En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

04.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

07.

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

06.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

04.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 4 heures 20 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 8 heures 58 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 9 heures 47 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 10 heures 24 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 11 heures 2 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 11 heures 39 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 12 heures 8 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 12 heures 48 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 13 heures 9 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 13 heures 35 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 7 heures 18 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 9 heures 11 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 10 heures 8 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 10 heures 40 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 11 heures 16 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 11 heures 57 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 12 heures 11 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 13 heures 6 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 13 heures 15 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 13 heures 36 min
© Reuters
© Reuters
Partition

Le président que le Liban n’attendait plus : le dessous ultra-géopolitique de la très probable élection de Michel Aoun

Publié le 22 octobre 2016
En annonçant finalement son soutien à son rival politique, Saad Hariri assure pratiquement l'élection de l'ancien général Michel Aoun. Cette élection, dont plus personne ne doute du résultat, témoigne une nouvelle fois de la partition du Liban entre les sphères d'influence iranienne et arabe.
Fabrice Balanche
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrice Balanche est Visiting Fellow au Washington Institute et ancien directeur du Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient à la Maison de l’Orient.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En annonçant finalement son soutien à son rival politique, Saad Hariri assure pratiquement l'élection de l'ancien général Michel Aoun. Cette élection, dont plus personne ne doute du résultat, témoigne une nouvelle fois de la partition du Liban entre les sphères d'influence iranienne et arabe.

Atlantico : Depuis le 20 octobre, Michel Aoun est désormais assuré d'accéder à la présidence du Liban, du fait du soutien de son principal adversaire politique, Saad Hariri. Quels sont les enjeux réels derrière cette élection, notamment en matière d'équilibre sunnite-chiite dans la région ? Dans quelle mesure est-ce révélateur des relations entre l'Iran et l'Arabie aaoudite ?

Fabrice Balanche : Au Moyen-Orient, il ne faut jamais tuer l’ours avant d’avoir vendu sa peau car nous avons toujours des cygnes noirs qui apparaissent et rebattent les cartes de ce jeu complexe. A priori Michel Aoun devrait être élu président du Liban le 31 octobre prochain par le Parlement. Michel Aoun est le président du principal parti chrétien, le Courant patriotique libre, et il avait déjà le soutien des Forces libanaises de Samir Geagea, le parti chrétien concurrent. Michel Aoun est soutenu par le Hezbollah chiite; quant à Nabih Berry, le président chiite du Parlement et chef du Mouvement Amal, celui-ci traîne un peu les pieds, mais il fera au final ce que le Hezbollah lui dira de faire. Il ne manquait donc à Michel Aoun que d’obtenir l’appui du principal parti sunnite, le Courant du futur de Saad Hariri, ce qui est chose faite depuis le 20 octobre. Il va sans dire que Saad Hariri devrait devenir le prochain Premier ministre libanais, puisque si le président de la République est chrétien maronite, le premier ministre doit être sunnite.

Cela fait depuis le 25 mai 2014 que la présidence de la République est vacante. Quant au Parlement, dont le mandat expirait en mai 2013, il s’est prorogé jusqu’en juin 2017, une première fois faute d’accord sur la réforme de la loi électorale, et la deuxième du fait de l’absence de président de la République. Il est temps de mettre fin à ce blocage institutionnel car le pays souffre de l’incurie et de la crise syrienne. Cependant, ce ne sont pas les querelles politiques internes qui bloquaient l’élection du président libanais mais les tensions régionales. L’Arabie saoudite et l’Iran, qui patronnent les deux principales coalitions libanaises, ont trouvé un terrain d’entente au Liban, qui est peut être un prélude à une réduction de la violence dans la région, en particulier dans la Syrie voisine. 

Il y a quelques mois, Jean-Marc Ayrault s'est rendu au Liban avec pour intention et ambition de faire évoluer la situation. Son action a-t-elle eu le moindre effet ? Jusqu'où peut-on attribuer cette évolution à la France, ou bien à d'autres nations extérieures ?

La France n’était pas favorable à l’élection de Michel Aoun car il est l’allié du Hezbollah. Le principal allié de la France, c’est Saad Hariri et lorsque les socialistes sont au pouvoir, la diplomatie française accorde une importance toute particulière à Walid Joumblatt. Ce dernier a ses entrées rue de Solferino car son parti, le Parti socialiste progressiste, est membre de l’Internationale socialiste. Il est farouchement opposé à l’élection de Michel Aoun, car il ne veut pas d’un Maronite fort à la tête de l’Etat. La France a-t-elle influencé Saad Hariri en faveur de Michel Aoun ? Non, bien au contraire. C’est l’évolution de la situation en Syrie en faveur de Bashar al-Assad et la levée du véto saoudien qui sont responsables du déblocage de la présidentielle libanaise. Alain Juppé a récemment déclaré au quotidien italien La Repubblica : "La voix de la France ne pèse plus. Nous avons été laissés en marge de nombreuses négociations". Cela vaut malheureusement aussi pour le Liban.

Au Liban, le président est nécessairement un chrétien maronite, du fait de la confessionnalisation du régime politique que Saad Hariri entend protéger.  S'agit-il en vérité de préserver la partition du Liban entre les sphères d'influences iranienne et arabe ? Peut-on imaginer que la contestation qu'engendre ce régime puisse un jour le pousser à s'ouvrir ? 

Le système politique libanais est basé sur le confessionnalisme pour garantir à toutes les communautés un accès au pouvoir. La question de l’abolition du confessionnalisme revient régulièrement sur la scène. Lorsque Walid Joumblatt, le chef druze la réclame, c’est tout simplement pour se poser en chantre de la laïcité, tout en sachant très bien que les autres partis vont refuser. Les acteurs de la société civile sont plus sincères dans leur demande, mais c’est un petit milieu confiné aux classes moyennes beyroutines - pour ne pas dire privilégié - qui peut s’émanciper économiquement du système confessionnel. La grande majorité de la population est prisonnière pour des raisons économique du clientélisme politique et donc communautaire. L’accès à un emploi dans le privé ou le public, un permis de construire, l’autorisation d’ouvrir une boutique, etc. tout cela exige une protection politique au Liban, un des pays parmi les plus corrompus au monde selon Transparency International qui le classe 123ème sur 168 pays référencés. La contestation du confessionnalisme est donc faible en interne. Par ailleurs, la tendance régionale est au renforcement du confessionnalisme avec la nouvelle "Guerre de Trente ans" qui a débuté en Syrie et en Irak. Car nous sommes dans une situation comparable à ce qui s’est déroulé en Europe au XVIIème siècle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie Esther
- 23/10/2016 - 15:09
correctif à mon post "au Liban"
il faut bien entendu lire chef de l'Assemblée chiite.
zouk
- 23/10/2016 - 11:49
Liban
L'insigne faiblesse de notre politique étrangère, bêtement alignée sur la politique américaine nous a éliminés depuis longtemps au Proche Orient, et ce n'est pas J.M. Ayrault, pur produit PS qui va changer la donne. Saluons cependant la possibilité de l'élection d'un Président de la République au Liban, même si nous n'y sommes pour rien. Si seulement cela pouvait avoir un effet bénéfique en Syrie ....?
Beredan
- 22/10/2016 - 22:42
Le Sapeur ridicule
Avec maladresse , notre nullissime du Quai n'a pas réussi à aggraver la zizanie entre les protagonistes . Ryad a choisi de composer avec le Hizballah pour que son représentant , S Hariri , obtienne le Gouvernement . Une fois de plus , la France a démontré son insignifiance dans la région.