En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars

07.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : Perrine Perrez "Celle qui a dit non" : Nous on dit "oui" sans hésiter !

il y a 46 min 4 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Encre sympathique" de Patrick Modiano : Modiano en détective, une délicieuse partition sur l’écriture et l’oubli

il y a 1 heure 9 sec
Couette tueuse
Le mystère de la couette tueuse enfin élucidé !
il y a 2 heures 36 min
décryptage > Politique
Perte d'autorité

L’autorité de l’Etat ne sera pas restaurée par la violence

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Economie
La traque

Mais pourquoi traquer la fraude fiscale ?

il y a 3 heures 20 min
décryptage > Science
Kesako ?

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

il y a 3 heures 29 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 18 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 32 min
décryptage > Economie
Tout ça pour ça

Vote du PLF 2020 : 3 mois de débats pour presque rien (de nouveau)

il y a 5 heures 54 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 8 heures 5 min
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 22 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Un dimanche à Ville d'Avray" de Dominique Barbéris : Une Madame Bovary des temps modernes, un roman à l’humour mordant

il y a 50 min 59 sec
light > People
The Big bucks
Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars
il y a 2 heures 31 min
pépite vidéo > Politique
Décentralisation
François Baroin : "la fédération des volontés locales" plus importante "qu'un pouvoir très centralisé"
il y a 2 heures 55 min
décryptage > Justice
Je baise la France jusqu'à l'agonie

Pourquoi il faut laisser s'exprimer Nick Conrad

il y a 3 heures 15 min
décryptage > Politique
Adieu Jupiter!

Hollande c'était "moi je " : Macron c'est "bibi"

il y a 3 heures 25 min
décryptage > Société
Bonne solution ?

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

il y a 3 heures 35 min
décryptage > Politique
Libéralisation ?

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

il y a 5 heures 50 min
décryptage > Science
Etrange...

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

il y a 7 heures 47 min
décryptage > Politique
Info ou intox ?

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

il y a 8 heures 9 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 52 min
© Pixabay
Il faut bien remarquer qu'au cours de ces dernières années, c'est plutôt la contrainte qui a organisé la mobilité, et non une volonté de départ.
© Pixabay
Il faut bien remarquer qu'au cours de ces dernières années, c'est plutôt la contrainte qui a organisé la mobilité, et non une volonté de départ.
Réveil difficile

Comment le doux rêve de la mobilité heureuse des travailleurs européens s'est transformé en un cauchemar pour les pays de départ

Publié le 02 décembre 2016
Alors que la mobilité des travailleurs au sein même du continent européen était perçue comme un bienfait par les pères fondateurs du projet européen, la réalité montre un tout autre visage, entre départs contraints des personnes et affaiblissement structurel des pays les plus fragiles de l'Union.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la mobilité des travailleurs au sein même du continent européen était perçue comme un bienfait par les pères fondateurs du projet européen, la réalité montre un tout autre visage, entre départs contraints des personnes et affaiblissement structurel des pays les plus fragiles de l'Union.

Atlantico : Selon une note publiée le 17 novembre par la Banque Natixis (voir ici), "la mobilité du travail entre les pays de la zone euro" serait "en réalité une très mauvaise idée". Alors que la mobilité des travailleurs figurait en bonne place dans le calendrier européen, comment en est-on arrivé à une telle conclusion ?

Nicolas Goetzmann : En premier lieu, il faut se rendre compte que la mobilité du travail est faible en Europe. Une note de la direction du Trésor, publiée en 2015, indiquait ainsi que 0.1% à 0.2% des travailleurs européens changeaient de pays au cours d'une année, comparativement à une mobilité comprise entre 2 et 2.5% entre les différents États américains. Le constat de départ est donc l'échec de cette ambition européenne. De plus, il faut bien se poser la question de la motivation de la mobilité : soit celle-ci est pleinement volontaire - le cas d'un salarié en poste qui se voit proposer une offre plus avantageuse dans un autre pays- , soit il s'agit d'un choix contraint - le cas d'une personne au chômage qui ne voit pas d'autre alternative à son départ que de rejoindre un pays où le marché de l'emploi est plus porteur. Or, il faut bien remarquer qu'au cours de ces dernières années, c'est plutôt la contrainte qui a organisé la mobilité, et non une volonté de départ.

Les points mis en avant par Natixis, qui permettent d'en arriver à la conclusion de la "très mauvaise idée", sont valides. Ainsi, la motivation de la mobilité est basée sur un chômage élevé dû à une faible demande dans les pays considérés ; or, ces départs vont alimenter une nouvelle baisse de la demande qui va encore peser sur le pays de départ. De plus, ceux qui partent sont en général les plus qualifiés, ce qui correspond encore une fois à une perte nette pour un pays qui a le plus souvent financé les études du partant. Les pays les plus faibles voient leurs cerveaux quitter le pays, ce qui fragilise à long terme leurs capacités. Enfin, le dernier point mis en avant par Natixis est la réduction de la base fiscale, c’est-à-dire que les travailleurs perdus sont autant de recettes fiscales potentielles perdues, ce qui vient ici encore déstabiliser les comptes publics du pays considéré, et, par conséquent, sa dette. Au final, le pays de départ perd sur tous les tableaux, aussi bien sur le court que sur le long terme.

De façon pratique, quels sont les exemples précis des dégâts causés par cette mobilité des travailleurs ?

Le cas le plus impressionnant est la Grèce. Selon un rapport datant de l'été 2016, 427 000 personnes ont quitté le pays depuis 2008, soit 25% de l'ensemble des départs du pays depuis 1900. Sur la seule année 2013, les départs ont représenté l'équivalent de 2% de la population active du pays. Pour bien se rendre compte du phénomène, la masse de départ depuis 2008 correspondrait à un flux de 2.5 millions de personnes pour la France. Bien entendu, les jeunes éduqués sont surreprésentés dans ces statistiques, ce qui veut bien dire que le pays va en payer les conséquences sur le long terme. La première destination de ces jeunes grecs a été l'Allemagne, qui bénéficie ainsi d'un réservoir supplémentaire d'une force de travail, jeune, éduquée, pour se renforcer, et ce, sans avoir eu besoin de financer les études en question. La situation est semblable en Espagne, où la question est devenue un enjeu politique. La question du retour au pays de ces jeunes est posée.

Au regard de la situation actuelle, quelles sont les solutions à envisager ? Quelles en sont les conséquences ?

Encore une fois, la construction européenne est inachevée, mais d'une façon qui semble être permanente. C’est-à-dire qu'il apparaît que cet "entre-deux" semble convenir à l'Allemagne. Les dégâts causés par la mobilité des travailleurs pourraient être absorbés par un budget commun européen, une dette commune, et ainsi apporter une compensation aux pays de départ via des transferts d'argent public. Si cette étape n'est pas franchie, et que la zone euro reste ce trou noir de la demande mondiale, la dévastation des pays du Sud au profit de ceux du Nord, et de l'Allemagne en particulier, deviendra structurelle à la zone euro. L'autre solution est encore plus douloureuse puisqu'il s'agit d'en finir avec la monnaie unique. Mais l'entre-deux est la solution la plus destructrice, sur le long terme, pour les pays les plus fragiles. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars

07.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Professore
- 28/11/2016 - 10:51
Un de plus
Monsieur Goetzmann s'affirme ici une fois de plus comme un europhobe parisien typique. Il oublie que des milliers de personnes travaillent quelques années dans une filiale d'un groupe européen. Il suffit de se rendre dans un groupe pharmaceutique pour entendre parler toutes les langues, d'aller chez Volvo en Suède pour entendre parler français, je ne parle pas seulement d'Airbus ! Quant aux travailleurs détachés pourquoi ne parle-t-il pas des dizaines de milliers de Français qui sont travailleurs détachés dans d'autres pays européens. Quant à la fuite de cerveaux elle profite surtout aux Etats-Unis mais aussi à d'autres comme l'illustre la venue de diplômés portugais en Angola.
Deneziere
- 28/11/2016 - 10:24
Baratin
On crie haro sur le baudet, pour un phénomène qui est tellement faible qu'on pourrait le considérer comme marginal. Et il l'est. Je suis d'accord quant au fait que l'immigration fragilise les pays de départ. Pourtant, à ma connaissance, Natixis n'emploie pas cet argument au sujet du Maghreb qui a perdu des millions de personne sur plusieurs décennies (des "pépites" si on en croit le politiquement correct), mais l'emploie pour le Pologne qui a perdu 1% de sa population au profit de la Grande-Bretagne, et pas la plus qualifiée. "Cauchemar"... mais la Grèce était un cauchemar civique bien avant de rejoindre la zone euro ! Cela étant, je suis d'accord avec l'article sur le fait que l'entre-deux dans lequel se trouve l'Europe est intenable. Pour autant, qu'on ne nous demande pas de restreindre l'immigration intra-européenne, comme facho et bolcho ne vont pas manquer de le faire.