En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
Atlanti-culture

Un hommage mérité à une certaine "littérature du réel"

Publié le 07 novembre 2016
Le Prix Medicis est allé, fort justement, à un livre "dur", inspiré d'un fait divers horrible. Un roman rigoureux, exigeant, qui vous prend aux tripes.
Serge Bressan est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Bressan pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Bressan est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Prix Medicis est allé, fort justement, à un livre "dur", inspiré d'un fait divers horrible. Un roman rigoureux, exigeant, qui vous prend aux tripes.

Livre

« Laëtitia ou la fin des hommes »

d’Ivan Jablonka

Ed. du Seuil

384 pages

21 €

L'auteur

Né le 23 octobre 1973 à Paris, Ivan Jablonka est écrivain et historien. Actuellement, il est professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris-XIII-Nord. Auparavant, il a enseigné à l’université du Maine, au Mans (2005-2013), en qualité de maître de conférences en histoire contemporaine. Parallèlement, il travaille pour le monde de l’édition; ainsi, depuis 2009, il co-dirige avec Pierre Rosanvallon la collection « La République des idées » (Seuil) et, en 2013, il a lancé la collection « La Vie des idées » (P.U.F.).

Auteur, il publie un premier livre, « Les vérités inavouables de Jean Genet » (2004). Suivront, entre autres, "Histoire des grands-parents que je n'ai pas eus" (2012), "L’histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales" (2014) et, en août 2016, « Laëtitia ou la fin des hommes »- Prix littéraire du « Monde » et tout récent Prix Médicis (roman français).

Thème

Présentant « Laëtitia ou la fin des hommes », Ivan Jablonka a prévenu et répété : « De Laëtitia, j’ai voulu faire une héroïne des temps modernes ». Elle s’appelait Laëtitia Perrais, avait 18 ans… Dans la nuit du 18 au 19 janvier 2011, elle a été enlevée à cinquante mètres de son domicile, dans la région nantaise, poignardée, étranglée. Son corps sera retrouvé quelques semaines plus tard.

Ce n’aurait pu être qu’un banal et effroyable fait divers. Mais c’est devenu une affaire politique, une affaire d’Etat lorsque le Président de la République d’alors, Nicolas Sarkozy, s’en est pris aux juges, leur reprochant de ne pas avoir mis en place le suivi psychologique du « présumé coupable ». 8 000 magistrats manifesteront dans la rue…

Ce n’aurait pu être donc qu’un banal et effroyable fait divers, sauf que, également, un historien, Ivan Jablonka, va pendant deux ans rencontrer la sœur jumelle de la victime, des enquêteurs, des gendarmes, des juges d’instruction ou encore des journalistes puis assister au procès du meurtrier, en octobre 2015. Jablonka, dès lors, reconstitue l'histoire de Laëtitia, histoire passée au scanner des vices et turpitudes de notre société contemporaine…

Points forts

- L’ambition affichée d’Ivan Jablonka : étudier et traiter le fait divers comme un objet d’histoire.

- L’exploration par l’auteur des frontières (réelles ? imaginaires ?) entre littérature, histoire et sciences sociales.

- La savante, à peine perceptible et jamais prétentieuse construction du récit.

- La digne plongée dans le monde des « gens de peu ». A aucun moment, Ivan Jablonka ne tombe dans le misérabilisme ni dans la compassion naïve ou feinte…

- L’étude quasi chirurgicale du parcours de Laëtitia. Un parcours de violences dans un monde où les femmes sont harcelées, frappées, violées… tuées.

Points faibles

Certains lecteurs seront désarçonnés par le parti pris d’Ivan Jablonka de mêler sciences humaines et littérature, ce qui, parfois, peut nuire à la fluidité du récit.

En deux mots

Avec « Laëtitia ou la fin des hommes », Ivan Jablonka ne raconte pas seulement un fait divers. Il signe un « livre hybride », parfait, et prouve que la « littérature du réel », quand elle ne tourne pas autour du nombril de l’auteur, offre au lecteur des pages aussi définitives que lumineuses. Son prix Médicis est mille fois mérité et justifié !

Une phrase

Ou plutôt un extrait :

-« Petite fille, elle est restée timide, inhibée, impressionnable, dissociée d’elle-même, spectatrice de la violence et des actes de maltraitance qu’on lui infligeait. Elle a été d’autant plus oubliée dans son coin qu’elle ne réclamait rien ; on l’a d’autant moins consolée qu’elle semblait passive, absente à sa propre vie. Toutes ces choses inexplicables, les cris, les coups, les larmes, les changements, l’indifférence, ont fait naître en elle ces axiomes monstrueux, ces vérités nichées au plus profond de son être, jusqu’à devenir la substance même dont elle était faite :

Papa a raison

Papa a raison, sinon il tape

Papa a toujours raison, sinon il tue maman

Les hommes ont toujours raison, sinon ils nous tuent ».

Recommandation

ExcellentExcellent

POUR DECOUVRIR CULTURE-TOPS, CLIQUEZ ICI : des dizaines et des dizaines de critiques sur chaque secteur de l'actualité culturelle

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pale rider
- 07/11/2016 - 15:55
Exploiter un fait divers aussi récent
Et aussi tragique est obscène. Honte à l auteur .