En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
Enfin !
25 ans plus tard, ça y est ! Les pays de l’ancien bloc communiste sont enfin heureux du passage à l’économie de marché
Publié le 18 novembre 2016
Voilà maintenant près de vingt-cinq ans que la transition vers l'économie de marché a été initiée dans les pays de l'ancien bloc communiste.Or ce n'est qu'aujourd'hui que les populations de ces pays s'estiment satisfaites des conditions de vie instaurées par cette transformation.
Jean-Marc Siroën est économiste. Il enseigne actuellement à l’université Paris Dauphine et est professeur au sein du département Master Sciences des Organisations. Il est spécialiste d’économie internationale. Il participe également au programme de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Siroën
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Siroën est économiste. Il enseigne actuellement à l’université Paris Dauphine et est professeur au sein du département Master Sciences des Organisations. Il est spécialiste d’économie internationale. Il participe également au programme de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voilà maintenant près de vingt-cinq ans que la transition vers l'économie de marché a été initiée dans les pays de l'ancien bloc communiste.Or ce n'est qu'aujourd'hui que les populations de ces pays s'estiment satisfaites des conditions de vie instaurées par cette transformation.

Atlantico : Un récent rapport (voir ici) de la Berd (Banque européenne pour la reconstruction et le développement) révèle que 70% des habitants d'Asie centrale et 58% de ceux vivant en Europe centrale et orientale déclarent être aujourd'hui satisfaits de leurs conditions de vie. Dans quelle mesure ces chiffres témoignent-ils des bienfaits qu'a eu la transition vers l'économie de marché dans les pays de l'ancien bloc communiste ?

Jean-Marc Siroën : Il faut nuancer cet écart. Certains pays d’Asie centrale "surperforment" par rapport aux autres pays en transition. Il s’agit du Kirghizstan, du Tadjikistan et de l’Ouzbékistan. Ils sont enclavés, peu peuplés, agricoles. La transition ne fut que partielle. Il est donc difficile d’en tirer des conclusions généralisables d’autant plus que dans ces pays autoritaires les personnes interrogées peuvent craindre de s’exprimer sincèrement. Plus significativement, les chiffres de satisfaction les plus élevés et qui ont connu la plus forte augmentation depuis 2010 se retrouvent dans les ex-pays socialistes, qui ont adhéré à l’Union européenne ou qui sont candidats à l’adhésion. Ils ont dû se réformer en profondeur avec l’aide et les conseils de l’Union Européenne qui a été le fer de lance d’une transition douloureuse, mais finalement plutôt réussie. Les fonds européens ont largement contribué à la convergence des situations économiques et … des opinions. Les pays baltiques ou d’Europe centrale se comparent aujourd’hui à l’Italie ou à l’Allemagne. Plus que ces chiffres, ce sont les évolutions depuis 2010 qui sont à retenir. Elles montrent que, malgré la crise économique et les doutes sur l’intégration européenne, la satisfaction augmente dans les pays de l’Union européenne issus du bloc socialiste alors qu’elle tend à régresser dans les pays fondateurs. Remarquons également la contradiction qui existe entre cette amélioration de la satisfaction des citoyens constatée par l’étude et le comportement des électeurs qui plébiscitent des gouvernements nationalistes, eurosceptiques et de plus en plus autoritaires, comme le montre l’évolution de pays comme la Pologne, la Hongrie ou la Slovaquie. Tout se passe un peu comme si ces pays estimeraient aujourd’hui avoir tellement bien réussi leur transition, qu’ils pourraient se passer de l’Union européenne. Cela reste évidemment à prouver.

Il aura fallu près de vingt-cinq ans - depuis que les premières réformes visant à passer d'une économie planifiée à une économie de marché ont été initiées dans les pays anciennement communistes - pour que les habitants de ces pays estiment enfin leurs conditions de vie satisfaisantes. Comment expliquer que cela ait pris autant de temps ?

La transition économique impliquait notamment la liberté des prix, la privatisation et la maîtrise de l’inflation. Le rythme auquel les réformes devaient être mises en œuvre a opposé les "gradualistes" aux partisans de la "thérapie de choc" ? Ce dernier choix fut celui de la Pologne, de la Russie, de l’Ukraine ou de la République tchèque. Aujourd’hui, il n’apparaît pas clairement que la thérapie de choc, ait toujours permis d’accroître plus rapidement le niveau de satisfaction des populations. Si, en théorie, le contenu des réformes peut-être défini et formalisé très rapidement, dans les faits, certains choix peuvent avoir des effets durables négatifs. Ainsi, la privatisation russe a surtout permis l’émergence d’une nouvelle classe possédante et corrompue – les oligarques – peu susceptible d’emporter l’adhésion de populations qui dans le même temps perdaient la garantie de l’emploi et  la gratuité de services publics comme la santé ou l’enseignement. Ces années ne furent pas non plus des années faciles avec la crise de la dette des années 1990 qui obligera le FMI à intervenir dans certains pays, comme la Russie. Ajoutons que la transition économique devait s’accompagner d’une transition institutionnelle et politique. De ce point de vue, le résultat est encore une fois à nuancer.  Beaucoup de pays ex-socialistes restent très corrompus avec une caste dirigeante qui n’hésite pas à prendre ses distances avec l’état de droit et les libertés.  

Le rapport de la Berd met en évidence un phénomène en particulier : pendant que la satisfaction liée aux conditions et à la qualité de vie augmente dans les pays anciennement communistes, celle-ci diminue dans des pays européens ayant eux aussi connu des transitions (Grèce, Allemagne, etc.) mais où le salaire moyen est bien plus élevé que dans les anciens pays communistes. Comment s'explique cette insatisfaction croissante dans les pays avec lesquels les anciens pays du bloc communiste sont comparés ? Qu'est-ce que cela dit du rôle de l'argent dans les critères pris en compte permettant de juger des conditions de vie ?

Il est extrêmement difficile de comparer les transitions qui, de fait, ont plus ou moins réussi et sont plus ou moins longues. L’Allemagne de l’Est a bénéficié du soutien massif de l’Allemagne de l’Ouest et la plus grande insatisfaction ressentie entre 2010 et 2015-16 est très faible et peut aisément s’expliquer par la stagnation des salaires et une plus grande précarisation du travail qui doivent peu à la transition. De même, la régression d’autres pays témoins est la conséquence logique de la dégradation de la situation de ces pays suite à la crise de l’endettement qu’ont connu la Grèce ou l’Italie ou à la crise des pays émergents qu’affronte la Turquie qui, par ailleurs, se trouve aujourd’hui dans une situation d’instabilité.  

Le rapport de la BERD montre que l’influence du revenu par tête sur la satisfaction serait légèrement plus importante en 2015-2016 qu’en 2010. Mais cette relation tolère des écarts importants : l’Estonie qui dispose du même revenu par tête que la Grèce a néanmoins un niveau de satisfaction 3 fois plus élevé ! Ces écarts sont compréhensibles. La satisfaction des citoyens porte moins sur le niveau de leur revenu que sur leur évolution qui, de fait, a été très négative en Grèce. D’une manière générale, la comparaison des niveaux de satisfaction entre les pays n’a pas grand sens. C’est l’évolution dans chaque pays qui doit nous intéresser. Si on peut se réjouir de leur amélioration dans les pays ex- socialistes membres de l’Union Européenne, on ne peut que s’inquiéter de leur détérioration ou de leur bas niveau dans d’autres pays européens (Italie, Chypre,…), mais aussi dans de grands ex-pays socialistes comme la Russie, l’Ukraine, la Biélorussie, l’Azerbaïdjan, la Moldavie… 

Une des conclusions que l’on peut néanmoins tirer de l’étude est que la transition apparaît plus satisfaisante et a mieux progressé dans les pays qui ont fait le choix de l’Union Européenne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
03.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
04.
Gilets jaunes : les états-majors des grandes entreprises imaginent trois scénarios de sortie de crise possibles
05.
Bercy découvre que les entreprises françaises sont menacées par « des casseurs » venus de la finance anglo-saxonne
06.
L’affaire Benalla, ou la preuve qu’Emmanuel Macron est lui-même son pire ennemi politique
07.
"Bouffon" : Gérard Darmon s'en prend à Franck Dubosc
01.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
02.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
03.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
04.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
05.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
06.
Projet de réforme des retraites : règle d’or et cagnotte, les deux points qui risquent de mettre le feu aux poudres
01.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
02.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
03.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
04.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
05.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
06.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
langue de pivert
- 14/11/2016 - 12:09
☺ Le communisme est mort centenaire !
Améliorer les conditions de vie des populations n'était pas l'objectif. Pour les totalitaristes rouges c'était embrasser sur la bouche l'économie de marché ou disparaitre ! Le communisme n'est tout simplement pas viable ! Un siècle après la révolution d'octobre le bolchévisme avale son képi. Et en crève la gueule ouverte. Par bonheur il reste la Corée du nord et quelques autres miasmes par ci par là, musées de cette idéologie criminelle ! La plus meurtrière de l'histoire de l'humanité ! Nous il nous reste le P.S. (canal historique :-) le PC et Mélanchon + quelques miasmes rubiconds pour ne pas oublier ! Plus jamais ça ! ☺ no pasaran, la table est "débarasée", dans la poubelle de l'histoire les cocos-boys ! Fermer le ban, fermons le couvercle ! Vive le capitalisme (à visage humain de préférence :-)
zouk
- 14/11/2016 - 11:24
Ex pays communistes
La preuve que des réformes radicales fonctionnent, le libéralisme en tête.