En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

04.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

07.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

05.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

06.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 47 min 56 sec
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 2 heures 45 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 3 heures 35 min
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage aux personnel soignant
il y a 5 heures 30 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 7 heures 44 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 8 heures 15 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 8 heures 42 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 1 jour 2 heures
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 1 jour 2 heures
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 heure 17 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 3 heures 11 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 4 heures 54 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 7 heures 13 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 8 heures 3 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 8 heures 29 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 9 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 1 jour 1 heure
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 1 jour 2 heures
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 1 jour 3 heures
© Reuters
© Reuters
Robocop

Et maintenant, le biohacking : bientôt nous pourrons pirater le corps humain

Publié le 18 novembre 2016
Toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus fort... A l'heure où les nouvelles technologies se développent à vitesse grand V, le corps humain pourrait bien être l'objet d'incroyables modifications dans les décennies à venir.
Laurent Alexandre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chirurgien de formation, également diplômé de Science Po, d'Hec et de l'Ena, Laurent Alexandre a fondé dans les années 1990 le site d’information Doctissimo. Il le revend en 2008 et développe DNA Vision, entreprise spécialisée dans le séquençage...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus fort... A l'heure où les nouvelles technologies se développent à vitesse grand V, le corps humain pourrait bien être l'objet d'incroyables modifications dans les décennies à venir.

Atlantico : Avec les progrès technologiques constants, le biohacking commence à apparaître, notamment avec la société Dangerous things qui développe actuellement des puces qui vont se greffer dans notre corps. Ces puces sont-elles une nouveauté ?

Laurent Alexandre : Les start-ups comme Dangerous things expliquent que les frontières éthiques actuelles sont destinées à être bousculées. Les frontières actuelles doivent être repoussées selon eux. De fait, des acteurs se situent dans la lignée transhumaniste.

Dans ce contexte, les transhumanistes soutiennent une vision radicale des droits de l’humain. Pour eux, un citoyen est un être autonome qui n’appartient à personne d’autre qu’à lui-même, et qui décide seul des modifications qu’il souhaite apporter à son cerveau, à son ADN ou à son corps au fil des avancées de la science. Ils considèrent que la maladie et le vieillissement ne sont pas une fatalité. La domestication de la vie pour augmenter nos capacités est l’objectif central des transhumanistes.

Selon eux, l’humanité ne devrait avoir aucun scrupule à utiliser toutes les possibilités de transformation offertes par la science. Il s’agit de faire de l’homme un terrain d’expérimentation pour les technologies NBIC : un être en perpétuelle évolution, perfectible et modifiable jour après jour par lui-même. L’homme du futur serait ainsi comme un site Web, à tout jamais une "version bêta", c’est-à-dire un organisme-prototype voué à se perfectionner en continu.

Dans quel courant du biohacking s'inscrivent ces puces qui se greffent dans notre corps ? Sont-elles une grande avancée technologique au vu de ce que nous faisons actuellement ?

Ce biohacking est plus violent sur le plan idéologique qu’efficace sur le plan technologique. Derrière les slogans, ces modifications technologiques restent modestes, anecdotiques et peu utiles.

Mais certains acteurs de la Silicon Valley veulent aller beaucoup plus loin. Ray Kurzweil, directeur du développement et ingénieur en chef de Google, a déclaré que nous utiliserions des nanorobots intracérébraux branchés sur nos neurones pour nous connecter à Internet vers 2035.

De même, pour que nous ne soyons pas écrasés par l’Intelligence Artificielle, l’industriel Elon Musk a proposé, le 2 juin 2016, la mise au point d’une interface entre le cerveau humain et le cerveau numérique. Il envisage un système branché à la veine jugulaire qui distillerait des nanocomposants dans le cerveau, ce qui nous transformerait en êtres symbiotiques où le numérique communique avec notre esprit.

Allons-nous bientôt être en symbiose avec notre personnalité numérique ? Ce type "d’avancée technologique" doit-elle nous inquiéter ? N’est-ce pas préoccupant de créer cette convergence entre corps et technologie ?

Cette fusion de la technologie et de la vie, de notre corps avec les microprocesseurs, est profondément anxiogène. Il faut bien voir que c’est la montée en puissance des transhumanistes de la Silicon Valley qui nous met face au risque d’une dissolution de notre humanité dans la technologie.

Traditionnellement, l’homme se construit sur ses limites, ses faiblesses et l’inéluctabilité de la mort. Dépassant ce fatalisme, les transhumanistes veulent supprimer toutes les limites de l’humanité et démanteler tous les impossibles grâce aux technologies NBIC (nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives), dont le potentiel croît de manière exponentielle. La mort de la mort, l’augmentation des capacités humaines, la fabrication d’intelligences artificielles, la création de la vie en éprouvette et la colonisation du cosmos sont les cinq premiers objectifs de ce mouvement qui promeut l’homme 2.0, ou homme­-dieu.

Le mois de septembre a été caricatural à cet égard et marque une accélération de la montée en puissance des transhumanistes de la côte ouest des Etats-­Unis. Le 20 septembre, Microsoft a présenté un plan pour vaincre le cancer avant 2026. Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, a annoncé le 21 septembre un premier financement de 3 mil­liards de dollars (2,7 milliards d’euros) pour éradiquer la totalité des maladies avant 2100.

Le même jour, Elon Musk, patron des voitures électriques Tesla et des fusées SpaceX, a précisé son programme de colonisation martienne. Le 29 septembre, Microsoft annonçait la création d’une unité géante de recherche sur l’intelligence artificielle riche de 5 000 chercheurs et ingénieurs.

La Silicon Valley et, au­-delà, les Gafami (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft et IBM) deviennent les bras armés d’une stratégie visant à rendre l’homme maître de sa propre nature. Cette redistribution des cartes est inattendue.

Des projets révolutionnaires sont également dans les cartons des BATX (Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi), qui sont les concurrents chinois de la Silicon Valley. Aucun institut de recherche européen ne peut lutter contre les immenses moyens des géants du numérique, qui bénéficient d’une base installée de milliards de clients : les transhumanistes ont des moyens quasi illimités.

La volonté de doter l’homme de pouvoirs démiurgiques vertigineux est en rupture radicale avec l’idéologie judéo­chrétienne qui fonde la société européenne. Cela organise un changement de civilisation.

Nos sociétés n’ont pas cru au tsunami technologique et ne s’y sont pas préparées. La gouvernance et la régulation des géants du numérique et des technologies NBIC qu’ils sont presque seuls à maîtriser sont des enjeux politiques cruciaux. Le biohacking n’est que l’une des pièces de cette vertigineuse transformation de notre identité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
atlantico@jefsey.com
- 12/11/2016 - 11:48
Trans, Post ou Plus-Humain ?
Et si nous acceptions que le happax (fait déclenchant) de la singularité techno-logique a eu lieu le 21 janvier 1889 (acceptation de l'irrésolubilité mathématique du problème des "n-corps" pour n>2 : c'est à dire l'incapacité de la raison logique à deux prémisses (dialectique) à résoudre la complexité (polylectique) de l'univers (chaos) en temps réel. Donc le besoin d'un catalyseur intellectuel : l'ordinateur. De là tout doit être remis en perspective. Les moyens de réponse (subsidiarité, intellectuel, quantique, relativité, incomplétude mathématique, fonction processorale de Turing, réseau, agorique, fractalité, interligence et précaution) obligent l'inter-discours humain (logos) à s'armer du savoir-comment-commun (techne). Par le logiciel la machine affranchit la pensée de son auteur des contraintes du temps d'exécution et de sa présence. Kurzweil ne nous annonce-il pas simplement les moyens de la philia (amour d'entraide) assisté par ordinateur mobile ? Du Plus-Humain : non-pas l'homme augmenté mais l'homme prothétiquement approfondi dans ses deux sens méconnus : (1) empathie, la perception par neurones mirroirs et (2) intellition la perception par l'intelligence ?