En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

04.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

05.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

06.

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

07.

Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 7 heures 44 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 10 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 11 heures 56 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 12 heures 34 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 14 heures 29 min
pépites > Santé
Bilan de la crise
François Hollande reconnaît une "part de responsabilité dans la situation de l’hôpital"
il y a 15 heures 47 min
décryptage > International
Vague épidémique

Le Brésil, nouvel épicentre du Covid-19 ?

il y a 17 heures 53 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie
il y a 18 heures 24 min
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 19 heures 5 min
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 19 heures 54 min
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 7 heures 59 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 11 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 12 heures 11 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 13 heures 38 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 15 heures 8 min
pépite vidéo > Insolite
La grande évasion
Saturne, "l'alligator d'Hitler", est mort au zoo de Moscou à l'âge de 84 ans
il y a 16 heures 27 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La réindustrialisation de l’Europe suite au COvid-19. Sera-t-elle centrée sur l’Allemagne ou également répartie entre les nations d’Europe ?

il y a 18 heures 10 min
décryptage > France
Ils sont des dizaines de milliers à l’écouter

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

il y a 18 heures 39 min
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 19 heures 26 min
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 20 heures 18 min
Paris-Doha

Les banlieues sous influence étrangère ?

Publié le 15 février 2012
Le Qatar a créé un fonds d'investissement de 50 millions d'euros fin 2011 pour financer des projets économiques en France, et promouvoir l'emploi des jeunes de banlieues directement en territoire qatari. Mais comment les Français issus de l'immigration réagissent-ils ?
Didier Bourg est sociologue, journaliste et enseignant. Il a préparé une thèse de doctorat en sociologie sur les "processus d'identification à l'islam et les modes d'expression collective des jeunes musulmans pratiquants en France" à la fin...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Bourg
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Bourg est sociologue, journaliste et enseignant. Il a préparé une thèse de doctorat en sociologie sur les "processus d'identification à l'islam et les modes d'expression collective des jeunes musulmans pratiquants en France" à la fin...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Qatar a créé un fonds d'investissement de 50 millions d'euros fin 2011 pour financer des projets économiques en France, et promouvoir l'emploi des jeunes de banlieues directement en territoire qatari. Mais comment les Français issus de l'immigration réagissent-ils ?

Atlantico : Le Qatar s’est illustré en créant un fonds de 50 millions d'euros en faveur des banlieues, et a permis à quelques jeunes de séjourner dans ce riche émirat. Quel regard ces jeunes, et leurs parents, portent-ils sur les Qataris ?

Didier Bourg : C’est vraiment la dimension extra-terrestre ! Voici un exemple, un peu vieux, mais qui est toujours valable : pendant la Coupe du monde de 1998, lors d’une conférence à Lyon à l’Association des jeunes musulmans. Je dois rappeler au préalable que malgré ma double nationalité franco-italienne, je soutiens toujours l’équipe de France par identité vis-à-vis de mes cousins qui résident en Italie.

Ainsi, j’ai assisté au quart de finale France-Italie avec des jeunes de l'association. Ces derniers n’ont pas compris que je fête la qualification de la France ! Cela a créé une espèce d’animosité entre nous, car eux célébraient plutôt les défaites de la France… exception faite d'un match contre l’Arabie saoudite ! Selon eux, ce pays est "pourri", "hypocrite vis-a-vis de l’islam" et "envahi de pétro-dollars"… Dans ce cas, les jeunes des banlieues ont ce regard de la classe populaire, pour qui les riches sont forcément de "sales riches". Pour le Qatar, les réactions restent inchangées. Ils ne peuvent pas avoir une vision positive de ce type de pays.

Cependant, à titre individuel, si l’un d’entre eux peut ajouter à son CV qu'il s'est rendu au Qatar, il n'y manquera pas. Reste que la plupart du temps, ils ne sont pas arabophones et paradoxalement, ils ont moins d’intérêt culturel ou professionnel que n’importe quel autre Français à l'égard de ce pays. Ils n’ont pas envie de partir s’installer au Qatar, car ils ont envie de revenir en France où sont leurs repères : la famille et les amis. D’ailleurs, à chaque fois que j’ai parlé avec des musulmans pratiquants qui n’aimaient pas la France et qui ont voulu retourner dans leur pays d’origine, ils sont revenus très vite en France, par trop habitué à un État de droit et aux libertés ! Comme tous les autres Français, ils ne sentent jamais autant Français que quand ils ne sont plus en France !

Quels rapports entretiennent la première et la deuxième génération d'immigrés avec leurs pays d'origine ?

La première génération d'immigrés avait un rapport ethnico-national avec son pays d’origine. Ils attachaient énormément d'importance au fait d'être Algérien, Tunisien ou Marocain. Ils avaient ce profond attachement national à un pays. Contrairement à la seconde génération, où l'on note une rupture avec ce rapport ethnico-national.

Le pays d’origine c’est le pays de leur cœur, ils apprécient ce lien, mais ils n’y ont pratiquement jamais mis les pieds ou n’y sont allés que de manière exceptionnelle. Ils n’en connaissent rien sur le plan de la politique, des sportifs ou de la culture. L’influence est donc limitée. Contrairement à la première génération, la deuxième génération a été élevée avec des « copains » français, tunisiens, marocains, d’Afrique sub-saharienne, etc. Et ils ne font pas de différences. C’est-à-dire qu’ils ont dépassé leur nationalité d’origine pour s’ouvrir à l’identité maghrébine - en gommant la xénophobie de leurs parents pour les pays voisins du leur).

Cela dit, dans leur rapport au monde, ils portent sur le Maghreb le même regard que celui d’un « Français moyen ». Naturellement, quand ils voient à la télé ce qui se passe en Syrie, ils ont la réaction de tout être humain et sont indignés par les massacres de civils perpétrés par un dictateur qui a tous les pouvoirs…
 

Justement, quelles sont leurs valeurs ?

La seconde génération a été formée (voire formatée) par l’école de la République. On leur a inculqué des valeurs et ce qu’il est bien de faire - et leurs parents ne leur ont pas dit le contraire ! Il n’y a pas eu d’opposition entre l’éducation de leurs parents et l’enseignement reçu à l’école. De plus, la famille a « joué le jeu » puisque vous ne trouverez jamais des parents issus du Maghreb ou d’Afrique sub-saharienne qui encouragent leur enfant à désobéir. C’est important car on ne retrouve pas le même comportement chez les Français « franco-français » de même catégorie sociale...

Les jeunes issus de l'immigration jettent sur leurs parents un regard de supériorité et de reproche en raison de leur faiblesse - supposée - d’émigrés ayant - selon eux - subi le racisme. Car les jeunes ne veulent pas "subir" le même traitement.  Et justement, sans s’en rendre compte, ces jeunes-là incarnent la réussite des anciens qui, s’ils ont "manqué" leur émigration, ont réussi à leur offrir un sort meilleur. C’est un peu comme les paysans qui disent qu’ils se "saignent aux quatre veines" pour que leurs enfants fassent des études.

Ces personnes ont donc les valeurs de la population avec laquelle ils vivent. Leurs aspirations sont de faire démarrer leur voiture par -10 degrés ou de quitter à la moindre occasion leur cité pour aller un jour s’installer dans un pavillon.

J’ai récemment fait une étude auprès d’un public musulman sur des produits financiers « islamiques ». Curieusement, les pratiquants (dont les femmes portaient le foulard ou dont les enfants étaient inscrits dans des écoles musulmanes) n’avaient nullement envie d’entendre parler de ces produits financiers, car ils ne faisaient pas confiance aux banques qui les proposaient. Du fait notamment de l'implantation géographique lointaine de ces banques. Si l'offre avait émané d'une banque française, leur regard aurait été différent... plus confiant.

Propos recueillis par Antoine de Tournemire

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
SteakKnife
- 15/02/2012 - 22:04
Immigrés de seconde génération
Les fils d'immigrés ont systématiquement des valeurs parfois contradictoires et incohérentes, c'est toujours la même chose, partout, à chaque fois qu'il y a eut immigration. Quelle immigration dans l'histoire s'est immédiatement et définitivement bien passée? Aucune. Le meilleur allié de l'intégration, c'est le temps. Mais ça, François le Français qui ne sait parler (et encore, quand on voit les fautes dans les commentaires parfois) que le français, et qui n'a jamais mis les pieds à l'étranger sauf pour passer une semaine dans un Club Med moisi à Marrakech, ne peut pas le savoir.
Equilibre
- 15/02/2012 - 21:44
Envoi intempestif et en double exemplaire (?)
Il faut lire:
Et, si jamais d’aventure nous venions à le contredire, un procès pour "crime pensée" guette
Equilibre
- 15/02/2012 - 21:42
Le politburo est de sortie
Il entend par ces "zests humanistes" nous avertir qu'il est interdit de penser autrement que ce qui est officiellement autorisé à penser. Et, si jamais d’aventure nous venions à le contredire, à lle procès pour "crime pensée" guette.
Il se permet par la suite de nous balancer sa rhétorique à faire pleurer tous ceux qui ne voient le monde qu'à travers leur télé ou leurs lunettes idéologiques (il n' y a guère grosse différence).
Ne pouvant raisonnablement me résoudre à me se disputer avec un futur big brother en puissance qui balance un article de loi avant même d'engager la dispute, je vous prie, monsieur, de retourner dans votre monde ou tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil (à part les méchants ignobles salauds voleurs de poule) sans chercher à comprendre le pourquoi du comment de certaines réactions.
Vous pouvez reprendre votre "très cordialement". Je n'accepte pas ce type de civilité avec des big brother.
PS: vous pouvez cliquer sur "signaler un abus". Cela ne m'étonnerait en aucune façon de votre part.
PS2: Il ne sert à rien de me répondre.