En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

05.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

06.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 5 heures 18 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 43 min
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 11 heures 53 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 13 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 14 heures 56 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 15 heures 19 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 16 heures 14 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 17 heures 37 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 19 heures 3 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 20 heures 9 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 5 heures 31 min
light > People
Parisian Way of Life
Une plaque a été installée dans un restaurant KFC à Paris après le passage de Kim Kardashian et Kanye West
il y a 10 heures 12 min
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 12 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 14 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 15 heures 4 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 15 heures 40 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 17 heures 18 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 18 heures 5 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 19 heures 33 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 20 heures 25 min
© Martin BUREAU / POOL / AFP
Au sein de la primaire, la tendance eurosceptique ou souverainiste est très peu représentée. Mais il existe une droite "hors les murs" représentée notamment par le parti de Nicolas Dupont Aignan, Debout La France.
© Martin BUREAU / POOL / AFP
Au sein de la primaire, la tendance eurosceptique ou souverainiste est très peu représentée. Mais il existe une droite "hors les murs" représentée notamment par le parti de Nicolas Dupont Aignan, Debout La France.
Crise de représentativité

Comme un décalage : l'électorat de droite euro-sceptique peut-il trouver son compte dans une primaire à 6 candidats pro-européens sur 7 ?

Publié le 04 novembre 2016
Ce jeudi 3 novembre, l'Europe sera l'un des thèmes du deuxième débat de la primaire de la droite et du centre. Alors que tous les candidats ont des positions europhiles-critiques qui ne remettent pas en cause l'Union européenne telle qu'elle existe aujourd'hui, la tendance eurosceptique ou souverainiste, de plus en plus prégnante au sein de l'électorat, est très peu représentée.
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce jeudi 3 novembre, l'Europe sera l'un des thèmes du deuxième débat de la primaire de la droite et du centre. Alors que tous les candidats ont des positions europhiles-critiques qui ne remettent pas en cause l'Union européenne telle qu'elle existe aujourd'hui, la tendance eurosceptique ou souverainiste, de plus en plus prégnante au sein de l'électorat, est très peu représentée.

Atlantico : Selon une étude Yougov réalisée pour le Huffington Post et I-Télé en juillet 2016 (voir ici), 27% des sympathisants LR considèrent que pour répondre à la crise de l'Union européenne, il faudrait donner plus de pouvoir à l'Union européenne, 44% qu'il faudrait lui en donner moins et 11% qu'il faudrait supprimer l'UE. Par ailleurs, quasiment un quart des sympathisants LR (23%) voteraient pour une sortie de la France de l'Union si un référendum se tenait. Alors que l'Europe sera l'un des thèmes abordés au cours du deuxième débat de la primaire, quelles sont les différentes sensibilités de l'électorat LR sur ce thème ? Que demandent les électeurs ? Peut-on considérer que l'offre électorale de la primaire couvre les différentes attentes des électeurs ? 

Christophe Bouillaud : Si on prend en compte l'ensemble des électeurs de la primaire de la droite et du centre, il est très probable qu'il y ait une tension entre les électeurs centristes de sensibilité démocrate-chrétienne traditionnelle, qui sont les plus favorables à l'Europe, et les électeurs situés à la droite de l'échiquier politique, de sensibilité post-gaulliste ou souverainiste et qui n'ont pas un regard positif sur l'Europe.

Il est frappant de constater que la plupart des candidats de la primaire sont sur des positions europhiles-critiques : aucun d'entre eux ne remet sérieusement en cause l'UE telle qu'elle existe actuellement. Il semble que le plus critique soit aussi celui qui recevra probablement le moins de suffrages, M. Poisson. De façon paradoxale, ce dernier représente une forme d'engagement chrétien en politique qui, sur l'Europe, ne correspond plus vraiment aux critères habituels de la démocratie chrétienne. J'ajouterais que la seule voix résolument critique de l'Europe au sein des Républicains, Henri Gaino, n'a pas pu participer à la primaire, faute de parrainages.

Au sein de la primaire, la tendance eurosceptique ou souverainiste est donc très peu représentée. Mais il existe une droite "hors les murs" représentée notamment par le parti de Nicolas Dupont Aignan, Debout La France. Ce parti, qui incarne aussi la droite républicaine, a un positionnement totalement différent des Républicains sur l'Europe.

Les candidats, qui veulent afficher leur différence tout en ayant le souci de montrer qu'ils sont sur la même ligne, donnent l'impression, sur la majorité des sujets, d'avoir des différences de degré et non de nature. Cela est-il également le cas en ce qui concerne l'Europe ? Quels sont les différents positionnements des candidats de la primaire sur ce thème ?

On aura la réponse à cette question jeudi soir lors du débat. Il me semble que les différences ne sont pas énormes, dans la mesure où tous les candidats sont dépendants de l'histoire d'un parti  - l'UMP puis Les Républicains - où il n'y a pas eu de débat sur l'Europe depuis le début des années 2000. La disparition de Philippe Seguin et du courant souverainiste au sein de la droite traditionnelle a finalement clos le débat.

Selon Guillaume Bernard, "il y a une fracture d’ordre sociologique en raison de la distorsion entre la direction du parti et l'opinion publique de manière générale. Par l'alliance des centristes et du RPR, on a eu une direction du parti plus modérée que ne le sont les électeurs, et plus encore les sympathisants. Nous avons donc d'un côté une base droitière et de l'autre une élite plutôt portée vers le centre". Quelles pourraient être les conséquences politiques de ce décalage entre des candidats de droite majoritairement europhiles et les électeurs de droite qui semblent rejeter l'Europe telle qu'elle est ? Le vote de ces électeurs pourrait-il aller vers des candidats aux positions plus tranchées, tels que Jean-Luc Mélenchon ou Marine Le Pen ?

Dans le cadre de la primaire, les conséquences de cette fracture resteront relativement limitées dans la mesure où les électeurs qui veulent voter à la primaire de la droite et du centre ne font pas de l'enjeu européen un élément essentiel de leur choix. Quant aux électeurs qui sont situés à la droite de l'échiquier politique et qui ne supportent plus l'Europe telle qu'elle est, s'ils sont cohérents avec eux-mêmes, ils n'iront pas voter à la primaire. Par ailleurs, il n'est pas certain que les leaders de la droite et du centre soient capable d'apporter quelque réponse que ce soit aux électeurs, ils ont donc plutôt intérêt à mettre le sujet de l'Europe en sourdine.

Au niveau de l'élection présidentielle, il est évident que la question européenne favorisera toutes les forces à droite comme à gauche qui s'opposent à l'Union européenne telle qu'elle est actuellement. Le scénario de 2012 devrait probablement se reproduire avec d'une part une poussée à droite et à gauche des partis anti-Europe et d'autre part des candidats du centre-droit et du centre-gauche (c’est-à-dire des Républicains et probablement du PS), tenant eux-mêmes des discours très critiques sur l'Europe. En résumé, tout le monde sera critique sur l'Europe mais seulement une partie des électeurs croiront à la véridicité des critiques faites par les partisans du statu quo européen. Se côtoieront ainsi la critique crédible des extrêmes et la critique "pour de rire" des partis de gouvernement. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

05.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

06.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 04/11/2016 - 10:27
débat sur l'Europe
inexistant .Peut être au troisième débat ?
Alain Proviste
- 03/11/2016 - 16:51
DEPHASAGE
Sur de nombreux sujets de société, ceux listés par Ikaris en particulier : immigration, sécurité, politique étrangère, l'opinion publique est plus à droite que les élites (= politiques + journalistes = ceux qui causent dans le poste). La raison est à mon sens simple : c'est la sagesse populaire qui fait encore preuve d'un bon sens qui a fuit les élites. Les élites sont très "travaillées" par le pouvoir culturel très à gauche pour ne pas dire gauchiste, sachant que la droite persiste à courir après la gauche. Il y avait d'ailleurs ici il y a peu un article très instructif sur les origines de la culture de l'excuse qui indiquait bien que cette idéologie va souvent à rebours du bon sens. Donc concrètement la France continue à s'enfoncer à cause de quelques milliers de prétendus intellectuels idéologues.
Leucate
- 03/11/2016 - 14:39
"droite -gauche" obsolète
Les droites gauches sont quasiment interchangeables que ce soit en matière de sécurité intérieure et sur l'UE qui nous empêche de faire les choix qui s'imposent, sans parler de la monnaie unique qui nous étrangle.
Il y a donc aujourd'hui l'opposition entre europhiles et europhobes.
Les primaires actuelle LR.UDI sont internes à une des partis europhiles tout comme celles du PS s'il y en a ne concerneront que l'autre partie.
Les euro sceptiques de droite n'ont finalement qu'une seule option, rejoindre le Parti de Droite Nationale qui représente le mieux les eurosceptiques;
2005 était une mise ne place de ce bipartisme. En 2017 on y sera en plein.