En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 2 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 2 heures 58 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 6 heures 24 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 7 heures 19 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 8 heures 5 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 9 heures 3 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 11 heures 18 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 12 heures 5 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 12 heures 47 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 13 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 2 heures 46 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 3 heures 22 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 6 heures 46 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 7 heures 40 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 8 heures 19 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 9 heures 25 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 11 heures 40 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 12 heures 31 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 14 heures 25 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Et arriva mai 68...Comment le couple Pompidou affronta une France au bord de l'implosion

Publié le 23 octobre 2016
Le 2 avril 1974, Georges Pompidou s'éteint au terme d'une cruelle maladie vécue avec un immense courage. Claude, son épouse, lui survivra presque quarante ans avant de disparaître à son tour en 2007. Durant toutes ces années, les Français admirèrent l'ex-Première dame pour sa dignité, la réserve qu'elle observait à l'égard de la politique et son attachement à la mémoire de son mari. Mais la connaissaient-ils vraiment? Presque dix ans plus tard, leur fils, Alain Pompidou, adopté en 1942, a décidé de livrer pour la première fois la véritable histoire de cette mère qu'il appelle "Claude". Extrait de "Claude" d'Alain Pompidou, aux éditions Flammarion (2/2).
Alain Pompidou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pompidou est professeur émérite de biologie médicale : il réalise ses propres brevets dans le champ du diagnostic. Après la publication de la correspondance de son père, il consacre le reste de son temps à ses archives familiales.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 2 avril 1974, Georges Pompidou s'éteint au terme d'une cruelle maladie vécue avec un immense courage. Claude, son épouse, lui survivra presque quarante ans avant de disparaître à son tour en 2007. Durant toutes ces années, les Français admirèrent l'ex-Première dame pour sa dignité, la réserve qu'elle observait à l'égard de la politique et son attachement à la mémoire de son mari. Mais la connaissaient-ils vraiment? Presque dix ans plus tard, leur fils, Alain Pompidou, adopté en 1942, a décidé de livrer pour la première fois la véritable histoire de cette mère qu'il appelle "Claude". Extrait de "Claude" d'Alain Pompidou, aux éditions Flammarion (2/2).

Mai-68 : à la croisée des chemins

Mes parents sont en Iran, lorsque le Premier ministre est informé d’un mouvement de contestation étudiant. Il n’est pas surpris car il a perçu, comme Claude, le mal-être de la jeunesse lors de la projection privée du film de Jean-Luc Godard, La Chinoise. Claude l’a également alerté sur l’instabilité qui s’installe au sein du campus de Nanterre. Elle tient cette information de l’épouse d’Olivier Guichard , dont la fille étudie dans cette faculté. D’un naturel optimiste, Georges pense que le rectorat et le ministère vont calmer les esprits et qu’il s’agit d’un feu de paille.

Mais, au fil du voyage, les nouvelles venant de Paris sont de plus en plus alarmantes. Le vendredi 10 mai, à la suite de la visite du grand Bouddha de Bamyan, en Afghanistan, mon père est prévenu, par Michel Jobert, que la situation est hors de contrôle : des barricades sont dressées, des voitures incendiées.

Préoccupé avant tout par le maintien de l’ordre, le Général ordonne la fermeture de la Sorbonne, point de ralliement des contestataires. À bord d’un petit avion militaire, mes parents rejoignent Kaboul, la capitale. Pendant le vol, ils sont pris dans un violent orage. Malgré l’excellence du pilote, Claude est effrayée. Elle est préoccupée également par la tournure des événements, car les informations deviennent de plus en plus inquiétantes. D’autant qu’en dehors de l’Élysée, où la tendance est à la répression, personne ne prend de décision du fait de l’absence du Premier ministre. Embarqués sur la Caravelle du Glam, après un vol de nuit harassant, ils sont accueillis à la descente de l’avion par des ministres déboussolés, la mine défaite. Claude se demande avec anxiété si son mari va pouvoir redresser la situation. Ils échangent quelques mots, puis se séparent : ma mère rejoint le quai de Béthune et mon père Matignon, avec Michel Jobert, Édouard Balladur et Alain Peyrefitte, ministre de l’Éducation nationale.

Frappée par le sérieux de la situation, Claude, cette fois, se mobilise. Elle ne dédaigne plus la télévision et suit, en direct, dans la journée, le déroulement des manifestations sur son transistor. Plus question de se retrancher derrière le filtre de la BBC. Georges est à la manoeuvre, l’issue incertaine, ma mère veut se tenir informée heure par heure. Le Premier ministre, contre l’avis du Général, décide de rouvrir la Sorbonne. Le soir de son retour, le 11 mai à 23 h 15, il intervient sur les radios. Sans résultat : les incidents tournent à l’émeute. Les étudiants, de plus en plus déterminés, sont rejoints par une partie des « intellectuels ».

L’agitation gagne les régions. Claude doit préparer leurs affaires, la crise étant suffisamment tendue pour que le Premier ministre et son épouse soient tenus de s’installer temporairement à Matignon : en fait, il s’agit pour mon père, de rester au centre du dispositif. Remarquablement secondé par le préfet de Paris Maurice Grimaud, mon père sait qu’il peut s’appuyer sur les forces de l’ordre. Celles-ci sont bien encadrées mais mal équipées pour le combat de rue.

Elles reçoivent néanmoins l’ordre de s’interposer, avec interdiction de tirer, même en l’air comme l’aurait souhaité le Général. Les troubles s’aggravent : dans la rue, une guérilla s’instaure. Informés régulièrement par Europe no 1 des positions des compagnies de CRS et de gendarmes mobiles, les contestataires sont à même de prendre les policiers par surprise. Équipés de motos puissantes, ils surgissent là où personne ne les attend et attaquent par l’arrière les forces de l’ordre disposées de manière à leur faire face.

Prête à toute éventualité pour soutenir son mari, ma mère estime que je dois également être disponible et me demande de venir la rejoindre. Je préviens le père de ma jeune fiancée, Sophie. Sachant que notre mariage est proche, il m’autorise à emmener cette dernière à Matignon, où nous nous installons. Pour autant, à ma connaissance, à aucun moment mon père n’a envisagé de nous faire rejoindre l’étranger contrairement à ce qu’a prétendu Michel Jobert dans son livre Ni dieu, ni diable. Une anecdote que ma mère nie fermement elle aussi : « Cela ne tient pas debout. Ces déclarations sont absolument fausses. Elles sont en contradiction totale avec l’attitude de mon mari pendant toute cette période que j’ai passée constamment auprès de lui. »

Le 28 mai, Madame de Gaulle est prise à partie, dans sa voiture, par des manifestants agressifs. Le lendemain matin, la situation est suffisamment grave pour que le Premier ministre fasse venir les chars à Satory. Objectif, se garder la possibilité d’entourer l’hôtel de ville de Paris au cas où une manifestation, prévue à partir de Denfert-Rochereau, dégénérerait. Le rassemblement attire du monde : opposants au régime et manifestants étudiants. Une tentative d’invasion de l’hôtel de ville, comme en février 1848, n’est pas exclue et justifie les dispositions prises.

À Matignon, nous suivons les événements tous les trois, ma mère, Sophie et moi, sans savoir comment le conflit va évoluer. Ma fiancée s’éclipse quelques heures. Le Premier ministre, lui, dans son bureau avec ses collaborateurs, n’a pratiquement pas dormi depuis trois nuits. « J’ai vu mon mari harassé, inquiet mais jamais découragé », témoignera Claude.

Nous nous trouvons dans un salon contigu, devant un plateau-repas quand, soudain, la porte s’ouvre : mon père apparaît, blême. Seul signe familier, il a la cigarette aux lèvres. Claude, bouleversée, voit pour la première fois son mari décomposé.

— Que se passe-t-il ? Tu n’es pas bien ? Assieds-toi, prends un café, dit-elle.

— Ça ne va pas…, répond-il, sans pouvoir en dire plus.

Après quelques secondes qui nous paraissent un siècle, il articule clairement : « Le Général a disparu. »

 

Extrait de Claude, d'Alain Pompidou, publié aux éditions Flammarion. Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires