En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

02.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

04.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

05.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

06.

Brexit : les départs des Britanniques vers l’Union européenne auraient augmenté de 30% depuis le référendum

07.

Le nitrate d’ammonium, à l’origine des explosions à Beyrouth, était également au cœur de la catastrophe d'AZF à Toulouse

01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

ça vient d'être publié
décryptage > France
A la guerre comme à la guerre

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott !

il y a 1 heure 12 min
décryptage > Terrorisme
Nouvelle attaque

Afghanistan : Daech à l’offensive

il y a 1 heure 42 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Europe, relance, dettes... L'Allemagne change de politique, plus pour renforcer son rôle de locomotive que pour plaire aux Européens

il y a 3 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "L’offrande grecque, une aventure de Bernie Gunther" de Philip Kerr, du rififi chez les Grecs !

il y a 14 heures 28 min
pépites > Europe
Revers de la médaille ?
Brexit : les départs des Britanniques vers l’Union européenne auraient augmenté de 30% depuis le référendum
il y a 15 heures 12 min
pépites > International
Port de Beyrouth
Le nitrate d’ammonium, à l’origine des explosions à Beyrouth, était également au cœur de la catastrophe d'AZF à Toulouse
il y a 17 heures 9 min
light > Science
Impact de l'homme sur les écosystèmes
La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment
il y a 18 heures 48 min
pépites > France
Polémique 2.0
L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive
il y a 21 heures 32 min
pépite vidéo > International
Dégâts considérables
Explosions au Liban : ces images des rues de Beyrouth qui témoignent de la violence de la catastrophe
il y a 1 jour 27 min
décryptage > Société
Ils ont osé ça

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse !

il y a 1 heure 24 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

il y a 2 heures 5 min
décryptage > Société
Réorganisation des entreprises

Open space : la Covid m’a tué

il y a 3 heures 1 min
décryptage > France
Risques à domicile

De Lubrizol à Beyrouth en passant par le pont de Gênes, les leçons des catastrophes sont-elles bien tirées en France ?

il y a 3 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Le dernier des yakuzas" de Jake Adelstein, plongée dans le Japon des gangs, un héros inquiétant, un récit haletant !

il y a 14 heures 49 min
pépites > Justice
Calendrier judiciaire
Assassinat de Rafic Hariri : le verdict du procès finalement reporté suite aux explosions au port de Beyrouth
il y a 16 heures 30 min
pépites > Science
Ecosystème
Antarctique : de nouvelles colonies de manchots empereurs ont été découvertes grâce à des clichés pris depuis des satellites
il y a 17 heures 59 min
pépites > International
Solidarité avec le peuple libanais
Explosions à Beyrouth : Emmanuel Macron se rendra jeudi au Liban
il y a 20 heures 59 min
pépite vidéo > France
Images révoltantes
Un homme violemment agressé dans une laverie pour avoir demandé de porter un masque
il y a 22 heures 59 min
décryptage > France
Rébellion, sauvagerie ou les deux ?

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

il y a 1 jour 1 heure
© wikipédia
De tout temps, les révolutionnaires ont entrepris de raser les clochers et d’imposer alentour un silence de bronze. Les cloches sont comme les statues. Il faut les détruire, car ce sont des signes de la civilisation qu’on récuse.
© wikipédia
De tout temps, les révolutionnaires ont entrepris de raser les clochers et d’imposer alentour un silence de bronze. Les cloches sont comme les statues. Il faut les détruire, car ce sont des signes de la civilisation qu’on récuse.
Bonnes feuilles

Au nom de la laïcité, les autorités se préparent à effacer ce qui serait trop voyant, à commencer par les églises...

Publié le 15 octobre 2016
La France est meurtrie par le terrorisme. Mais il y a plus grave : elle est en train de perdre son identité. Si l’on ne fait rien, selon Philippe de Villiers, la voix du muezzin couvrira le son des cloches de nos terroirs... À travers une mise en perspective vertigineuse, il rappelle comment, depuis les années 1980, notre pays a été lentement mais sûrement "islamisé". Extrait de "Les cloches sonneront-elles encore demain ?", de Philippe De Villiers, aux éditions Albin Michel 1/2
Philippe De Villiers
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Créateur du Puy-du-fou, homme politique, auteur de nombreux livres, Philippe de Villiers se passionne aussi pour l’histoire de France. Il est l'auteur de nombreux ouvrages. Son dernier : Le moment est venu de dire ce que j'ai vu paru le 30...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La France est meurtrie par le terrorisme. Mais il y a plus grave : elle est en train de perdre son identité. Si l’on ne fait rien, selon Philippe de Villiers, la voix du muezzin couvrira le son des cloches de nos terroirs... À travers une mise en perspective vertigineuse, il rappelle comment, depuis les années 1980, notre pays a été lentement mais sûrement "islamisé". Extrait de "Les cloches sonneront-elles encore demain ?", de Philippe De Villiers, aux éditions Albin Michel 1/2

L’heure du Muezzin

Les cloches appartiennent à ce petit monde aujourd’hui menacé des marqueurs symboliques de notre identité. D’ailleurs, de tout temps, les révolutionnaires ont entrepris de raser les clochers et d’imposer alentour un silence de bronze. Les cloches sont comme les statues. Il faut les détruire, car ce sont des signes de la civilisation qu’on récuse.

En 1793, l’ordre fut donné par la Convention de les descendre et de les fondre pour en faire des canons. Ce fut le signal de la révolte paysanne des Vendéens et des Bretons. Plutôt « la mort que la souillure »… En 1889, comme lors des inventaires, en 1906, on recommença la querelle des « sonnailles ».

En 2013, les Femen ont fait irruption dans la nef de Notre Dame, avant de tomber le manteau pour se jucher, seins nus, sur le socle des trois bourdons. C’était leur manière à elles de fêter le jubilé des 850 ans de la cathédrale. Elles déposèrent, au pied de l’autel, le nouveau credo post-moderne, parodiant ainsi la devise américaine In God, we trust. En tapant sur le bronze, elles chantaient : In Gay, we trust. Vaste programme… Elles furent relaxées pour leurs dégradations campanaires. Les surveillants furent condamnés pour les avoir expulsées.

A lire aussi sur notre site : Philippe de Villiers : "L’islamo-gauchisme est partout présent, là où on soigne les gens, là où on les éduque, là où on les distrait, là où on les nourrit"

Partout, en France, les actes de profanation se multiplient : en 2014, sur 807 lieux de culte et sépultures profanés, 673 étaient des sites chrétiens. On n’en parle guère. L’incendie criminel de Saint-Louis de Fontainebleau est passé inaperçu.

Et voici qu’on construit désormais – principe de précaution oblige  – des sanctuaires sans cloches, comme à Sartrouville, l’« église des cités ». Le curé a ainsi justifié cette décision prémonitoire  : « Nous voulons éviter de provoquer [sic] la population de quartiers à majorité musulmane. »

Il va donc falloir apprendre à s’effacer et faire disparaître les configurations familières du temps jadis. En quelques décennies, nos anciennes harmonies sont devenues des nuisances sonores.

Au nom de la laïcité, les autorités se préparent à faire le ménage pour mettre en sourdine tout ce qui serait trop voyant, trop peu laïc.

Je suis tombé de l’armoire en entendant, sur RTL, le président de l’Association des maires de France, François Baroin, qui intervenait trois jours après les attentats du 13 novembre 2015. Le journaliste Yves Calvi lui demande quelle est, selon lui, la voie à suivre pour en finir avec le terrorisme. Il répond qu’il paraît urgent de mutualiser l’espace citoyen, et donc de supprimer les crèches de Noël dans toute la sphère publique. En d’autres termes, pour amadouer les djihadistes, il est recommandé de se priver de nos symboles, de nos traditions, de nos affections. Au nom de la laïcité, on va supprimer les galettes des Rois dans les cantines scolaires au moment d’y faire entrer le halal.

Pour faire reculer l’islamisme, il faudrait éradiquer le christianisme ! Plutôt que de s’affirmer, on bat en retraite ; on va de recul en recul. Tout le pays se laisse envahir par la peur. Il doute de son assise. Après les mosquées, viendra le temps des minarets, comme en Suisse. Puis le temps du muezzin. Au nom de la laïcité, on fera taire les cloches. Mais pas le muezzin.

Quand il y eut en Suisse un référendum portant sur l’interdiction des minarets, au-delà des quatre qui existent déjà, toutes les élites ont multiplié les mises en garde. Le Conseil fédéral a prévenu  : « L’interdiction de construire des minarets pourrait mettre en péril la paix et nuire à l’intégration de la population musulmane. » La Conférence des évêques catholiques de Suisse a évoqué le risque de « fragiliser les efforts nécessaires pour établir une attitude d’accueil réciproque dans le dialogue et le respect mutuel ».

Le peuple suisse n’a pas écouté ses élites. Il fut bien inspiré. Il a voté contre les minarets, les « phares du djihad ». Par les temps qui courent, les peuples n’en font qu’à leur tête. Il a fallu une journaliste syrienne musulmane pour remettre les pendules suisses à l’heure. Elle interpella toutes les belles âmes si sensibles à l’« Accueil de l’Autre »  : « Avez-vous oublié que les sonneries des cloches d’église sont interdites au Koweït ? Avez-vous oublié que la construction d’églises est interdite dans certains pays arabes ? Avez-vous oublié les invocations exprimées dans nos mosquées tous les vendredis et appelant à diviser, à disperser et à anéantir les chrétiens ? Avez-vous oublié les fatwas interdisant de souhaiter bonne fête aux chrétiens ? etc . »

Chez nous, les pouvoirs publics se taisent mais savent très bien quel est le projet stratégique mondial des islamistes  : génocider les chrétiens en Orient et effacer en Occident toute trace de christianisme.

Ce qui se déroule là-bas, sur la terre même qui a vu la naissance du christianisme, devrait pourtant nous alerter. Les patriarches des Chaldéens et des Syriaques nous répètent à l’envi : « Ce qui se passe chez nous se passera chez vous. Ce qui nous arrive aujourd’hui vous arrivera demain. » Personne ne veut voir. Il s’agit d’une des plus brutales persécutions de l’histoire  : les maisons des chrétiens sont marquées d’un N, comme « nazaréen ». Les églises sont saccagées, les monastères sont bombardés. Les manuscrits sacrés de l’époque fatimide sont détruits. Le 26  avril 2016, l’État islamique a dynamité le clocher de l’église Notre-Dame de l’Heure à Mossoul, offert aux Chrétiens d’Orient par l’impératrice Eugénie, épouse de Napoléon III, en 1860. Pas un mot dans la presse.

C’est la fin d’un ancrage bimillénaire. Le cardinal Bechara Boutros Raï, le patriarche des maronites, nous prédit des jours sombres  : « L’Occident ne comprend pas que le danger guette à sa porte, devenue branlante par l’amoindrissement de ses valeurs. Comment un peuple entier a-t-il pu être expulsé de son sol comme si de rien n’était ? » Il y a un siècle, les chrétiens en Orient représentaient 20 % de la population. Ils n’en représentent plus que 2 %.

« Nous ne voulons pas quitter cette terre. Ici, les pas des apôtres résonnent sous les nôtres. » Ainsi les chrétiens du Levant préviennent-ils des périls à venir les chrétiens du Couchant, pour que l’Occident sorte de sa dormition. Mais nous ne les entendons pas. Le pape François répète à l’envi  : « Nous sommes tous des migrants. » Et si les migrants de demain, c’était nous ?

Extrait de "Les cloches sonneront-elles encore demain ?", de Philippe De Villiers, publié aux éditions Albin Michel, octobre 2016.  Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 17/10/2016 - 18:35
Baroin est un sous-produit franc-maçon de Chirac
Que Sarkozy l'ait choisi comme bras droit demeure incompréhensible. Il ne dit pas grand-chose mais quand il parle, c'est catastrophique et on comprend cette fois qu'il soit économe de ses interventions.
cloette
- 17/10/2016 - 13:51
Résumé
De ce que di Ph de Villiers : on est en train de se faire piquer un pays .
juletflo
- 17/10/2016 - 09:57
Reculer...
Ce samedi 15 octobre avait lieu à Strasbourg la Dictée des Citées (Place Kléber, centre) Pour accompagner la dictée de manière (très) sonore, un immense noir nanti d'une toute aussi imposante chaine portable mit de la musique, des chansons arabes avec un volume tel que toute la place devait écouter/entendre. Je n'ai pas osé aller protester: en fonction de mon âge et de mon arthrose, je ne peux plus courir en cas de besoin: je ne suis pas sûre que qui que ce soit m'ait soutenu dans ma démarche... Ces derniers jours, dans le tram, deux adolescentes visiblement (et auditivement) d'origine maghrébine, ont posé leurs pieds sur les sièges qui leur font face, je n'ai pas osé faire de remarque. Aurais-je été soutenue dans ma démarche par les autres voyageurs? Je n'ose plus car je crains les réactions physiquement violentes. C'est désolant et c'est tous les jours pour qui utilise les transports en commun, se promène dans la ville...