En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
Bonnes feuilles
Et arriva mai 68...Comment le couple Pompidou affronta une France au bord de l'implosion
Publié le 23 octobre 2016
Le 2 avril 1974, Georges Pompidou s'éteint au terme d'une cruelle maladie vécue avec un immense courage. Claude, son épouse, lui survivra presque quarante ans avant de disparaître à son tour en 2007. Durant toutes ces années, les Français admirèrent l'ex-Première dame pour sa dignité, la réserve qu'elle observait à l'égard de la politique et son attachement à la mémoire de son mari. Mais la connaissaient-ils vraiment? Presque dix ans plus tard, leur fils, Alain Pompidou, adopté en 1942, a décidé de livrer pour la première fois la véritable histoire de cette mère qu'il appelle "Claude". Extrait de "Claude" d'Alain Pompidou, aux éditions Flammarion (2/2).
Alain Pompidou est professeur émérite de biologie médicale : il réalise ses propres brevets dans le champ du diagnostic. Après la publication de la correspondance de son père, il consacre le reste de son temps à ses archives familiales.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pompidou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pompidou est professeur émérite de biologie médicale : il réalise ses propres brevets dans le champ du diagnostic. Après la publication de la correspondance de son père, il consacre le reste de son temps à ses archives familiales.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 2 avril 1974, Georges Pompidou s'éteint au terme d'une cruelle maladie vécue avec un immense courage. Claude, son épouse, lui survivra presque quarante ans avant de disparaître à son tour en 2007. Durant toutes ces années, les Français admirèrent l'ex-Première dame pour sa dignité, la réserve qu'elle observait à l'égard de la politique et son attachement à la mémoire de son mari. Mais la connaissaient-ils vraiment? Presque dix ans plus tard, leur fils, Alain Pompidou, adopté en 1942, a décidé de livrer pour la première fois la véritable histoire de cette mère qu'il appelle "Claude". Extrait de "Claude" d'Alain Pompidou, aux éditions Flammarion (2/2).

Mai-68 : à la croisée des chemins

Mes parents sont en Iran, lorsque le Premier ministre est informé d’un mouvement de contestation étudiant. Il n’est pas surpris car il a perçu, comme Claude, le mal-être de la jeunesse lors de la projection privée du film de Jean-Luc Godard, La Chinoise. Claude l’a également alerté sur l’instabilité qui s’installe au sein du campus de Nanterre. Elle tient cette information de l’épouse d’Olivier Guichard , dont la fille étudie dans cette faculté. D’un naturel optimiste, Georges pense que le rectorat et le ministère vont calmer les esprits et qu’il s’agit d’un feu de paille.

Mais, au fil du voyage, les nouvelles venant de Paris sont de plus en plus alarmantes. Le vendredi 10 mai, à la suite de la visite du grand Bouddha de Bamyan, en Afghanistan, mon père est prévenu, par Michel Jobert, que la situation est hors de contrôle : des barricades sont dressées, des voitures incendiées.

Préoccupé avant tout par le maintien de l’ordre, le Général ordonne la fermeture de la Sorbonne, point de ralliement des contestataires. À bord d’un petit avion militaire, mes parents rejoignent Kaboul, la capitale. Pendant le vol, ils sont pris dans un violent orage. Malgré l’excellence du pilote, Claude est effrayée. Elle est préoccupée également par la tournure des événements, car les informations deviennent de plus en plus inquiétantes. D’autant qu’en dehors de l’Élysée, où la tendance est à la répression, personne ne prend de décision du fait de l’absence du Premier ministre. Embarqués sur la Caravelle du Glam, après un vol de nuit harassant, ils sont accueillis à la descente de l’avion par des ministres déboussolés, la mine défaite. Claude se demande avec anxiété si son mari va pouvoir redresser la situation. Ils échangent quelques mots, puis se séparent : ma mère rejoint le quai de Béthune et mon père Matignon, avec Michel Jobert, Édouard Balladur et Alain Peyrefitte, ministre de l’Éducation nationale.

Frappée par le sérieux de la situation, Claude, cette fois, se mobilise. Elle ne dédaigne plus la télévision et suit, en direct, dans la journée, le déroulement des manifestations sur son transistor. Plus question de se retrancher derrière le filtre de la BBC. Georges est à la manoeuvre, l’issue incertaine, ma mère veut se tenir informée heure par heure. Le Premier ministre, contre l’avis du Général, décide de rouvrir la Sorbonne. Le soir de son retour, le 11 mai à 23 h 15, il intervient sur les radios. Sans résultat : les incidents tournent à l’émeute. Les étudiants, de plus en plus déterminés, sont rejoints par une partie des « intellectuels ».

L’agitation gagne les régions. Claude doit préparer leurs affaires, la crise étant suffisamment tendue pour que le Premier ministre et son épouse soient tenus de s’installer temporairement à Matignon : en fait, il s’agit pour mon père, de rester au centre du dispositif. Remarquablement secondé par le préfet de Paris Maurice Grimaud, mon père sait qu’il peut s’appuyer sur les forces de l’ordre. Celles-ci sont bien encadrées mais mal équipées pour le combat de rue.

Elles reçoivent néanmoins l’ordre de s’interposer, avec interdiction de tirer, même en l’air comme l’aurait souhaité le Général. Les troubles s’aggravent : dans la rue, une guérilla s’instaure. Informés régulièrement par Europe no 1 des positions des compagnies de CRS et de gendarmes mobiles, les contestataires sont à même de prendre les policiers par surprise. Équipés de motos puissantes, ils surgissent là où personne ne les attend et attaquent par l’arrière les forces de l’ordre disposées de manière à leur faire face.

Prête à toute éventualité pour soutenir son mari, ma mère estime que je dois également être disponible et me demande de venir la rejoindre. Je préviens le père de ma jeune fiancée, Sophie. Sachant que notre mariage est proche, il m’autorise à emmener cette dernière à Matignon, où nous nous installons. Pour autant, à ma connaissance, à aucun moment mon père n’a envisagé de nous faire rejoindre l’étranger contrairement à ce qu’a prétendu Michel Jobert dans son livre Ni dieu, ni diable. Une anecdote que ma mère nie fermement elle aussi : « Cela ne tient pas debout. Ces déclarations sont absolument fausses. Elles sont en contradiction totale avec l’attitude de mon mari pendant toute cette période que j’ai passée constamment auprès de lui. »

Le 28 mai, Madame de Gaulle est prise à partie, dans sa voiture, par des manifestants agressifs. Le lendemain matin, la situation est suffisamment grave pour que le Premier ministre fasse venir les chars à Satory. Objectif, se garder la possibilité d’entourer l’hôtel de ville de Paris au cas où une manifestation, prévue à partir de Denfert-Rochereau, dégénérerait. Le rassemblement attire du monde : opposants au régime et manifestants étudiants. Une tentative d’invasion de l’hôtel de ville, comme en février 1848, n’est pas exclue et justifie les dispositions prises.

À Matignon, nous suivons les événements tous les trois, ma mère, Sophie et moi, sans savoir comment le conflit va évoluer. Ma fiancée s’éclipse quelques heures. Le Premier ministre, lui, dans son bureau avec ses collaborateurs, n’a pratiquement pas dormi depuis trois nuits. « J’ai vu mon mari harassé, inquiet mais jamais découragé », témoignera Claude.

Nous nous trouvons dans un salon contigu, devant un plateau-repas quand, soudain, la porte s’ouvre : mon père apparaît, blême. Seul signe familier, il a la cigarette aux lèvres. Claude, bouleversée, voit pour la première fois son mari décomposé.

— Que se passe-t-il ? Tu n’es pas bien ? Assieds-toi, prends un café, dit-elle.

— Ça ne va pas…, répond-il, sans pouvoir en dire plus.

Après quelques secondes qui nous paraissent un siècle, il articule clairement : « Le Général a disparu. »

 

Extrait de Claude, d'Alain Pompidou, publié aux éditions Flammarion. Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
05.
Une femme et son bébé percutés par une trottinette électrique à Paris
06.
Les vraies raisons pour lesquelles Bruno Le Maire estime que « l’euro n’a jamais été aussi menacé »
07.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires