En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

05.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

06.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

07.

Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 7 heures 30 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 8 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 9 heures 32 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 11 heures 3 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 12 heures 27 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 14 heures 25 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 15 heures 1 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 15 heures 49 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 17 heures 10 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 17 heures 34 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 7 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 9 heures 10 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 10 heures 34 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 11 heures 51 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 14 heures 8 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 14 heures 50 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 15 heures 10 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 16 heures 33 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 17 heures 29 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 17 heures 38 min
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP
M. Juppé s'est opposé fermement à la loi qu'a portée Nicolas Sarkozy, alors président de la République, sur la pénalisation du négationnisme en reprenant à son compte la position négationniste de la Turquie
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP
M. Juppé s'est opposé fermement à la loi qu'a portée Nicolas Sarkozy, alors président de la République, sur la pénalisation du négationnisme en reprenant à son compte la position négationniste de la Turquie
Tribune

Islamisme politique : la double erreur d'Alain Juppé

Publié le 18 novembre 2016
Tribune de Patrick Karam, président de la CHREDO (Coordination des chrétiens d'Orient en danger) et orateur national de Nicolas Sarkozy en charge notamment des chrétiens d'orient, de retour d'Egypte.
Patrick Karam
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick Karam, orateur national de Nicolas Sarkozy, en charge des chrétiens d’orient est aussi président de la Coordination des Chrétiens d’Orient en Danger (CHREDO).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tribune de Patrick Karam, président de la CHREDO (Coordination des chrétiens d'Orient en danger) et orateur national de Nicolas Sarkozy en charge notamment des chrétiens d'orient, de retour d'Egypte.

L'Egypte revient de loin, de très loin. Le déplacement que je viens d'effectuer dans ce pays vise à saluer la renaissance d'un pays qui n'est pas passé loin du chaos avec les frères musulmans de Morsi. Il s'agissait également d'encourager la volonté du président Al Sissi de réformer l'islam, de donner toute leur place aux chrétiens et de pousser à l'adoption d'un texte reconnaissant le génocide arménien qui a recueilli le soutien d'une majorité des députés égyptiens.

On se souvient de la répression contre les musulmans modérés et des persécutions que subissaient les coptes : enlèvement de femmes et de jeunes filles violées et converties, mariées de force, voilées intégralement, églises vandalisées et brûlées,  hommes menacés, frappés et tués devant des soldats qui restaient l'arme au pied et détournaient les regards. Et tout cela dans l'impunité la plus totale des assaillants qui appartenaient au parti au pouvoir.

Et malheureusement, à l'époque la plus sombre pour les chrétiens, il s'est trouvé des pays et des responsables politiques à soutenir sans réserve les Frères Musulmans et les islamistes.

C'était le cas d'Alain Juppé qui plaidait à l'époque pour « leur laisser le bénéfice du doute ». Au Caire en mars 2011, il recevait des jeunes cadres de l’organisation interdite des Frères Musulmans et les légitimait par une déclaration qui avait choqué les démocrates : « Plusieurs de ces jeunes (Frères musulmans) m’ont fait part de leur vision d’un islam libéral et respectueux des règles démocratiques (…) la présentation qui est parfois faite de ce mouvement mérite sans doute d’être révisée ».

Dans le Parisien du 27 août 2011, il persistait dans son erreur : « En Tunisie, en Egypte, en Syrie... ne stigmatisons pas a priori tous ceux qui se qualifient d'islamistes. Il y a des gens attachés à l'islam et en même temps prêts à accepter les règles de base de la démocratie. »

Il s’est lourdement trompé. A cause de lui, parce qu'il invite à refuser de « stigmatiser ceux qui se qualifient d'islamistes », parce qu'il confond intentionnellement islam et islamiste et laisse croire que les islamistes peuvent aussi être des démocrates, la France a donné un chèque en blanc aux mouvances les plus radicales et anti-occidentales sans demander en échange le respect des droits de l’homme, sans s'assurer des conséquences de leur soutien.

En Egypte où les chrétiens coptes représentent entre 6 et 15 millions de personnes et en Syrie on voit ce que sont devenus les mouvements qu'il soutenait.

En cela, la France a tourné le dos à son histoire. Cela été un coup terrible pour les démocrates musulmans et les chrétiens qui ont ressenti cela comme une trahison.

Dans cette même logique aveugle de compromission, M. Juppé s'est opposé fermement à la loi qu'a portée Nicolas Sarkozy, alors président de la République, sur la pénalisation du négationnisme en reprenant à son compte la position négationniste de la Turquie lors d'un déplacement à Ankara en novembre 2011. A l'époque, il demandait la création d’une commission d’historiens sur le génocide, ce qui revient à remettre en cause son existence. C’est le même procédé qu’utilise Ahmadinejab qui, pour contester la Shoah, réclame une commission d’historiens.

Il justifiait sa position moralement condamnable par des considérations politiques liés au poids économique de la Turquie et considérait que « Cette proposition de loi est intellectuellement, économiquement et diplomatiquement une connerie sans nom. On n’a pas à se lancer dans un concours des génocides.Tout ça pour tenter de récupérer les voix des Français d’origine arménienne. C’est ridicule ! »

Quatre ans plus tard, le voilà qui, oubliant ses beaux principes dans une tentative de récupérer les voix des Français d'origine arménienne, déclare en novembre 2016 dans « Les Nouvelles d'Arménie » : « Le génocide de 1915, le premier de l'ère moderne, a mené à la mort près d’un million et demi d’Arméniens, soit presque la moitié de la population arménienne de l’Empire Ottoman de l'époque. C'est une tragédie abominable qui ne doit pas être oubliée. Je sais l’importance du souvenir de ce drame dans l'histoire du peuple arménien dont nous nous sentons si proches. Je n’oublie pas que ce drame a eu lieu, aussi, parce que les Arméniens étaient des alliés de la France durant la Première Guerre Mondiale. Et au-delà, je mesure l’importance de cette commémoration pour l’humanité entière, pour éviter que de tels actes de barbarie ne se reproduisent. »

Quel Juppé faut-il croire ? Celui de 2012 ou celui de 2016 ?

D'autres faits montrent son ambiguïté et son double discours lorsqu'il s'agit de la Turquie. Alain Juppé est membre du conseil scientifique de l’Institut du Bosphore, lobby mis en place par la TUSIAD (MEDEF turc) pour défendre les intérêts turcs et promouvoir l’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne. Pourtant il se déclare contre cette entrée or lorsqu’il était ministre des affaires étrangères du gouvernement Balladur, il imposa le traité d’union douanière en 1995 entre l’Europe et la Turquie contre la Grèce, contre une partie des députés européens et des socialistes français.

Il ne fait pas mystère de sa turcophilie, une position intenable à l’heure où la Turquie joue un double jeu avec Daech et l’Occident et pratique un odieux chantage sur les immigrés. On n’avancera pas avec la Turquie tant qu’elle s’obstinera à nier la réalité du génocide arménien et qu’elle continuera son double jeu vis-à-vis des islamistes.

En Syrie, Ankara veut nous convaincre qu’il existe des « bons islamistes » qui défendent nos valeurs, qu’il faut soutenir contre Daech. De qui se moque-t-on ? Et quel est le sens de poursuivre les négociations d’adhésion à l’UE avec ce régime infréquentable qui exerce une oppression sans précédent sur sa population ?

Si l’histoire bégaie c’est parce que nous avons commis des erreurs par le passé et nous en payons les conséquences : terrorisme, crise des réfugiés, disparition des chrétiens notamment en Irak dont les rescapés ne peuvent ni ne veulent rentrer chez eux.

Nous avons aujourd’hui en France le devoir de nous poser la question de nos liens avec l’Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie, une question qui se pose sous l’angle du rapport de forces. On ne peut plus accepter le chantage turc ni le chantage commercial des Saoudiens et des Qataris.

Les musulmans en Europe et dans le monde font l’objet de la propagande des prédicateurs et imams islamistes téléguidés par l’Arabie saoudite, le Qatar ou encore la Turquie. 

En France, les imams sont majoritairement étrangers (80%). Cela explique que de nombreux imams parlent mal le français, voire pas du tout, et qu'ils ont besoin d’un encadrement spécifique afin de comprendre le contexte politique, culturel et social de la France.

Sur les 600 imams (sur 2000) rétribués en France, près de 60% est rémunéré par trois pays qui les ont détachés : l’Algérie (140), la Turquie (150) et le Maroc (48).

Cela donne à bon compte à ces pays un contrôle sur leurs ressortissants et interroge la souveraineté nationale du pays d’accueil car le système favorise l’ingérence.

Ainsi l'administration religieuse turque, qui exerce un contrôle sur les mosquées et sur la parole religieuse, l'étend aussi dans les pays où des communautés turques d’une certaine importance sont installées. C’est le cas en France où les imams turcs, les mieux formés en théologie mais aussi les plus mauvais francophones, présents surtout dans l'Est de la France, sont désignés par le Diyanet, le service des affaires religieuses. La Turquie se donne ainsi les moyens de prévenir toute évolution politique de ses nationaux. Elle peut en outre faire pression sur notre pays comme en 2012 à l’occasion de la loi portant sur le négationnisme des génocides pour laquelle les mosquées turques se trouvaient en première ligne dans l’organisation des manifestations.

Les imams rémunérés par des puissances étrangères restent en France pour une durée qui n'excède pas quatre années, insuffisante pour connaître et comprendre le pays d'accueil. Complètement déconnectés des problématiques françaises, ils se révèlent incapables d’adapter leur discours religieux. Leurs prêches sont déphasés et parfois dangereux pour des populations qui n'ont pas une culture religieuse structurée.

Cette déconnexion se pose avec plus d’acuité pour les imams qui viennent pour de courtes périodes, qui ne parlent pas français et ignorent tout de notre culture. Pendant le ramadan, ou certaines fêtes musulmanes, pour répondre à l’afflux de fidèles, les moquées font appel à des religieux venant de pays musulmans pour assurer les prêches. Leur discours religieux est complètement inadapté. Quant aux prédicateurs étrangers invités pour quelques prêches, la vision qu’ils développent peut poser un vrai problème en termes de sécurité publique ou d’antisémitisme.

Ajoutons à ce contexte compliqué, le discours de haine et de victimisation porté par des sites internet, des médias étrangers, et des mouvements radicaux qui alimentent le trouble et vise à déstabiliser notre pays.

La stigmatisation et l’instrumentalisation des musulmans de France est en train de nous conduire à une situation explosive. D’où la nécessité d’exiger l’arrêt de cet ingérence sur notre sol et cette « diplomatie des mosquées » qui porte atteinte à nos libertés et valeurs démocratiques et humanistes.

Or face à ce danger extrême qui menace de plonger notre pays dans la guerre civile, que propose M. Juppé ? Une « identité heureuse » fondée sur un «accommodement raisonnable » avec l’islamisme politique.

Alors qu'il s'est lourdement trompé sur la scène internationale, alors que le monde arabe n'a pas fini de payer les erreurs de ceux qui considérait les islamistes comme fréquentables, M. Juppé récidive en voulant faire de la France un terrain d'expérimentation qui risque de nous précipiter dans le chaos.

Pourtant, ce qui se passe dans le monde est extrêmement inquiétant. Nous assistons à des phénomènes de radicalisation extrêmement rapides. La propagande de Daech qui s’adresse en priorité aux plus vulnérables, sème partout la déstabilisation. Les métastases resteront même quand ils seront vaincus militairement. La nébuleuse islamiste comme à l’époque de l’Afghanistan mais à une tout autre échelle va se poursuivre et se retourner contre nous de façon plus redoutable.  Si dans les deux trois prochaines années on n’identifie pas clairement nos ennemis, notre politique étrangère et nos priorités, l’instabilité va se propager chez nous créant les conditions d’une guerre civile. Le souffle de la déflagration de ce qui se passe au Moyen Orient va nous atteindre avec une force jamais égalée, c’est l’effet boomerang de notre incohérence, d'une vision naïve de la situation et de notre politique court-termiste.

Pour les raisons inverses, je soutiens totalement Nicolas Sarkozy. Il faut se souvenir que c’est le premier président de la République à être intervenu sur les chrétiens d’Orient. C’est lui qui a mis en place en Irak les visas spécifiques de droit d’asile pour les chrétiens.

C’est lui le premier président à avoir voulu faire adopter une loi pénalisant le négationnisme mais qui a été malheureusement censurée par le conseil constitutionnel. C’est bien lui qui depuis 2012 a permis que le génocide arménien soit commémoré tous les 24 avril par la République avec la participation du président de la République.

Nicolas Sarkozy a plus que conscience de la gravité du problème des chrétiens et de la nécessité de leur présence en Orient.

Il a bien pris en compte l’évolution de la situation, à ses yeux on ne peut opérer une distinction entre Daech, le Front al Nosra, et tous les autres mouvements islamistes qui agissent en Orient, car ils représentent tous un danger mortel pour la stabilité de la région, pour la sécurité de l’Europe et la survie des minorités, dont les chrétiens. Il a aussi compris le danger qui nous menace, notamment ce visage de l’islamisme politique, qui avec des revendications qui portent atteintes aux valeurs de la République, prend en otage l’immense majorité des musulmans et crée des conditions d’une guerre civile dans notre pays.

La France est désormais sur le fil du rasoir et les prochaines années seront déterminantes pour notre futur. Face à un Juppé, dont les référentiels sont dépassés, nous avons besoin d'un homme fort et courageux qui saura rétablir l'ordre et la paix civile et porter des messages écoutés au plan international. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (38)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kiki08
- 18/11/2016 - 23:32
je vais voter fillon
je vais voter fillon .
lafronde
- 18/11/2016 - 21:56
La trahison de la France vient de la République elle même.
@moine marie Il n'est pas nécessaire de personnaliser la trahison de la Nation. Tous les dirigeants de la République ont signé ou appliqué les traités qui mettent la Nation en péril. Le projet européen a été perverti par le progressisme législatif. De nouveaux droits, les droits-créances ont été distribués d'abord à tous les nationaux dans chaque Etat d'Europe de l'Ouest, puis étendus par les juges européens de la CEDH à tous ceux qui arrivaient sur le territoire européen. Dès lors puisque le Droit européen leur donnait raison, les immigrationistes (juges, politiciens, lobbies) ont fait entrer en Europe des millions de pauvres. Cela continuera tant que l'Europe ou la France ne modifieront pas leur Droit des étrangers. Précisément F. Fillon a écrit qu'il ferait sortir la France de la CEDH (Figaro du 17/11). Alors puisqu'il fait le bon diagnostic : juridique, pourquoi ne pas lui permettre de concrétiser cette volonté libératrice ?
joke ka
- 18/11/2016 - 21:30
Ne laissons pas Juppé
Ne laissons pas Juppé représenter la droite..après avoir eu le président le plus médiocre, le plus ridicule de la planète ..ne laissons pas les médias de gauche nous imposer un 2ème mollasson islamophile ,un consensuel ,comme ils disent, qui croit en l'identité heureuse ,en décorant l'islam salafiste Tarek Obrou de la légion d'honneur(quelle honte) se faisant conseiller par Myriam Salah Eddine, militante de la grande mosquée ..Juppé est prêt à tout pour parvenir au pouvoir y compris faire un pacte avec les frères musulmans