En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 10 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Sept ans de réflexion" : Une farce (un peu trop lourde) sur l'adultère

il y a 11 heures 33 min
light > Insolite
Dur à avaler
Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff
il y a 13 heures 47 min
décryptage > Environnement
Découvrons l'écoféminisme

"Ma planète, ma chatte, sauvons les zones humides" !

il y a 15 heures 33 min
décryptage > Economie
Experte

Esther Duflo à Bercy, vite. Mais pas comme ministre

il y a 16 heures 7 min
décryptage > France
Mauvais prisme

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

il y a 16 heures 26 min
décryptage > France
Interdit d'interdire

Pourquoi la France devrait résister à la tentation de répondre par des interdictions à tous les défis qu’elle rencontre

il y a 16 heures 40 min
décryptage > Economie
Manque d’ambition ?

PLF 2020 : l’étonnante stabilité de la ventilation des dépenses publiques françaises à travers le temps

il y a 16 heures 52 min
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 1 jour 5 heures
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 11 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le roman de la France- une histoire de la liberté" de Laurent Joffrin : Tome 1, de Vercingétorix à Mirabeau

il y a 11 heures 39 min
décryptage > Education
Tous égaux

Discriminations positive à l’entrée dans les Grandes écoles : l’égalitarisme en mode délire

il y a 15 heures 27 min
décryptage > Economie
Dépenses très privées

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

il y a 15 heures 50 min
décryptage > High-tech
La Minute Tech

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

il y a 16 heures 17 min
décryptage > Justice
L'armée des ombres

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

il y a 16 heures 33 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit : si vous avez aimé les deux premières saisons, vous serez passionné par la troisième

il y a 16 heures 48 min
décryptage > Politique
En même temps

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

il y a 17 heures 3 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 1 jour 6 heures
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 1 jour 7 heures
© public domain
Si le pouvoir, par essence, ne corrompt pas, il magnifie les caractéristiques de notre personnalité, les exagère.
© public domain
Si le pouvoir, par essence, ne corrompt pas, il magnifie les caractéristiques de notre personnalité, les exagère.
Bruce tout-puissant

Comment le pouvoir magnifie notre personnalité, pour le meilleur comme pour le pire

Publié le 21 octobre 2016
Comment nous comportons-nous lorsque nous avons du pouvoir ? Selon de nombreuses études sur le sujet, cela dépend de notre personnalité. Mais bien souvent, le résultat n'est pas à la hauteur des espérances. Il suffit de constater à quel point nous sommes déçus de nos présidents successifs pour nous en rendre compte.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comment nous comportons-nous lorsque nous avons du pouvoir ? Selon de nombreuses études sur le sujet, cela dépend de notre personnalité. Mais bien souvent, le résultat n'est pas à la hauteur des espérances. Il suffit de constater à quel point nous sommes déçus de nos présidents successifs pour nous en rendre compte.

Ah, si j'étais riche, si j'étais puissant ! Le fantasme est des plus communs. Il est vrai que l'argent est un facteur de puissance indéniable de nos jours. La classe sociale dont nous provenons, les groupes et associations auxquels nous appartenons, la force de notre personnalité et notre intelligence sont tout autant de facteurs qui peuvent nous mener vers le pouvoir et l'influence. Toutefois, le ressentiment des Français à l'égard des puissantes classes politiques est à cheval entre méfiance et lassitude, apprenait-on dans un sondage mené par le JDD en janvier 2016. Et de plus en plus, la même rengaine : "Tous pourris, les politiques !" L'idée selon laquelle le pouvoir corrompt forcément fait de plus en plus d'adeptes. Mais est-ce seulement vrai ? Comment le pouvoir affecte-t-il notre comportement ? De nombreuses études sur le sujet nous permettent d'y voir plus clair, rapporte le site Vox.

Le pouvoir exagère la personnalité

Le pouvoir est un bien précieux, dont l'homme a bien tendance à en abuser. Prenez par exemple Donald Trump, actuellement embourbé dans la polémique selon laquelle il se vantait en 2005, vidéo à l'appui, d'un comportement relevant du harcèlement sexuel. Selon les 16 femmes qu'il aurait harcelées, il est clair que son statut de star a joué dans la manière dont le candidat républicain se croyait tout permis et irrésistible. Par ailleurs, on ne compte même plus les affaires de corruption dans lesquelles divers (ex-)chefs d'État ont pu baigner, de l'Ukrainien Viktor Ianoukovitch au Brésilien Lula, en passant par les dictateurs africains pour qui les abus de biens sociaux et autres magouilles sont monnaie courante. Alors le pouvoir mène-t-il forcément à la corruption ? Non, estime le psychologue de l'Université de Yale (Connecticut, États-Unis) Michael Krausinterrogé par le site Quartz. Le pouvoir, par essence, ne corrompt pas. En revanche, il magnifie les caractéristiques de notre personnalité, les exagère, nous rend plus extravertis et moins nuancés. "Le pouvoir révèle simplement notre vraie nature", estime Kraus. Ainsi, la manière dont une personne puissante va utiliser son pouvoir – en bien ou en mal – dépendra de sa personnalité, de son identité la plus profonde. Lors d'élections, c'est un facteur à prendre autant en compte que les promesses ou l'agenda électoral.

De nombreuses études vont dans ce sens, comme celle menée par Kraus en compagnie de Serena Chen et Dacher Keltner, deux psychologues de l'Université de Berkerley (Californie, États-Unis). L'expérience visait à demander à des personnes de s'imaginer des moments où elles se sentaient puissantes, puis des moments où elles se sentaient au contraire impuissantes. On les questionnait ensuite sur la manière dont elles se comportaient avec leur famille, leurs amis et leurs collègues de travail, selon ces situations. Constat : dans les moments de doute ou d'impuissance, nous adaptons notre comportement au monde qui nous entoure. En revanche, nous restons plus ou moins les mêmes une fois baignés dans ce sentiment de puissance. "Le pouvoir magnifie les traits de notre personnalité", affirme Kaltner à Vox. C'est simple, nous sommes plus fidèles à nous-mêmes. Mais ce n'est pas toujours une marque de noblesse, car les traits de notre personnalité que nous forçons ne sont pas toujours bénéfiques. "Les personnes sociables deviennent très sociables quand elles ont du pouvoir ; de même, les personnes égoïstes le seront d'autant plus si elles en détiennent également", confirme à Vox Pamela Smith, une psychologue à l'Université de San Diego (Californie, États-Unis) et auteur d'une étude selon laquelle les personnes altruistes le sont d'autant plus lorsqu'elles ont du pouvoir.

Égoïsme et hypocrisie

Toutefois, le pouvoir mène généralement à l'égoïsme. Nous pourrions émettre l'hypothèse que les personnes individualistes grimpent plus vite les échelons sociaux en ne s'embarrassent pas de quelque altruisme, mais les études s'intéressent davantage au chemin inverse. Ainsi, il apparaît dans une étude, menée entre autres par Michael Kraus, que les personnes en possession de pouvoir sont moins douées d'empathie que leurs inférieurs hiérarchiques : ils n'arrivent tout simplement pas à lire l'émotion dans les yeux des gens aussi bien que les personnes moins puissantes, et donc plus attentives à leur environnement. Un exemple illustre parfaitement ce symptôme. Dans une étude parue en 2006, des chercheurs ont demandé à 57 personnes de se dessiner la lettre E sur le front. Résultat : les personnes qui se sentaient les plus puissantes, qui avaient confiance en elles, avaient tendance à dessiner le E à l'envers, comme s'ils le lisaient par leurs yeux. En revanche, le reste des individus dessinaient le E de manière à ce qu'il soit lisible par autrui. Une manière de constater que les personnes les plus "puissantes" se fichent un tant soit peu du monde qui les entoure.

Comme si cela ne suffisait pas, d'autres études viennent dénoncer ce que le pouvoir fait aux personnes qui en jouissent. Car si le pouvoir force nos traits de personnalité, ce sont surtout les mauvais d'entre eux qui ressortent le plus. En atteste cette étude, mentionnée par Quartz et menée par Katherine DeCelles, une professeure de comportement organisationnel de l'Université de Toronto (Canada), selon laquelle les personnes de pouvoir ont irrémédiablement tendance à en abuser, et à nier certains principes moraux qu'ils n'auraient jusqu'alors pas reniés. Arriver en retard au travail, faire des pauses plus longues que le reste des employés sont des habitudes plus marquées chez les supérieurs hiérarchiques. Cette autre étude de Dacher Keltner fait également état de ces comportements abusifs : lors de cette expérience, le chercheur avait regroupé ses cobayes en groupes de trois personnes, et avait désigné un chef pour chacun d'eux. Cinq cookies étaient alors proposés à chaque groupe. Et, surprenant : les chefs, tout heureux de leur statut, se resservaient en gâteaux deux fois plus souvent que les autres. De même, une énième étude, provenant cette fois-ci des universités de Tillburg (Pays-Bas) et Northwestern (Illinois, États-Unis), avait établi en 2010 que le pouvoir menait à l'hypocrisie. Exemple : les personnes puissantes se montraient très dures, voire zélées, envers les individus qui ne respectaient pas les règles, tandis qu'elles se montraient très conciliantes à leur propre égard en cas de non-respect de ces mêmes règles de leur part. Mieux encore, elles n'éprouvaient pas la moindre culpabilité à outrepasser ces lois. "Les personnes de pouvoir font ce qu'elles veulent, pas seulement parce qu'elles le peuvent sans être punies, mais parce qu'elles ont l'intuition qu'elles ont le statut pour le faire", concluaient les auteurs de l'étude.

Des enseignements qui peuvent nous pousser à réfléchir à deux fois aux personnes à qui l'on souhaite donner le pouvoir. Dans le cas d'élections, cela peut être utile. "S'ils (les candidats, ndlr) clament qu'ils ont changé, alors recherchez les preuves de leur prétendu changement. Si ce que vous leur reprochiez était encore d'actualité la semaine dernière, alors ce reproche est sûrement encore d'actualité et le restera", conclut Pamela Smith dans les colonnes de Vox. Nous pouvons retenir une chose : les personnes de pouvoir ne sont pas toutes corrompues, abusives, impitoyables et égocentriques. En revanche, elles ont de grandes chances de le devenir. Ah, la nature humaine…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 21/10/2016 - 15:42
Pouvoir et ego
Débat illusoire
emem
- 21/10/2016 - 12:58
Si vous le dites !
Hollande doit être l'exception qui confirme la règle.