En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

02.

Ces 40% de contaminés asymptomatiques qui pourraient être la clé contre la Covid-19

03.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

04.

Pourquoi une élection de Joe Biden ne rétablirait pas les relations transatlantiques du monde d’avant

05.

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

06.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

07.

Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

03.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

04.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

05.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

06.

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

ça vient d'être publié
light > Culture
Succès fou
Le livre de Nicolas Sarkozy, Le Temps des tempêtes, devient officiellement le best-seller de l'été 2020
il y a 18 min 43 sec
pépite vidéo > Europe
Distanciation sociale
Interdiction en Galice : la fumée de cigarette peut-elle transmettre le coronavirus ?
il y a 2 heures 32 min
décryptage > France
Ecoutons-là

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

il y a 3 heures 43 min
décryptage > Economie
Résilience face au climat

Canicules, inondations et tempêtes : la vulnérabilité humaine et économique diminue avec les années

il y a 4 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Les Jungles rouges" de Jean-Noël Orengo, les rêves suscités par l’Indochine et l’Extrême-Orient, de 1924 à 1951

il y a 18 heures 10 min
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 19 heures 19 min
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 20 heures 58 min
pépites > Economie
Monde d'après
Plan de relance : Bruno Le Maire annonce le déblocage d’un milliard d'euros en faveur des relocalisations
il y a 23 heures 6 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive
il y a 1 jour 32 min
pépite vidéo > Santé
Protection contre le virus
Port du masque : Olivier Véran présente la règle "ABCD"
il y a 1 jour 1 heure
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : Jérôme Salomon estime que le "virus sera toujours là" à la rentrée et confirme une baisse du prix des masques
il y a 51 min 22 sec
décryptage > Santé
Nouvel espoir

Ces 40% de contaminés asymptomatiques qui pourraient être la clé contre la Covid-19

il y a 2 heures 58 min
décryptage > Société
Nihilisme sociétal

Alerte à la pseudo justice sociale : cette culture de l’excuse qui (co)produit la violence qui nous envahit

il y a 4 heures 8 min
décryptage > International
Maison Blanche

Pourquoi une élection de Joe Biden ne rétablirait pas les relations transatlantiques du monde d’avant

il y a 5 heures 1 min
pépites > France
Acted
Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi
il y a 18 heures 34 min
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 19 heures 36 min
pépites > Environnement
Pollution
Une plainte a été déposée contre Nestlé pour pollution après la mort de milliers de poissons dans les Ardennes
il y a 21 heures 31 min
pépites > International
Bras de fer diplomatique
Recep Tayyip Erdogan accuse Emmanuel Macron de "colonialisme" et de "spectacle" pour sa visite au Liban
il y a 23 heures 56 min
pépites > Santé
Démasquée
Une médecin du Bas-Rhin a été suspendue pour avoir délivré de faux certificats médicaux contre le port du masque
il y a 1 jour 48 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

il y a 1 jour 2 heures
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
L’édito de Jean-Marc Sylvestre

La campagne de la primaire de droite a installé dans le pays une culture nouvelle, qui empêchera la gauche de distiller ses leçons de morale permanentes

Publié le 26 novembre 2016
Les débats de la primaire de la droite et du centre ont surtout installé une culture du pragmatisme. Les français ne supportent plus les leçons de morale permanentes et les procès d'intention. Le gauche va devoir se soumettre à dire la vérité. Quel boulot !
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les débats de la primaire de la droite et du centre ont surtout installé une culture du pragmatisme. Les français ne supportent plus les leçons de morale permanentes et les procès d'intention. Le gauche va devoir se soumettre à dire la vérité. Quel boulot !

Soyons très honnêtes, les débats de la primaire avaient pour but de sélectionner un candidat. La mission a été remplie. La droite aura son candidat sans pour autant se fracturer.

Alors qu'au soir du 1e tour, tout le monde craignait un pugilat destructeur, les adversaires se sont repris lors du face-à-face télévisé et finalement les débats n'ont pas été particulièrement puissants sur le fond.

D'abord, la frontière entre les deux droites est assez floue. Entre Alain Juppé et François Fillon, les divergences de programmes et d'approches sont à la marge. Le diagnostic de la situation française est identique. La France est en faillite et les Français en risque de déclassement.

Le jugement que les deux candidats portent sur les deux précédents quinquennats est semblable. Le bilan de François Hollande est calamiteux, celui de Nicolas Sarkozy est truffé de défaillances, mais les deux candidats le reconnaissent, ils l'expliquent, et l'assument. Donc, ils ne s'excusent pas.

Sur les moyens à mettre en œuvre, Alain Juppé et François Fillon ne sont pas en contradiction, ils se réfèrent tous les deux aux concepts libéraux, ils s'inscrivent tous les deux dans une logique de l'offre et considèrent que la priorité est de renforcer la compétitivité de l'industrie et l'attractivité du pays.

Sur la politique étrangère, ils s'inscrivent tous les deux, et sans réserve, dans la mondialisation et la construction européenne.

Sur les questions sociétales, Alain Juppé se présente comme un peu plus complaisant dans la relation que l'on peut avoir avec l'immigration et François Fillon plus pragmatique dans la nécessite de se protéger du terrorisme. Mais pas de quoi s'embrocher comme ont failli le faire des ultras qui n'auraient pas la même définition du radicalisme.

Soyons honnêtes, la vraie différence entre Alain Juppé et François Fillon se situe au niveau du style de l'ampleur des réformes et du rythme. Il apparaît à la veille du scrutin que François Fillon veut véritablement réformer le modèle économique et social alors qu'Alain Juppé veut le modifier doucement et sans violence. Ce qui fait dire à Fillon, que si on ne reforme pas brutalement et loyalement, on ne reformera pas du tout.

La vraie différence est donc portée sur les attitudes du vocabulaire, et sur certains éléments de leurs ADNs respectifs.

Celui d'Alain Juppé est plus technocratique, imprégné des valeurs historiques qui protègent l'Etat central, l'Etat gaullien, stratégique et assistant.

L'ADN politique de François Fillon le conduit plus facilement sur les chemins de la décentralisation des responsabilités au plus près des acteurs de l'économie, qu'ils soient chefs d'entreprise, actionnaires, salariés ou syndicalistes.

La résultante des deux discours fortement dominée par le logiciel de François Fillon, produit une culture très nouvelle en France :

Cette culture se nourrit de la responsabilité et du respect de la liberté individuelle. Cette culture s'appuie beaucoup plus sur le talent de l'individu que sur la force d'une collectivité.

Cette culture commande une économie forte fondée sur les mécanismes de marché et animée par des entreprises et des entrepreneurs.

Cette culture globale assume complètement et sans complexe l'appartenance a une mondialisation dans un contexte de concurrence parfois brutale, mais cette culture assume pleinement la révolution digitale comme une formidable opportunité plutôt que comme un faisceau de contraintes.

Cette culture-là est sans doute libérale, elle prône surtout un pragmatisme à toute épreuve capable de dompter toutes les idéologies.

Voilà un des résultats de cette campagne. L'Etat est sorti de son sanctuaire, l'entreprise, le profit, le marché, l'individu ne sont plus des grossièretés et la réussite personnelle n'est plus une maladie honteuse.

A partir du moment où cette culture est partagée par une part importante de la population, le succès de François Fillon prouve que la droite en général s'est réunifiée autour de ces thèmes.

Mais à gauche ou au centre le succès insolent d'un Emmanuel Macron, qui plaide lui aussi pour des réformes radicales, va changer la donne.

Par conséquent, si on ajoute à la droite agglomérée autour de François Fillon tous ceux qui à gauche se reconnaissent dans les propos de Macron ou peut-être de Valls, la culture du pragmatisme est capable d'offrir un écosystème qui pourra privilégier la réforme.

La gauche ou ce qu'il en reste ne pourra plus inonder la société de ses leçons de morale, la gauche ne pourra plus prétendre qu'elle a raison contre tout le monde, partout et tout le temps. Des programmes scolaires à la politique du logement. Les bonnes consciences de gauche ne pourront plus nous imposer un prêt à penser qui indique ce qui est bien ou mal. Ce qui est drôle ou pas.

La gauche et ses relais ne pourront plus de façon récurrente exercer ce pouvoir d'arrogance dans les medias ou dans les universités, qui reviennent plus souvent à culpabiliser ceux qui ne sont pas d'accord, plutôt qu'à les convaincre.

La gauche sera, elle aussi, obligée de changer son logiciel parce que la majorité des Français ne supportera plus le discours classique.

La demande de solutions alternatives et surtout la demande d'une attitude différente des dirigeants sont devenus tellement puissants qu'elles vont obliger la gauche à changer.

Quoi qu'il arrive lors des présidentielles en 2017, rien ne pourra se dérouler comme avant.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 27/11/2016 - 10:10
Mutation de la presse de gauche
Elle se mettrait à dire/écrire avec objectivité, voilà un véritable espoir, fort probablement fallacieux. Parions que dès l'élection passée, elle reprendra ses poncifs éculés, en admettant même qu'elle retrouve un léger accent de vérité durant la campagne, c'est des plus douteux.
Carl Van Eduine
- 26/11/2016 - 19:24
Le bordelais Juppé serait-il moins girondin que Fillion
Fillion est un catholique. Contrairement à ce que laisse penser parfois l'incurie de la Curie, les cathos ne sont pas tous et de loin ultramontains et romano-dépendants. Certains d'entre eux se souviennent même qu'ils ont relancé le principe de subsidiarité. Un principe où l'on fait plus confiance à l'humain qu'au système. On verra, mais c'est prometteur
OLYTTEUS
- 26/11/2016 - 16:52
Illusion:la Gauche n'évoluera pas avant longtemps
Regardez les propos de Martine Aubry sur M. Fillon:Celui-ci ne se fat d'ailleurs aucune illusion, il va vivre des saisons en enfer médiatique comme M. Sarkozy.
Seuls, M. Chevênement, Macron et leurs soutiens sont honnêtes avec la Droite. N'empêche que dimanche soir, il y aura beaucoup de gens de la Gauche non haineuse ni fermée d'esprit qui va envier la Droite , digne , victorieuse(un candidat populaire à la présidentielle),et rassemblée.