En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 9 heures 41 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 12 heures 12 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 14 heures 15 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 15 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 15 heures 59 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 16 heures 21 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 16 heures 38 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 16 heures 40 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 16 heures 41 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 16 heures 46 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 10 heures 9 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 13 heures 59 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 15 heures 34 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 15 heures 55 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 16 heures 6 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 16 heures 26 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 16 heures 39 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 16 heures 41 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 16 heures 42 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 16 heures 46 min
© Reuters
© Reuters
C'était le bon vieux temps...

Difficile à croire, mais les travailleurs français d'aujourd'hui ont moins de vacances qu’un paysan du Moyen Age

Publié le 25 novembre 2016
Soixante-cinq : c'est le nombre de jours travaillés en plus aujourd'hui par un Français comparé à un paysan du XIVème siècle. Une différence qu'il convient d'analyser au prisme de la conception que nous avons du travail, qui découle de la modernité.
Jawad Mejjad
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jawad Mejjad est docteur en sociologie, chercheur au Ceaq-La Sorbonne, enseignant et responsable pédagogique au Cnam, et gérant d'une société industrielle (Ermatel).Ses réflexions et ses recherches portent principalement sur les valeurs et les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Soixante-cinq : c'est le nombre de jours travaillés en plus aujourd'hui par un Français comparé à un paysan du XIVème siècle. Une différence qu'il convient d'analyser au prisme de la conception que nous avons du travail, qui découle de la modernité.

Atlantico : A l'heure actuelle, un Français travaille environ 215 jours par an, sans compter les jours fériés, les vacances et les week-ends qui sont chômés, soit environ 3 jours sur 5. En comparaison, au XIVe siècle, on estime qu'un paysan n'était actif que 150 jours par an, soit moins de la moitié de l'année (2 jours sur 5). Qu'est-ce qui explique cette différence ?

Jawad Mejjad : C'est que nous ne parlons pas de la même chose. Le travail tel que nous le comprenons et le pratiquons n'a pas toujours existé. C'est une invention récente, dans le sillage de la modernité. Pour le dire autrement, un paysan du XIVe siècle ne se représentait pas le monde de la même manière que nous, modernes. Et le guerrier grec ou romain avait encore une autre conception de la vie. Chaque période a sa propre épistémè pour reprendre Michel Foucault, c'est-à dire-l'ensemble des valeurs indiscutables et indiscutées qui la fondent. 

Deux croyances nous trompent dans la manière dont nous nous voyons. La première est que notre monde social est là depuis toujours et la seconde est que notre société est moderne, c’est-à-dire que les autres sont archaïques, que nous sommes devant, sur l’autoroute de l’Histoire et du progrès, et qu’ils sont derrière. Avec l’angoisse actuelle que nous sommes en train d’être rattrapés par les Chinois, les Indiens, les Brésiliens, etc. Et l'idée fausse que le Moyen Age était attardé.

De fait, c’est faux et c’est l’idéologie même de la modernité (en effet, nous sommes modernes, mais dans le sens de porteurs des valeurs de la modernité), qui porte en elle celle du progrès.  Les périodes sociales ont une durée de vie, et se succèdent dans l’Histoire. Chaque société vit selon des représentations et des valeurs qui lui sont propres.  Pour l’Occident, un découpage grossier de l’Histoire nous donne les périodes suivantes : les Anciens, l'Empire chrétien, la modernité.

Ainsi, pour les Anciens (les Grecs et les Romains), l'idéal de vie se trouve dans le recherche de la gloire. Car c’est la gloire qui donne un écho éternel aux actions dignes d’être retenues par l’Histoire, et vous confère l’immortalité. Il faut être glorieux, et une vie brève mais louée pour sa bravoure, est de loin préférable à une vie longue sans gloire. L’activité par excellence pour cela est la guerre. Un Grec ou un Romain ne travaillait pas, le travail était dédié aux esclaves. Ce monde a vécu jusqu'au Ve siècle, car Rome a mis cinq ans pour mourir.

La chrétienneté, notamment à travers la valeur d’humilité, va prendre le contrepoint total de la gloire, qui, poussée trop loin, devient de l'orgueil. L'idéal de vie pour un chrétien est de gagner le Paradis, et l'activité noble est la prière. Ce qui exlique le nombre de jours fériés au Moyen Age, jours dédiés à Dieu. Les valeurs de la chrétienneté, pour des raisons trop longues à expliciter ici, vont perdre de leur évidence à la Renaissance, pour laisser se développer celles de la modernité.

La modernité va mettre en avant l'individu libre et autonome, avec comme idéal de vie la satisfaction des besoins. D'où notre société de consommation. Or pour satisfaire nos besoins, nous avons besoin d'argent et nous ne pouvons plus avoir recours qu'au travail pour avoir de l'argent, le prendre à autrui par la guerre ne faisant plus partie de nos valeurs. C'est ainsi que le travail s'est trouvé valorisé au XVIIIe siècle, avec un développement majeur au XIXe et XXe siècles. 

Cette comparaison doit-elle nous faire considérer que l'on travaille trop aujourd'hui, et ce à rebours des discours prônant l'augmentation du temps de travail ou critiquant le nombre excessif de jours fériés en France ?

Le fait même de nous poser la question est un signe que la valeur travail a perdu de son évidence. Dire que l'on travaille trop est comme dire pour un chrétien qu'il prie trop. C'est un fait qu'actuellement il y a une désacralisation du travail, qui a tendance à ne plus être conçu que comme un moyen de subsistance. On n'attend plus du travail qu'il vous réalise, comme auparavant. Il n'est qu'à regadrer l'évolution de l'image du rentier ou du retraité pour s'en convaincre. Rappelons la publicité par exempe du gagnant du Loto qui va nargeur ses collègues et qui montre que dès qu'on en a les moyens, on arrête de travailler. Dans les années 1970, au moment de la mise en place des retraites anticipées, il était fréquent que les candidats au départ partent tristes et honteux, inquiets de ce qu'ils vont devenir en arrêtant de travailler, et il n'était pas rare que quelques mois après s'être arrêtés ils décédaient. La situation est toute autre aujourd'hui où le candidat à la retraite va organiser un pot de départ, fier de son départ et heureux de se retrouver à la retraite.

On ne compte plus sur le travail seul pour se réaliser, les activités complémentaires se multiplient pour s'épanouir : sport, voyage, musique, dessin, danse, etc. Sans parler du développement et de la valorisation du bénévolat et de choix d'activités moins lucratives : la tendance est claire chez les jeunes; mais aussi nombre de cadres supérieurs, de chefs d'entreprises, de consultants vont consacrer un partie de leur temps à enseigner ou intervenir dans des associations. Nous allons de plus en plus parler d'activité, plus que de travail. Et donc ce temps des autres activités est à prendre sur le temps de travail, d'où l'impression que l'on travaille trop. On découvre que l'on peut très bien vivre sans le travail comme valeur, et il n'est plus politiquement incorrect de le dire:  rappelons-nous Laurence Parisot, l'ancienne patronne du Medef  qui disait  "La vie, la santé, l'amour sont précaires, pourquoi le travail ne le serait-il pas ? ". Et nous voyons se développer plusieurs manières de travailler, le salariat n'étant plus la forme privilégiée. Et pour compléter l'analyse, il faudrait prendre en compte nos besoins à satisfaire, et notre remise en compte du progrès infini; et par conséquent la valorisation de la richesse et la prévalence de l'économie. 

L'urbanisation et l'exode rural ont joué un rôle essentiel dans cette modification de nos calendriers professionnels. Le mode de vie urbain pousse-t-il à travailler plus ?

Le mode urbain est une conséquence de la modernité, dans le sillage de la révolution industrielle. C'est dans ce cadre que le travail moderne a été inventé, à travers le salariat. Dans l'Histoire, traditionellement pour avoir de l'argent, il y avait deux moyens : soit exploiter la Nature (cueillette, chasse, agriculture, mines, etc. ), soit le prendre aux autres (guerre, razzia, pillage, etc.). La modernité a banni la guerre, et a privilégié le commerce comme activité principale. L'organisation sociale s'en est suivie, avec des lieux de production centralisés où le travail va être disponible, et où il est facile de satisfaire ses besoins, et qui vont agir comme des aimants pour vider les campagnes. Le développement des villes va imposer son propre rythme de vie aux habitants, organisé en fonction du travail, et des lieux de consommation : le fameux metro-boulot-dodo.

Le développement des villes a aussi pour conséquence l'instauration de la famille nucléaire au détriment de la vie communautaire dans des famillles élargies, avec comme conséqence le délitement de la solidarité, et à donc ne compter que sur soi-même pour subsister. Et donc de fait, le mode urbain, par plusieurs facteurs, a poussé à travailler plus. Toutefois, les évolutions actuelles dans l'organisation de la ville suivent l'évolution de la société, et son basculement progressif vers la postmodenité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 22/11/2016 - 17:47
La charité était un mode de vie dans toute l'Europe
Je suis athée mais cela ne m'a pas empêché de reconnaître les bienfaits de la période Chrétienne. Bien évidemment il faut le comprendre dans le contexte des connaissances scientifiques de l'époque et donc de la psychologie qui en découle. Il faut imaginer que les gens ne vivaient pas longtemps donc en effet il y avait environ 116 jours de fêtes dans l'année et pas que Religieuses. Les gens pensaient sur le long terme car les travaux ( berges, chemin, pont, digue, déboisement ,châteaux etc )et ceux qui y travaillaient et bien mourraient avant de voir la fin des travaux. Aujourd'hui nous avons une pensée de court terme et encore nous nous faisons chier car justement pas assez de grandes ambitions sur le long terme. L'Histoire de France et de l'Europe est très très riche mais il ne faut pas se contenter de l'école pour en avoir des raisons d'en être fière et pour la comprendre et donc comprendre notre culture proche.
Benvoyons
- 22/11/2016 - 17:32
Enfin un article interressant et qui met à mal les
apprentissages de l'Histoire de France avec des Historiens qui n'ont fait que raconter négativement pour détruire le clergé et la politique de l'époque . Pour ceux qui sont intéressés et bien bonne lecture de Historien par ex Duby et autres. Il y a même des new Historiens qui ont travaillé sur les fêtes les jeux la femme au Moyen-Age. Les découvertes remettent complètement en question les anciens Historiens. Un exemple Onfray dit Sans la République et son école je n'aurai jamais pu être ce que je suis. Mais cela existait bien évidemment au Moyen-Age En effet les nobles n'avaient aucunement tous les postes de décisions et ils étaient tenus par des gens pas nobles. Exemple: Oresme est un fils d'un travailleur agricole comme Onfray. Il a été à l'école gratuitement puis à l'Université de Paris gratuitement car payé par le Roi. Il a été https://fr.wikipedia.org/wiki/Nicole_Oresme Quand les gens parlent des savants et écrivains de la Période des Lumières et bien tous sortaient des écoles tenues par des religieux et ont voulu réformé. Autre ex tous les pauvres étaient pris en charge pour manger dans les villages et villes. Les Hôpitaux de l'époque étaient gratuits etc...
superliberal
- 22/11/2016 - 11:51
et les éleveurs ?
ils ne nourrissaient pas leurs animaux tous les jours ? et la traite des vaches ? surveillance des naissances ? + le travail dans les champs.
J'ai loupé un paragraphe ?
A mon humble avis le Paysan du moyen-âge travaillait peut-être moins en heure que le Paysan d'aujourd'hui mais son travail devait être plus pénible (pas de tracteur climatisé et de distribution automatisé de l'aliment...).