En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

03.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

04.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Justice
Japon
Fukushima : trois anciens dirigeants de Tepco ont été acquittés
il y a 7 heures 17 min
pépites > Environnement
Emploi du temps
Ségolène Royal, ambassadrice des pôles, n'aurait pas assisté aux réunions du Conseil de l'Arctique
il y a 8 heures 6 min
light > Justice
Butin important
Les propriétaires du château de Vaux-le-Vicomte ont été séquestrés
il y a 9 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": Notre sélection des meilleurs livres des 10 derniers mois, "L'amour est aveugle" de William Boyd

il y a 11 heures 11 min
pépites > Politique
Victoire ?
Procès de Jean-Luc Mélenchon : le renvoi du parquet a été refusé
il y a 12 heures 1 min
décryptage > Sport
LDC

PSG - REAL : 3 - 0 Sans ses stars mais avec un Idrissa Gueye impérial, Paris surclasse le Real de Zidane

il y a 14 heures 48 min
décryptage > Economie
Vie professionnelle

Le management vertical a tendance à fatiguer de plus en plus les salariés

il y a 15 heures 22 min
décryptage > France
Riposte

Recrudescence des mites mangeuses de vêtements à cause des fibres naturelles et du lavage à basse température

il y a 15 heures 53 min
décryptage > Politique
Langue de bois s'abstenir

Une étude des universités de Harvard et de Berkeley démontre qu’en politique les propos clivants et politiquement incorrects paient

il y a 16 heures 29 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

il y a 17 heures 8 min
pépites > International
Tunisie
Mort de l'ancien président tunisien Ben Ali
il y a 7 heures 44 min
light > Société
Vocation
Traverser la rue pour trouver un emploi : la nouvelle vie de Jonathan
il y a 8 heures 55 min
pépite vidéo > International
Campagne
"Blackface" : Justin Trudeau présente ses excuses après la diffusion d'une photo polémique
il y a 10 heures 46 min
pépites > Santé
Mesures
Un rapport parlementaire dévoile la prise en charge "catastrophique" des patients en psychiatrie
il y a 11 heures 22 min
décryptage > High-tech
Le monde d’après Snowden

Mémoires de Snowden : mais où en est-on de la surveillance mondiale à l’heure actuelle ?

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Santé
Santé

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

il y a 14 heures 58 min
décryptage > Economie
Epargne

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

il y a 15 heures 41 min
décryptage > Politique
Évaporation du domaine de la lutte

L’autre gros problème de Jean-Luc Mélenchon

il y a 16 heures 13 min
décryptage > Défense
La guerre à l’heure des ennemis non identifiés

La France est-elle menacée par des attaques "non-attribuables" comme en a connues l’Arabie saoudite sur ses champs de pétrole ?

il y a 16 heures 45 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales
il y a 17 heures 19 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Et arriva mai 68...Comment le couple Pompidou affronta une France au bord de l'implosion

Publié le 23 octobre 2016
Le 2 avril 1974, Georges Pompidou s'éteint au terme d'une cruelle maladie vécue avec un immense courage. Claude, son épouse, lui survivra presque quarante ans avant de disparaître à son tour en 2007. Durant toutes ces années, les Français admirèrent l'ex-Première dame pour sa dignité, la réserve qu'elle observait à l'égard de la politique et son attachement à la mémoire de son mari. Mais la connaissaient-ils vraiment? Presque dix ans plus tard, leur fils, Alain Pompidou, adopté en 1942, a décidé de livrer pour la première fois la véritable histoire de cette mère qu'il appelle "Claude". Extrait de "Claude" d'Alain Pompidou, aux éditions Flammarion (2/2).
Alain Pompidou est professeur émérite de biologie médicale : il réalise ses propres brevets dans le champ du diagnostic. Après la publication de la correspondance de son père, il consacre le reste de son temps à ses archives familiales.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pompidou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pompidou est professeur émérite de biologie médicale : il réalise ses propres brevets dans le champ du diagnostic. Après la publication de la correspondance de son père, il consacre le reste de son temps à ses archives familiales.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 2 avril 1974, Georges Pompidou s'éteint au terme d'une cruelle maladie vécue avec un immense courage. Claude, son épouse, lui survivra presque quarante ans avant de disparaître à son tour en 2007. Durant toutes ces années, les Français admirèrent l'ex-Première dame pour sa dignité, la réserve qu'elle observait à l'égard de la politique et son attachement à la mémoire de son mari. Mais la connaissaient-ils vraiment? Presque dix ans plus tard, leur fils, Alain Pompidou, adopté en 1942, a décidé de livrer pour la première fois la véritable histoire de cette mère qu'il appelle "Claude". Extrait de "Claude" d'Alain Pompidou, aux éditions Flammarion (2/2).

Mai-68 : à la croisée des chemins

Mes parents sont en Iran, lorsque le Premier ministre est informé d’un mouvement de contestation étudiant. Il n’est pas surpris car il a perçu, comme Claude, le mal-être de la jeunesse lors de la projection privée du film de Jean-Luc Godard, La Chinoise. Claude l’a également alerté sur l’instabilité qui s’installe au sein du campus de Nanterre. Elle tient cette information de l’épouse d’Olivier Guichard , dont la fille étudie dans cette faculté. D’un naturel optimiste, Georges pense que le rectorat et le ministère vont calmer les esprits et qu’il s’agit d’un feu de paille.

Mais, au fil du voyage, les nouvelles venant de Paris sont de plus en plus alarmantes. Le vendredi 10 mai, à la suite de la visite du grand Bouddha de Bamyan, en Afghanistan, mon père est prévenu, par Michel Jobert, que la situation est hors de contrôle : des barricades sont dressées, des voitures incendiées.

Préoccupé avant tout par le maintien de l’ordre, le Général ordonne la fermeture de la Sorbonne, point de ralliement des contestataires. À bord d’un petit avion militaire, mes parents rejoignent Kaboul, la capitale. Pendant le vol, ils sont pris dans un violent orage. Malgré l’excellence du pilote, Claude est effrayée. Elle est préoccupée également par la tournure des événements, car les informations deviennent de plus en plus inquiétantes. D’autant qu’en dehors de l’Élysée, où la tendance est à la répression, personne ne prend de décision du fait de l’absence du Premier ministre. Embarqués sur la Caravelle du Glam, après un vol de nuit harassant, ils sont accueillis à la descente de l’avion par des ministres déboussolés, la mine défaite. Claude se demande avec anxiété si son mari va pouvoir redresser la situation. Ils échangent quelques mots, puis se séparent : ma mère rejoint le quai de Béthune et mon père Matignon, avec Michel Jobert, Édouard Balladur et Alain Peyrefitte, ministre de l’Éducation nationale.

Frappée par le sérieux de la situation, Claude, cette fois, se mobilise. Elle ne dédaigne plus la télévision et suit, en direct, dans la journée, le déroulement des manifestations sur son transistor. Plus question de se retrancher derrière le filtre de la BBC. Georges est à la manoeuvre, l’issue incertaine, ma mère veut se tenir informée heure par heure. Le Premier ministre, contre l’avis du Général, décide de rouvrir la Sorbonne. Le soir de son retour, le 11 mai à 23 h 15, il intervient sur les radios. Sans résultat : les incidents tournent à l’émeute. Les étudiants, de plus en plus déterminés, sont rejoints par une partie des « intellectuels ».

L’agitation gagne les régions. Claude doit préparer leurs affaires, la crise étant suffisamment tendue pour que le Premier ministre et son épouse soient tenus de s’installer temporairement à Matignon : en fait, il s’agit pour mon père, de rester au centre du dispositif. Remarquablement secondé par le préfet de Paris Maurice Grimaud, mon père sait qu’il peut s’appuyer sur les forces de l’ordre. Celles-ci sont bien encadrées mais mal équipées pour le combat de rue.

Elles reçoivent néanmoins l’ordre de s’interposer, avec interdiction de tirer, même en l’air comme l’aurait souhaité le Général. Les troubles s’aggravent : dans la rue, une guérilla s’instaure. Informés régulièrement par Europe no 1 des positions des compagnies de CRS et de gendarmes mobiles, les contestataires sont à même de prendre les policiers par surprise. Équipés de motos puissantes, ils surgissent là où personne ne les attend et attaquent par l’arrière les forces de l’ordre disposées de manière à leur faire face.

Prête à toute éventualité pour soutenir son mari, ma mère estime que je dois également être disponible et me demande de venir la rejoindre. Je préviens le père de ma jeune fiancée, Sophie. Sachant que notre mariage est proche, il m’autorise à emmener cette dernière à Matignon, où nous nous installons. Pour autant, à ma connaissance, à aucun moment mon père n’a envisagé de nous faire rejoindre l’étranger contrairement à ce qu’a prétendu Michel Jobert dans son livre Ni dieu, ni diable. Une anecdote que ma mère nie fermement elle aussi : « Cela ne tient pas debout. Ces déclarations sont absolument fausses. Elles sont en contradiction totale avec l’attitude de mon mari pendant toute cette période que j’ai passée constamment auprès de lui. »

Le 28 mai, Madame de Gaulle est prise à partie, dans sa voiture, par des manifestants agressifs. Le lendemain matin, la situation est suffisamment grave pour que le Premier ministre fasse venir les chars à Satory. Objectif, se garder la possibilité d’entourer l’hôtel de ville de Paris au cas où une manifestation, prévue à partir de Denfert-Rochereau, dégénérerait. Le rassemblement attire du monde : opposants au régime et manifestants étudiants. Une tentative d’invasion de l’hôtel de ville, comme en février 1848, n’est pas exclue et justifie les dispositions prises.

À Matignon, nous suivons les événements tous les trois, ma mère, Sophie et moi, sans savoir comment le conflit va évoluer. Ma fiancée s’éclipse quelques heures. Le Premier ministre, lui, dans son bureau avec ses collaborateurs, n’a pratiquement pas dormi depuis trois nuits. « J’ai vu mon mari harassé, inquiet mais jamais découragé », témoignera Claude.

Nous nous trouvons dans un salon contigu, devant un plateau-repas quand, soudain, la porte s’ouvre : mon père apparaît, blême. Seul signe familier, il a la cigarette aux lèvres. Claude, bouleversée, voit pour la première fois son mari décomposé.

— Que se passe-t-il ? Tu n’es pas bien ? Assieds-toi, prends un café, dit-elle.

— Ça ne va pas…, répond-il, sans pouvoir en dire plus.

Après quelques secondes qui nous paraissent un siècle, il articule clairement : « Le Général a disparu. »

 

Extrait de Claude, d'Alain Pompidou, publié aux éditions Flammarion. Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires