-bobo est telle, enorme, que la grossesse meme devient une maladie, l' enfant a naitre un magma de cellules.. Et maintenant, on veut punir les voix qui s' elevent pour proteger les femmes de cette pression etatique et socialiste? Bienvenue dans le monde socialo communiste: qui ne comprend pas et ne fait pas ce qui socialistiquement juste, doit etre puni. Avec de tels raisonnements, le communisme a envoye 100 millions de personnes au trepas pour des raisons du meme acabit, la mecanique mentale est la meme: le bien est intrinseque au socialisme donc qui n' y adhere pas, represente le mal ( dans notre cas c' est un criminel).. Insupportable...
Septentrionale
- 30/11/2016 - 17:33
L'IVG ne sera jamais une option plaisir
L' IVG devra être une option à préserver absolument. C'est à chaque femme d'en décider en toute liberté de réflexion quand surgit la prise de décision. Il faut appuyer une large, une excellente et insistante information, tous azimuts, concernant la contraception. Par ces temps destructeurs de repères qui courent il n'est pas inutile de rappeler qu'il faut un homme-mâle et une femme-femelle pour faire un enfant et les en responsabiliser. Un enfant n'est pas un produit.