En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Capture d'écran Instagram
Tribune

Salon “My Foul’Art” : Du voile au halal, la mithridatisation culturelle en marche

Publié le 20 novembre 2016
Jeudi dernier s'est tenu à Paris l'événement "My Foul'Art" visant à "promouvoir l'artisanat du foulard". Un jeu de langage qui cache une toute autre réalité quant au port du voile islamique en France.
Eloïse Lenesley est journaliste. Elle collabore notamment à Causeur et FigaroVox. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eloïse Lenesley
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eloïse Lenesley est journaliste. Elle collabore notamment à Causeur et FigaroVox. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jeudi dernier s'est tenu à Paris l'événement "My Foul'Art" visant à "promouvoir l'artisanat du foulard". Un jeu de langage qui cache une toute autre réalité quant au port du voile islamique en France.

C’est une propagande voilée qui ne dit pas son nom, calfeutrée dans une salle de mairie parisienne. Un défilé de mode drapé des vertus du multiculturalisme qui, sous couvert de populariser un accessoire vestimentaire, et pas n’importe lequel, véhicule son idéologie saumâtre dans le très chic quartier du Marais. "Promouvoir l’artisanat du foulard", tel était donc le but avoué de l’événement prétendument artistique "My Foul’Art", initié le 10 novembre dernier par Les Passerailes de Rosa, organisation ancrée "dans une logique de mixité, de tolérance, de mieux vivre ensemble".

La manœuvre est pernicieuse, puisqu’elle consiste en réalité à banaliser le voile islamique en le délestant de sa dimension religieuse, pour le présenter comme une simple fanfreluche parmi toutes sortes de foulards noués à l’occidentale, histoire de fournir un alibi "mode" et œcuménique à l’ensemble. Mais il suffit de flâner cinq minutes sur le site myfoulart.com, qui comporte d’ailleurs une rubrique "religion", pour faire tomber le masque. À la volonté réelle ou supposée de soutenir "l’industrie du foulard", se superpose celle de "favoriser l’intégration des populations migrantes", "participer à la création d’une société pluriculturelle" et "permettre la diversité des pratiques culturelles". Culturelles, cultuelles, communautaristes ? La frontière est poreuse. Les visuels et témoignages mis en avant concernent en majorité le port du voile islamique. Les blogueuses "ambassadrices" de l’initiative ne laissent pas davantage place à l’ambiguïté. Ainsi, Asma Farès, qui explique : "Je porte mon hijab de plusieurs façons, j’essaie au maximum qu’il suive les règles de ma religion, tout en étant chic". Ou Sassifd14 qui déclare : "Étant musulmane, je porte le turban car je souhaiterais un jour porter le voile islamique".  Ou encore Anlya, qui confie : "Ce qui me motive profondément et de façon constante, c’est d’être en adéquation avec mes valeurs religieuses. En portant le foulard, j’entretiens un rapport personnel entre Dieu et moi", tout en se défendant, bien entendu, de faire du prosélytisme.

Loin d’être anecdotique, l’exhibition My Foul’Art, en un lieu par essence républicain et laïque, s’inscrit dans une démarche de mithridatisation culturelle, qui s’emploie à instiller au goutte-à-goutte des rites et prescriptions islamiques, voire salafistes, au sein de la société française ; une lente habituation, un anesthésiant lavage de cerveau, opérés notamment par une falsification du langage et de l’intention. Les voiles et turbans sont détournés en anodins gadgets esthétiques. Ils ne sont plus un signe d’infériorité ni de soumission de la femme mais un "droit" aux yeux de certains, notamment les féministes ( !) d’extrême gauche. Des pavés aux plages, l’espace public se retrouve envahi d’accoutrements islamiques, quand il n’est pas carrément privatisé, tels les centres aquatiques que des associations "socio-culturelles" ou sportives voulaient réserver aux femmes en burkini. Ces derniers, comme les hijab, abaya, jilbab, et autres tenues très couvrantes, se voient en outre parés de la rassurante appellation "mode pudique". De même, une association nommée "Vacances éthiques" propose des voyages organisés – dont certains exclusivement pour les femmes – avec un imam dispensant un enseignement religieux. Les mécréants sont-ils à ce point impudiques et immoraux ? Par cette perversion sémantique, un cap est franchi où l’on ne sait plus trop qui stigmatise qui. Le travestissement langagier évite de poser les bons diagnostics et d’y appliquer les bons remèdes.

Des filles de plus en plus jeunes peuvent être aperçues voilées. Dans l’enseignement, le récit national est déformé : "Lisez les manuels scolaires que l'on donne à nos enfants où l’islam est plus important que l'histoire de notre pays, où l'on veut culpabiliser nos enfants", s’alarme Nicolas Dupont-Aignan sur RTL. Le marché florissant du halal, dont le chiffre d’affaires annuel est évalué à 5,5 milliards d’euros dans l’Hexagone, s’invite jusque dans les rayons de maquillage où il fait un carton. "Une foutaise", même pour Abdallah Zekri du Cfcm, qui s’irrite dans Le Parisien de "la surenchère du halal qui vire au n'importe quoi". Toujours est-il que, sur les Champs-Élysées, une boutique de cosmétiques certifiés, Hasna, côtoie les enseignes du luxe : les commerces halal ne sont plus circonscrits aux quartiers de la "diversité". Des boucheries en ligne livrent dans la France entière; l’abattage rituel, bien que décrié, a un bel avenir devant lui. Pour invalider tout débat, cette succession de capitulations quotidiennes a été enfouie sous la formule générique "accommodements raisonnables". De simples petits aménagements inoffensifs auxquels on est priés de se conformer. Mais sur quels critères et dans quelles limites détermine-t-on ce qui est "raisonnable" et ce qui ne l’est plus ? Ou plus précisément, en fonction de quels intérêts politiques et économiques ?

En Allemagne, Rayouf Alhumedhi, une adolescente d’à peine 15 ans se plaignant qu’aucun emoji ne représente une femme voilée, a soumis un projet d’icône coiffée d’un hijab qui vient d’être approuvé par The Unicode Consortium et apparaîtra sur les smartphones dès 2017. Pendant ce temps-là, en Inde, la championne de tir Heena Sidhu a annoncé qu’elle boycottera l’Asian Airgun Shooting Championship qui se tiendra en décembre en Iran, car les concurrentes seront contraintes d’y revêtir… un hijab. Dans un pays où les femmes se battent pour pouvoir ôter leur voile et faire du vélo, le mot "droit" reprend soudain tout son sens.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

02.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

03.

Finale de la CAN : cinquante nuances de troubles de la visibilité (identitaire) en France

04.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

05.

Le pape François a transmis un message "très touchant" à Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert

06.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

07.

Anorexie : une nouvelle étude montre que les causes ne sont pas seulement psychologiques

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

03.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

04.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

05.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

06.

François de Rugy a démissionné

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Eugénie
- 24/11/2016 - 19:27
Cette secte !
Est abominable ! Que ces femmes partent en terre islamique avec le gros mou qui nous les impose !
J'accuse
- 20/11/2016 - 17:28
Libres d'être esclaves ...
On sait bien que le voile a pour unique but de cacher une partie du corps de la femme (quelquefois presque tout) au regard de l'homme, concupiscent jusqu'à l'obsession, et totalement libre de l'être. Qu'une femme inculte (parce que l'islam est opposé à son instruction) et vivant en terre musulmane, invoque ses convictions religieuses, soit; mais qu'une femme instruite née en Occident reste inconsciente que c'est la domination masculine qui l'impose sous couvert de religion, ça me laisse perplexe. Croit-elle vraiment, comme la gauche, qu'un esclave amoureux de ses chaînes est libre? Est-ce la pression communautaire, une éducation sexiste, ou une psychopathologie? En Afrique, l'excision est traditionnelle pour supprimer le désir féminin: si l'islam le préconisait, les musulmanes françaises seraient-elles d'accord? Je leur pose ces questions.
lasenorita
- 20/11/2016 - 14:38
Les ''femmes voilées''...
Dans ma ville, je vois de plus en plus de ''femmes voilées'', certaines de ces femmes, qui habitent dans ma rue, ne ''portaient ''pas le voile dans les années 80.Je pense que l'avènement de ''la gauche'' au pouvoir en France a favorisé l'islamisation de notre pays...il ne faut pas que Hollande s'apitoie sur les victimes du terrorisme islamique, chez nous, il est RESPONSABLE,ainsi que tous ses ''copains'' de gauche, des attentats faits par les musulmans en France,actuellement!...La loi de 2004 ''interdit les signes religieux ostentatoires dans les établissements scolaires..''Pourquoi n'est-elle pas appliquée??La religion se vit sans artifice vestimentaire dans la rue...Ces musulmans qui ont chassé de leur pays natal TOUS les non-musulmans doivent RESTER chez eux maintenant!...