En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

06.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

07.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 1 heure 19 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 3 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 4 heures 34 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 6 heures 31 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 6 heures 56 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 7 heures 28 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 7 heures 59 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 8 heures 36 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 9 heures 5 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 9 heures 13 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 2 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 4 heures 13 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 5 heures 35 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 6 heures 42 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 7 heures 9 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 7 heures 48 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 8 heures 19 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 8 heures 56 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 9 heures 11 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 10 heures 12 min
© Reuters
© Reuters
Partition

Le président que le Liban n’attendait plus : le dessous ultra-géopolitique de la très probable élection de Michel Aoun

Publié le 22 octobre 2016
En annonçant finalement son soutien à son rival politique, Saad Hariri assure pratiquement l'élection de l'ancien général Michel Aoun. Cette élection, dont plus personne ne doute du résultat, témoigne une nouvelle fois de la partition du Liban entre les sphères d'influence iranienne et arabe.
Fabrice Balanche
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrice Balanche est Visiting Fellow au Washington Institute et ancien directeur du Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient à la Maison de l’Orient.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En annonçant finalement son soutien à son rival politique, Saad Hariri assure pratiquement l'élection de l'ancien général Michel Aoun. Cette élection, dont plus personne ne doute du résultat, témoigne une nouvelle fois de la partition du Liban entre les sphères d'influence iranienne et arabe.

Atlantico : Depuis le 20 octobre, Michel Aoun est désormais assuré d'accéder à la présidence du Liban, du fait du soutien de son principal adversaire politique, Saad Hariri. Quels sont les enjeux réels derrière cette élection, notamment en matière d'équilibre sunnite-chiite dans la région ? Dans quelle mesure est-ce révélateur des relations entre l'Iran et l'Arabie aaoudite ?

Fabrice Balanche : Au Moyen-Orient, il ne faut jamais tuer l’ours avant d’avoir vendu sa peau car nous avons toujours des cygnes noirs qui apparaissent et rebattent les cartes de ce jeu complexe. A priori Michel Aoun devrait être élu président du Liban le 31 octobre prochain par le Parlement. Michel Aoun est le président du principal parti chrétien, le Courant patriotique libre, et il avait déjà le soutien des Forces libanaises de Samir Geagea, le parti chrétien concurrent. Michel Aoun est soutenu par le Hezbollah chiite; quant à Nabih Berry, le président chiite du Parlement et chef du Mouvement Amal, celui-ci traîne un peu les pieds, mais il fera au final ce que le Hezbollah lui dira de faire. Il ne manquait donc à Michel Aoun que d’obtenir l’appui du principal parti sunnite, le Courant du futur de Saad Hariri, ce qui est chose faite depuis le 20 octobre. Il va sans dire que Saad Hariri devrait devenir le prochain Premier ministre libanais, puisque si le président de la République est chrétien maronite, le premier ministre doit être sunnite.

Cela fait depuis le 25 mai 2014 que la présidence de la République est vacante. Quant au Parlement, dont le mandat expirait en mai 2013, il s’est prorogé jusqu’en juin 2017, une première fois faute d’accord sur la réforme de la loi électorale, et la deuxième du fait de l’absence de président de la République. Il est temps de mettre fin à ce blocage institutionnel car le pays souffre de l’incurie et de la crise syrienne. Cependant, ce ne sont pas les querelles politiques internes qui bloquaient l’élection du président libanais mais les tensions régionales. L’Arabie saoudite et l’Iran, qui patronnent les deux principales coalitions libanaises, ont trouvé un terrain d’entente au Liban, qui est peut être un prélude à une réduction de la violence dans la région, en particulier dans la Syrie voisine. 

Il y a quelques mois, Jean-Marc Ayrault s'est rendu au Liban avec pour intention et ambition de faire évoluer la situation. Son action a-t-elle eu le moindre effet ? Jusqu'où peut-on attribuer cette évolution à la France, ou bien à d'autres nations extérieures ?

La France n’était pas favorable à l’élection de Michel Aoun car il est l’allié du Hezbollah. Le principal allié de la France, c’est Saad Hariri et lorsque les socialistes sont au pouvoir, la diplomatie française accorde une importance toute particulière à Walid Joumblatt. Ce dernier a ses entrées rue de Solferino car son parti, le Parti socialiste progressiste, est membre de l’Internationale socialiste. Il est farouchement opposé à l’élection de Michel Aoun, car il ne veut pas d’un Maronite fort à la tête de l’Etat. La France a-t-elle influencé Saad Hariri en faveur de Michel Aoun ? Non, bien au contraire. C’est l’évolution de la situation en Syrie en faveur de Bashar al-Assad et la levée du véto saoudien qui sont responsables du déblocage de la présidentielle libanaise. Alain Juppé a récemment déclaré au quotidien italien La Repubblica : "La voix de la France ne pèse plus. Nous avons été laissés en marge de nombreuses négociations". Cela vaut malheureusement aussi pour le Liban.

Au Liban, le président est nécessairement un chrétien maronite, du fait de la confessionnalisation du régime politique que Saad Hariri entend protéger.  S'agit-il en vérité de préserver la partition du Liban entre les sphères d'influences iranienne et arabe ? Peut-on imaginer que la contestation qu'engendre ce régime puisse un jour le pousser à s'ouvrir ? 

Le système politique libanais est basé sur le confessionnalisme pour garantir à toutes les communautés un accès au pouvoir. La question de l’abolition du confessionnalisme revient régulièrement sur la scène. Lorsque Walid Joumblatt, le chef druze la réclame, c’est tout simplement pour se poser en chantre de la laïcité, tout en sachant très bien que les autres partis vont refuser. Les acteurs de la société civile sont plus sincères dans leur demande, mais c’est un petit milieu confiné aux classes moyennes beyroutines - pour ne pas dire privilégié - qui peut s’émanciper économiquement du système confessionnel. La grande majorité de la population est prisonnière pour des raisons économique du clientélisme politique et donc communautaire. L’accès à un emploi dans le privé ou le public, un permis de construire, l’autorisation d’ouvrir une boutique, etc. tout cela exige une protection politique au Liban, un des pays parmi les plus corrompus au monde selon Transparency International qui le classe 123ème sur 168 pays référencés. La contestation du confessionnalisme est donc faible en interne. Par ailleurs, la tendance régionale est au renforcement du confessionnalisme avec la nouvelle "Guerre de Trente ans" qui a débuté en Syrie et en Irak. Car nous sommes dans une situation comparable à ce qui s’est déroulé en Europe au XVIIème siècle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie Esther
- 23/10/2016 - 15:09
correctif à mon post "au Liban"
il faut bien entendu lire chef de l'Assemblée chiite.
zouk
- 23/10/2016 - 11:49
Liban
L'insigne faiblesse de notre politique étrangère, bêtement alignée sur la politique américaine nous a éliminés depuis longtemps au Proche Orient, et ce n'est pas J.M. Ayrault, pur produit PS qui va changer la donne. Saluons cependant la possibilité de l'élection d'un Président de la République au Liban, même si nous n'y sommes pour rien. Si seulement cela pouvait avoir un effet bénéfique en Syrie ....?
Beredan
- 22/10/2016 - 22:42
Le Sapeur ridicule
Avec maladresse , notre nullissime du Quai n'a pas réussi à aggraver la zizanie entre les protagonistes . Ryad a choisi de composer avec le Hizballah pour que son représentant , S Hariri , obtienne le Gouvernement . Une fois de plus , la France a démontré son insignifiance dans la région.